La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    FC Barcelone : Ansu Fati prolonge jusqu'en 2027    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Sousse : La récolte des olives estimée à 81185 tonnes    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Etat, désormais une coquille vide !
Publié dans Le Temps le 04 - 12 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps - Raouf KHALSI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Cette longue scène où l'on voit le Président Kaïs Saïed, debout et « droit comme la justice » dicter ses directives à un Hichem Méchichi qui écoutait sans broncher, se limitant juste à hocher la tête, représente par ricochet quelque chose qui ressemblerait à tout, sauf au modèle conventionnel de ce que puisse être l'interaction au niveau de l'Exécutif à deux têtes qui prévaut dans les régimes parlementaires, ou para-parlementaire comme le nôtre.
On sait que l'entente entre le Président et celui qui était destiné à être son premier ministre -dès lors que c'est lui qui l'a désigné avant de le regretter aussitôt-, on sait donc qu'elle n'est pas au beau fixe. Parce que, conforté dans ses droits par des vautours qui lui donnent l'impression de veiller sur lui et le domestiquent même, Hichem Méchichi s'est attelé à faire valoir son statut de Chef du gouvernement.
Saïed pousse Méchichi
à la schizophrénie
Sauf que le Chef du gouvernement ne peut pas ignorer les percutantes injonctions du Chef de l'Etat, pas plus qu'il ne puisse décrypter ces rituelles allusions aux forces occultes, aux chambres noires et aux lobbys que Saïed voit partout, comme taraudé par un syndrome fantasmatique.
Cette fois, le Président a intimé l'ordre à « son premier ministre » d'appliquer la loi contre ceux qui bloquent les routes et les sites de production. Il y voit même une main criminelle actionnant ces soulèvements avec, pour dessein, le démantèlement et le dépérissement de l'Etat. C'est sa façon à lui d'absoudre les perturbateurs et ces fameuses «coordinations» ayant trouvé matière à s'organiser dans son propre slogan «Le peuple veut» et dont la percussion revendicative ressemble un peu à ce mouvement des «Sans Culottes », en pleine révolution française.
Aussitôt, le Chef du gouvernement s'exécutait, tenant une réunion avec les ministres des forces sécuritaires et le ministre de la justice, puisque l'usage de la force et la répression contre ces «criminels» (dixit Saïed) doit se faire avec l'aval du ministère public. Pas évident, cependant, dès lors que la réponse du Syndicat des Magistrats a été prompte et cinglante. D'abord, parce que tout l'appareil judiciaire est en grève ouverte. Ensuite, affirme le Syndicat, le ministère public n'intervient que dans les crimes de droit commun, c'est-à-dire l'atteinte aux personnes et à leurs biens. Cela sous-entend aussi que la protection des sites de production, la coupure des routes et toutes les manifestations touchant aux biens publics, restent l'apanage de l'Exécutif. Cela se discute, néanmoins.
Face à une déferlante de revendications régionales jamais enregistrée dans l'Histoire de la Tunisie, nous sommes donc face à un paysage surréaliste, si ce n'est qu'il est truffé de contradictions.
Contradiction, d'abord, de Hichem Méchichi qui affirmait lors de la déclaration du gouvernement, à l'ouverture de l'examen de la loi de finances, que son gouvernement ne recourra jamais à l'usage de la force face aux revendications, requinqué qu'il était par la réouverture de la vanne d'El Kamour. Maintenant, il se rétracte -sur pression du Président- et opte pour l'affrontement, au nom du prestige et la pérennité de l'Etat.
Maintiendra-t-il, dès lors, le conseil des ministres prévu pour le 8 décembre et consacré à la situation de Gabès ? Dans la même dynamique, répondra-t-il à l'appel tout récent de l'UGTT de consacrer un autre conseil pour examiner la situation dans la région de Nabeul ? Ce qui est sûr, c'est que l'UGTT se dressera contre tout recours à la force publique. Hichem Méchichi est donc dans un bourbier. Et, de surcroît, il ne sait toujours pas ce que Saïed entend par «ces criminels qui veulent démanteler l'Etat». Au final, c'est la schizophrénie.
Et le Conseil
de sécurité nationale ?
Il se trouve, en effet, que le Président de la République ne cesse de voir partout des comploteurs, voire des criminels derrière l'effervescence sociale. Mais, encore une fois, le mystère dont il drape ces déclarations rajoutent à l'angoisse des Tunisiens, déjà taraudés par un spectre existentiel et par cette pandémie dont on ne voit pas l'issue, ni l'efficience des mesures prises.
Sauf que le Président qui avait vite fait de se mettre dans la psychologie du Calife Omar et auquel il s'identifie même, sous-estime l'étendue non négligeable de ses propres prérogatives -contrairement à ce qu'il y parait- ou, alors, bizarre de la part d'un Constitutionnaliste, il ne les connait pas vraiment ou qu'il refuse d'en user.
Un député d'Attayar demande même au Président de dissoudre l'ARP : le Président ne le fera pas, craignant les procédures labyrinthiques que cela suppose, et qui peuvent même se retourner contre lui, pouvant même aller jusqu'à sa propre destitution. Qu'il n'aime pas cette configuration parlementaire, cela s'explique : il est le fruit d'une razzia populiste.
Mais quand il parle «Etat» que visent les comploteurs et «les criminels», il se limite à la théorisation, il donne l'impression de comptabiliser les avatars de cet «Etat» dont la pérennité dépend de lui, lui en premier.
La constitution, quoique biscornue, lui confère une grande latitude et une panoplie de moyens pour sauver cet «Etat» de l'effondrement.
Passe encore pour l'article 82, inhérent au «péril imminent» et qui lui confère le pouvoir de légiférer en vertu de décrets lois. Il ne veut pas en entendre parler, parce que cela le mettrait dans la posture peu confortable de celui qui gouverne, alors que lui, veut juste présider et planer au-dessus des institutions.
Mais, alors, puisqu'il alerte quant aux plans ourdis pour que s'effondre l'Etat, on ne saurait comprendre qu'il ne fasse pas intervenir Le Conseil de sécurité nationale, entièrement rattaché à lui et relevant de ses attributs exclusifs. Pourquoi ne le convoque-t-il pas ? Mystère, même si, par pure compilation, il se peut que la présence -de droit- du Président de l'ARP au sein du Conseil l'irrite. Même raisonnement pour la tenue d'un dialogue national : il ne se mettra pas autour d'une table avec le plus gros de la classe politique. Et si, de guerre lasse, l'UGTT renonce à cette initiative, tout ce que fera le Président, c'est d'éloigner un référent crédible. Il ne lui restera que...Nadia Akacha.
«Etat», dit-il, c'est aujourd'hui une coquille vide. Et dans tout ce jeu faussement institutionnel, il est normal que le peuple ne croie plus en rien. Et comme le dit Hannah Arendt «Un peuple qui ne peut plus croire, ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d'agir mais aussi de sa capacité de penser et d'agir. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez».
C'est juste. A la seule différence que le peuple chez nous, celui-là même qui a avalé toutes les couleuvres durant bientôt une décennie, on ne peut plus en faire ce qu'on veut !
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.