Le secrétaire américain à la défense : le rêve de la Tunisie d'un gouvernement indépendant est en danger    USA, Saïed, Macron … Les 5 infos de la journée    Tunisie – Trois enfants et trois femmes morts dans le naufrage d'une barque de clandestins    UEFA CL : Ferencváros et Laidouni largement dominés et éliminés    Coupe de la CAF : Le tirage complet du tour préliminaire    Au 8 août, 66462 tunisiens ont reçu une 4ème dose de vaccin anti-Covid    Entretien téléphonique entre Kais Saied et Emmanuel Macron    Siliana: 223 infractions économiques relevées    Macron a écouté Hollande : il revalide les plans de Saïed et mieux encore…    Le secrétaire américain à la défense : les USA soutiendront leur amis en Tunisie    Mandat de dépôt contre la mairesse de Tabarka    Monde : Daily Brief 09.08.22 Ukraine : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky brandit le spectre de la catastrophe de Tchernobyl    Jeux de la solidarité islamique : 20 athlètes tunisiens en Turquie    Une marque lance un ''sac poubelle'' à 1700 euros    En Tunisie, faciliter l'accès à l'eau et l'émancipation des femmes    Les Britanniques perdent leur flegme face à l'inflation : ils ne veulent plus payer les factures    Tunisie-Officiel: Approbation de l'accord de prêt de 130 M$ avec la BIRD    SBS Informatique s'allie à Banque Zitouna pour offrir de meilleurs équipements aux gamers    Annulation de plusieurs vols en provenance de Bamako : Tunisair est-elle responsable ?    Rafik Abdessalem : de l'Etat des milliards de milliards à un Etat qui fait l'aumône    West Hunt, le jeu tunisien avec 82% de feedback positif sur Steam    Zaghouan: Arrestation d'un ex gouverneur et des fonctionnaires pour corruption    Interdiction du concert de "Dj Costa" : Le délégué de Haouaria précise (Audio)    Spectacle Lotfi Abdelli : La polémique va-t-elle mettre fin au one man show de l'humoriste Tunisien?    Lotfi Abdelli dénude les Tunisiens    « Orchestre du Bal de L'opéra de Vienne » au Festival international de musique symphonique d'El Jem : Un retour gagnant !    «The Jacksons» au Festival international de Carthage : Emouvant hommage à Michael    Galaxy Unpacked 2022 de Samsung : L'évènement de reveal en livestream le 10 août    Tunisie : Arrestation pour adultère d'une actrice de télévision connue...du nouveau    Culture et politique : Faut-il une révolution des esprits ?    ''Le Tunisien aime son pays mais n'aime pas l'Etat,'' selon Zargouni    3 millions de touristes ont visité la Tunisie jusqu'à fin juillet 2022    Kasserine: Concert de l'artiste Faia Younan (Vidéo)    Tunisie : la jeune handballeuse Ibtihel Soltana n'est plus    Tunisie: Les extraits de naissance pour les enfants seront numériques    Play-out | La commission nationale d'appel prononce son verdict aujourd'hui : Quelle planche de salut pour la FTF ?    Météo : Températures élevées et mer peu agitée    ESS | Mohamed Mkacher, nouvel entraîneur : L'appel du cœur !…    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Un nouveau virus inquiétant détecté    Tunisie : Un responsable interdit de voyager    Samir Saïed, ministre de l'Economie et de la Planification: Identifier de nouvelles perspectives de partenariat    Kyle Benson: A Commitment Mentor Emphasizing Intentional, Passionate & Safe Bonds Between Committed Partners    Chokri Hamada menace de ne plus sécuriser les spectacles portant atteinte au goût public    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nabil kouki: «Un esprit de conquérants et une volonté de bien faire» - Nabil Mâaloul: «Youssef Msakni a gardé le banc sur sa demande»
Le CA oblige l'EST à subir son premier échec
Publié dans Le Temps le 18 - 12 - 2012

Le Club Africain s'est imposé face à l'Espérance de Tunis avec la manière. Certes, il a tremblé vers la fin et aurait pu se contenter d'un partage des points. Une issue qui aurait indéniablement laissé un goût d'inachevé chez les «Rouge et Blanc», beaucoup plus volontaires et assoiffés de victoires que leur adversaire du jour.
