Amine Mahfoudh évoque le flou constitutionnel qui entoure les remaniements ministériels    Polémique autour de la prestation de serment, que dit la constitution ?    A Sousse, des protestataires revendiquent la chute du régime    Le patronat libyen sollicite les compétences et la main-d'œuvre tunisiennes    COVID-19 Sousse, situation au 25 Janvier: 62 nouveaux cas et 8 nouveaux décès    Tunisie: En images, manifestation au Kef pour réclamer la libération des détenus    Tunisie [Vidéo]: Coup d'envoi du Match Olympique de Béja contre Espérance Sportive de Tunis    Mechichi : Une carte des centres de vaccination contre le coronavirus a été établie    CONDOLEANCES    Le FLAGSHIP KILLER MI 10T Pro-5G de XIAOMI débarque enfin en Tunisie    CONDOLEANCES : M. Nabil JERIDI    DECES ET FARK : Safia NAAT    Espérance de Tunis : le Ghanéen Khaled Abdelbasset espérantiste jusqu'en 2023    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 26 Janvier 2021 à 11H00    Débats houleux à l'ARP, levée de la séance plénière    Attijari bank annonce un PNB de 488 millions de dinars en 2020    Mobilisation tous azimuts en faveur de l'adaptation au changement climatique en Tunisie    Le premier ministre italien présente sa démission    Tunisie – météo : Poursuite des pluies dans le nord et vent fort sur les côtes    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Programme TV du mardi 26 janvier    Une jeunesse désœuvrée : Les oubliés de la «Révolution»    Tunisie-Fayçal Tebbini: En l'absence de la Cour constitutionnelle, Kais Saied est la Cour constitutionnelle    Les indiscrétions d'Elyssa    Volleyball | Coupes d'Afrique des jeunes : Vers l'annulation...    Mini-Football | Super League Elite (3e journée) : Arriadh confirme, La Marsa cale    Stupeur sur fond d'ambiance délétère au CA : Supplice clubiste !    Télétravail : Quelles sont les entreprises qui investissent dans les solutions IT?    A l'occasion de son 102e anniversaire : «Taraji Pay» voit le jour    Contrepoint | Culture... et interrogations    18e édition du festival des cinémas d'Afrique en ligne : Le numérique comme issue    Tunisie: Les échanges commerciaux avec l'extérieur ont enregistré une baisse    Tunisie-Ligue 1 (J10): les matches de ce mardi et programme TV    Mohamed Ammar : Le gouvernement Mechichi est, moralement et politiquement, déchu    Manifestations-Rafik Abdessalem:"Le président doit choisir entre le chaos ou l'Etat"    Tunisie – Un haut conseil de la sûreté de l'Etat hors norme où tous les coups étaient permis    Appel à candidatures pour le projet "Académie des Musiciens créateurs"    Ramadan 2021: Nouvelle série "Kan Ya Makanesh" d'Abdelhamid Bouchnak avec Hatem Belhaj    Exposition collective "Géographie de l'intime" à la station d'art B7L9 du 29 janvier au 7 mars    [TRIBUNE] #Jeunesse #Espoir !    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Courts métrages, grandes enjambées...
3ème Festival du Film tunisien à Paris
Publié dans Le Temps le 29 - 11 - 2011

De notre correspondant à Paris: Khalil KHALSI - Dans la ville Lumière, une salle s'obscurcit pour laisser s'illuminer des milliers d'images venues d'outre-mer. C'est au cinéma Reflets Médicis, pour les amateurs du cinéma d'auteur et des cultures étrangères – quand l'écran de cinéma s'ouvre comme un hublot sur d'autres cieux –, en plein Quartier Latin, que s'est tenue les 24, 25 et 26 novembre derniers la 3e édition du Festival du Film tunisien à Paris. Là où, plus que jamais, art et patriotisme battent ensemble la mesure de la beauté – dans la mesure du possible...
