Augmentation des prix des carburants    Affaire de la BFT | Une séance d'audition du ministre de Domaines de l'Etat à huis clos à l'ARP    Tunisie : La dernière des dernières de chez Tunisair... Inouï    Vol de bagages à l'aéroport Tunis-Carthage : Vingt ans de prison pour cinq accusés    Hichem Mechichi remet les clés de logements de fonction à douze agents de la sécurité intérieure    Jeep lève le voile sur le nouveau Compass    Néji MHIRI : La saga d'un homme hors du commun    Bechir Haddouk : Hommage à feu Abdelhafidh Sellami    Décès de Amor Latiri    Le PNUD TUNISIE et Attijari bank organisent le Hackathon Tekصح vers une santé plus connectée en Tunisie    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Tunisie: Hanen Ftouhi renonce à sa nomination à la tête de Shems Fm    Tunisie-Censure médiatique: L'Ordre des médecins se place du côté de la liberté d'expression    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Commerce extérieur : aggravation du déficit commercial au premier trimestre    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Avril 2021 à 11H00    Un aperçu de quelques produits Huawei de la nouvelle stratégie 1+8+N    Tunisie: Kais Saied, commandant suprême des forces armées "militaires et sécuritaires": La foire aux arguments    Tunisie: Le point sur l'état d'avancement de la campagne nationale de vaccination    Tunisie – Coronavirus: Nouvelles mesures du 18 au 30 avril, que risque-t-on en cas d'infraction?    Tunisie-Neji Jmal: Kais Saied nous pousse vers l'inconnu [Vidéo]    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Réunion de la commission scientifique ce lundi 19 avril 2021    Classement WTA : Ons Jabeur grimpe à la 25ème place, historique !    Tunisie [Vidéos]: Poursuite de la grève ouverte du personnel de l'ATTT à Sfax    Tunisie – météo : Légère hausse des températures avec quelques pluies    Les indiscrétions d'Elyssa    Volleyball | Championnat d'Afrique des clubs – 1er tour : A la portée de l'EST et du COK    One Tech Holding propose la distribution de 0,250 dinar par action    Première sportive tunisienne et africaine à être sacrée dans le JIU-JITSU brésilien : Hajer Jelili, une championne-née    Handball | Nationale A – 1ère journée play-off : Le CA piège l'ESS    Le président de la République présente ses condoléances à son homologue égyptien suite à un accident du train    Des mesures contre les contrevenants qui ne se conforment pas à la décision d'interdiction de la circulation des véhicules    Qui y a-t-il derrière les catastrophes en Egypte et à qui profitent-elles ?    Tunisie-Ligue 1 (J19 - matchs en retard): le programme de ce dimanche    Foot-Europe: le programme du jour    Mes odyssées en Méditerranée: Cachez-moi ces images que je ne saurais voir…    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Exposition «States of Exception», du 25 Mars au 2 Mai, à la station d'art B7L9 (Bhar Lazreg): Les œuvres de Thameur Mejri annonciatrices d'une nouvelle ère    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Marigo» au sein de la dévaluation...
Publié dans Le Temps le 01 - 01 - 2021

Tanit d'Or du meilleur court métrage aux Journées Cinématographiques de Carthage de 1994, «Le franc», moyen métrage (44') du réalisateur sénégalais Djibril Diop Mambéty, est le premier volet de la trilogie d'«Histoire de petites gens». Cette fiction tourne autour de la dévaluation du franc d'une manière burlesque à travers le personnage de Marigo.
Le réalisateur sénégalais Djibril Diop Mambéty avait décidé de réaliser trois moyens métrages sur les petites gens dont il faisait partie. Intitulée «Histoires de petites gens», cette trilogie n'a pas été bouclée suite au décès du cinéaste. Il n'a pu tourner que «Le franc» (1994) et «La petite vendeuse de Soleil».
Il ne faut pas croire qu'avec ce deux moyens métrages, Mambéty fait dans le drame de la misère des humbles gens. Au contraire, il utilise l'humour, la fantaisie et le fantastique. Ainsi les aventures de Marigo, héros de «Le franc» sont assez burlesques. Marigo vit dans un taudis. Il doit de l'argent à sa logeuse. Cette dernière décide de lui prendre son instrument de musique, un congoma, en gage. Après avoir récupéré un billet de 1000 francs cfa (monnaie de certains pays d'Afrique de l'ouest) qu'un passant avait fait tombé, et, quelque peu, contraint par un nain vendeur de billet de loterie d'acheter un ticket. Ne sachant où le mettre dans sa masure, jusqu'au tirage au sort, Marigo le colle sur la porte, caché derrière le portrait de Yaadikoone Ndiaye, surnommé «le Robin des bois sénégalais», son héros. Le billet est gagnant. Marigo n'arrive pas à décoller le billet de la porte et décide de retirer cette dernière pour l'emmener à Lonase pour recevoir son prix. Mais là, on lui dit qu'il doit décoller le billet. Il se rend, suite à un songe dans lequel il voit Yaadikoon, qu'il assimile à un marabout protecteur, à l'océan pour y plonger la porte et décoller le ticket.
