Aides gouvernementales: Allocation de 270 millions de dinars aux catégories touchées par la crise sanitaire    Al-Sissi et Saïed ont convenu de proclamer 2021-2022, année de la culture tuniso-égyptienne    Tunisie – Qui va financer le fond anti covid ? Les ministres donnent l'exemple    Tunisie – Qu'attend le président Kaïs Saïed pour se faire vacciner ?    Tunisie | Horaire administratif durant le mois de Ramadan    Espérance de Tunis : Ben Khalifa titulaire contre le MC Alger    Les mosquées maintenues ouvertes hors des heures du couvre-feu    Un important site archéologique romain découvert au Kef    La Tunisie, sous le manteau    Match Real Madrid vs Barça : Où regarder le clasio du 10 avril 2021?    Hand-Supercoupe d'Afrique : l'Etoile du Sahel face au Zamalek pour un billet au Mondial des clubs    La Liga: Real-Barça, les compos probables    Le chef du gouvernement décide de rétablir le couvre-feu à partir de 22H00 au lieu de 19H00    Création d'un fonds pour soutenir les personnes et professionnels sinistrés par le Covid-19    Kaïs Saïed : La sécurité de l'Egypte est la nôtre !    L'écosystème HMS de Huawei compte 2,3 millions de développeurs à travers le monde    Ligue des champions : Le programme des quarts de finale retour    Accusé de trahison et de corruption par Rached Khiari, Imed Hammami répond    La Tunisie organise sa 1ère foire virtuelle internationale de l'artisanat    Le PNUD et 16 organisations de la société civile tunisiennes partenaires    Tunisie: Kais Saied souligne l'importance de lutter contre l'extrémisme religieux    Tunisie – L'inestimable cadeau de Saïed à Mechichi    Tunisie- Hichem Mechichi en visite à Gabès : Le projet Désert joy [vidéo]    Tunisie – Une moyenne de plus de quinze heures de jeûne par jour    MEMOIRE : Zakia LADHARI veuve Mustapha El BEHI    Education Nationale | lancement du projet onusien sur l'autonomisation du système éducatif en Tunisie : Favoriser la résilience des jeunes face aux discours violents    Attijari bank et le PNUD organisent conjointement le Hackathon Tek-صح    Express    Energie : Le mix énergétique comme solution pertinente    L'Utap dénonce la fermeture des marchés hebdomadaires    Environnement | Débarrassez-moi de ces ordures…    Le Bardo se met à l'intelligence artificielle    Projet «Ciné labo» de Abdallah Chamekh : Instaurer la culture de la production cinématographique en milieu scolaire    Championnat arabe d'athlétisme à Tunis : Un tremplin pour Tokyo    «Souk al mout'â» (Le marché du plaisir), recueil de nouvelles en arabe de Mounira Rezgui : Des mots comme autant de réverbères    Tunisie: Kais Saied visite les sites historiques du Caire [vidéo]    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, mouvement habituel après l'entrée en vigueur du couvre-feu à Médenine    Disparition : Mort du prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Tunisie-Moncef Marzouki : "Toutes mes excuses à l'âme de Mohamed Morsi et aux martyrs de Rabaa et des autres terribles massacres!"    Décès du prince Philip, époux de la reine d'Angleterre    Par Henda Haouala – Séries TV tunisiennes : un marché de production à prendre au sérieux    Invocation pour accueillir le ramadan    La consolidation des liens de sang procure la richesse et la longévité    Nouveau tirage - Où trouver le livre de Mohamed Ennaceur : Deux République, une Tunisie (Vidéo)    Sortie du livre de photographie "Winter Bloom" de Souheila Ghorbel    Lutte contre l'immigration clandestine : Des radars spéciaux pour localiser tous types de bateaux dans un rayon d'environ 18 km    Kasserine : Un couple de terroristes tué à Mont Selloum    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre le choix et l'obligation
Publié dans Le Temps le 06 - 03 - 2021

Pour les auteurs confirmés ou débutants, éditer des œuvres personnelles en tous genres littéraires oscille entre l'espoir et le rêve. Car il ne suffit pas d'écrire pour se prendre pour un écrivain ou un poète. Ecrire, c'est bien. Mais éditer, c'est encore mieux ! Mais comment éditer dans un univers comme le nôtre où le lectorat est minime et le monde de l'édition est peu organisé. Car, parfois, tout un chacun se prend pour un éditeur !
Les exigences des normes internationales de l'édition professionnelle ne permettent et ne permettront jamais à aucun auteur lambda, quel que soit son niveau de création génial ou quelconque, d'éditer dans ces normes logiques. Plusieurs poètes et écrivains choisissent alors un moyen « facile », celui de l'édition à compte d'auteur, qui, bien qu'elle se présente comme une solution idoine pour un tel problème, n'est pas toujours contrôlée par un comité scientifique de lecture et même de correction. Ce qui donne parfois des résultats décevants avec des coquilles et des constructions de phrases fantaisistes. Ces dernières portent préjudice à l'auteur lui-même et à l'écriture sous nos cieux, en général. Dans le cas de l'édition à compte d'auteur, ce dernier édite ses ouvrages par un éditeur qui assure uniquement la partie technique de l'édition et de la diffusion, en dehors du choix éditorial proprement dit. L'auteur paie les frais d'impression et peut-être de publicité de son livre. Il attendra, entre temps, le miracle des ventes chez les libraires et marchands de journaux, aussi nombreuses que faibles soient-elles, pour pouvoir toucher un petit pourcentage. Du « misérabilisme » éditorial, en fin de compte, car ne rapportant aucun bénéfice. D'un autre côté, l'édition à compte d'auteur n'est pas nécessairement accomplie par des maisons d'édition, mais plutôt par des prestataires de services qui n'assument aucun risque éditorial. Et dans ce monde devenu farfelu, il est des anecdotes qui expliquent réellement le pourquoi du choix d'un auteur novice ou confirmé de l'édition à compte d'auteur. Car on raconte qu'un jeune écrivain qui avait publié un premier livre sous contrat avec un éditeur, avait été contraint d'acheter des exemplaires de son propre livre de chez ce même éditeur ! Tout simplement pour pouvoir en offrir quelques exemplaires à des amis ! Des clauses du contrat s'étaient avérées un peu trop compliquées ! Un véritable piège dans lequel s'était embourbé cet auteur. Le retour au choix de l'édition à compte d'auteur s'avèrera nécessaire, car elle devient un choix et une obligation, en fin de compte. L'édition à compte d'auteur, qui urge parfois, pour ne point rester à attendre Godot, est le dernier salut des auteurs potentiels : poètes, romanciers, nouvellistes, essayistes et autres historiens des arts et des lettres qui voudraient faire découvrir leurs œuvres. Mais il leur faudra toujours faire en sorte pour ne pas glisser dans le piège de la facilité pour proposer un produit artistique digne de ce nom qui garderait un certain standing pour notre création intellectuelle nationale.
L.B.K


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.