Al Watad soutient les mouvements de protestations des jeunes    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Marouane El Abassi: 2021 Nécessaire optimisme de combat!    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Coronavirus: La situation épidémiologique à Siliana    Tunisie: En images, marche dénonçant la dégradation de situation sociale à Sousse    L'Ordre des avocats dénonce l'usage ''excessif de la force'' lors des manifestations pacifiques    L'un des plus grands constructeurs de produits électroniques UMIDIGI arrive en Tunisie    The Voice Belgique: le chanteur Tunisien Youssef Ben Soltan impressionne le jury (vidéo)    Tunisie [Vidéo]: Reprise des entraînements de l'Olympique de Béja en préparation de la rencontre contre l'US Monastir    Foot – Marché des transferts : une baisse historique en 2020 (Fifa)    Hand – Mondial 2021 : Mohamed Amine Darmoul 3e meilleur buteur du premier tour    UTAP : Les agriculteurs menacés par la faillite et le pays par la famine    Le coordonnateur-résident de l'ONU en Tunisie suggère un partenariat avec les médias    Quand le swag de K2rym triomphe du sérieux de Mechichi    Afrique : Le Sénégal, foyer de mégaprojets gaziers ouest-africains, accueille un événement majeur sur la transition énergétique    UE : le taux d'inflation annuel s'est établi à 0,3% (décembre 2020)    La BIAT lève 113,4 millions de dinars    Une manifestation contre le pouvoir à Sousse    Ce n'est pas une révolution    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Covid-19 : Tunisiens, remettons-nous à la vitamine D, en attendant le vaccin !    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Janvier 2021 à 11H00    BTE : Un PNB de 50,298 millions de dinars    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    En direct et live streaming, chaîne tv : Juventus Turin – Naples, Super Coupe d'Italie, Finale    Analyse sociologique du discours de Mechichi    REMERCIEMENTS ET FARK: M'Hamed Ben ALYA    NEWS: Le Sahel SC engage Hichem Dali    Moez Cherif, Président de l'Association de défense des droits de l'enfant à La Presse «La fermeture des établissements scolaires est la preuve de l'échec de notre politique sanitaire»    Foot-Europe: le programme du jour    DECES: Dr Mokhtar JELILI    Monsieur Mahmoud Zani:LES ENTREPRISES MULTINATIONALES : QUELLES NORMES DE REGULATION ? QUEL TYPE DE CONTROLE ?    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    Sonia Ben Cheikh rassure les Tunisiens    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Météo: Prévisions pour mercredi 20 janvier 2021    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce silence coupable…
Migration clandestine
Publié dans Le Temps le 16 - 12 - 2011

• Les partis politiques ont tourné le dos à la cause des migrants
• Des scènes de xénophobie aux frontières sud du pays
La Tunisie fête pour la première fois, le 18 décembre courant, la Journée internationale des migrants, placée cette année sous le thème « action globale contre le racisme, pour les droits des migrants, réfugiés et personnes déplacées ». Un rassemblement de soutien et de solidarité avec les migrants irréguliers et les familles des disparus est prévu ce dimanche.
Raouf Ben Yaghlen, présentera sa pièce « Harek Yetmanna » au Théâtre municipal de Tunis. Cette célébration est l'œuvre du Forum Tunisien pour les Droits économiques et sociaux qui a élaboré une étude sur le drame de l'émigration clandestine en Tunisie.
Lors d'une conférence de presse très suivie, hier, Messaoud Romdhani rappelle que c'est la première fois que la Journée internationale des migrants est célébrée en Tunisie, grâce à la Révolution du 14 janvier pour la dignité, la liberté et l'égalité qui a permis l'émergence d'associations indépendantes défendant les droits des migrants. Il assure que « la situation générale des migrants n'est pas satisfaisante. Depuis la Révolution, l'émigration clandestine a connu une progression vertigineuse, la souffrance des familles des émigrés aussi. Même les émigrés légaux connaissent beaucoup de difficultés et sont exposés à toutes les pratiques d'intimidation, sans aucun respect de leurs droits fondamentaux ». De même, les réfugiés venus après le déclenchement de la guerre en Libye, vivent dans des conditions inhumaines.
Le Forum Tunisien pour les Droits économiques et sociaux (FTDES), appelle le gouvernement transitoire à ratifier la Convention internationale de la protection des migrants et les membres de leurs familles et réviser toutes les lois relatives à la migration notamment la loi du 3 février 2004 pour sa violation des droits des migrants.
Par ailleurs, le FDTES « attire l'attention des autorités tunisiennes pour qu'elles assument leurs responsabilités envers les migrants clandestins tunisiens en tant que citoyens qui doivent être protégés et défendus ». Il propose de former une commission indépendante « pour enquêter sur les circonstances et les faits concernant le sort des centaines de personnes disparues. L'Etat tunisien est dans l'obligation de soutenir leurs familles moralement et matériellement et appelle les pays européens à mettre fin aux approches sécuritaires dans le traitement de cette question ».