Nouveau rendez-vous incontournable pour les Tunisiens de Paris, étudiants et intellectuels de tous bords, le Festival – lancé par l'association Jeunes Tunisiens (avec, à leur tête, le non moins jeune producteur Melik Kochbati, cf. « Un café à Paris » dans nos colonnes du Temps du jeudi 16 décembre 2010) – se veut, à la base, une galerie des productions audiovisuelles tunisiennes, tellement méconnues du public français (et occidental, étranger, en général), alors que bien des manifestations mettant à l'honneur les cinémas du monde (de l'initiative des ambassades elles-mêmes) acquièrent de plus en plus d'importance dans le Paris œcuménique. Œuvrant pour moins de marginalisation (et c'est le cas de la plupart des événements visant à faire connaître la culture arabe en Occident), et avec les moyens qui sont les leurs et sans le soutien qu'ils mériteraient (pour les anciens dirigeants du Ministère des Affaires étrangères, c'était le cadet de leurs soucis, pas seulement financiers, mais aussi culturels, intellectuels), les organisateurs de ce jeune festival se glissent finalement au cœur de Paris et arrivent à fédérer un public important – quoique pas très blond.
Pourtant, en plein Printemps arabe (mais dont les feuilles semblent déjà tomber), l'occasion était on ne peut plus propice pour faire entendre les cris artistiques de cette jeunesse qui semblait revenue de tout avant décembre 2010. « Nous ne célébrerons pas la Révolution mais la Création tunisienne, ressort nécessaire à toute évolution », énoncent les organisateurs du festival. L'on ne se complaît donc pas d'une fierté qui tend à s'assumer sans s'assurer, car le processus de liberté était déjà en marche chez certains (jeunes) chevaliers du 7e art – il n'a pas fallu attendre que le martyr s'immole pour que l'on puisse le voir, c'est seulement que l'on ne l'entendant pas. Pour cette nouvelle session de la manifestation, mise en place presque un an après le séisme socio-politique censé transfigurer notre jeune Tunisie, l'on prend le parti de dévoiler le visage d'un cinéma tunisien déjà en révolution depuis quelques années.
Jeunes
Créé par des jeunes, ce jeune festival, essentiellement fréquenté par des jeunes, fait la part belle au cinéma des jeunes, car ce sont eux qui font la révolution dans le 7e art tunisien depuis quelque temps. La révolution n'est pas à entendre qu'au niveau politique, évidemment, car c'est avant tout un art qui tente de s'affirmer dans une position de rupture, de rejet, de déni face à un cinéma qui zoome sur les nombrils et au calibrage exotique. Ce sont des jeunes qui regardent plus loin que les frontières, les atteignent, les effacent – essaient de le faire. Des jeunes attachés à leur culture mais qu'ils dépouillent de toute sédentarité, des jeunes qui parlent toutes les langues du monde pour honorer celle des ancêtres et d'une terre qui les enferme autant qu'elle les rejette.
Walid Tayaâ le rappelle durant la séance où est diffusée sa nouvelle réalisation intitulée « Vivre » : cela fait presque cinq ans que la production cinématographique tunisienne, du moins au niveau des courts-métrages, se tourne vers les préoccupations d'un peuple en train de se transformer en une bombe à retardement. Tenues à ce bâillon du silence (et de la censure, de l'autocensure), jusqu'à ce que le bâillon soit devenu arme – pierre, parole, cri –, les bobines défaisaient déjà le nœud de l'intérieur. Les jeunes parlaient du mal-être, du mal-vivre, du spleen de Tunis, des inégalités sociales, du désir de partir, de fuir. Les allusions à l'aliénation dictatoriale ne manquaient donc pas, mais déjà effrayées d'exister, d'être reconnues, attrapées, cependant que l'on pensait pourvoir remplir son devoir d'engagement – inhérent à toute œuvre artistique dans ce pays qui est le nôtre, dans ce monde en transformation, car autrement l'art aurait peu de raisons d'exister pour ce qu'il est uniquement – en laissant fuir un mot ou deux, une réflexion. Est en cela caractéristique de la scène de « Vivre », le court de W. Tayâa, quand la héroïne, travaillant dans un centre d'appels, semble entendre bouillonner, en elle et en ses collègues, la révolte qui devrait les pousser à élever leur voix ; et l'on entend un vers de la chanson de Mohamed Mounir tirée du « Destin » de Youssef Chahine, alors la femme se plaque une main sur la bouche.
C'est ce cinéma-là que le Festival du Film tunisien à Paris voulait célébrer et primer. Les courts-métrages sont les premiers pas, mais déjà si grandes enjambées de jeunes réalisateurs, ou de réalisateurs jeunes, vers une entière prise de parole et d'images. Des courts-métrages parmi lesquels un jury professionnel et le public devait choisir, peut-être pas le meilleur, mais celui qui aurait été le plus à même de porter l'étendard d'un cinéma en pleine révolution.
Kh. KH.

* Lire demain notre article consacré à certains coups de cœur du Festival du Film tunisien à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.