Tunisie-URGENT : La chaine Hannibal TV suspendra sa diffusion à partir de cette date    Tunisie – Kais Saied [VIDEO] : « J'appelle les honnêtes patriotes à nettoyer le pays de ceux qui ont altéré ses capacités »    Infos Bourse – Le groupe UADH bloqué par les banques    Il n'y aura plus de Facebook à partir de demain... Il s'appellera Meta !    Grandes cultures : Signature d'une convention de partenariat entre l'UTAP, l'INGC et la BNA pour accompagner les producteurs    Championnat Arabe Handball : EL MAKAREM 4 sur 4    Ghazi Chaouachi appelle Kais Saied à éclairer l'opinion publique sur ce point    Opportunités : Le marché nigérien tend la main aux businessmen tunisiens    Le président de la République exige un audit minutieux des prêts et dons accordés à la Tunisie    Ghazi Chaouachi : Le discours populiste de Kais Saied ne mènera nulle part    Découverte d'une cellule terroriste féminine    Tunisie- Accidents de la route : 50% des morts sont des jeunes    Le 4ème sommet anti-tabac : Nouvelle ligne de défense contre le fléau du tabagisme    Report de l'affaire de harcèlement sexuel dans laquelle est accusé Zouhair Makhlouf    La Tunisie dispose d'un stock de céréales pour seulement 3 mois de consommation    Le septième congrès électif de l'ODC, aura lieu les 5 et 6 novembre    Violation à grande échelle des données personnelles dans le milieu universitaire tunisien, s'inquiète l'INPDP    Le CA Bizertin annonce officiellement le départ du président Abdessalem Saidani    Pour les vacances scolaires : Les belles surprises de la Cité des sciences    Le financement des projets d'infrastructure objet de la rencontre entre Samir Saïed et Sarra Zaâfrani    Perturbation de l'approvisionnement en eau potable dans la région du Sahel    Marwen Trabelsi revient avec une première exposition personnelle de peinture "Jardin Intérieur"    Classico ESS-CA : Compos probables et Historique    Augmentation de capital de One Tech Holding : Moncef Sellami tient la promesse faite aux actionnaires    Exposition "Viral" de l'artiste iranienne Yassi Pishvaei à l'espace Mouhit    Samir Dilou : Si les dirigeants du passé étaient mauvais, pendez-les !    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce jeudi    Problèmes de l'environnement à Sfax : Pas de solutions immédiates, assure Leila Chikhaoui    Sfax: Aujourd'hui, grève générale dans le secteur privé [Vidéo en direct]    Foot Européen : Programme TV de jeudi (HT)    CAN 2021 : la CAF autorise 28 joueurs par sélection au lieu de 23    Falsification de titres fonciers à Ben Arous : Quatre agents administratifs impliqués    L'aéroport de Tobrouk reprendra ses vols vers la Tunisie    France : Paris : La gare du Nord évacuée suite à une alerte à la bombe !    Grave accusation contre Bin Salman : il aurait planifié le meurtre du roi Abdallah    CSS vs EST : où regarder le match de la 2ème journée de ligue 1 tunisienne du 27 octobre    Pièce de théâtre "Langar" du 28 au 30 octobre à El Teatro    Ons Jabeur se hisse à la 7ème place mondiale    Le cauchemar de Macron : l'Algérie interdit le français dans les administrations    Métamorphose #2 de Essia Jaïbi et Jalila Baccar en ligne le 29 octobre    Vient de paraître : " Quatrains en déshérence ", un recueil poétique de Abdelaziz Kacem    Les Retrouvailles Musicales avec le CSO autour de Mozart et Saint-Saëns    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le réel en questions : état des lieux et perspectives du cinéma documentaire en Tunisie
Douz Doc Days
Publié dans Le Temps le 01 - 01 - 2013

Depuis toujours confiné dans les marges du cinéma, le film documentaire semble avoir retrouvé force et vigueur à la faveur du bouleversement de l'Histoire de la Tunisie qu'a été la « Révolution » du 17 Dècembre-14 Janvier.
La seconde naissance du film documentaire
Quantitativement, la production de films documentaires n'a jamais été aussi importante et si la Révolution en tant que thème et toile de fond a retenu l'attention de la majorité des cinéastes, cette vague de films documentaires a aussi rendu possible l'exploration de facettes du réel jusque-là inconnues du grand public. Généralement le fait de jeunes réalisateurs, cette réappropriation du réel est en passe de combler le manque patent dans le cinéma tunisien de démarches cinématographiques d'inspiration citoyenne où le souci esthétique se conjugue à la prise de risque et à la confrontation avec l'altérité au fondement du genre documentaire.
