La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    FC Barcelone : Ansu Fati prolonge jusqu'en 2027    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Sousse : La récolte des olives estimée à 81185 tonnes    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les jardins suspendus
Promenade dominicale
Publié dans Le Temps le 30 - 06 - 2013

Nous avons publié récemment un article à propos des problèmes du « bassin phosphatier ». Nous y suggérons de développer, dans cette région, des activités différentes de l'extraction et du traitement des minerais. Nous sommes persuadés que les tourismes alternatifs y ont leurs places.
Nous proposons, aujourd'hui, une série de «randos», plus ou moins longues, dans une région où le tourisme devrait être développé celle des «oasis de montagne»: Tamaghza, Midès et Chébika, à réaliser dès l'automne.
Les préliminaires
Pour se rendre dans ces « oasis de montagne », le passage à Gafsa semble indispensable, en dehors de l'atterrissage à l'aéroport international de Tozeur.
Gafsa, fondée par un dieu, dit la légende, berbère et peut-être contemporaine de Carthage a donné son nom latin : « Capsa » à une grande civilisation préhistorique maghrébine : le Capsien. Cette ville mérite bien qu'on s'y arrête. Prise, incendiée et sa population massacrée par la soldatesque romaine commandée par le Consul Marius, vainqueur de Jugurtha, elle est « la porte Ouest de la Tunisie sur le Sahara ». Ses alentours, depuis le Jebel Orbata à l'Est qui devrait devenir un parc naturel, à El Guettar où a été découvert le plus antique « monument » religieux, connu au monde, à M'dhilla et ses mines et jusqu'aux monts très pittoresques qui bordent Gafsa au Nord-Ouest, tous sont à même d'intéresser de nombreux voyageurs.
En route, vers les oasis de montagnes, on pourrait avec plaisir, s'offrir d'abord un voyage en « Lézard Rouge » : ce petit train aux wagons surannés cahote lentement dans les magnifiques gorges de l'Oued Selja. Les « accros » de randonnées peuvent envisager de les parcourir à pied. Elles mesurent une dizaine de kilomètres de long. Elles sont superbes et étroites et, pour les amateurs de géologie, un livre à feuilleter. D'autant que marcher le long de la voie ferrée en se méfiant un peu, lors des passages des « trains » ne présente aucune difficulté.
Redeyef, avec sa cité minière et des abris sous roche préhistoriques très connus, peut retenir les visiteurs, mais le véritable point de départ sera Tamaghza.
Tamaghza
De l'antique Ad Turres romaine, il ne subsiste pratiquement rien. Les anciennes habitations de l'oasis, presque toutes abandonnées, tombent en ruine, hélas ! A proximité, le bourg moderne et ses hôtels se développent très vite. L'afflux de touristes, souvent peu « argentés », a engendré l'offre de multiples « souvenirs », très peu onéreux mais sans aucun intérêt. Il y a bien longtemps que les derniers produits de l'artisanat textile local ont été vendus. Les vendeurs ont pillé, débité et vendu une forêt fossile qui se trouvait à proximité de la route venant de Redeyef. Tous proposent des géodes et des roses des sables.
Cependant, on peut entreposer les bagages dans un hôtel, y laisser les véhicules et acheter, dans le bourg, les produits essentiels : eau et vivres. En ce moment, il y a très peu de touristes.
Midès
La rando à pied de Tamaghza vers Midès semble passer nécessairement par le barrage construit sur l'Oued Khanga qui sépare les deux bourgs. Le spectacle est désolant : des tonnes de détritus de toutes sortes – amenées d'Algérie par le cours d'eau, parait-il ! – tapissent les berges et l'eau du lac. A l'heure du respect de l'Environnement et ... de la promotion du tourisme dans le Sud tunisien, n'y a-t-il rien à faire ?
