Campagne électorale, levée de la compensation… Les 5 infos de la journée    Ooredoo tient son engagement auprès de l'unité d'oncologie pédiatrique de Salah Azaiez    Jasmin Open Monastir (WTA 250), 2e tournoi phare en Afrique marqué par la participation d'Ons Jabeur et le soutien de la marque KIA au Tennis    Tunisie – Tabboubi : Il faut un SMIG de plus de mille dinars pour prétendre lever les subventions    Olympique de Béja : Conférence de presse sur le départ de Kouki (Vidéo)    Mandat de dépôt contre le capitaine de la Garde nationale après avoir accepté un pot de vin    Béja: 20 tonnes de "zgougou" disponibles sur le marché [Vidéo]    MIME – ONUDI Tunisie : Lancement du projet « Employment4Youth »    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Tunisie : Machrou Tounes ''n'est pas concerné'' par les législatives    Tlili Mnasri: L'ISIE est indépendante du pouvoir en place    Tunisie Telecom et Huawei : ensemble pour la création de l'avenir    Hyundai Tunisie remporte le label de "L'entreprise qui respecte les droits du consommateur"    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    FTF : La date de démarrage de la Ligue 1 Pro est dévoilée !    « La Tunisie en avant » appelle à la création d'un bloc électoral    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Tunisie : Le SNJT condamne l'agression contre les journalistes des " Quatre vérités "    Tunisie Télécom : Le délai de dépôt des candidatures pour le choix des administrateurs au conseil d'administration prolongé    3ème appel à projets FAST :Deux programmes renforcer la création de liens entre les startups/TPE/PME et les Grandes entreprises    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Néji Jmal démissionne d'Ennahdha    Des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers, selon l'OTE    Tunisie-Météo : Températures en légère hausse    Prix du vaccin contre la grippe saisonnière    Ouvrières agricoles-Le cri du cœur des oubliées de la précarité: Pensez à nous! [Vidéo]    Tunisie : Grave accident de la route    Deformation Theory of Discontinuous Groups: Le nouveau livre du professeur Ali Baklouti    Jean-Pierre Elkabbach reprend la plume    Création "Wahm" de Marwen Errouine avec Le Ballet de l'Opéra de Tunis    Commune de Zarzis : Qui sème le vent...    La Tunisie à la foire internationale du livre en Arabie Saoudite : Le privilège d'être un invité d'honneur !    Tribune | De l'histoire de l'Art à la pratique artistique contemporaine Tunisienne : La migration du statut de l'objet, d'un état de servitude à un acte de dénonciation    Expatriés | Laâyouni crève l'écran    Le CA entre ombres et lumières : Cherche l'éclaircie...    Affaire Brest – Belaili : Youcef Belaïli sort du silence !    Par Amine BEN GAMRA : Transformation digitale dans le secteur bancaire : où en est vraiment la Tunisie de ses ambitions ?    Express    «Dreaming » d'Emel Mathlouthi au Théâtre Municipal de Tunis : Retour sur scène    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Foot-Europe: le programme du jour    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Code déontologique ou code disciplinaire ?
Magistrature
Publié dans Le Temps le 28 - 11 - 2012

La déontologie est pour toute profession, l'ensemble des règles de conduite et de comportement que doivent observer les membres concernés dans le but de ne pas nuire à l'honneur et l'image de marque de cette profession. Ces règles sont plutôt d'ordre moral, et non disciplinaire comme c'est le cas dans un statut qui délimite avec précision les droits et les obligations, et prévoit des sanctions en cas de faute ou de non observation dudit statut.
On parle ainsi de la déontologie médicale ou de la déontologie relative à la profession d'avocat. Cela dit celui qui contrevient aux règles déontologiques peut faire l'objet de sanctions disciplinaires, lesquelles sont toutefois prévues par un texte spécifique ou un code particulier.