Le technicien clubiste était aux anges lors du point de presse et c'est compréhensible. Ce n'est pas pour autant une raison pour pavoiser et bomber le torse. Il a su rester humble et lucide : « Ce que je retiens après ce derby, c'est que c'est la troisième victoire d'affilée. C'est une bonne chose pour nous surtout après les résultats des trois premières journées. Je rappelle que j'ai toujours été serein car je savais vers quoi on allait. Quand on impose un nouveau système, on a besoin de temps et c'est normal. Ce qui me satisfait le plus, depuis la première journée, c'est l'esprit conquérant et la volonté de bien faire et c'est très important en football. Indépendamment de la qualité, il faut qu'il y ait cette envie de bien faire et Dieu merci, elle existe au Club Africain. J'ai entrevu cette qualité face à l'A.S.M et l'O.Béja. Au cours de ces deux rencontres, certains joueurs ont terminé le match tout en étant blessés. Avec cette envie, et malgré les aléas, on peut récolter de bons résultats. La qualité existe et je suis persuadé qu'avec cet état d'esprit, on peut aller loin, très loin...Evidemment, il nous faut corriger certaines lacunes ».
Qu'est ce qui manque vraiment au Club Africain. L'entraîneur des « Rouge et Blanc » a répondu à notre question sans pour autant vraiment éclairer notre lanterne : « aujourd'hui (samedi) c'est un derby. Un match spécial avec les nerfs des joueurs tendus, d'ailleurs des deux côtés. Nous avons pris une avance que les joueurs ont crue confortable avant d'encaisser un but à un quart d'heure de la fin. Face à une grande équipe comme l'Espérance, c'est une faute à ne pas commettre. Pour ce qui est des insuffisances, on aura le temps d'y penser durant la trêve. Quoi qu'il en soit, ce groupe, à 90 %, sera là pour la suite ».
Au cours de ce derby, les clubistes ont joué avec le feu. Après avoir fait l'essentiel et passé à côté d'une large victoire, ils ont failli se faire coiffer au poteau. Est-ce de la naïveté ? Nabil Kouki explique ainsi la fin de match approximative des siens : « Comme tous les clubs tunisiens, il nous a manqué la concrétisation et la lucidité à l'approche des buts adverses alors que nous menions par deux buts d'écart. Nous avons trois occasions nettes pour tuer le match alors que nous menions par deux à zéro. La rigueur et l'application devant la cage espérantiste ont fait défaut. A trois à zéro, nous aurions eu une fin de match beaucoup moins compliquée. Face à l'A.S.Marsa, nous avons couru le même risque. Pour faire bref, nous devons apprendre à finir une rencontre avant terme... ».
Pour ce qui de la prestation du Club Africain face à l'Espérance de Tunis, Kouki n'a pas voulu citer de nom. Pour lui, c'est le collectif qui prime avant toute chose : « aujourd'hui (samedi), c'es t que le Club Africain qui s'est imposé devant l'Espérance de Tunis et rien d'autre ? C'est ce que je retiens au terme de ce derby ».
Sur la bonne voie
Les faits sont en train de donner raison à Nabil Kouki qui a toujours eu les mêmes propos à la fin de chaque rencontre. Le club Africain vient de remporter son troisième succès d'affilé et le rendement du groupe s'améliore au fil des matches : « je l'ai toujours dit depuis la première journée car je suis convaincu de la valeur du groupe. J'ai toujours dit que nous étions sur la bonne voie. Ce qui me rassure, c'est l'état d'esprit des joueurs et leur application. Depuis le début de la saison, nous avons été hors-sujet une seule fois. C'était face à l'Espérance de Zarzis. Ceci étant, nous devons encore travailler davantage. Nous nous devons de terminer sur une note positive cette première partie du championnat face à l'Olympique du Kef et nous aurons la possibilité de corriger ce qui pur l'être au cours de la trêve qui sera longue. Un mois et demi, c'est une nouvelle préparation qui nous attend... je dois préciser que nous ne sommes qu'à 60 à 70 % de nos moyens... ceci étant dit, je tiens à préciser que je n'ai pas des titulaires à part entière et mes joueurs le savent...».
