Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    Guterres tente de nommer un émissaire    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    A quoi il joue?    Algérie - Maroc (24 – 23)    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    Un remaniement, pour faire quoi ?    Tunisair: Avis aux passagers à destination de la France    «Libérez ma Patrie» !    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Handball-Mondial │ 1ère journée │ Tunisie-Pologne (28-30): Ça s'est joué sur des détails...    Tunisie – VIDEO : Reprise des affrontements nocturnes à Sousse    Etoile du Sahel : 4 jeunes renforcent l'équipe première    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la deuxième semaine de janvier sur une légère contreperformance    Abdessalem Younsi : "Je suis toujours le président du Club Africain"    Football : Programme TV de ce vendredi 15 janvier 2021    Point de vue: Un championnat atypique !    La poésie en questions: Qui sont les Muses ?    A quand la sortie du tunnel ?    Dix ans après: La corruption à tous les étages    Crise politique: Le péché originel    Potentiel minier de la Tunisie: Une exploitation en dents de scie    Bénéficiez de remises durant le confinement avec Tunisie Telecom    Khemaïes Jhinaoui : « La Tunisie doit montrer au monde sa capacité de se développer et sa volonté de coopérer » (Vidéo)    Météo | Pluies éparses et baisse des températures    Tunisie-Rached Ghannouchi : Les motions de censure à mon égard sont tout ce qu'il y a de plus normal    Tunisie-Ministère de la Santé: Nouvelle liste des laboratoires autorisés à réaliser les tests RT-PCR    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    L'ambassadeur de la Tunisie en Belgique: "Plus nous avons des relations avec nos amis, mieux nous nous porterons"    Confinement : mini-concerts virtuels de l'OST ce soir et demain à 21h00    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    L'inscription du couscous et de la pêche à la charfiya sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco célébrée à la Cité de la culture    Vient de paraître — « Quelqu'un meurt au sud » de Kamel Hlali: L'art d'arracher le lecteur à la banalité gris-flanelle du quotidien    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mêmes causes... mais, succès loin d'être garanti
Publié dans Le Temps le 02 - 12 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"LE TEMPS - Mouldi MBAREK p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Dialogue national par-là, dialogue national par ici ! À chacun son dialogue ! C'est le nouvel os que jettent les pouvoirs en place au petit peuple pour le détourner de ses vrais problèmes. Les Tunisiens ont besoin d'une vie digne et d'un mieux-vivre et non de slogans creux qui n'ont rien à voir avec ni avec leurs revendications, ni avec leurs attentes et encore moins avec la réalité tunisienne ...
À titre de rappel, cette tarte à la crème de dialogue national a vu le jour en Irak, au Yémen et au Liban où s'entremêlent à la fois des diversités ethniques et religieuses, avec des Arabes, des Kurdes, des Turkmènes, des Assyro-Chaldéens, avec des musulmans chiites, des musulmans sunnites, des chrétiens, des juifs et d'autres religions et croyances...
La Tunisie est, cependant, un peuple homogène, uni, parlant le même dialecte et l'islam est la religion principale et officielle de notre pays avec un taux qui avoisine les 99 %. En d'autres termes, cette question de dialogue national est étrange à la réalité historique, culturelle, politique et sociologique de notre pays.
Slogans creux et bidon !
Certes, après la révolution, on a parlé de réconciliation nationale pour tenter d'éviter les dérapages des uns et des autres mais la Troïka a préféré la vengeance et la chasse à la sorcière croyant que gouverner c'est se partager le gâteau national et diviser les Tunisiens entre bons révolutionnaires et méchants réactionnaires, entre bons et mauvais musulmans, entre mains sales et mains propres...
Dix ans après, tout n'était que de simples slogans creux ! La corruption bat son plein, les soi-disant mains propres traînent des casseroles, la Tunisie agonise et ceux, qui ne cessent de semer la zizanie et la division, semblent vouloir, aujourd'hui, rassembler les Tunisiens autour de slogans-bidon qui n'ont rien avec la réalité tunisienne.
D'abord, après avoir tant divisé la Tunisie, déformé son histoire et sali les héros du mouvement national et à leur tête le bâtisseur de la Tunisie moderne, le Combattant Suprême, Habib Bourguiba, Rached Ghannouchi est-il bien placé, aujourd'hui, pour proposer de réconcilier les Tunisiens !?
Manœuvres malicieuses
Comment ose-t-il parler de réconciliation nationale, alors qu'il n'a même pas pu réconcilier son propre mouvement qui affronte sa plus grave crise interne et de confiance !? Cherche-t-il à rassembler les Tunisiens ou plutôt à légitimer et à légaliser les dix ans de règne d'abus de pouvoir, de corruption et de destruction des institutions républicaines modernes avant qu'il ne soit plus au pouvoir !?
Le député Mongi Rahoui a estimé, lors des débats budgétaires, que le président du parlement, Rached Ghannouchi « est responsable de la situation actuelle du pays : il fuit les plénières, car il n'a pas le courage d'affronter les députés. Il est responsable de 10 ans marqués par une crise économique et sociale et des assassinats politiques, 10 ans de destruction, de corruption et d'appauvrissement du pays ».
De son côté, le chef de l'Etat préconise, lui aussi, son conseil national en s'appuyant sur la centrale syndicale et deux ou trois petits partis politiques en excluant Ennahdha, Qalb Tounès, El Karama et le PDL ! Kaïs Saïed peut-il vraiment parler de dialogue national en estimant qu'il représente la vertu et la morale politiques et que les autres incarnent la corruption et les chambres noires !? La mission et le rôle du chef de l'Etat consistent-ils à diviser les uns contre les autres en bons et mauvais citoyens !?
Décalage entre gouvernants
et gouvernés...
Coincé entre le chef de l'Etat et le président du parlement, le chef du gouvernement propose, lui, un programme national pionnier et ambitieux où tous les Tunisiens et toutes les Tunisiennes sont associés avec les partis politiques, les organisations nationales, les partenaires sociaux et la société civile. Bonne chance pour le petit bonhomme du milieu qui, par chance par maktoub, tient encore le coup, mais jusqu'à quand !?
Les trois têtes du pouvoir semblent, cependant, avoir la tête ailleurs ! Ils sont en total décalage avec les préoccupations urgentes des Tunisiens qui aspirent à voir s'améliorer leur pouvoir d'achat, leur sécurité, leur santé, leurs salaires et la garantie d'emploi pour les jeunes qui fuient leur pays.
Le dialogue national et tous ces slogans populistes et pompeux sont loin des attentes et de la réalité des Tunisiens. En fait, les trois têtes du pouvoir feraient mieux de balayer devant leurs portes et de se réconcilier entre eux-mêmes qui ne font que de se quereller, de se mettre des bâtons dans les roues et de se mépriser les uns les autres. Les Tunisiens, contrairement à leurs gouvernants, sont mieux unis et mieux réconciliés que ceux qui sont censés les représenter et les servir. Les trois têtes du pouvoir feraient mieux de laisser les Tunisiens travailler et vivre tranquillement... Ils peuvent se réserver leur « Himar » national à eux-mêmes ! Plusieurs observateurs s'interrogent si ceux qui gouvernent, actuellement, la Tunisie ont vraiment l'étoffe d'hommes d'Etat capables de rassembler ou de réconcilier les Tunisiens autour d'un projet national !
p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.