Tunisie : Saied et Abbes supervisent la cérémonie d'inauguration du nouveau siège de l'Ambassade de Palestine en Tunisie    Inauguration du nouveau siège de l'ambassade de l'Etat de Palestine en Tunisie    Tunisie-Le Directeur Régional de la Santé à Kairouan [VIDEO] : « Voici la date officielle du lancement des travaux de l'Hôpital Roi Salmane »    Tunisie-Abdellatif Mekki : « Délirant celui qui croit encore en Kais Saied »    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Médenine: 36 élèves contaminés par le coronavirus    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Dr Rim Belhassine Cherif: Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Décembre 2021 à 11H00    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Vers la vaccination des enfants de 5 ans et plus ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    Programme TV du mercredi 08 décembre    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    CONDOLEANCES    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Malheureusement, la justice l'a innocent酠   Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une troisième voie est-elle possible ?
Le paysage politique de plus en plus marqué par un clivage islamistes/destouriens
Publié dans Le Temps le 23 - 06 - 2012

La bipolarisation islamistes/destouriens semble marquer de plus en plus le paysage politique tunisien. Et pour cause:
le lancement, samedi dernier, par l'ancien Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi d'un nouveau parti baptisé «Nidaâ Tounès» (L'appel de la Tunisie) marque un retour des destouriens anciens ( les militants du PSD de Bourguiba) et nouveaux (les ex-cadres du RCD qui se sont recyclés dans d'autres partis) au devant de la scène politique. Bien qu'il se présente comme étant un mouvement fédérateur des forces libérales et centristes en vue des prochaines élections en mars 2013, l'Appel de la Tunisie servirait, selon certains observateurs, de cheval de Troie pour le retour des RCDistes. Ministre sous Bourguiba président de l'Assemblée nationale sous Ben Ali et Premier ministre provisoire durant la première année post-révolutionnaire, Caïd Essebsi, qui entame ainsi sa quatrième vie politique, s'est d'ailleurs déclaré contre une «punition collective» des ex-cadres du parti de Ben Ali dissous par la justice, recommandant de traduire toute personne ayant enfreint la loi devant la justice. Ce bourguibiste âgé de 86 ans a longuement exposé ses points de vue sur la situation politique en Tunisie, fustigeant notamment le parti islamiste Ennahda et sa gestion des récents incidents violents survenus dans le pays. «Ils sont certes légitimes par le biais des élections mais ils doivent démontrer, dans leur gestion quotidienne des affaires de l'Etat, qu'ils sont aptes à gouverner. Leur légitimité, ils la tirent aussi de leur capacité à assurer la sécurité des personnes et des biens, et l'Etat doit opposer sa violence à celle des groupes violents», a déclaré Caïd Essebsi. Et d'ajouter : « le gouvernement actuel a montré qu'il ne peut pas changer la situation. Il faut agir dès maintenant». La stratégie est, donc, bien claire: Nidaâ Tounes souhaite profiter des faux pas et des erreurs de débutants de l'actuel gouvernement pour se poser comme une alternative et un contrepoids au triumvirat au pouvoir.

Désenchantement

Réagissant à l'initiative de Caïd Essebsi, Ennahdha et ses alliés ont estimé que cet ancien militant du Néo-Destour, qui fut président du parlement sous Ben Ali, «cherche à faire avaler au peuple une pilule amère dans un enrobage sucré et à permettre aux ex-RCDistes de récupérer la révolution». Autant dire qu'une dichotomie entre islamistes et destouriens quasi-identique à celle qui oppose les barbus aux «feloul» (résidus de l'ancien régime) en Egypte semble déjà inévitable. Cette nouvelle bipolarité inquiète, d'ores et déjà de nombreux activistes politiques. «On me somme de choisir. Dis-nous, lesquels préfère-tu, les destouriens ou les islamistes ? Parfois, souvent, on me souffle qu'il faut choisir les destouriens, qu'on sera protégé de la théocratie, qu'on préservera nos acquis et, argument suprême, ceux des femmes ! Curieusement le choix est limité à ces deux-là. Comme si les autres, tous les autres, ne pouvaient être qu'avec celui-ci ou celui-là, comme s'ils ne présentaient aucune alternative, comme s'ils ne comptaient pas, en somme», s'émeut le militant de gauche et écrivain Gilbert Naccache.

Désabusé, l'auteur du roman carcéral « Cristal » Gilbert Naccache et l'ex-militant de l'organisation de gauche « Perspectives» estime que « choisir entre les islamistes et les destouriens reviendrait à choisir entre la peste et le choléra». « «Quel terrible destin que de ne pouvoir choisir entre le mauvais et le pire («el mchoum ou elli achouem menou») ! Pourquoi avons-nous forgé nous-mêmes notre malheur en participant à des élections aux résultats prévisibles ? Et maintenant, que faut-il faire ? », s'interroge-t-il dans un article publié récemment sur son blog.

Concertations

Pourtant, certains activistes politiques croient dur comme fer qu'une troisième voie est possible. C'est notamment le cas des militants démissionnaires du parti démocrate Progressiste (PDP) menés par Mohamed El Hamdi, lesquels ont déjà pris langue avec les dissidents du Congrès pour la République (CPR) réunis autour de Abderraouf Ayadi et des mécontents d'Ettakatol réunis autour de Salah Chouaïb. «Une troisième voie est possible d'autant plus qu'une bonne partie de la population ne trouve son compte ni dans le mouvement Caïd Essebsi et ses satellites, ni dans le front ayant Ennahdha pour noyau dure », souligne Mohamed El Hamdi. Et d'ajouter : «les concertations que nous avons entamées avec les démissionnaires du CPR et d'Ettakatol pourraient déboucher sur la création d'une troisième voie ayant une orientation social-démocrate et centriste. Le parti qui se réclamerait de cette troisième voit doit placer la justice sociale et l'équilibre entre les régions et les catégories socio-professionnels en tête de ses priorités».

M. El Hamdi qui pense que rien n'est encore joué. «Les élections du 23 octobre dernier ont prouvé qu'une petite formation désargentée comme le CPR mais qui a su coller à certaines préoccupations de la population lors de sa campagne électorale est capable de réaliser une grande percée », indique-t-il.

Estimant que le tapage médiatique autour du parti de Béji Caïd Essebsi entre dans le cadre des manœuvres de certaines forces internes et externes d'imposer une bipolarisation entre une droite religieuse et une droite libérale, le secrétaire général du Mouvement des Patriotes Démocrates (MOPAD), Chokri Belaïd, appelle , quant à lui, à la constitution d'un front patriotique et progressiste des forces de gauche et progressistes, sur la base d'un programme commun qui matérialise les vrais objectifs de la Révolution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.