La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    FC Barcelone : Ansu Fati prolonge jusqu'en 2027    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Sousse : La récolte des olives estimée à 81185 tonnes    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



PHOSPHATE : «Point limite zéro»
Question de l'heure:
Publié dans Le Temps le 28 - 06 - 2013

Récemment dans l'hebdomadaire « Réalités », Monsieur Ridha Lahmar a publié un article remarquable à propos de la « crise » du phosphate tunisien. Il y a quelques jours, Monsieur Houssine Abassi, secrétaire Général de l'U.G.T.T.
, tout en réaffirmant que la Centrale Syndicale soutenait les revendications légitimes, se disait convaincu qu'elles ne peuvent être satisfaites par l'interruption de la production.
Les problèmes méritent d'être rappelés brièvement pour permettre de suggérer –non pas des solutions ! – mais des pistes de réflexions.
La crise
La Compagnie des phosphates de Gafsa (C.P.G.) alimentait naguère le budget de l'Etat avec ses bénéfices. Actuellement, elle aurait accumulé environ 2000 MD de pertes durant les années 2011-2012. Sa production aurait été divisée par 4 en l'espace de 2 ans.
Malgré les augmentations de salaires consenties, le recrutement de personnel et la régularisation de la situation de certains employés, un énorme mécontentement continue à se manifester sous forme de grèves, de « sit-in », de perturbations des transports, de revendications salariales diverses qui entravent non seulement l'extraction mais aussi la production et même le transport des phosphates. En conséquence, l'activité du groupe industriel chimique de Gabès a été profondément perturbée en raison d'approvisionnements très insuffisants.
L'impossibilité d'honorer les engagements pris a entraîné la désaffection des clients qui ont été perdus, sinon pour toujours, mais au moins pour un laps de temps important : les contrats de livraison étant rarement signés pour quelques mois.
De plus, les coûts de production ont beaucoup augmenté du fait des réévaluations des salaires et en raison du blocage, par les employés, de la voie ferrée qui a nécessité un transport par camion 5 fois plus onéreux. Ils ont donc fait diminuer la compétitivité des entreprises tunisiennes. Même la S.N.C.F.T. a lourdement pâti de cette situation.
L'histoire
Les causes de mécontentement de la population sont très anciennes. La Compagnie coloniale du Sfax-Gafsa n'a certainement pas pratiqué une politique « sociale » vis-à-vis de ses employés tunisiens.
La Compagnie des Phosphates de Gafsa, qui lui a succédé, semble avoir commis des « erreurs » pendant des décennies. Elle ne semble pas avoir réinvesti, dans le bassin minier, une part suffisante de ses énormes bénéfices dont elle réservait la majeure partie au budget de l'Etat. Il aurait été souhaitable de développer dans la région des usines de transformation qui auraient évité de transporter, aux frais du contribuable tunisien, des montagnes de déchets qui polluent les environs de Sfax et de Gabès ainsi que le Golfe de Gabès. Elles auraient simultanément procuré des emplois à la population locale qui augmentait.
Si une partie des bénéfices de la Compagnie avait permis de créer, dans la région, des projets économiques diversifiés, dans l'agriculture par exemple, le « bassin phosphatier » aurait été moins tributaire de ses minerais et la crise suivante aurait, peut-être, été évitée.
Un drame majeur a eu lieu, dans les années 80, sans que le pays s'émeuve particulièrement. L'effondrement des prix sur le marché mondial a entraîné le licenciement de milliers de mineurs dont les familles se sont trouvées sans ressources. Toute l'économie de la région en a souffert.
L'insurrection de 2008 plonge certainement ses racines dans la crise des années 80. De plus, à l'époque, sans analyser les raisons de cette révolte, on y a répondu par une répression sanglante. L'ordre a été rétabli mais pas la paix !
Les gouvernements issus de la « Révolution » ne se sont pas rendu compte que la situation y était explosive : ils avaient tant d'autres problèmes à gérer.