Du côté espérantiste, on ne regrette pas beaucoup de chose, sauf peut-être le fait d'avoir eu un état d'esprit qui ne colle pas avec celui du derby. Nabil Mâaloul le confirme en mettant en évidence celui des clubistes et en parlant de l'entame du match défectueuse de ses protégés : « Un derby est un match particulier et il faut un état d'esprit particulier pour bien faire. Malheureusement, nous avons eu une entame de match approximative. Nous avons l'initiative aux clubistes qui était beaucoup plus animés que nous. Leur état d'esprit était adéquat pour ce genre de match. Ils se sentaient, peut-être, beaucoup plus intéressés par les trois points de la victoire. Pourquoi mes joueurs étaient moins motivés que les joueurs clubiste ? Je ne saurai répondre à cette question. Ce que je sais, c'est que nous avons insisté en cours de semaine pour que les joueurs soient prêts le jour du match. Un derby, requiert une préparation mentale spéciale et nous les avons préparés en conséquence. Ceci étant, je pense que malgré notre première mi-temps en deçà des attentes et le deuxième but qui nous cueillis à froid au tout début de la deuxième période, nous aurions pu revenir au score et éventuellement l'emporter. En somme, le derby est ainsi fait... »
Concernant la non titularisation de Msakni, Mâaloul était, on ne peut plus claire : « Youssef m'a fait savoir qu'il n'était pas prêt pour disputer les quatre-vingt-dix minutes de la rencontre. Il ne se sentait pas encore prêt. Il me l'a fait savoir avant le match et c'est sur sa demande qu'il a commencé le match sur le banc des remplaçants ».
Le technicien espérantiste n'a pas mâché ses mots après avoir suivi le match à partir des gradins : « La Ligue a eu ce qu'elle voulait. On m'a prive de banc et je suis sur que le match aurait été quelque peu différent si j'étais plus près des joueurs. Ceux qui ont tenu bon à ce que je sois loin de mes joueurs le jour du derby ont eu ce qu'il voulait. Je ne veux pas en dire plus, mais je n'ose pas imaginer la sanction qu'on m'aurait infligée s'il n'y avait pas les photos pour me disculper. Je suis prêt à partir pour le bien de l'Espérance si c'est ma tête que l'on veut ».
L'entraîneur de l'Espérance de Tunis a bien parlé de complot sans s'attarder la dessus et sans pour autant minimiser le mérite des clubistes...
Recueillis par Mourad AYARI

Supériorité clubiste ou mauvais choix tactiques espérantistes ?
Le derby de la capitale est venu confirmer que ce n'est pas toujours l'équipe la mieux classée qui l'emporte. L'Espérance Sportive de Tunis l'a appris samedi dernier à ses dépens. Elle bénéficiait pourtant d'un important avantage psychologique à la veille de ce match : six points d'avance au classement général et une série de résultats positifs face au Club Africain ces trois dernières saisons. Aussi paradoxal que cela puisse paraître cet avantage psychologique a constitué un catalyseur pours les joueurs de l'équipe de Bab Jedid.
Le geste de trop
C'est pourquoi nous comprenons l'hystérie qui s'est emparée de toute la famille clubiste au coup de sifflet final de l'arbitre Harrouch : joueurs, staff technique, accompagnateurs et public. Mais pas jusqu'à voir cerains parmi les premiers se débarrasser de leurs shorts pour les offrir aux supporters. Un geste qui frise l'indécence. Il n'empêche, le Club africain a largement mérité sa victoire.
A chaque équipe sa mi-temps
Le derby de samedi dernier a été d'un niveau bien moyen, aucune comparaison avec celui du match retour de la saison dernière au cours duquel cinq buts ont été réalisés. Une première mi-temps largement à l'avantage des Clubistes et une seconde contrôlée de bout en bout par son homologue de Bab Souika. Facteur qui a poussé Nabil Kouki à remplacer trois attaquants (Kasdaoui, Djabou et Haddad) par trois joueurs à tempérament défensif pour préserver la courte avance de son équipe.
Voilà un match qui aurait pu se terminer sur le score de 3 à 0 voire plus pour le Club Africain sans les ratages de Djabou et Kasdaoui. Comme il pouvait se terminer sur un score de parité si Ragued n'avait envoyé dans les nuages un ballon qui ne demandait qu'à être poussé au fond des buts gardés par Atef Dékhili. Inutile d'évoquer les ballons qui ont percuté soit la transversale soit les poteaux dans la mesure où il y en avait des deux côtés.
Deux buts en quatre minutes
Le Club Africain a dû attendre le temps de récupération annoncé par l'arbitre en fin de première période de jeu pour matérialiser sa domination (45+2). Un but œuvre de l'ex-cotiste Hédhli seul au beau milieu de la défense « sang et or ». Il a, ensuite fallu moins de trois minutes après la pause pour voir Djabou doubler la marque. Deux buts concédés à des moments délicats du cours de la rencontre et dans un derby par-dessus le marché.
