Samsung, leader mondial du secteur de la TV depuis 15 ans !    Bilan Covid-19 : 313 nouveaux cas et 24 décès en Tunisie    Dernière Minute – Coronavirus : 24 décès et 313 nouvelles contaminations, Bilan du 7 mars    Tunisie-Lots de vaccin anti Covid-19: Le Docteur Dhaker Lahidheb crie au scandale    Tunisie – 109 signataires de la motion de censure à l'encontre de Rached Ghannouchi    Pollution des eaux du barrage de Sidi Sallem : Hichem Mechichi réagit    Bachar Al-Assad et sa femme Asma positifs au Coronavirus    Qu'est ce qui empêche Djerba de devenir le 25ème gouvernorat ?    Maher Madhioub : Kais Saied a fait le bon choix en désignant Hichem Mechichi    Non, Tunisair ne va pas renoncer à sa position sur le marché international    Tunisair : La petite confidence de Moez Chakchouk...    Moez Chakchouk espère jusqu'à ''2 millions de voyageurs'' en 2021    Signature de deux conventions en faveur des femmes    Journée internationale de la femme : Leila Farah Mokaddem, une compétence tunisienne à la BAD    Les messages de Houcine Abassi aux trois présidents    Hichem Mechichi appelle à la concrétisation de l'égalité femme/homme sur le plan pratique    Une nouvelle distinction internationale pour Imen Bahroun    L'ONU demande la fin des arrestations arbitraires    Les manifestants s'opposent toujours aux putschistes en Birmanie    Le Conseil de sécurité de l'ONU en échec sur le Tigré    La Tunisie au cœur d'un conflit des générations    «I have a dream», quitter le pays    Portraits de femmes ayant bravé la pression de la société    Anis LASSOUED, bio express    Interdiction du voile intégral en Suisse    En vidéo : Mohamed Ammar : Ennahdha, Qalb Tounes et Al Karama reçoivent 500.000 dt mensuellement par un lobby    Le gouverneur de Kasserine lance un appel au personnel éducatif et aux élèves    Les propriétaires des véhicules RS appelés à régulariser leurs situations au plus tard le 31 mars    Enquête de la CPI sur les crimes commis par Israël depuis 2014 : L'intervention de la Cour de La Haye, ligne rouge pour Washington    Tunisie – coronavirus: retour de la double séance et horaires administratifs dès le 8 mars 2021    Eaux usées, déchets et cadavres d'animaux au barrage Sidi Salem : La santé des Tunisiens de nouveau mise en jeu    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Mars 2021 à 11H00    Représentativité des femmes dans les parlements : l'ARP est 77ème à l'échelle mondiale    La comédie musicale "Alice" en avant-première le 13 mars 2021 au Théâtre de l'Opéra    Le festival "Tricky Women" débarque pour la première fois en Tunisie    La Tunisie croule sous les déchets : La campagne "Tunisie sans déchets" pourrait-elle faire la différence ?    Houcine Benayada (ESS) convoqué en sélection algérienne    Tunisie-Tunisair : Un atterrissage d'urgence d'un avion à destination de Lyon    Les indiscrétions d'Elyssa    Affaire CS Chebba : Le fait accompli !    D'un sport à l'autre | Khouloud Halimi met le cap sur l'Allemagne    Ligue 2 | 6e journée – Groupes 3 et 4 : Le réveil de l'ES Zarzis    Les héros de l'opération Ben Guerdane : Le Colonel Mahjoubi, en première ligne    Les projets bloqués dans le gouvernorat de Siliana discutés à La Kasbah    Tunisie [Audio]: Déclaration après match Olympique de Béja et AS Rejiche    M'Dinti, un GIE à La médina de Tunis: Pour une régénération urbaine    La transition immobile: Panorama haute définition de la décennie 2011-2020    En Tunisie, une parodie de gouvernance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel à une cohésion institutionnelle…
Tribune
Publié dans Le Temps le 01 - 01 - 2012

Par Ali Chebbi, Professeur d'Economie. Université de Tunis - Le mardi-soir (27 décembre), quatre invités (deux politiques: PDP et Nahdha, et deux économistes : un membre du CA de la BCT et un universitaire) sur le plateau d'une chaîne tv pour traiter du budget de l'Etat (BE) de 2012. Avant de lancer un appel à une cohésion institutionnelle et à une préparation sérieuse des dossiers brûlants, il faudrait d'abord noter que :
(1) Pourtant les questions posées par le présentateur étaient claires et au vif du sujet du BE, les moments les plus élancés des interventions des invités étaient objet de digression et moins consacrés à l'analyse du BE, sa portée et ses limites, qui n'a d'ailleurs pas été faite du moins convenablement (ni la structure du BE, ni les hypothèses de ses projections, ni la réalisabilité de ses objectifs autres que la croissance, ni son rôle dans la stabilisation macroéconomique, ni son éventuelle coordination avec la politique monétaire de la BCT… n'ont été traités).