Poursuivant avec la persévérance et la passion qu'on lui connaît, un travail inlassable de promotion du film documentaire entrepris dans la foulée du 14 Janvier à travers « Les caravanes du documentaire », Hichem Ben Ammar adossé à une équipe jeune et dynamique a fait le pari de donner naissance à un festival du film documentaire à Douz dont la deuxième édition s'est déroulée du 26 au 30 Décembre. Avec vingt films tunisiens, dix courts et dix longs, répartis en deux sections compétitives, les Douz doc Days constituent désormais le lieu idéal pour découvrir la production annuelle de films documentaires tunisiens. En dépit des disparités entre les deux sections, celle dédiée aux longs-métrages étant de loin la plus relevée avec au moins cinq films d'une très bonne teneur, cette seconde édition a de quoi rassurer quant au devenir du cinéma documentaire en Tunisie. L'engagement des jeunes cinéastes tunisiens pour la cause du réel est perceptible à travers l'énergie qui irrigue l'ensemble des films. Emouvants de sincérité, ces premiers balbutiements pour certains trahissent néanmoins des problèmes d'écriture, de dispositif imputables à une méconnaissance du genre documentaire, et de ses différentes approches sur lesquelles il est indispensable de se pencher. Une pédagogie s'impose mais elle devrait être constructive de manière à ne pas briser net cette dynamique salutaire pour le cinéma national.
De la production du film documentaire au diagnostic du cinéma en Tunisie
Le second défi consiste à pérenniser le genre documentaire en lui garantissant des ressources minimales pour sa production. Généralement autoproduits ou pris en charge par des sociétés de production dans la phase de post-production, les documentaires souffrent d'un manque patent de ressources auquel des solutions doivent être trouvées. L'enjeu ne se limite pas à être le réalisateur d'un film mais de construire une œuvre axée sur le cinéma documentaire. C'est le thème de la rencontre organisée le 29 Décembre en marge des Douz Doc days. Cette rencontre à laquelle ont pris part des réalisateurs de documentaires de différentes générations co-animée par Nicolas Féodoroff du FID de Marseille, a été l'occasion d'un débat par moments très passionné sur la production du film documentaire indépendant, débat qui s'est progressivement focalisé sur un état des lieux de la production du cinéma en Tunisie. Le cinéma indépendant ne revêt pas la même signification sous nos cieux que dans les pays où il a eu à se définir contre l'industrie, les grands studios et la massification. Cinéma essentiellement tributaire des subsides de l'Etat jusqu'à il y a encore quelques années, le cinéma tunisien s'est diversifié grâce à l'arrivée sur le marché de jeunes diplômés des écoles de cinéma et à la généralisation du numérique. Ce cinéma de la marge s'est défini contre le cinéma des aînés et en faisant le deuil des subventions du ministère. Films à petits budgets et à zéro budgets, de nouvelles économies du cinéma ont vu le jour animées par le seul désir de jeunes réalisateurs de faire des films et faisant fi de l'absence de moyens. Si l'autorité de tutelle a sa part de responsabilité de par sa frilosité à encourager de jeunes cinéastes (notamment sur des projets de longs-métrages), l'identification des causes du recul du cinéma tunisien ces quinze dernières années, a donné lieu à deux points de vue différents qui ont partagé l'auditoire. Une première thèse fait supporter la décrépitude de la cinématographie nationale au « Système » qui a instauré de par son clientélisme, une sorte de « médiocratie » en vertu de laquelle le « gâteau » s'est souvent trouvé partagé entre les mêmes. Ce point de vue s'est trouvé fortement contesté par les tenants de l'idée que ce « système » incriminé s'incarne dans des personnes et que celles-ci sont issues de la profession. S'il y a dysfonctionnement, ce n'est pas tant en raison du machiavélisme de l'institution que de logiques de pouvoir internes au champ du cinéma qui ont vu les mêmes réalisateurs et producteurs sévir en barrant l'entrée à des approches cinématographiques moins consensuelles. Loin de dédouaner le ministère, ce diagnostic restitue à nos yeux de manière plus fine, la complexité des enjeux et des luttes dans le champ de la culture dans un régime autoritaire.
Quoique non dénué d'intérêt et compréhensible dans un contexte où le procès du passé s'impose, le débat initialement consacré à la production du cinéma documentaire aura été totalement éludé. Qu'à cela ne tienne, les films sont bien là et les Douz doc days en tant que plate-forme pour la diffusion du documentaire tunisien s'imposent désormais comme un rendez-vous incontournable pour tous les acteurs de la galaxie documentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.