CONDOLEANCES : Lamia ZOUAOUI    CONDOLEANCES : Chedly LAHMAR    Monastir: Un surveillant général arrêté pour avoir harcelé des parents d'élèves    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    Appel à candidatures pour la Bourse d'aide à la mobilité AMI : date limite le 31 mai 2022    Slim Riahi : je ne suis ni un corrompu, ni un criminel pour subir cet acharnement !    Ukraine : La boulette signée Bush, il condamne sa guerre en Irak…    Le Kenya est exclu des éliminatoires de la CAN 2023 !!    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme TV de la 6e journée    La chargée d'affaires à l'Ambassade des Etats-Unis: Le pèlerinage d'Al Ghriba est le symbole de tolérance et de paix [Vidéo]    Une délégation de l'Otan en Tunisie et … en catimini    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    Le Brief sportif national, continental et international du jeudi 19 mai    High Tech & Innovation    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Photo du Jour : ils présentent des excuses pour le "dérangement"… On avance!    Walid Ben Salah, président de l'Ordre des experts-comptables de Tunisie à La Presse : «La Tunisie travaille sur l'amélioration de sa notation par le Gafi»    L'investissement étranger n'a pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    Tolérance et ouverture...Ce qu'a dit l'ambassadeur de France à propos de la Tunisie    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Foot-Europe: le programme du jour    Artes propose la distribution d'un dividende de 0,8 dinar par action    EXCLUSIF: Najla Bouden participe au Forum de Davos    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Des Israéliens à la Ghriba    Prévenir la pénurie alimentaire    Abdelmajid Zar : la tentative de m'écarter de l'Utap est une trahison    Ghazi Maherzi: Le représentant du géant ukrainien de produits métallurgiques    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Match amical: USA-Maroc le 1er juin à Cincinnati    Le président de l'Instance générale des prisons et de la rééducation démis de ses fonctions    Par A.Ben Gamra : Notre banque centrale (BCT) cause elle-même l'inflation de notre économie    Libye : Bach Agha annonce Syrte comme siège de son gouvernement    Motus après le missile de l'USAID, Tunis attend qu'on coupe le robinet du FMI    Le Festival de l'Amandier débute ce vendredi à Sfax    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le syndrome de la bonne vieille fessée
Education des enfants
Publié dans Le Temps le 06 - 10 - 2010

Ils nous mènent par le bout du nez ces petits tyrans qui à la maison font la loi. Faut-il pour autant rétablir la fessée pour montrer à son enfant le droit chemin au sens de l'adage qui dit « qui aime bien, châtie bien » ? Il n'en est aucunement le cas, car la loi tunisienne incrimine la violence contre les enfants. Un enfant tunisien ne peut, en aucun cas, être la victime de châtiment corporel. Mais toutes les punitions ne s'évaluent pas de la même manière, car on ne peut assimiler une fessé ‘'anodine'' à de la violence à l'encontre de l'enfant. Faut-il bannir la fessée qui, sous d'autres cieux, reprend de la légitimité ?
La tendance actuelle dans un pays comme la France est, en effet, pour ce châtiment corporel anodin qui remet dans certains cas les choses dans l'ordre, sans affecter la psychologie de l'enfant. C'est du moins ce que croient les adeptes de cette punition par le corps. Mais la fessée a toujours ses détracteurs qui croient en la communication pour amener l'enfant au droit chemin. « Personnellement je privilégie la communication dont j'use et abuse même. J'essaye de responsabiliser l'enfant qui doit comprendre pourquoi il est en tort. Cela lui permet d'acquérir des repères qui lui permettent de se positionner par rapport au monde qui l'entoure et de se sentir confiant. En tant qu'éducatrice, ma méthode en classe consiste à engager des discussions avec mes élèves pour qu'ils parlent, tout simplement. Car un enfant qui fait des bêtises d'une manière continuelle exprime une manière à lui d'attirer l'attention de son entourage vers lui. Mieux vaut donc parler ouvertement de ce qui le dérange.» remarque Mme Monia Jalel, professeur principal dans un lycée à Tunis. Pourtant ils sont nombreux ceux qui croient qu'on ne peut élever un enfant que par la ‘'violence''. Alors qu'il s'agit d'éduquer un enfant et non pas le dresser. Et de ce côté-là, chaque culture apporte son lot de punitions qui changent à travers le temps.
La punition à travers les temps
Certains parmi nous se rappellent bien des coups de bâton infligés sur les doigts ou sur la main. La gifle figure aussi au palmarès des punitions. Certaines parmi elles sont actuellement révolues. Elles ont été délaissées avec les lieux où elles étaient pratiquées comme la « falka » qui était le moyen le plus utilisé dans les écoles coraniques d'antan, moyennant des coups de bâton sur la plante des pieds. Aujourd'hui, les choses ont changé certes. Cela on peut l'observer à l'école tunisienne où malgré l'interdiction formelle de la punition corporelle en vertu de la circulaire du ministère de l'Education, certains choisissent d'abreuver d'insultes les élèves pour les rappeler à l'ordre ! Dans nos foyers les choses se présentent autrement. Certains parents flanquent une bonne punition à leur enfant qui ne comprend pas pourquoi on le réprimande. « Parfois, je suis obligée de punir physiquement mon fils même si je suis contre le châtiment corporel. Je crois vraiment qu'il faut privilégier la parole, mais dans certains cas mon enfant me met hors de mes gonds. Toujours est-il, que je lui explique à chaque fois les causes de la punition. Autrement il se sentira perdu et croira à tort que je ne l'aime pas. », confie Imen, la maman de Sélim 5 ans. Cette fois, la vérité sort de la bouche des parents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.