Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Fermeture des écoles : Un membre du Comité scientifique tranche    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Covid-19 : Décès d'une élève, les détails    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Express    Météo: Températures en légère hausse pour ce lundi    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mesures antidumping provisoires "injustes et infondées", prises par les autorités marocaines, concernant les cahiers scolaires de Tunisie
Publié dans Tunisie Numérique le 19 - 04 - 2018


Etat des lieux
Suite à une requête déposée, le 10 mars 2017, par trois producteurs de cahiers marocains, le Secrétariat d'Etat Chargé du Commerce Extérieur du Maroc a ouvert une enquête antidumping, le 11 mai 2017, concernant les importations de cahiers importés de Tunisie. Les deux principaux producteurs tunisiens de la branche de production nationale des cahiers scolaires exportent annuellement environ 7.000 tonnes de cahiers vers le Maroc. Les deux producteurs tunisiens visés par cette enquête, en l'occurrence Sotefi et Sitpec, représentent 33% de part du marché marocain, et 87% des importations totales marocaines en cahiers.
Le 6 mars 2018, le Ministère de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie Numérique Marocain a publié, l'avis public N°03/18 annonçant la détermination préliminaire de l'existence du dumping, du dommage, du lien de causalité et de l'imposition lourde d'un droit antidumping provisoire variant entre 33.77% et 51.06%.
Qu'est-ce que le Dumping ?
Le dumping est une pratique commerciale qui consiste à vendre un produit moins cher sur le marché extérieur que sur le marché intérieur.
Trois conditions, telles que définies par l'Organisation Mondiale du Commerce (O.M.C.), pour prouver le dumping et justifier l'imposition de mesures antidumping, doivent être réunies :
– des importations faisant l'objet de dumping,
– des dommages subis par une ou plusieurs branches de production nationale ou locale,
– un lien de causalité.
Ces conditions étant cumulatives, l'absence de l'une d'elles impose la fin de l'enquête antidumping.
1/Dumping
Contrairement aux dispositions de l'article 2 de l'accord de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) régissant l'imposition des mesures antidumping, l'autorité d'enquête marocaine n'a pas déterminé la valeur normale (prix sur le marché local tunisien) sur la base de données qui concernent les ventes de cahiers en Tunisie.
2/Dommage
L'autorité d'enquête marocaine n'a pas prouvé l'existence d'un dommage au titre de l'article 3 de l'Accord antidumping.
En effet, la grande majorité des facteurs économiques examinés prouve que la performance des requérants s'est fortement améliorée au cours de la période considérée. Leur capacité de production, volume de production, volume et valeur des ventes et investissements ont, régulièrement augmenté, au cours de cette période. L'amélioration importante des performances des plaignants permet d'établir l'absence de dommage.
3/Lien de causalité
Il ne peut y avoir de lien de causalité entre les importations tunisiennes de cahiers et le dommage allégué par les requérants. La part de marché des requérants a baissé en 2016, alors que celle des importations de Tunisie était également en baisse. Le prix de vente moyen des requérants a également baissé alors que la valeur moyenne des importations de Tunisie augmentait.
Les performances négatives des requérants sont clairement la conséquence des faits autres que les importations de cahiers de La Tunisie. Il conviendrait en particulier d'étudier la concurrence à laquelle se livrent les producteurs marocains, car leurs prix sont systématiquement plus bas que les prix des importations en provenance de La Tunisie.
Conformément à l'article 3.5 de l'Accord antidumping, un lien de causalité ne peut être établi que s'il existe un parallèle strict entre l'évolution des importations faisant l'objet de dumping et l'évolution des performances de la branche de production nationale. Sur la base des informations fournies par les requérants, ce n'est clairement pas le cas.

Position des exportateurs de cahiers tunisiens
La coopération des deux entreprises tunisiennes, avec les autorités compétentes marocaines a été totale et sans faille.