Les « désordres » s'expliquent, au moins en partie, par le fait que le taux de chômage est de l'ordre de 40 % de la population active et que près de 30 % des jeunes diplômés de l'enseignement supérieur ne trouvent pas de travail localement. Cette insatisfaction « fermente » dans un contexte économique régional « morose », pour le moins.
Pourtant, il faudrait éviter, à tout prix, de bloquer les activités de la Compagnie des Phosphates et il ne sert à rien, aujourd'hui, de dire qu'on n'a pas bien répondu, hier, aux attentes de la population.
Quelques suggestions
Il serait souhaitable de proposer un « échange ». En échange d'une reprise immédiate du travail et d'un retour rapide à la production antérieure, une commission, « pluri-ministérielle » (Industrie, transport, agriculture, environnement sont concernés), de haut niveau – le Gouverneur ne suffirait pas – présenterait un « Plan » appuyé par un échéancier crédible pluriannuel. Elle séjournerait dans la région le temps nécessaire à la rencontre, à l'écoute des populations des différents sites miniers. Il faudrait les convaincre de l'impérieuse nécessité de rétablir la production antérieure le plus rapidement possible. Surtout ne pas répondre par la « force », par la coercition !
Demander, d'abord, l'application de la loi ! Obtenir l'adhésion ! Puis, convaincre la population que ce n'est pas seulement dans l'intérêt du pays mais que c'est aussi dans son intérêt.
Annoncer et commencer à réaliser immédiatement une modernisation des équipements vétustes, une réduction de la pollution, au moins atmosphérique, une réhabilitation d'un environnement dévasté, une nouvelle politique agricole s'appuyant sur des lacs collinaires même temporaires, sur l'introduction d'une flore africaine plus performante permettant de relancer l'élevage ovin, de constituer des réserves de fourrage, au moins : changer les « choses » et employer des gens immédiatement.
En attendant, de nouvelles grandes installations industrielles, il faudrait financer, tout de suite, des réalisations, publiques : mise en défense de secteurs attaqués par l'érosion, par exemple et privées : émanant de la population. Elle se persuaderait ainsi que les « Dirigeants » l'écoutent.
A-t-on prospecté sérieusement, dans toute la région, les nappes d'eau profonde ? L'utilisation de l'eau douce – manquant cruellement ! – et son évacuation, après « lavage » du minerai, ont-elles vraiment été « optimisées », d'une part, pour que son emploi soit aussi « économe » que possible, d'autre part, pour que son élimination ne soit pas polluante ? Dans cette région, l'énergie solaire : fabrication, installation, réparation, n'a-t-elle pas sa place ? L'aménagement du Parc National du Jebel Orbata ne peut-il pas employer pas mal de gens avant d'attirer de nombreux touristes ?
A partir d'hôtels existants à Gafsa, à Tamaghza, et de maisons d'hôtes ou de gîtes ruraux à venir, l'afflux de visiteurs qu'on a connu à Chébika, on pourrait le voir venir à Sened (l'ancien) et à Sakiet, ou dans les monts de Redeyef à la recherche, par exemple, des derniers mouflons à manchette sauvages.
«Le lézard rouge » et la vallée de l'Oued Selja ont toujours eu beaucoup de succès. Dans cette région, le « géotourisme » ainsi que le tourisme historique – les abris sous roches préhistoriques de Redeyef, de Moularès – devraient attirer beaucoup de curieux. Il semble qu'un tourisme « populaire », en chemin de fer, à bon marché, à partir de Sfax, soit tout à fait possible à mettre en œuvre.
L'artisanat n'existe-t-il plus ? Naguère les tentures de Gafsa étaient recherchées. Des artistes renommés en dessinaient les « cartons ».
Il faut sauver … le phosphate non pas seulement parce que c'est une ressource, une richesse nationale, mais aussi parce que les bénéfices que procure son exploitation doivent permettre de développer toute la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.