Le ministère de la Justice met en garde: La retenue sur salaires des grévistes va se poursuivre    Décès du militant associatif Tarek Ben Hiba    Sfax: Prix au marché Bouchouicha [Vidéo]    Ligue 1 Pro : programme TV des matches de la J10 ?    Réunion de la commission administrative nationale de l'UGTT    USBG: Pas de surprise en vue    Mes odyssées en Méditerranée: Signature d'un accord bilatéral d'échange et d'Erasmus+, entre les Universités de Malte et de La Manouba    CSS: A trois points du bonheur    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Réunion du comité administratif-Sami Tahri: Plusieurs dossiers seront sur la table de l'UGTT [Vidéo en direct]    REMERCIEMENTS ET FARK: Hasna (Mohsna) MEZIANE    MEMOIRE: Hadj Abdelkrim BENSAAD    Wimbledon – Ons Jabeur :"La bonne chose est que je reste positive"    La part de la femme...    EXPRESS    Kairouan: Chômage, l'éternel problème des jeunes    Pourquoi: Où sont les services d'hygiène ?    Smartphones, tablettes: Une addiction qui fait mal    Aujourd'hui, temps très chaud et la vigilance est de mise!    Sixième édition du Tunisia Digital Summit (TDS): La transformation digitale, une clé pour sortir de la crise actuelle    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Malgré sa rhétorique belliciste, la BCE ne peut pas suivre la Fed    Mongi Bennani, ancien handballeur du SN et entraîneur : «Personne ne m'a fait de cadeaux !»    Agronomie :le langage révélateur des chiffres    Samir Dilou : La police a refusé de remettre à Hamadi Jebali ses médicaments    Production de électricité ,une "première "en Tunisie    Hamadi Jebali admis en urgence au service de réanimation de l'hôpital Habib Thameur    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Covid-19 : un décès à Bizerte    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Météo de ce samedi    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ons Jabeur rassure son public    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand tout s'effrite, reste l'Ugtt
Les syndicalistes commémorent le 34e anniversaire des événements du 26 janvier 1978
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 01 - 2012

«En Tunisie, tout s'est effrité et il ne reste plus que l'Ugtt». Hassine Abbassi, nouveau secrétaire général de la centrale syndicale, est clair, précis et tranchant, en tirant, hier, à la maison de la culture Ibn-Rachiq, les enseignements de la commémoration, pour la première fois à l'échelle nationale, 34 ans après, des événements sanglants du jeudi noir, un certain 26 janvier 1978.
Dans une salle archicomble où l'on sentait la nostalgie des syndicalistes qui ont vécu cette journée mémorable, le désir des représentants de la société civile de tremper, de nouveau, dans l'ambiance des souvenirs des années de braise et la volonté des jeunes qui ont accompagné la révolution du 14 janvier 2011 d'apprendre de leurs aînés, le secrétaire général de l'Ugtt n'est pas allé par quatre chemins pour insister sur l'importance des événements du 26 janvier 1978 qui «ont balisé la voie à l'instauration du multipartisme, à l'autonomie de l'Ugtt en tant que choix pour lesquels les syndicalistes ont payé de lourds tributs et au développement de la culture démocratique au sein de l'Ugtt elle-même et au sein des partis qui luttaient pour être reconnus».
Il devait, par ailleurs, insister sur le rôle militant des syndicalistes et des militants qui ont vécu ces «événements de triste mémoire, mais qui ont constitué un combat démocratique et une étape fondatrice sur la voie de l'instauration des libertés individuelles et publiques».
Hassine Abbassi a fait part de quatre revendications accueillies par les présents avec enthousiasme et passion.
Il s'agit de l'appel à ce que l'anniversaire du 26 janvier 1978 soit considéré comme une fête nationale, de l'ouverture officielle d'une enquête juridique afin de démasquer et de juger les responsables des assassinats des syndicalistes et des martyrs tombés sous les balles de l'armée et de la police, ainsi que des opérations de pillage des locaux de l'Ugtt, de la restitution des documents et des archives de l'Ugtt volés, et ce, dans le cadre de la préservation de la mémoire syndicale et enfin la décision, par le gouvernement actuel, d'inscrire les martyrs du 26 janvier 1978 parmi les martyrs de la révolution et de les faire bénéficier des avantages de ceux qui ont payé de leur vie tout au long de la période du 17 décembre 2010 au 14 janvier 2011.
