Saïed, Moussi, Chelbi… Les 5 infos de la journée    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH Bank    OoredooEZ CUP : plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Tunisie – La mouvance du 25 juillet claque la porte à la face d'Imed Hammami    Tunisie – « Les partis de l'opposition font pitié »    Tunisie – La FTF félicite et remercie les spectateurs tunisiens du Parc des princes    Mondial Basket Féminin : Sur quelle chaîne regarder les quarts de finale ce jeudi ?    Référendum en Ukraine : Le oui à l'annexion de territoires ukrainiens l'emporte    Les USA appellent leurs ressortissants à quitter la Russie sur le champ    Interpellation de deux individus pour vol de 100 kilos de cuivre appartenant à deux sociétés publiques    Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Tunisie: Une croissance économique de 2,9 % en 2023, selon la Berd    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Plateforme Salema d'information et d'orientation sur le "VIH/SIDA et droits de l'homme", lancée    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    Moussi : Saïed parle d'importation de produits cosmétiques et n'évoque pas les 80 MD dépensés dans le cadre du référendum    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    Intègre, mais surtout compétent    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Zoomactu: Pluies salvatrices    L'entreprise autrement: L'impasse ?    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Découverte et partage...
Publié dans Le Temps le 19 - 02 - 2015

Trois jours durant, du 20 au 22 février, une musique légère se posera sur la Fondation de la maison de Tunisie à Paris, le temps d'un festival résolument dédié à la musique jazz : les Maghreb Jazz Days . Coloré, gai, convivial, cet évènement sera celui de toutes les promesses. Une affiche de rêve pour les mélomanes, une invitation à la découverte pour les moins avertis, trois jours de fête et des heures de musique tous les soirs...
D'abord, le guitariste algérien Anis Benhallak et son énergique jazz traditionnel, puis le groupe tunisien Mohamed Ali Kammoun. La dernière journée, celle de dimanche, sera placée sous le signe de l'ancienneté et de la modernité : avec une masterclass, une session d'apprentissage, d'un expert en la matière, Faouzi Chekili et son Malouf Funk. Puis, ce sera autour du groupe marocco-parisien, Bab El West, de clôturer ce week-end placé sous le signe de la découverte et du partage.
Le pianiste, compositeur et arrangeur tunisien de musique arabe d'influences Jazz, Mohamed Ali Kammoun, donnera deux concerts, les 20 et 21 février. Il sera accompagné par Hichem Badrani au Nay et une invitée cubaine, Ana Carla Maza, (chant et violoncelle).
Mohamed Ali Kammoun ne cesse de creuser les racines à la fois africaines et orientales de la culture musicale tunisienne, avec un œil nouveau, mâtiné de la culture d'improvisation et d'harmonisation du jazz occidental. Ana Carla Maza dont le père n'est autre que Carlos Maza est une violoncelliste, chanteuse et compositrice.
Entretien avec le pianiste Mohamed-Ali Kammoun
« Le jazz apporte une autre dimension culturelle à la musique arabe »
Le Temps : On parle toujours d'un style spécifique pour votre musique, d'une nouvelle musique arabe improvisée, d'une relecture du patrimoine musical... Quels seraient vos mots pour qualifier votre travail ?
M.A.K. : je partage votre idée. J'essaie de réconcilier la musique tunisienne avec les musiques classiques du Maghreb au répertoire sûfî, en passant par les musiques du folklore rural tout en assumant une importante richesse provenant d'influences étrangères aussi bien d'Orient que d'Occident : la culture du tarab du Mashreq, le jazz, la musique turque, etc.
*Vous avez collaboré avec de nombreux artistes dont plusieurs maîtres tunisiens et jazzmen étrangers de renom. Pourquoi cet engouement pour le jazz et la tradition tunisienne ?
-J'ai un grand penchant pour les univers de musiques improvisées et beaucoup moins pour les musiques classiques proprement écrites. De même que l'art de l'improvisation apporte un nouveau souffle pour le jazz ; le jazz lui même apporte une autre dimension culturelle à la musique arabe : une approche profonde de l'harmonie liée à la musique classique européenne, de l'intelligence rythmique héritée de l'Afrique noire... Toutefois, actuellement, où je m'interroge de plus en plus sur le « son », je m'intéresse de plus en plus à la musique électro-acoustique. C'est là une autre piste esthétique pour se développer davantage. Et il reste pour le bonheur de tout compositeur et interprète de nos jours tant de musiques dans le globe pour se nourrir davantage l'imagination.
*Qu'est- ce que vous écoutez en ce moment ?
-Du jazz contemporain new-yorkais, du vieux chant bédouin tunisien (sans artifices de studio), et un peu de tout : de l'électro, de la musique contemporaine occidentale...
*Parlez -nous un peu des programmes de vos prochains concerts à Paris. Qu'ont-ils de particulier ?
- J'y fête cette année, une décennie de carrière comme leader de projets, aux côtés de mes premiers compagnons de scène : le contrebassiste Karim Gharbi et son frère le batteur Abdes Gharbi. Un talentueux jeune oudiste tunisien sera dans l'ensemble : Seif Bennia. La salle affiche complet et je saluerai à cette occasion notamment les efforts d'Akram Belaid, l'instigateur du Festival Maghreb Jazz, un jeune artiste tunisien qui ne cesse d'œuvrer pour le bien être culturel de la fondation. Concernant le concert de la veille à l'auditorium de la Cité Internationale des Arts, il s'agit d'un événement organisé par l'ATUGE – Club Culture et Média. Je serai au piano, accompagné de Hichem Badrani, le grand maître du nay (flûte arabe). Comme invitée , nous accueillerons une prodigieuse violoncelliste et chanteuse cubaine : Ana Carla Maza. Le programme que nous allons jouer, comporte des compositions d'Ana et moi, des standards du Moyen-Orient, dont la chanson de Fairouz « A'tini al nay ». Nous l'avons traduite en espagnol et arrangée à l'occasion dans un style lyrique et cubain pour piano et violoncelle.
Propos recueillis par :


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.