L'orateur exprime son respect pour l'action de l'Observatoire National de la jeunesse et l'Office des Tunisiens à l'étranger.
Silence des autorités
Mehdi Mabrouk, sociologue, rappelle que la Révolution a coïncidé avec de grandes vagues de migrations.
Leur nombre a été de 35.000 au cours des deux premiers mois. Il est, aujourd'hui, de l'ordre de 40.000. « Malheureusement, on ne pouvait en parler la voix haute », dira le sociologue qui ajoute que « les autorités tunisiennes, surtout le ministère d'Intérieur et le ministère des Affaires étrangères ne favorisent pas l'information dans ce domaine. »Les expulsions, se font quotidiennement et personne ne livre des chiffres.
On parle de 1.000 disparus et 140 décédés dont les corps ont été repêchés. La vérité doit être connue. Par ailleurs, 3400 migrants sont en Tunisie dans une situation catastrophique.. Des viols, des vols et de la prostitution sont enregistrés dans les camps Choucha. La situation est déplorable. « La société civile défend leurs droits, tout en défendant les droits des Tunisiens à l'étranger », dira Mehdi Mabrouk, en ajoutant qu'une forme de « xénophobie est apparue chez ceux qui habitent dans les frontières ».
Une étude a été faite sur 250 disparus. Elle concerne les familles qui ont contacté le Forum. Ce n'est pas un échantillon représentatif, mais indicatif.
L'étude a concerné 90% de disparus et 10% de décédés.
La répartition par tranche d'âge, montre que 73% ont entre 20 et 40 ans. Les jeunes qui ont fait la révolution émigrent.
La répartition par gouvernorat accorde le grand lot à Tunis avec 55%, peut-être parce que le Forum est installé à Tunis. « La capitale constitue le stock des migrants clandestins », dira le conférencier. Les quartiers populaires, El Wardia, Ettadhamen, Zahrouni, Sidi Hassine, Djebel Lahmar, El Mourouj, Hammam-Lif, El Kabaria, … sont les plus grands pourvoyeurs de migrants clandestins. La précarité sociale est très présente dans ces quartiers.
La répartition par catégorie socio-professionnelle, fait ressortir 27% d'ouvriers, 24% d'élèves et, pour la première fois, 21% d'étudiants. Pratiquement la moitié des disparus sont des élèves et des étudiants.
Parmi les dates de disparition, la journée du 29 mars 2011 est considérée comme une journée noire avec un taux de 57%.
Après l'accord conclu avec l'Italie, le 4 avril 2011, ce taux a baissé.
Coup d'envoi à Zarzis
Abderrahmène Hdhili, affirme que « dans l'histoire de l'émigration clandestine, en Tunisie, on n'a jamais enregistré des vagues aussi importantes ».
5400 jeunes ont quitté Zarzis en 3 ou 4 jours.
« Lorsque nous nous sommes rendus sur les lieux, on a remarqué que les jeunes ont exploité le relâchement sécuritaire. Ils sont tous originaires de la région de Zarzis. Ils ont refusé de prendre avec eux des jeunes originaires d'autres régions. Sfax a pris la relève par la suite. Des camps ont été mis en place. Et les candidats à l'émigration clandestine venaient des autres régions du pays, surtout des quartiers populaires de la capitale », dira Abderrahmène Hdhili.
Les jeunes qui ont fait la Révolution savaient qu'à moyen et court termes, il n'y avait pas de solution pour eux.
Presque 30.000 ont quitté le pays. Plus d'un millier de familles vivent sur des rumeurs.
L'administration n'a pas réagi. Jusqu'à aujourd'hui, les familles et la société civile n'ont pas d'interlocuteur.
Quant aux associations européennes, elles sont plus engagées dans la lutte pour les droits des migrants installés sur le sol tunisien que pour les Tunisiens rassemblés dans des conditions inhumaines aux centres d'accueil en Italie.
La cause étant tunisienne, ces problèmes ne peuvent être résolus que par la création d'une commission d'enquête indépendante qui visite ces centres d'accueil.
Des demandes ont été adressées au ministère des Affaires étrangères pour transmettre les empreintes digitales, afin de reconnaître les migrants sans papier d'identité. Ces demandes ont connu un refus.
En attendant la formation du nouveau gouvernement, les familles ne resteront pas les bras croisés.
C'est un des premiers dossiers à traiter.
Les familles veulent une seule chose : savoir si leurs enfants sont morts ou vivants.
L'orateur déplore que tous les partis politiques arrivés au pouvoir ont tourné le dos à la cause des migrants tunisiens. Ils ont fait machine arrière, après avoir exploité ce dossier contre le régime..
A la question de l'importance de la proportion des élèves, mineurs, Mehdi Mabrouk, dira que cela révèle le sentiment que « l'école ne représente plus un ascenseur social ».
Une équipe de travail composée d'experts tunisiens comme Soumaya Ben Achour, Hafidha Chékir, Saïda Garrache, a été formée. Elle élaborera des propositions de loi pour protéger les droits des migrants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.