Qu'en est-il par rapport à la magistrature ?
La magistrature est une fonction certes, mais elle représente le pouvoir judiciaire. Aussi il est important que le code de déontologie des magistrats soit confié à un organe indépendant.
Cela a été le cas en France, où le soin d'établir un code de déontologie a été confié au Conseil supérieur de la Magistrature, qui est un organe constitutionnel indépendant. Un « recueil des obligations déontologiques des magistrats » a été donc créé par ledit conseil et publié par le parlement, dans le but de rendre transparentes les conditions dans lesquelles l'autorité judiciaire exerce les pouvoirs qui lui sont dévolus par la constitution.
Parmi les règles de ce code on peut lire notamment que la déontologie des magistrats implique : « probité, loyauté, respect de la loi, protection des libertés individuelles, réserve et attention à la dignité d'autrui comme à celle de l'institution judiciaire. »
En Tunisie, il n'y a jamais eu de code de déontologie depuis que la magistrature a été instituée. Cependant les magistrats ont en général respecté les règles de la probité, la dignité, la loyauté, et surtout l'impartialité. Certains magistrats ont même fait de la règle de droit musulman « la loi prime sur tout et rien n'est au-dessus de la loi » un principe de jurisprudence pour faire droit à un justiciable, qui fut à un moment donné victime de turpitude et surtout de son ignorance de la loi.

La mainmise de l'exécutif sur la Justice : Un problème récurent
La magistrature a été de plus en plus affectée, à cause de cette immixtion de l'exécutif dans les affaires à caractère politique, et qui sont souvent déguisées en affaires de droit commun.
Dès l'avènement de l'indépendance, l'intervention de l'exécutif a commencé avec les affaires des Yousséfistes, pour continuer, que ce soit sous Bourguiba ou Ben Ali, ce qui a nui gravement à l'indépendance de la magistrature. Certaines décisions, notamment dans des affaires de libertés publiques et les droits de l'Homme étaient en jeu, étaient tributaires du bon vouloir du chef suprême de la magistrature, qui présidait le fameux Conseil Supérieur.

A la Révolution, le problème de l'indépendance de la magistrature s'est posé avec acuité. Ni le ministère de la Justice, ni celui des droits de l'Homme, ne sont encore parvenus à trouver les mécanismes adéquats susceptibles de donner un sang nouveau au secteur de la Justice afin de consolider davantage son indépendance.
Pour ce faire, il était question de créer un instance indépendante de la Justice qui prendrait le relais du conseil supérieur de la magistrature.
La création de cette instance tarde à venir et entre-temps, c'est le ministère de la Justice qui prend unilatéralement des décisions, concernant la magistrature, sans consulter les gens de la profession, ni la Constituante ou les composantes de la société civile.

Un code créé par décret
La dernière réalisation en date, qui démontre que le ministère de la Justice est résolu pour le moment à agir seul en chef hiérarchique ayant un pouvoir absolu, c'est la réalisation d'un code de déontologie qui sera promulgué par décret et qui a été soumis à l'avis de certaines organisations professionnelles. Mais c'est un simple avis qui n'est aucunement de nature à lier le ministère, si jamais il décide de promulguer ledit code par simple décret.
C'est un code qui limite plutôt l'indépendance du juge. Kalthoum Kanou, présidente du Syndicat des Magistrats Tunisiens a déclaré aux médias qu'il s'agit plutôt d'un code pénal de la magistrature et ce notamment par son article 18, qui ne donne pas le droit au magistrat de participer à des débats ou à des recherches de nature à porter atteinte à l'obligation de réserve. C'est une tentative de mainmise de l'exécutif sur la magistrature même dans le contrôle de l'éthique.

Une atteinte au pouvoir judiciaire,
Le président de l'Observatoire de l'Indépendance de la Magistrature , Ahmed Rahmouni, a fait observé « qu'il s'agit d'un code créé par simple décret et non par une loi. Ce qui confirme cette mainmise du ministère de la Justice sur la magistrature, qui lui donne le droit d'agir de manière unilatérale et sans passer par les élus du peuple.
Cette attitude, a encore fait remarquer Ahmed Rahmouni, constitue une atteinte à l'indépendance de la Justice, laquelle est un principe constitutionnel qui doit être consacré par la Constitution.

Or ce code, qui peut être promulgué à tout moment, est intervenu avant la création de l'instance indépendante de la magistrature, et avant que ne soit votée la nouvelle Constitution. Et c'est en cela même qu'il constitue une atteinte au pouvoir judiciaire. »
En fait on ne peut concevoir une magistrature sans éthique, mais sans l'indépendance de la Justice, le pouvoir judiciaire est un vain mot.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.