Najla Bouden préside un conseil ministériel sur l'ensemble des projets en cours    Noureddine Taboubi : la troisième voie s'avère être la bonne    Tunisie-UGTT: La prise de position du dialogue national, au cœur d'une réunion du Conseil sectoriel    Membre de l'UTAP : « La réunion présidé par Abdelmajid Ezzar est illégale »    Libre accès des femmes aux soins d'obstétrique et d'accouchement: l'appel de la société civile à l'abrogation de la circulaire de 2000    Ligue 2 (Super play-off) : Le Stade tunisien champion    Tunisie : Le Front du salut dénonce "l'autorité de Saied et sa prise de décisions unilatérales"    Pourquoi | Anticiper…    Zarzis | Préparation de la saison touristique : Beaucoup de choses restent à faire    Ben Arous : La récolte céréalière estimée à 174 quintaux    Programme de formation « Takween » jusqu'à 2026 : Tous les diplômés sont concernés    Partis politiques : Entre relooking, alliances éphémères et repositionnements    Sonede | Perturbation récurrente de la distribution de l'eau : L'eau au bout de la souffrance    USA-Maison Blanche : Candidats aux postes clés au sein de l'administration Biden    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    Othman Jerandi s'entretient avec Farouk Bouasker    Tataouine-sécheresse : Ça craint pour la récolte    Tunisie: Les barrages remplis à 50,6 %    Monde-Variole du singe : L'OMS prévient du pire    Sfax étouffe !    Ligue 1 | play-off – 6e journée – USM : Sur sa lancée !    Finales Conférence Ouest NBA : Les Warriors font le break devant les Mavericks    Basket Pro A : Programme de la 9e journée play-out    Ligue 1 : L'ASSE et Khazri pour la dernière chance du maintien à Nantes    La Russie punit la Finlande et coupe le gaz après l'électricité    Foot-Europe: le programme du jour    L'armoire à Trophées d'un expatrié : Laidouni rafle trois titres en deux saisons    Une espérance ragaillardie… : Au-delà de la victoire !    Météo : temps estival    Offcieil : Joey R. Hood, nouvel ambassadeur US en Tunisie    Sousse : Le nombre des arrivées et nuitées touristiques en hausse depuis le début de l'année    En marge du colloque de l'Association des Créatrices Arabes « El marâ wa loôbatou el harf fi chîr nizar kabbani », étude de Rafika Bhouri : La quête de la fine poussière d'or    Abassi: La vraie catastrophe, c'est une inflation à deux chiffres    Parution du livre "Journal d'un Jeune Ambassadeur" de l'écrivain prodige Amir Fehri    Kef : Projet de création d'un Géoparc mondial de l'UNESCO    Gafsa: Découverte d'un corps en décomposition    5 symptômes de la Variole du singe    Mahdia : Sauvetage de 44 migrants clandestins    Exposition "Prestige" de Dora Dalila Che du 20 mai au 17 juillet à la station d'art B7L9    Biden reste le gendarme de l'Europe : 40 milliards pour l'Ukraine pendant que l'UE se cache    Un excellent nouveau livre de Hatem M'rad : Les dérives contraires en Tunisie    Dialogues éphémères | Quand science rime avec revanche...    5e édition de l'Envirofest, à la Cité de la culture Chedli-Kélibi, du 20 au 25 mai 2022 : "Watch a movie… save the planet !"    Les droits humains à la tête du client    Météo de ce vendredi    « Le Prix du cinquième jour » de Khaoula Hosni en lice pour le Prix Orange du Livre en Afrique    Paris n'aimera pas le discours de Tebboune chez Erdogan, un ennemi de Macron    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une esthétique de l'inachèvement
Publié dans Le Temps le 13 - 02 - 2021

Canadienne, Hajra Waheed participe à l'exposition "Seen/Unseen" avec une vidéo d'art intitulée "The Spiral". Entre langage visuel
et expression poétique, cette artiste interroge le mouvement, nos trajectoires et l'impuissance de la ligne droite.
Hajra Waheed est l'une des cinq artistes internationales qui participent à l'exposition "Seen/Unseen" à la station d'art B7L9 à Bhar Lazreg. Son oeuvre prend la forme d'un texte poétique, scandé, parfois chuchoté ou murmuré et porté par une vidéo qui investit des circonvolutions spirales.
Des circonvolutions spirales
et métagéometriques
Essentiel dans la démarche de l'artiste, le texte est l'élément central dans cette oeuvre visuelle qui se décline en sept minutes mouvementées qui semblent représenter un chaos en reconstruction/effondrement perpétuels.
Ainsi l'oeuvre de Hajra Waheed participe d'une double articulation et se déploie dans l'abîme de nos yeux et le dédale de nos oreilles. Suivant les méandres infinis d'une spirale métaphysique/métagéometrique, le texte de Waheed est à la fois un éloge du mouvement et une réflexion sur l'hésitation, l'inachèvement, le déséquilibre.
On y retrouve les failles et les ferments de toute action au sens philologique du terme. En affirmant que la spirale n'est pas une figure géométrique comme les autres, l'artiste aboutit à un autre constat selon lequel la ligne droite n'est pas la trajectoire la plus naturelle. Ce faisant, Hajra Waheed interroge nos vies, nos combats, nos victoires toujours différées et parfois nos reniements et nos reculades.
Poignant, son texte épouse les hésitations de chacun en faisant toujours la part de l'émerveillement. Chez elle, l'éphémère devient fondamental en ce qu'il matérialise le fugace, le provisoire ou la rotondité des destins. Même prononcés à partir d'un seuil symbolique, les mots de Hajra Waheed semblent interpeller chaque conscience, chaque bribe de vécu qui en engendre une autre, dans une spirale sans fin, à laquelle on n'échappe jamais.
La dialectique de l'encre
et de la lumière
Les images viennent très précisément se superposer au texte. Ainsi, leur sarabande effrénée devient une dimension cachée du texte. Elles opèrent comme si elles étaient des noumènes en mouvement, des structures dont les aberrations sont le reflet même de nos vies.
Dans cette subtile dialectique de l'encre et de la lumière, Hajra Waheed se déploie personnellement, se raconte et nous raconte.
Elle nous met face à l'inéluctable qui est fait d'inertie toujours relative et de mouvement qui agglomère ce qui se disperse pour l'agréger de nouveau avant de l'éroder encore. Si on n'échappe pas à la spirale, son tourbillon infini induit toutes les anabases, le recroquevillement et l'expansion. C'est dans cette dimension incommensurable que le poème de Hajra Waheed égrène les mots et les images, l'éternel retour et le point d'ancrage initial.
Avec des termes choisis dans le lexique du quotidien ou les glossaires scientifiques, l'artiste nous enroule dans une spirale où chaque fin est un nouveau départ, chaque début un parcours inédit. Le texte de Hajra Waheed mérite d'être lu à l'aune de nos vies, comme un enchevêtrement de choix, un tourbillon de sens, un fruit du hasard objectif qui dit toutes les insuffisances des lignes droites.
H.B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.