Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    Remaniement ministériel : L'ATGEC dénonce le non respect d'égalité des chances entre homme et femme dans les postes de décision    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Tunisie : Les soldes d'hiver commencent à partir du 29 janvier 2021 et se poursuivront jusqu'au 11 mars 2021    L'UTAP appelle le ministère de l'Agriculture à prendre des mesures urgentes pour sauver la saison    Covid-19 | Campagne nationale de vaccination : 100 mille citoyens déjà inscrits    CAN U17 – Qualifications : La Tunisie fait le job contre la Libye    Ligue 1 (9 journée) : le match Espérance-STunisien à El Menzah, à 14h00    Hichem Anane présente le nouveau format de la facture de la STEG    Le CCIH organise une résidence artistique "Imagine Music" à l'occasion du Sommet de la francophonie en Tunisie    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Stade Tunisien : Dix joueurs testés positifs au Covid-19    Yassine Ayari : 4 familles monopolisent l'économie et la politique en Tunisie    Alya Djamal, la doyenne de RTCI    Wifak Bank remporte le prix "Best Islamic Corporate Bank Tunisia 2020" par Global Banking & Finance Review    Tunisie-Un blogueur arrêté pour un simple statut Facebook, le Syndicat des Journalistes dénonce [Vidéo]    La Banque de Tunisie réaffirme sa capacité à surmonter la crise    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Janvier 2021 à 11H00    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    CONDOLEANCES: Mohamed Moncef MAATOUG    Le ministère de l'enseignement supérieur appelle les étudiants à regagner les foyers universitaires à partir d'aujourd'hui    Pas d'augmentation des tarifs de la STEG    CONDOLEANCES: Saida SOHLOBJI épouse OUENNICHE    CONDOLEANCES: Ali BAAZAOUI    NEWS: L'USM sur Jassem Hamdouni    Mini-Football – Championnat national des féminines: Un championnat à 17 équipes    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    Covid-19: le primat de l'économie et des considérations politiciennes sur la santé    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Ayoba: Une appli de messagerie africaine gratuite qui protège la vie privée    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    La pénurie d'eau, une menace réelle dans la région de Kairouan    Météo | Temps nuageux et températures stables    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Coronavirus: Point sur la situation épidémiologique à Nabeul    Tunisie [Photos]: Hospitalisation des premiers patients à l'unité Covid-19 de Jebeniana    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On se marie de moins en moins; sinon, on divorce..Le syndrome de l'âme sœur...
Publié dans Le Temps le 16 - 12 - 2014

Les mutations socio-économiques, ainsi que l'évolution socio-culturelle pose un sérieux problème. L'institution du mariage bat de l'aile en effet et l'on va de moins en moins chez M. Le maire. Mais, il faut enregistrer aussi un fait inquiétant : les mariages modernes, d'amour ou de raison, finissent dans les tribunaux et, par ricochet, l'effritement du tissu familial provoque de sérieux dérèglements sociaux. Beaucoup de vieilles filles se résignent à la solitude, avec le sentiment d'avoir raté le coche. Les hommes célibataires eux aussi sont nombreux. Il y a ce que les psychologues appellent le syndrome de l'âme sœur. C'est qu'on aime de moins en moins et que l'on raisonne de plus en plus. « Le cœur, dit-on, a ses raisons que la Raison ignore ».
Le mariage, un engagement redouté par les uns, entamé par d'autres, est l'union de deux personnes qui se partagent les responsabilités de la vie et se construisent, à deux, une famille qu'ils tentent de préserver. Une famille équilibrée reste dépendante du point de départ de cette union, c'est-à-dire de la perception initiale qu'a ce couple du mariage. Un mariage de raison ou un mariage d'amour ? Lequel est le plus adopté et lequel est le plus réussi ?
Un sondage lancé sur les réseaux sociaux a permis de recueillir un nombre d'avis des internautes qui ont interagi à ce sujet et ont révélé une certaine divergence d'opinions.
La raison est primordiale
Eya voit que c'est bien le mariage de raison qui l'emporte. Quant à Souhir, elle voit que les gens en Tunisie optent plutôt pour un mariage de raison, mais que généralement on passe à côté de nos calculs, du coup elle préfère que ce soit un mariage plutôt « sentimental » avec « beaucoup de raison ».