(2) Les interventions les plus concises n'était vraisemblablement pas celles des deux économistes invités : simples, majoritairement clairs et suffisamment fondés et ciblés, quoiqu'à portée analytique et opérationnelle limitée.
(3) Le représentant de la BCT n'a globalement pas répondu si clairement aux questions précises qui lui ont été posées : tout est presque systématiquement et précipitamment remis aux sit-in, à la trêve annoncée par le Président de la République et à l'Indépendance de la BCT (soudainement réclamée pour une fin de maîtrise de l'inflation, comme si cette dernière était uniquement monétaire, ce qui n'est nullement le cas en Tunisie au moment où les marges de manœuvre de la politique monétaire sont très réduites comme annoncé). Or, l'inflation n'est jamais un objectif en soi quand il s'agit d'arbitrages, et ne se réalise jamais par la simple indépendance de la BC telle qu'ambigument présentée, car il s'agit d'un concept exigeant des modalités particulières à la fois conceptuelles, techniques et juridictionnelles. Elle requiert même un débat national conduit par les économistes puisque c'est leur propre affaire par excellence, comme évoqué dans les principales références mondiales en la matière, et non celle des Politiques. Même la question de la dévaluation, évoquée candidement par le présentateur, et relative à la politique monétaire possiblement menée par la BCT, a été traitée encore une fois de manière inexacte, car il n'y a plus de dévaluation après la convertibilité courante du dinar depuis 1993. Il s'agit désormais de la ‘'gestion du régime de change'' par des moyens agissant indirectement sur le taux de change nominal seulement, à moins qu'en Tunisie le régime de facto se soit substantiellement écarté de celui de jure. Dans le cas de la convertibilité courante on parle plutôt de dépréciation (appréciation) du dinar et non de dévaluation. La réponse à cette question était que ‘'la dévaluation fut appliquée pendant les années soixante et soixante-dix''… et puis, un retour aux sit-in et à des instructions en politique ostentatoirement délivrées à l'actuelle classe politique. Par ailleurs, en évoquant l'impact de la dépréciation du dinar sur les flux de la dette extérieure, il affirme qu'il ‘'n'y en a pas d'effets'' puisque ‘'les recettes d'exportation en suivront le même sens''. On a du mal à suivre ce raisonnement en dehors des sensibilités différées des exportations au taux de change par rapport à des flux de dette, obéissant à leur tour à d'autres facteurs (or, les flux de dette pourraient amener, comme prévu par les points de vue les plus récents, au sur-ajustement du taux de change avec ses conséquences fragilisant la durabilité des équilibres macro-économiques. De son côté, le taux de change n'est pas sans effet sur les flux de dette en rapport avec la monnaie de libellé). Toujours en un lien pas très évident et en parlant du taux de croissance de 4,5% sur lequel l'actuel Gouvernement table dans le BE de 2012, le représentant de la BCT vaticine que ce taux serait entre 3 et 3,2% (sans aucune démonstration sur les sources de la croissance, ni une référence au modèle de prévision le plus sophistiqué n'étant pas capable d'une marge d'erreur réelle de 0,2 point de pourcentage pour un horizon annuel)! Réplique ratée par le ministre chargé de l'Economie, en dehors de la théorie des cycles permettant de prévoir un retour au trend d'environ 4,8% (déjà établi sur les 20 dernières années), le représentant du CA de la BCT a raté encore une fois l'occasion de relativiser ses propos comme expert en n'ayant pas offert une alternative aux choix budgétaires du gouvernement pour lesquels il semble manquer d'enthousiasme possiblement légitime. En se montrant donc à l'extérieur de la politique macro-économique appelée à être mise en œuvre en Tunisie post-révolution, il ne s'est même pas limité à dire que la croissance économique est pour le moment hypothéquée par sa dimension institutionnelle et que l'implication en responsable dans les choix des politiques macro-économiques est un message de cohésion institutionnelle nécessaire à la relance économique en Tunisie et à sa stabilité macro-économique ; une cohésion nationale plus vitale que jamais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.