Commémoration des événements du 26 janvier 1978 : Saïed s'entretient avec Taboubi    Tunisie-Coronavirus: Le couvre-feu prolongé de deux semaines    Précisions à propos du champ d'application de l'amnistie fiscale    L'étrange "évasion" d'Abdelkoddous Saâdaoui, qui en plus nargue sa patrie    L'Algérie supprime la liste des produits exclus du bénéfice des avantages fiscaux accordés dans le cadre de la GZALE (CEPEX)    CAN 2021 : Motsepe invite un président d'un club tunisien pour la finale    Ligue 1 Pro : l'Etoile du Sahel battue en amical    Kaïs Saïed reçoit Najla Bouden    Selon 57,8% des familles tunisiennes, l'avenir de leurs enfants serait meilleur hors du pays    Elloumi: Le gouvernement de Bouden est le pire gouvernement depuis l'époque coloniale( Audio)    Le prix de la meilleure recherche scientifique féminine, pour l'année 2021 décerné à la professeure de neurologie, Dr Iman Kacem Nhili    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    Match Côte d'Ivoire vs Egypte : Les chaines qui diffusent le match Choc de la CAN 2022 du 26 janvier    Land'Or obtient un nouveau prêt d'environ 4 millions $    Sommet Ligue arabe : Les beaux et bons mots de Tebboune, que répondra le Maroc? [Vidéo]    La vraie chambre noire, c'est le palais de Carthage !    EN : un joueur testé négatif, deux autres encore positifs !!    Les salariés de Cactus prod menacent d'une grève de la faim    Côte d'Ivoire vs Egypte : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Corruption : La Tunisie au 70e rang mondial    Tunisie Telecom en chiffres    Kasserine: Mandat de dépôt contre un ancien gouverneur, pour corruption    Indice de perception de la corruption : la Tunisie classée au 70ème rang mondial    Moody's évoque la Tunisie    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    AS Soliman : l'Algérien Frifer Boumedyen engagé pour deux ans et demi    Tunisie : Grève générale à...    Entreprises publiques en difficulté | Crises en cascade    REMERCIEMENTS ET FARK : Mongi BEN AMOR    Echo Afrique    High-tech | Tout connaître sur le métavers    Groupe Chimique Tunisien à Mdhilla 2: Levée d'une grève entamée depuis 2 ans    CAN 2021 | Huitièmes de finale – Suite et fin – Côte d'Ivoire-Egypte : La guerre des étoiles    CAN 2021 | Une qualification significative : ls ont changé leur destin…    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    Le comité scientifique recommande la prolongation des mesures préventives contre le covid    Dilou : Saied est en train de démanteler l'Etat Tunisien    Covid-19 | 17 décès et 9706 contaminations recensés le 24 janvier 2022    Tunisie : Départ des vols depuis l'aéroport d'Istanbul via une seule piste    Le film documentaire "Angle mort" de Lotfi Achour primé au Fipadoc à Biarritz    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un premier film militant et courageux
Cinéma « Les femmes du bus 678 » de Mohamed Diab
Publié dans Le Temps le 02 - 04 - 2013

La 1ère édition de la semaine du film francophone, qui a démarré le 26 mars, s'est terminée dimanche dernier au Colisée par le film égyptien « Les femmes du bus 678 » de Mohamed Diab. L'action a lieu au Caire d'aujourd'hui.
Fayza, Seba et Nelly, trois femmes aux vies totalement différentes, s'unissent pour combattre le harcèlement pesant que leur font endurer au quotidien des hommes, dans les rues et dans les bus. Déterminées, elles décident dorénavant de ne plus subir, quitte à utiliser des moyens réprimés par la loi. Devant l'ampleur du mouvement, l'atypique inspecteur Essam mène l'enquête. Qui sont ces mystérieuses femmes qui ébranlent une société basée sur la suprématie de l'homme ?
A l'instar de la fiction « Les femmes du Caire » de Yousry Nasrallah, « Les femmes du bus 678 » s'attaquent à un sujet qui domine la société arabe : le machisme des hommes. Dans le bus qui les transporte à leur travail les femmes subissent tous les affronts : attouchements, humiliations, violences verbales et physiques. Au Caire comme en Tunisie, les bus sont bondés, c'est là que les pervers s'adonnent à leur jeu favori : le harcèlement sexuel, un cauchemar que vivent les jeunes filles au quotidien.
Pour son premier long métrage, Mohamed Diab revient sur la question qui a longtemps taraudé Youssef Chahine et qui a été brillamment évoquée dans « Gare centrale », la sexualité masculine difficile à gérer dans une société arabo-musulmane dominée par les interdits religieux et les tabous moraux. Le réalisateur s'est inspiré de faits réels pour raconter les histoires de ces femmes, Fayza, la mère de famille traditionaliste, Seba, l'intellectuelle révoltée, et Nelly, la jeune fille moderne dont le seul point commun entre elles est que des inconnus se sont servis d'elles pour assouvir leurs frustrations.
Fayza se fait tripoter dans le bus sur le chemin du travail. Nelly, malmenée et renversée dans la rue par un automobiliste libidineux. Quant à Seba, elle échappe de peu à un viol collectif, après un match de foot. Ces scènes sont filmées de manière réaliste : images volées sur un corps qui se colle ou bien des cris dans la cohue... Pas la moindre complaisance dans le traitement de ce vécu des personnages livrés à toutes les humiliations. Mais, le cinéaste ne s'attarde pas trop sur ces scènes, ce qui l'intéresse, ce sont les conséquences, la manière dont les événements détruisent le quotidien de chacune. La perte du désir, la rupture avec les autres et l'indifférence et la nonchalance des autorités.
Porté par un trio de comédiennes émouvantes et fortes, le film est poignant mais ne manque pas d'humour qui est le bienvenu dans des scènes parfois éprouvantes. Des femmes en colère dont les destins se croisent. Des femmes qui ont choisi le combat plutôt que d'être des victimes. Fayza, la plus humble, la moins « éduquée », choisit la violence, presque une forme de terrorisme. Dans son bus, elle se met à blesser ses harceleurs à coups d'épingle, furtifs et vengeurs. Les autres la soutiennent et la protègent, un temps, mais cherchent des réponses plus militantes, des voies moins violentes. Un film à thèse, militant qui mérite tous les égards.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.