Le CSS dément le décès de Moncef Khemakhem    Tunisie : Nominations au sein du cabinet du ministre des Finances Ali Kooli    Youssef Chahed: « La Tunisie dispose de tous les moyens pour évincer le Coronavirus »    Tunisie : Moncef Khemakhem se porte bien    France-Coronavirus : Vers la fin de la troisième vague    L'UGTT dément sa participation aux négociations avec le FMI    BNA : PNB en hausse de 15,1% au 1er trimestre    Les Etats-Unis disposés à appuyer la Tunisie dans ses prochaines négociations avec le FMI et la BM    Industrie de l'armement : «Nous ambitionnons d'acquérir de l'expertise dans l'industrie maritime», déclare brahim Bartagi    En chiffres - Avancement de la campagne de vaccination    Ligue 2 : L'ES Hammam-Sousse retrouve l'élite    Monde: Daily brief du 22 avril 2021    Aucune demande de levée de l'immunité au député Rached Khiari n'a été déposée    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture jeudi dans le vert    Tunisie: Rached Khiari appelle des médias étrangers à la rescousse [vidéo]    Tunisie: Rached Khiari dévoile de quoi il a été accusé    Vaccin Coronavirus: Plus de 265 mille personnes vaccinées en 40 jours    l'Union tunisienne des propriétaires d'établissements privés d'enseignement et de formation déplore la généralisation de la suspension des cours du 17 au 30 avril 2021    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Déclaration de Djerba :Un acte mort-né
Mémoire collective : janvier 1974
Publié dans Le Temps le 29 - 01 - 2008


I - L'enthousiasme

Il y a 34 ans, les Tunisiens étaient pris de court par cet événement que fut l'annonce à travers les médias, d'une union de la Tunisie avec la Libye baptisée « République Arabe Islamique ».
On se frottait les yeux, on se pinçait, pour réaliser qu'il s'agissait d'une réalité et non d'un rêve, tellement cette nouvelle était inattendue.
En fait, une telle union n'est pas si irréalisable qu'on le pense. D'autant plus que beaucoup de Tunisiens ont des origines libyennes, et que la Tripoli ou la Tripolitaine faisait partie intégrante du Maghreb.
Il y a, cependant, la main-mise du colonisateur sur cette partie de l'Afrique qui a faussé les données et brouillé les cartes.
Les frontières avaient été plusieurs fois chamboulées entre les pays du Maghreb, en fonction des intérêts des uns et des autres parmi les colonisateurs, notamment italiens et français qui se sont partagés le gâteau à leur gré.
De même que durant l'hégémonie turque, l'empire Ottoman considérait les pays du Maghreb comme étant des provinces turques.
Des villes étaient tantôt rattachées à la Libye, tantôt à la Tunisie telle que l'Ile de Djerba qui faisait partie de la Tripolitaine jusqu'au 16è siècle.
Durant la période coloniale, les militants étaient favorables à l'idée du grand Maghreb car ils étaient tous solidaires, fussent-ils Algériens, Marocains, Libyens ou Tunisiens.
Ce fut le colonisateur qui pratiquait constamment la politique : diviser pour mieux régner.
Au fur et à mesure que les pays du Maghreb étaient libérés du joug du colonialisme, les nouveaux Etats s'occupaient, chacun de son côté, à résoudre les problèmes dûs aux multiples ingérences du colonisateur qui ne s'intéressait qu'à son propre intérêt au détriment de l'intérêt général du pays.
Ces problèmes différaient d'un pays à l'autre. Sur le plan social, économique ou politique.
Cela dit, l'idée de l'Union du Maghreb revenait toujours sur le tapis, au cours des rencontres ou congrès entre les chefs d'Etats maghrébins. Bourguiba ressassait ce thème du grand Maghreb arabe depuis l'aube de l'indépendance.
Déjà en janvier 1957, un trait de fraternité fut signé entre la Tunisie et la Libye qui avait alors encore à sa tête le roi Idriss Essenoussi.
Le leader Bourguiba rappelait souvent dans ses discours, ses origines libyennes, son aïeul étant originaire de Misrata, disait-il, toujours.
Quand le colonel Kadhafi accéda au pouvoir en 1969, il avait à peine trente ans.
Il était féru du nationalisme arabe, le dada du président égyptien Jamel Abdennasser.
Cependant, celui-ci était pour la grande union du monde arabe, y compris le Maghreb qui, d'après-lui en faisait partie intégrante.
Kadhafi, encore jeune à l'époque et nassérien convaincu, déclarait à sa prise du pouvoir, qu'une union maghrébine risquait de retarder le processus de l'unité arabe.
Or, au fil du temps, il commença à changer d'avis, surtout après l'échec du projet d'union avec l'Egypte annoncé en 1972.
L'idée d'une union de la Libye avec les pays du Maghreb, dont notamment la Tunisie, commença à germer dans l'esprit du colonel Kadhafi.
Toutefois, l'idée d'une union entre l'Algérie et la Libye fut suggérée par le colonel lors de sa rencontre avec Boumédiene à Hassi Messaoud.
Bourguiba qui eut vent de ce projet encore en gestation, se formalisa qu'il n'en fût même pas informé.
Ce qui l'incita à agir auprès du colonel Kadhafi pour le résoudre à abandonner un tel projet.
A l'occasion de la fête de la révolution libyenne, il rendit visite au colonel dans le dessein, non seulement de l'en dissuader, mais aussi de l'amener à concrétiser une union avec la Tunisie.
Le colonel le prenant au mot émit le désir de venir en Tunisie en visite officielle, par l'intermédiaire de Mohamed Masmoudi, alors ministre des Affaires étrangères.
Il débarqua le 11 janvier 1974 à Djerba, où il fut reçu par un membre du gouvernement tunisien et passa la nuit à l'hôtel Ulysse.
Le rendez-vous de sa rencontre avec Bourguiba ayant été fixé au 12, celui-ci arriva à cette date accompagné d'une délégation officielle.
Arrivé à l'hôtel Ulysse, Bourguiba fut directement reçu par le colonel Kadhafi qui demanda à rester avec lui en tête à tête.
L'entretien dura une heure à peu près. Puis, en présence de la délégation qui attendait à l'écart, la déclaration rédigée vraisemblablement par le colonel lui-même sur un papier à en-tête de l'hôtel fut lue à l'assistance par le ministre des Affaires étrangères Mohamed Masmoudi.
« Les deux pays formeront une seule république : la République arabe islamique, dotée d'une seule constitution, d'un seul drapeau, d'un seul président, d'une seule armée et des mêmes organes exécutif, législatif et judiciaire. Un référendum sera organisé le 18 janvier 1974 ».
L'union était signée !
Selon les documents, Bourguiba était président de la République Arabe Unie et Kadhafi vice-président et chef d'état-major. Il y avait également des ministres tunisiens et libyens.
L'après-midi, les médias annonçaient cette nouvelle et le ministre des Affaires étrangères lut une seconde fois la déclaration de l'union sur les trois radios tunisiennes : Tunis, Sfax et Monastir.
Des jeunes sortaient pour fêter l'évènement à travers les rues de la capitale en scandant : « Allahou Akbar », « Vive l'union ».
(A suivre)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.