D'un autre côté, Yasser Jeradi, un artiste a évoqué une pensée de Socrate à partir d'un dialogue entre lui et son élève, celui-ci est venu lui demander son avis à propos de sa décision de mariage, si son choix est bon ou pas. Alors Socrate lui a simplement répondu « si tu tombes sur la bonne personne c'est bon, sinon c'est là où tu deviens philosophe », d'après Yasser, Socrate a donc exclu l'amour du choix du partenaire pour le mariage.
Mlle Nouha Belaüid, communicatrice et universitaire, pense également qu'il faut opter pour un mariage de raison, « l'amour ne peut pas nous faire manger du pain. Il y a des critères qui devraient être présents chez notre partenaire notamment le niveau intellectuel », explique-t-elle.
Un mélange entre les deux aurait un meilleur goût
M. Touzi, un homme marié, pense que le mariage réussi est celui qui peaufine le dosage entre l'amour et la raison, « chose qui n'est pas simple du tout », ajoute-t-il. De même, M. Trifi Bassem, avocat, pense qu'il faut mixer les deux pour réussir un mariage.
Feryel, pense pour sa part que le mariage d'amour est le plus réussi tandis que le mariage de raison est le plus adopté, elle opte dans ce cas pour un couplage entre amour et raison. De même pour Yasmine qui dit qu'il faut mixer les deux.
L'amour a pourtant sa place
Certains autres intervenants ont valorisé l'amour dans une relation de mariage disant qu'il doit absolument exister, chacun s'exprime à sa manière, comme Rania qui a dit qu'il s'agit d'« un mariage d'âmes, ne cherche pas, ton âme sœur viendra t'envelopper d'amour ». Amal aussi, voit qu'il faut absolument bâtir la vie conjugale sur la base d'amour, elle explique que « Le mariage le plus fréquent en Tunisie est le mariage de raison, moi je ne pense jamais me marier s'il ne s'agit pas d'un amour et d'une passion ». Quant à Samih Maddouri, il intervient avec l'idée que «on ne fait pas le choix de l'objet d'amour mais on devient l'objet d'amour d'un autre ».
Jawher, un jeune, a été d'un avis tout à fait différent virant le sujet vers un autre angle de vue et remettant en question l'idée même du mariage, il explique sa vision par dire « J'opte pour le concubinage. pour moi le mariage qu'il soit d'amour ou de raison est un moyen mis en place par l'Etat pour faire payer des taxes dont on peut se passer ».
Un mariage de raison face à une pression sociale
La psychologue, Ziadi Raja, présente son avis à propos du sujet et se demande si entre un mariage d'amour et un mariage de raison, il s'agit vraiment d'un choix. Elle pense que pour répondre à cette question, une simple observation de la nature des mariages les plus fréquents dans notre société suffira.
Elle explique qu'en effet, de nos jours, nous voyons, de plus en plus, des couples s'engager ensemble pour la vie sans qu'il y ait suffisamment d'amour pour les unir. En interrogeant ces personnes sur les raisons de leur choix de partenaire, certains avancent comme argument celui de l'âge avec pour prétexte qu'ils sont plus aussi jeunes pour se permettre des aventures amoureuses, ce qui leur faut donc, c'est un choix réfléchi et étudié.
La psychologue signale que cette pression sociale, en rapport avec l'âge du mariage, est subie beaucoup plus par les femmes. Dépassée un certain âge sans se marier pourrait faire de la femme une véritable victime de discrimination sociale. Des termes péjoratifs sont, par conséquent, utilisés pour la désigner tel que celui de "vieille fille". Elle précise que le statut de "mariée" passe donc d'un simple état civil à un statut social à part entière.
Elle ajoute que ce statut de femme mariée est d'autant plus valorisé et donc , valorisant que le partenaire est socialement bien placé du point de vue niveau socioéconomique et statut professionnel. Nous sommes alors loin d'un choix sentimental. Il s'agit, ici, bel et bien d'un mariage guidé uniquement par la raison. Elle finit par poser les questions : pourquoi ces personnes sont-elles prêtes à sacrifier leur bonheur pour répondre aux attentes de la société ? Être socialement "désirable" suffira-t-il pour être heureux ?
Entre ce qui est observé et ce qui est réellement pensé par les couples mariés ou qui envisagent de s'engager dans le mariage il n'y a pas une véritable cohésion, il s'avère que la soumission à certaines contraintes rend plus fréquent le mariage de raison. En contre partie, en voyant les statistiques indiquant que plus que 50% des couples mariés finissent par divorcer, on se demande si c'est bien la raison qui les guide au mariage et si les couples qui arrivent à résister ont réussi à se fondre dans le socle de l'amour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.