Mercato – AS Saint-Etienne : la piste Mostafa Mohamed (Zamalek) tombe à l'eau    Retard de livraison des vaccins de Pfizer    Bulletin de la bourse: Déboussolée par le reconfinement, le marché sombre dans l'incertitude    Nissaf Ben Alaya: Confinement ciblé à partir de lundi prochain    Coronavirus : La situation épidémiologique à Gabès    Coronavirus-Kairouan: Les services de réanimation ont atteint leur capacité d'accueil maximale    Mondial handball 2021 / Autriche vs France : Où regarder le match en liens streaming ?    THE MODEL, la nouvelle télé-réalité tunisienne aux normes internationales    Khadija Taoufik Moalla: Accepter de perdre des batailles...jamais la guerre !    TOURISME TUNISIEN POST-COVID-19: Les priorités pour retrouver le dynamisme habituel    Retour au calme à Siliana après des émeutes nocturnes    Météo: Temps froid et pluies sur la plupart des régions    Commémoration du 10e anniversaire de la Révolution: Incolore et inodore    TOURISME CULTUREL: Pour un guide des musées et des galeries d'art    A l'échéance, Les fonds Ben Ali en Suisse seront restitués à Leila Trabelsi et sa famille    MEMOIRE    Haltérophilie | en vue des championnats d'Afrique et des J.O. de Tokyo: 17 haltérophiles en stage à Nabeul    News: Rafia absent 20 jours    EST — Staff technique: Confiance renouvelée en Chaâbani !    MISE A NIVEAU INDUSTRIELLE: Des concepts qui refont surface    DECES ET FARK: JAMILA STAMBOULI    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Quatre Films de Selim Gribaâ pour célébrer le 14 janvier 2011: «Confinés, mais libres»    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    «Libérez ma Patrie» !    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Un remaniement, pour faire quoi ?    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    A quoi il joue?    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    A l'Etoile, on continue à faire du sur place... !    Guterres tente de nommer un émissaire    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jeu de lumières
Arts plastiques Exposition de Oussama Troudi à l'espace d'art Mille Feuilles à la Marsa
Publié dans Le Temps le 23 - 12 - 2012

Actuellement et jusqu'au 04 janvier 2013, l'espace d'art Mille Feuilles accueille l'exposition de Oussama Troudi. Une exposition placée sous le signe de la performance artistique dans tout ce qu'elle a d'original : sans frontières et sans limites. En effet, Oussama Troudi invite de jeunes talents du Maghreb, d'Europe et d'Afrique subsaharienne :
Zanjabil Eightsus, DVSC Furer et Christopher Bong qui offrent par leur regard une vision particulière de l'art faisant écho à l'œuvre de Troudi. C'est sous le signe de la découverte qu'est placée cette exhibition de travaux qui ne nous laissent pas indifférents de jour comme de nuit...
Le blanc et le noir. Un tandem chromatique caractérise l'essentiel de l'exposition. Un Yin et un Yang qui nous placent, nous visiteurs, dans les extrêmes de l'inconnu et de la synthèse de toutes les couleurs. Nous sommes d'emblée placés dans une plénitude première qui nous incite petit à petit à entrer dans l'œuvre. Peu à peu, l'œil est happé par les traits pris dans les cercles concentriques ou dessinant leurs contours. Les lignes s'entremêlent, elles sont raides ou oscillent pour dessiner une spirale infernale. Des formes géométriques, une sorte d'arabesque peuplent l'espace, le meublent de cette présence tacite d'un mouvement inhérent à l'œuvre entière comme le travelling d'un cinéma que continuent les points et les taches qui semblent disposés aléatoirement. Pourtant sur la toile ou le plexiglas, ils suivent le mouvement d'une rotondité presque parfaite ou se meuvent en constellation quasi linéaire. Le regard se laisse séduire par cette danse singulière où la condition humaine est le centre de l'attention. La vie paraît dans tout ce qu'elle a de violent et de mystérieux.
Le soir c'est une vision cosmologique qui nous saisit. Sous la lumière noire, d'autres traits et d'autres taches font leur apparition dans l'œuvre. Vifs dans leur clarté et intenses dans leur vivacité, ils nous transportent au-delà du connu et du commun afin de voguer dans les cieux et toucher de près les étoiles.
Nullement romantique, cette exhibition nocturne se voudrait une vision onirique où l'esprit réinvente l'œuvre selon son humeur. Le lien tacite entre le visiteur et les artistes est une connivence inachevée qui est recommencée à chaque fois que l'œil se pose une nouvelle fois sur l'œuvre.
A travers une œuvre contemporaine où l'installation et les performances (danse, chant et vidéo lors du vernissage) côtoient les toiles, Oussama Troudi et ses invités ont transcendé l'art dans tout ce qu'il a de violent et de beau.
Les œuvres diurnes ou nocturnes sont intrigantes. Nous nous déplaçons parmi les travaux de l'artiste et ses acolytes en nous émerveillant de la puissance qui en émane . L'âme est tantôt en alerte tantôt en ravissement balançant entre le réel d'une condition et l'utopie d'une élévation.
Oussama Troudi réussit à donner un nouveau souffle dans l'expression artistique, un souffle vif dans sa sérénité semblant émerger d'une rêverie où vrai et vraisemblable sont alternés pour le plaisir « des regardeurs » avertis et profanes...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.