Pour que personne n'oublie
Acte II de la célébration des événements du 26 janvier 1978 : la présentation d'un film documentaire de Ridha Ben Hlima, intitulé : Pour que personne n'oublie.
Dans ce film d'environ une heure, on a retrouvé des visages syndicalistes qui ne sont plus de ce monde (Bouraoui, Habib Ben Achour, Saïd Gagui, Houcine Kouki), des policiers qui ont apporté leur vision de ce qui s'est passé le 26 janvier 1978 et bien avant cette journée fatidique (Mohamed Sayah, ancien directeur du PSD et l'un des protagonistes des événements), des historiens qui essayaient d'analyser, le recul historique aidant, pourquoi l'Ugtt sous la direction de feu Habib Achour et le gouvernement de l'époque géré par feu Hédi Nouira «deux amis de longue date et deux alliés solides de 1970 jusqu'à fin 1977» étaient arrivés à la confrontation.
Le dernier mot revient à l'Histoire
Acte III et fin de la cérémonie : des témoignages de ceux qui ont vécu, directement, ces douloureux événements en commençant par Mohamed Ennaceur, ministre des Affaires sociales à l'époque et architecte de la politique contractuelle (mise en œuvre en 1971) et du pacte social signé en janvier 1977.
Il a notamment souligné que plusieurs zones d'ombre continuent, trente-quatre ans après, «à marquer la décision de la grève générale le 26 janvier 1978 par Habib Achour et les membres du bureau exécutif ayant convenu, fin 1977, de couper les ponts avec le PSD et d'imposer l'autonomie de l'Ugtt».
Mohamed Ennaceur n'arrive toujours pas à comprendre comment et pourquoi «les différentes tentatives de conciliation entreprises par plusieurs personnalités nationales et internationales ont échoué».
«J'estime, conclut-il, que c'est à l'histoire de dire le dernier mot sur ces événements et de dévoiler les secrets qui demeurent toujours dans les archives qu'il importe d'ouvrir le plus vite possible aux historiens».
Quant à Abdelmajid Sahraoui, ex-secrétaire général de l'Union régionale de Sousse et le plus jeune syndicaliste jugé en 1978, il revient sur le nombre des victimes assassinées le 26 janvier 1978 pour affirmer qu'il s'élève à plus de 1.200 martyrs, «selon les déclarations récentes d'un responsable sécuritaire de haut rang».
Il appelle l'Ugtt à assumer ses responsabilités et à «poursuivre les responsables dont la compromission a été établie dans ces événements». Il considère, également, qu'il est temps que l'Ugtt «collecte tous les documents et photos relatifs à cette journée dans la mesure où ils représentent une partie intégrante de la mémoire nationale, chère à nous tous».
Quant au Pr Zeïneb Ben Saïd, jugée en 1974 pour appartenance à «El Amel Tounsi» et arrêtée durant près d'un mois en 1978 en compagnie des syndicalistes Habiba B'hiri et Zeïneb Hamza (enseignement secondaire), elle se rappelle avec émotion «les combats que nous avons menés au sein de l'Ugtt alors que nous étions exclus de l'enseignement. La centrale syndicale constituait, pour les marginalisés, les licenciés pour raisons politiques, notre maison où nous avons milité pour l'instauration de la démocratie et le triomphe de la liberté».
De son côté, Salah Chelli, secrétaire général, à l'époque, de l'Office des ports nationaux, a évoqué les rapports que l'Ugtt entretenait depuis sa création avec le PSD et les rapports personnels qui liaient Achour à Bourguiba, du temps de la lutte pour la libération nationale (en 1949 quand Achour a aidé Bourguiba à quitter la Tunisie pour l'Orient) ou à l'occasion du congrès de Sfax en 1955 (l'Ugtt ayant décidé de soutenir Bourguiba contre Salah Ben Youssef).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.