A travers l'histoire de Marigo, Mambéty a mis différents sujets en exergue. D'abord, et avant tout, il rend hommage aux petites gens vaquant à leurs diverses occupations. L'on pourrait penser à un documentaire sur la vie d'une partie de la population dakaroise, celle la moins bien lotie : des vendeuses à la petite fortune, un jardinier, des gens sortant de la gare de Dakar, des personnes vaquant à leurs occupations, des cars rapides, etc. C'est une sorte d'hommage que le réalisateur le rend, lui qui les a côtoyés. C'est, aussi, d'une certaine manière montrer la réalité des lieux, de la vie, des gestes quotidiens qui se répètent indéfiniment. Une sorte de documentation. C'est parler aux spectateurs : d'abord à ceux qui connaissent ou qui font partie de ces gens, de cette réalité ; puis faire découvrir aux autres -aux étrangers- les réalités d'une certaine catégorie de la population d'un pays. L'on peut écrire que cette manière de penser, de voir les choses et de les filmer est une appropriation africaine des écrans africains à une époque où les films français et américains avaient la cote. Une manière de dire pour Mambéty, à l'instar de son personnage du nain : «Dévaluation. Consommez africain!».
L'importance
du nombre «555»
Mambéty a opté pour une narration où l'on retrouve la tradition orale. «Le franc» est raconté comme un conte dans lequel le héros, miséreux et misérable, pourrait devenir riche ; un mélange de fantastique et d'irrationnel. Pour accentuer ce côté conte, il y a le personnage du nain ; un nain qui n'est pas sans rappeler Kouss, un lutin qui peut apparaître devant nous une calebasse remplie de richesses et si on arrive à lui prendre cette calebasse, à nous la fortune ! Ce nain qui vend le billet à Marigo lui conseille le ticket portant le nombre «555».
Nous pensons que ce nombre «555» n'est pas fortuit. Ce sont trois chiffres 5 mis à la suite les uns des autres. Il n'est pas sans rappeler «666», le nombre de la Bête dans l'Apocalypse de Jean de Patmos. Mais là où «666» est maléfique, le «555» du moyen métrage est bénéfique. Beaucoup considère ce nombre comme un «chiffre angélique», bénéfique. Le chiffre 5 correspond aux sens, au corps de l'homme, mais aussi au monde occulte. Marigo est un mélange de cela : un corps d'homme, des sens en éveil malgré son air un peu perdu, et un monde occulte.
Ce monde mystérieux et, à la fois, mystique se retrouve plusieurs fois dans «Le franc». Dès l'entame du moyen métrage, on voit les vague de l'océan puis on entend le muezzin. Marigo, après s'être lavé, rend hommage à Yaadikoone, qu'il considère tel un marabout protecteur, comme s'il rendait hommage à Dieu. Il va même jusqu'à cacher son billet de loterie derrière le poster de son idole, comme s'il voulait protéger son ticket et apporter sur ce dernier la bénédiction du «Robin des bois sénégalais». Quand il entend l'appel à la prière, le héros met une tunique, prend un chapelet, ouvre la porte de sa chambre, et égrène son rosaire comme s'il allait prier. Ce qui fait rire sa logeuse tant le parallélisme entre le poster de Yaadikoone et Marigot est burlesque.
Ce qui est intéressant dans cette image c'est la mise en avant d'un phénomène qui perdure encore au Sénégal : l'attachement à un marabout -même si Yaadikoone n'est pas marabout, mais aux yeux de Marigo, il l'est. De nombreux de Sénégalais musulmans sont rattachés à des confréries qu'elles soient mouride, tidjane ou encore ibadou. Il n'est pas rare qu'ils se réfèrent aux représentants de ces confréries au lieu de se référer à Dieu. Par exemple, au lieu de dire «au nom de Dieu», ils diront «au nom de Sérigne (suit le nom du chef religieux)». Ils ont substitué ces personnages à Dieu.
Cela fait partie du quotidien sénégalais ; un quotidien mis à mal par la dévaluation du franc cfa. Une dévaluation dont souffre le peuple. D'ailleurs, dans la séquence avec le car rapide, l'on peut entendre une chanson qui parle de la situation du pays après la dévaluation, appelée par certains «ajustement structurel», et par d'autres «dévalisation».
Une dévaluation qui a touché tout le monde, et qui a fait empirer la situation des artistes ; un peu comme la Covid-19 actuellement. Chacun son époque !
Z.H


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.