Ligue 1 : Les arbitres de la 10e journée    Tunisie: Poursuite de la grève des surveillants et des surveillants généraux    Tunisie – météo : Vents forts et légère baisse de températures    Le Bureau de l'UNESCO pour le Maghreb célèbre la Journée internationale de l'éducation    La Tunisie et le Maroc, champions de la digitalisation à des fins économiques en Afrique du Nord    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Tunisie-Photos du jour: Les mesures sanitaires annoncées VS la réalité    Informations générales sur le programme de coopération UK - OCDE - BFPME, orienté à l'accompagnement post-création dans le contexte de la crise du COVID-19    Hatem Zaara :L'évaluation du FMI aurait pu être pire    DECES : Zeineb MEDDEB    DECES : Ghaya BENINA    MEMOIRE : Ali Ben Sadok BEN YEDDER    Pour l'établissement d'une alliance enfreignant la loi : «Marsad Raqaba» porte plainte contre les banques tunisiennes    Coronavirus-Monde: Le virus creuse davantage le fossé entre les plus riches et les plus pauvres selon le rapport d'Oxfam    Utap | Campagnes agricoles : Résoudre les problématiques en suspens    Connectivité Internet : Les freins qui persistent    Investissement direct étranger : L'avantage fiscal n'est pas la priorité des investisseurs    Des pressions sur l'approvisionnement en différents produits agricoles provoquent une hausse des prix (Ministère du Commerce)    Utilisation d'excédents supplémentaires par les banques dénoncée par Raqabah    30% des personnes arrêtées sont des mineurs    D'un sport à l'autre    L'invité du lundi | Anis Lounifi ( ex-champion du monde et sélectionneur dames de judo ) : « Le judo est devenu un sport à traditions en Tunisie... »    Malgré une injustice arbitrale : Des Cabistes conquérants !    Coronavirus : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    Tunisie [Vidéo]: Le Programme "Azima" veille sur le protocole sanitaire à la reprise scolaire à Médenine    Tunisie-ARP: Décès du Directeur administratif et financier, Hatem Beyaoui    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Foot-Europe: le programme du jour    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'élan vers l'ailleurs
«Tunisie Rhapsodie» de Anouar Attia
Publié dans Le Temps le 25 - 08 - 2010

Après « L'histoire de la Chair », publié en 2009 chez Sahar Editions, Anouar Attia, romancier tunisien d'expression française, quoique de formation angliciste, nous offre aujourd'hui son dernier roman intitulé « Tunisie Rhapsodie », paru cette année chez la même maison d'éditions.
Sous forme épistolaire, le roman est une suite de courtes lettres, qui chacune pourrait constituer une histoire à part, adressée par l'auteur, résidant en Tunisie, à son amie française, Sylvie, à qui il avait promis avant de quitter la France pour son pays natal, de lui révéler tout à travers ses lettres, histoire d'exaucer un vœu exprimé par son amie qui lui disait avant son départ:
« une lettre où tu me diras tout sur toi, le peu que tu m'as dit et le reste : ce que tu as oublié…ou fait semblant d'oublier de me dire. ». La correspondance sera reprise, dans la seconde partie du livre, par Wafa, la nièce de l'auteur, pour achever la narration entamée déjà par son oncle Farid (le nom du narrateur), dans la première partie du roman. Nous sommes donc en présence d'un roman à deux parties distinctes mais complémentaires : la première intitulée « Le fils de Blanche », la seconde « La fille de Tounès » ; l'une et l'autre partie contenant de courtes lettres portant chacune un titre. C'est dire que la nièce Wafa a pris la relève pour parachever le travail de l'oncle, et son récit commence là où se termine l'œuvre de l'oncle Farid. Le contenu des deux parties est clairement signalé en page 85 du livre dans le e-mail adressé par l'éditeur à Wafa avec qui il s'était mis d'accord sur la nécessité de continuer l'histoire de son oncle avec son amie Sylvie : « Mademoiselle, je viens de penser à un titre pour notre livre à venir : Tunisie, Rhapsodie. L'image de la Tunisie telle qu'elle émerge du récit de votre oncle ainsi que du vôtre est variée. Elle reflète certains de ses charmes, nombre de ses défauts. Certaines de ses complexités aussi. Par exemple, ces élans vers l'ailleurs qu'on trouve chez ses enfants, quelque jaloux qu'ils soient de leur pays, un ailleurs qui s'incarne souvent en une certaine étrangère ou un certain étranger… » La ressemblance entre les deux récits se traduit également dans le style, la forme et le langage utilisés par les deux narrateurs (Wafa et son oncle), « Variété de styles aussi et de tons, poursuit l'éditeur dans son e-mail adressé à Wafa, autant dans vos paroles que dans le récit de votre oncle, (curieuse, soit dit en passant, cette ressemblance de style et de ton entre vous et lui. Effet d'osmose ? d'hérédité ? »
Quant aux thèmes soulevés dans ce roman, que ce soit par l'oncle ou la nièce, ils sont constants et récurrents. Ils renvoient tous à l'attachement aux sources arabo-musulmanes, mais aussi à l'ouverture sur les autres (ici l'Occident), l'appartenance au pays natal à la famille, à l'histoire mouvementée vécue par les différentes générations, à la complexité de la vie humaine, au passé, au présent et à l'avenir… Bref un appel à la solidarité, à l'amitié, malgré toutes les inimités du passé, héritées des ancêtres et dont on subit souvent les conséquences… Là-dessus, l'oncle et sa nièce ne font, en fin d'analyse, qu'un seul narrateur ayant laissé courir leur plume sur le même papier après l'avoir trempé dans le même encrier. Aussi reconnaît-on dans la seconde partie réservée à Wafa les mêmes personnages et pas mal d'allusions faites aux différents lieux et événements évoqués dans la première partie où il est question de la lettre écrite par l'oncle Farid (la ville de Mateur, Om'l'Khir, Am Brahim…). Autant que le roman, dans ses deux parties, est une narration de faits vécus ou subis aussi bien par les deux narrateurs que leurs personnages, il passe aussi pour une analyse psychologique de certains comportements individuels, sociaux ou historiques. Un livre plein de vérités et d'aveux étonnants sur les origines des personnages et sur les événements passés à une époque écoulée dans l'histoire de la Tunisie et où présent et souvenirs se côtoient pour en faire un véritable roman épistolaire basé sur des lettres expressives adressées à des êtres chers pour leur faire part de ses soucis, de ses douleurs, de ses passions, de ses espoirs… Je m'arrête à ce niveau de mon exposé pour renvoyer le lecteur à ce beau roman de Anouar Attia afin qu'il découvre la beauté du style et la profondeur des idées.
Hechmi KHALLADI
* « Tunisie Rhapsodie » de Anouar Attia, Editions Sahar, 2010, 138 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.