Pourtant, Midès, même dans son état actuel – nous l'avons connu plus pittoresque ! – est intéressant. Le village est bâti sur un éperon rocheux surplombant de près de 50 mètres le fond de gorges étroites aux parois abruptes. C'était, paraît-il, la seule oasis, petite, où l'on cultivait des oranges grâce à la douceur du climat rafraîchi par l'altitude et la continentalité, en raison aussi de l'abondance des sources. Mais la pression démographique, des inondations catastrophiques et le tarissement progressif des sources engendré par des forages profonds en aval, ont entraîné un exode très important.
Les boutiques à souvenirs ont fini par défigurer le village. Mais, heureusement, l'environnement est très intéressant : une promenade dans la gorge « se mérite », la recherche et la visite de sites préhistoriques proches intéressent les amateurs. La nature est magnifique surtout si l'on revient vers Tamaghza et qu'en longeant les « Gorges de Tamaghza », on décide de « descendre » vers l'oasis minuscule de Foum El Khanga lovée dans un coude de ce grand Oued. On peut aussi décider d'atteindre ce dernier village directement à partir de Midès.
Foum El Ghanga
Quand, après une marche de plus d'une douzaine de kilomètres dans un paysage « minéral », très sec, on pénètre dans l'oasis, la fraîcheur et la verdure sont un « bain de jouvence ». L'eau, les plantes, l'ombre, les fleurs, la présence et les réalisations humaines sont un vrai plaisir. Quand on a son matériel de camping et les vivres nécessaires, Foum El Khanga peut être la halte agréable à la fin d'une première journée de marche.
Chébika
Pour se rendre à Chebika, on pourrait suivre la route mais on peut parfaitement, à partir de Tameghza, gagner le piémont Ouest du Jebel Bliji et « descendre » lentement vers ce bourg qui n'est qu'à une dizaine de kilomètres. C'était une des plus ravissantes oasis de la région. Elle avait succédé au poste romain appelé Ad Speculum.
Accroché à la montagne, situé à la résurgence des eaux souterraines, construit en pierres liées à l'argile, le village ne se distinguait des pentes rocheuses que par des touches de chaux sur les façades. Des inondations catastrophiques l'ont dévasté en 1972. L'arrivée du « tourisme de masse » lui a fait perdre son âme.
Les grandes randonnées
Fuyant la place du village envahie par les cars et les 4 x 4 grondants, nous sommes allés camper dans la montagne. Le lendemain, certains ont opté pour un retour à pied vers Tamaghza : une douzaine de kilomètres, seuls, en pleine nature, des paysages curieux, des roches originales pour le moins : des rognons de silex composés de près de vingt couches de couleur différentes et le silence.
Une autre partie du groupe est « descendue » à 4 kilomètres au Sud de Chebika et a emprunté une grande piste carrossable qui court vers l'Est en longeant le pied du Jebel Bliji puis du Jebel Chouabine jusqu'à des puits tels que Bir Terhmine, Aïn Ameur et le village de Segdoud.
Au débouché de chaque oued dans la plaine, de petites palmeraies, plus ou moins bien exploitées, en fonction de l'existence d'eau, permettent des haltes.
La présence d'un 4x4, d'accompagnement, transportant le matériel de camping, l'eau et les vivres a été très agréable. Nous avons campé au bord de la palmeraie d'Aïn Tahar qui abrite quelques maisons, 17 kilomètres environ après Chebika.
Une dizaine de kilomètres plus loin, on a atteint le village de Segdoud. A partir de là, nous avons pris une petite route magnifique, bien que déjà dégradée, qui traverse le Jebel En Negueb, du Sud au Nord, jusqu'à Redeyef, en 4x4. Elle pourrait parfaitement être une partie superbe d'un grand treck. En voyage, on rencontre des panoramas magnifiques. De Segdoud, une autre piste, orientée Est-Ouest mène à Metlaoui situé à 25 kilomètres environ, nous a-t-on dit.
Tous les propriétaires d'auto de tourisme peuvent atteindre les oasis de montagne. Les propriétaires de 4x4 peuvent parcourir le piémont des Jebels Bliji et la route à travers le Jebel En Negueb mais ... les randonneurs qui ont le temps de les regarder, profitent vraiment de paysages extraordinaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.