Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    Remaniement ministériel : L'ATGEC dénonce le non respect d'égalité des chances entre homme et femme dans les postes de décision    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Tunisie : Les soldes d'hiver commencent à partir du 29 janvier 2021 et se poursuivront jusqu'au 11 mars 2021    L'UTAP appelle le ministère de l'Agriculture à prendre des mesures urgentes pour sauver la saison    Covid-19 | Campagne nationale de vaccination : 100 mille citoyens déjà inscrits    CAN U17 – Qualifications : La Tunisie fait le job contre la Libye    Ligue 1 (9 journée) : le match Espérance-STunisien à El Menzah, à 14h00    Hichem Anane présente le nouveau format de la facture de la STEG    Le CCIH organise une résidence artistique "Imagine Music" à l'occasion du Sommet de la francophonie en Tunisie    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Stade Tunisien : Dix joueurs testés positifs au Covid-19    Yassine Ayari : 4 familles monopolisent l'économie et la politique en Tunisie    Alya Djamal, la doyenne de RTCI    Wifak Bank remporte le prix "Best Islamic Corporate Bank Tunisia 2020" par Global Banking & Finance Review    Tunisie-Un blogueur arrêté pour un simple statut Facebook, le Syndicat des Journalistes dénonce [Vidéo]    La Banque de Tunisie réaffirme sa capacité à surmonter la crise    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Janvier 2021 à 11H00    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    CONDOLEANCES: Mohamed Moncef MAATOUG    Le ministère de l'enseignement supérieur appelle les étudiants à regagner les foyers universitaires à partir d'aujourd'hui    Pas d'augmentation des tarifs de la STEG    CONDOLEANCES: Saida SOHLOBJI épouse OUENNICHE    CONDOLEANCES: Ali BAAZAOUI    NEWS: L'USM sur Jassem Hamdouni    Mini-Football – Championnat national des féminines: Un championnat à 17 équipes    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    Covid-19: le primat de l'économie et des considérations politiciennes sur la santé    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Ayoba: Une appli de messagerie africaine gratuite qui protège la vie privée    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    La pénurie d'eau, une menace réelle dans la région de Kairouan    Météo | Temps nuageux et températures stables    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Coronavirus: Point sur la situation épidémiologique à Nabeul    Tunisie [Photos]: Hospitalisation des premiers patients à l'unité Covid-19 de Jebeniana    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi un marché d'art s'avère t-il nécessaire en Tunisie ?
Colloque à Sousse
Publié dans Le Temps le 23 - 11 - 2011

Les artistes plasticiens qui ont participé au colloque de Sousse les 19 et 20 novembre courant étaient unanimes pour la création d'un marché d'art en Tunisie qui soit bien structuré et qui profite à tous les artistes sans exception et à rompre avec les marchés informels qui ont toujours été la chasse gardée d'une poignée de plasticiens privilégiés.
D'autant plus que jusqu'à présent, seul le Ministère de la culture passe pour le principal acquéreur d'œuvres d'art par le biais de sa commission d'achat, en l'absence d'une véritable clientèle, en Tunisie comme à l'étranger, capable d'acheter les différentes productions en matière de peinture ou d'arts plastiques, quand bien même les artistes tunisiens auraient atteint un niveau mondial en matière de créativité artistique.
Pour ce faire, tous les participants à ce colloque recommandent que tous les acteurs du domaine doivent mettre la main à la pâte : peintres, plasticiens, galeristes, collectionneurs, critiques d'art...doivent entamer des contacts et des débats entre eux en vue d'aboutir à une stratégie commune aboutissant à la création d'un marché d'art bien structuré qui soit le seul garant de l'évolution de l'art en Tunisie et de consolider la valeur des arts qui doivent désormais entrer dans le circuit économique, comme il se passe en Europe et dans plusieurs pays du monde où les marchés de l'art sont florissants et jouent un rôle économique dans la société. L'épanouissement du mouvement artistique, la promotion de l'œuvre artistique, en tant qu'un produit économique sujet à la loi de l'offre et de la demande, et surtout la conservation de l'image de marque de nos artistes sont tributaires du lancement de ce marché de l'art où tous les intéressés trouveront leur compte. Aussi faut-il fournir les efforts nécessaires pour aboutir à cet objectif, rêve de tous les artistes plasticiens en Tunisie. L'établissement d'un tel marché doit passer sans doute par la fondation d'une assise assez solide qui doit être l'apanage de toutes les parties concernées.
C'est dans ce souci que la Fédération Tunisienne des Arts Plastiques avec la collaboration de la délégation régionale de la culture de Sousse a réuni durant deux jours d'éminents professeurs et docteurs en sociologie, en économie, en histoire de l'art et en sciences juridiques, ainsi qu'un bon nombre de plasticiens, de galeristes et de critiques d'art pour débattre de l'avenir de l'art en Tunisie et des possibilités de lancer un marché de l'art. Le projet a donc été débattu sous plusieurs angles : sociologique, économique, juridique, éthique et esthétique et les discussions qui ont eu lieu autour des différents aspects ont été également fructueuses.
*L'avis de Khalil Gouiâ, président de la FTAP
A cette occasion, nous avons rencontré M. Khalil Gouiâ, Président de la Fédération Tunisienne des Arts Plastiques à qui nous avons posé la question suivante : pourquoi un marché d'art s'avère t-il nécessaire en Tunisie ? La réponse était la suivante : « Le marché de l'art, suivant les recommandations du colloque, requiert l'apport de tous les acteurs dans le domaine artistique et culturel, ce n'est pas un marché unilatéral ! L'expérience vécue jusque-là en Tunisie repose sur les seules initiatives individuelles de la part d'un nombre restreint de galeristes, et de collectionneurs d'œuvres d'art. Nous devons faire participer les critiques d'art qui sont partie prenante de l'activité et de l'univers artistique et qui, par leurs analyses, participent à la promotion du secteur. Raymonde Moulin, sociologue française, spécialiste en marché de l'art à la Sorbonne et au Centre de Recherches scientifiques à Paris, a dit que « c'est au critique d'art d'estimer et de certifier la valeur esthétique de l'œuvre », c'est donc cette valeur qui doit être prise en considération par les galeristes, les collectionneurs et les amateurs d'art. Cette valeur artistique de l'œuvre se transforme donc en valeur économique, monétaire ou marchande. On ne doit pas donc négliger le rôle du critique d'art dans le marché de l'art. Cependant, ce marché auquel nous aspirons doit être fondé sur des bases solidement étudiées : artistiques, culturelles, économiques, sociologiques, législatives, esthétiques et éthiques. De même, il y a lieu de distinguer entre l'art culturel (produits traditionnels ou artisanaux) et l'art créatif (œuvres authentiques). Ce marché doit tenir compte de la dimension cognitive et créative de l'œuvre à travers le rôle du critique d'art. Ce marché doit également faire participer les institutions sociales et économiques du pays et inciter au mécénat d'entreprises qui devront y contribuer amplement… »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.