Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les événements du 26 janvier 1978 tel que racontés par Taïeb Baccouche et Mohamed Sayah
Publié dans Le Temps le 26 - 01 - 2010

Le jeudi 26 janvier 1978, a été décrété par l'Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), jour de grève générale, la première du genre depuis l'indépendance. Dès le matin, des travailleurs, des chômeurs, des jeunes et même des enfants des banlieues investissent le centre de Tunis, dressent des barricades, brisent les vitres des magasins, brûlent des pneus.
L'affrontement avec les forces de l'ordre était inévitable. Le mot d'ordre de grève générale a dégénéré en émeute. Les dirigeants syndicalistes et à leur tête le secrétaire général Habib Achour, sont débordés. Sur ordre du président Habib Bourguiba, l'armée a été chargée de rétablir l'ordre.

De source officielle on avance le chiffre de 52 morts et 365 blessés, la majorité atteint par balle à la tête et ont moins de 20 ans. La Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l'Homme (LTDH), affirme qu'il y avait au moins 500 morts, certains opposants au régime ont avancé le chiffre de 1000 morts.

Le siège de l'UGTT a été investi par les forces de l'ordre et des dizaines de syndicalistes, notamment Achour, ont été arrêtés. L'un d'eux, Taïeb Baccouche, ancien secrétaire général de l'UGTT et très proche, à l'époque, de Achour, nous a déclaré à l'occasion du 32ème anniversaire de cet événement : " Les causes de ces tragiques évènements sont objectivement complexes. Ayant été l'un des acteurs, en prenant du recul, trente-deux ans après, je vais essayer d'analyser les causes le plus objectivement possible. Je pense que le nœud de la crie réside dans la politisation excessive de la relation entre le gouvernement et son principal partenaire social. Cette relation aurait pu rester dans le cadre de la négociation sociale stricto sensu.

Si l'on considère le volet revendicatif, on doit rappeler que le gouvernement, après avoir négocié la révision des salaires, voulait lier l'UGTT par une paix sociale de cinq ans, sans grèves, ni revendications, en plaçant tout cela dans le cadre " d'un pacte social ".

Du côté syndical, on était conscient de l'impossibilité d'un blocage des salaires pendant cinq ans, alors que l'inflation et l'augmentation du coût de la vie ne s'arrêtent pas. Par ailleurs, les bénéfices de la croissance au cours de la première moitié des années soixante-dix n'ont pas été équitablement distribués, creusant ainsi le fossé entre les revenus des salariés et des non salariés.

Malgré cela, ce dossier restait à mon avis gérable et pouvait donc être plus ou moins bien géré, mais c'est le parasitage politique qui a faussé la donne (...).

Le secrétaire général de l'UGTT était d'office membre du bureau politique du PSD. Il se trouvait ainsi dans une situation délicate et contradictoire, car, il n'était pas facile de concilier les exigences politiques du parti-Etat et la satisfaction des revendications des travailleurs qui aspiraient à plus de justice sociale et à des conditions de travail et de vie meilleures. Cet amalgame structurel dont la responsabilité incombe au système politique pouvait favoriser facilement les conflits " !

A la question concernant qui étaient les responsables directs de la crise ? M. Baccouche a répondu : " Il faut faire la différence entre la responsabilité et la crise, qui relève comme je viens de le dire du système politique imposé, et celle des événements. A ce niveau, tous les observateurs étaient convaincus de l'innocence de l'UGTT et du caractère inique des procès et des lourdes condamnations ".

Brassard
Nous avons posé la question sur la responsabilité de la crise et surtout sur le rôle joué par les " milices " du PSD dans la répression à l'ancien directeur du parti de l'époque, M. Mohamed Sayah.
Il a répondu : " Il n'y a pas eu de milices au sens de force militaire ou paramilitaire. Mais, pour accréditer l'idée, on était parti, comme toujours, d'un fait sans rapport avec l'accusation. Le fait, dans ce cas précis, était ce qu'on appelait les " services d'ordre ". Il est vrai que l'université a été le théâtre d'échauffourées à propos desquelles on avait aussi accusé le parti. En réalité, c'est la fédération des dockers qui est intervenue, envoyée par Habib Achour, alors que je n'étais pas directeur du parti. Achour disait, en 1972, (et les textes existent), que l'UGTT était comme les " gardes rouges " de Mao, qu'elle défendait le gouvernement et le régime. Comme je l'ai expliqué, il existait un " service d'ordre " du parti, dont les membres fichés par la police portaient un brassard. Ils intervenaient uniquement lorsqu'il y avait des grandes manifestations dans le pays comme dans le cas de visites de chef d'Etat étrangers, parce qu'il n'y avait pas suffisamment de policiers (...). En 1981, la justice a établi que l'accusation à mon encontre, relative à l'existence de " milices " ne reposait sur aucun fondement. Pendant un mois, l'hebdomadaire " Erraï " a invité les personnes qui auraient eu à souffrir des milices à s'exprimer sur ses colonnes. J'attendais avec intérêt. La seule personne qui s'est présentée a fait état d'une agression en 1972, à Tunis, dans le quartier de Jebel Lahmar, sans être en mesure de dire qui étaient ses agresseurs ".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.