Ben Chérifia, blessé au cours de l'action du premier but clubiste, a été remplacé par Naouara dans les buts. L'Espérance n'avait plus droit qu'à deux remplacements, et Nabil Maaloul de les utiliser pour, enfin, intégrer les deux Youssef, Msakni et Blaïli à la place de Jouini et Mhirsi. Il restait quarante minutes à jouer. La prestation de l'Espérance est devenue bien meilleure notamment au niveau de l'animation offensive. Mais les « Sang et Or » n'en profiteront qu'une seule fois en réduisant le score grâce à un but de Njeng après que le ballon eut percuté la transversale.
Remplacements bien tardifs
Deux entrées bien tardives ( on les donnait titulaires dès le coup d'envoi) entraînant un certain nombre d'interrogations quant à leur maintien pendant cinquante minutes sur le banc des remplaçants d'autant plus que Mhirsi et Jouini soutenaient difficilement la pression engendrée par le derby, c'était visible à l'œil nu. Absence de la culture des derbies direz-vous. Pourtant côté clubiste, Zitouni était à son second derby et Hedhli à son premier. Les deux joueurs ont marqué à chaque fois : le premier lors du match retour de la saison dernière et le second samedi dernier.
Ayant épuisé ses trois changements, l'Espérance ne pouvait plus faire remplacer d'autres joueurs. Pourtant, d'autre étaient bien « transparents » samedi dernier à l'image de Houcine Ragued qui ne fait décevoir au fil des matches et Iheb Msakni qui ne répond que par intermittence aux espoirs placés en lui. Ceci sans omettre d'évoquer la difficile adaptation de Afful toutes les fois qu'il est appelé à occuper le flanc gauche de la défense en remplacement de Chemmam. Un Afful beaucoup plus précieux quand il évolue un cran en avant dans le couloir droit notamment . Reste à savoir si l'Espérance ne possède pas à l'heure qu'il est un défenseur en mesure de suppléer le titulaire du poste. A moins que Aymen Ben Amor et El Abdi, l'ex sociétaire de la J.S. Kairouannaise ne sont pas opérationnels pour le moment.
Rafik BEN ARFA

Nabil Mâaloul:Une cible de choix !
Il arrive à tout entraîneur de faire de mauvais choix tactiques précipitant un résultat négatif de son équipe. Quel entraîneur n'en a pas fait. Mais cela n'explique pas qu'il devient d'un seul coup une cible de choix pour certains à des desseins inavoués.
Dimanche 9 décembre : sur le plateau d'une chaîne télévisée, on a vivement reproché à Nabil Maaloul d'avoir refusé de faire une déclaration au journaliste accrédité par ladite chaîne après la victoire de la veille sur la J.S. Kairouannaise. Or, ce ne fut pas un refus dans la mesure où les journalistes sont invités à aller recueillir, après chaque match, interviewes et déclarations dans la salle de rédaction réservée aux représentants des médias à la cité sportive de Radès. Il faut comprendre qu'il est difficile à un entraîneur de répondre à tour de rôle à une vingtaine de confrères à la fin de chaque rencontre.
Samedi 16 décembre : notre consœur Sihem Ayadi, à laquelle nous vouons un grand respect et elle le sait très bien, a fait pire. Répondant à une intervention de l'envoyé de la chaîne de la radio nationale, elle lui fit savoir qu'il est dans les habitudes de Nabil Maaloul de fuir les journalistes après chaque défaite. (En fait, combien de défaites compte-t-il à son passif ?) Deux minutes après, il la rappelle pour lui faire entendre la déclaration de l'entraîneur tout de suite après la défaite concédée devant le Club Africain. Toujours à partir de salle de rédaction de la tribune de presse du stade de Radès.
Nous ne terminerons pas sans ajouter que l'entraîneur de l'Espérance Sportive a toujours fait acte de présence après chaque match disputé par son équipe et ce, quel que soit son résultat faisant preuve d'une grande disponibilité envers la presse. Seulement, Nabil Maaloul a toujours tenu à traiter tous les journalistes sur le même pied d'égalité. Comment ? En respectant la discipline instaurée partout dans le monde du football à travers les consignes de la FIFA : tenir les conférences d'après-match dans une salle appropriée réservée aux médias pour les entraîneurs et la zone mixte pour les joueurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.