Par ailleurs, les exportateurs tunisiens impliqués dans ces mesures, en l'occurrence Sotefi (cahiers SELECTA) et Sitpec (cahiers Aladin), assurent:
* Qu'il y a absence de Dumping, puisque la valeur normale n'est pas basée exclusivement sur des données qui concernent les ventes de cahiers en Tunisie, que sur les ajustements de la valeur normale sur la base de données concernant les ventes et les coûts de production des producteurs marocains.
* Qu'il y absence de Dommage, puisque le volume des importations de cahiers en provenance de la Tunisie a baissé au cours de l'année 2016, en valeur absolue et par rapport à la production et à la consommation marocaine, et que les principaux facteurs économiques prouvent que la performance des requérants s'est fortement améliorée au cours de la période considérée.
* Qu'il y a absence de Lien de causalité, puisque, la part de marché des requérants a baissé en 2016, alors que la part de marché des importations de la Tunisie était également en baisse. Le prix de vente moyen des requérants a baissé alors que la valeur moyenne des importations de la Tunisie augmentait. Les performances négatives des requérants sont clairement la conséquence de faits autres que les importations de cahiers de la Tunisie.
Aussi, et dès l'ouverture de l'enquête, les deux entreprises exportatrices tunisiennes concernées ont indiqué à l'autorité marocaine d'enquête que:
* la version non confidentielle de la requête qui leur avait été fournie n'était pas conforme à l'article 6.5 de l'Accord de l'Organisation mondiale du commerce régissant les enquêtes antidumping,
* la requête émanant de trois producteurs marocains, les données consolidées concernant leur performance ne peuvent pas être confidentielles et doivent être divulguées,
* l'autorité d'enquête doit leur communiquer une version non-confidentielle de la requête conforme aux prescriptions de l'Accord antidumping, leur permettant de faire des commentaires sur les allégations des requérants. A ce jour, plus de 10 mois après l'ouverture de l'enquête, l'autorité d'enquête n'a toutefois toujours pas communiqué à ces producteurs une version non-confidentielle de la requête conforme aux dispositions de l'Accord antidumping.
En application de l'article 5.3 de l'Accord antidumping, l'autorité d'enquête se devait, et se doit, de conclure que les éléments fournis par les requérants sont inexacts et inadéquats. L'ouverture de l'enquête marocaine, n'étant pas justifiée, doit rapidement prendre fin.
Quels risques pour la Tunisie ?
Les cahiers tunisiens seront ainsi lourdement et injustement taxés et les deux producteurs tunisiens, Sotefi et Sitpec, risquent de ne plus avoir accès à un marché potentiel et stratégique. En cas d'application de mesures antidumping provisoires et ou définitives sur les importations de leurs produits au Maroc, ces deux fabricants, qui participent activement au développement de l'économie tunisienne pourraient être contraints de prendre des mesures qui auraient des conséquences négatives sur l'investissement et l'emploi en Tunisie.
Plus grave encore, d'autres secteurs d'activités sont dans la ligne de mire des mêmes autorités compétentes marocaines, à savoir le secteur des pâtes alimentaires, celui des dattes mais aussi de l'industrie mécanique, tous actuellement confrontés à des obstacles divers. On s'attend à ce que des enquêtes soient ouvertes et que des mesures provisoires soient prises.
Il est donc indispensable que le Secrétaire d'Etat Chargé du Commerce Extérieur et, plus généralement le Gouvernement tunisien, fassent valoir leurs droits pour protéger l'accès au marché marocain de producteurs légitimes. En l'absence d'interventions diplomatiques et de réactions fortes des autorités tunisiennes, les autorités marocaines pourraient être tentées d'imposer des mesures antidumping afin de restreindre encore plus l'accès à leur marché. De telles mesures seraient contraires à l'esprit de l'Accord d'Agadir qui instaure une zone de libre-échange entre La Tunisie et le Maroc. Comme d'autres membres de l'OMC, la Tunisie se doit d'avoir une approche active et réactive pour la défense de ses droits et des ses intérêts économiques et commerciaux. La Tunisie se doit d'exiger des consultations dans le cadre du mémorandum d'accord sur le règlement des différends.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.