Tunisie – Démission du maire de La Marsa    TELNET s'implante en RUSSIE : Ouverture d'une succursale du groupe tunisien à Moscou et Mohamed Frikha rencontre le Premier ministre russe Dimitry Medvedev    Ligue 1 : Programme TV de la cinquième journée    Coupe arabe : Le 3 novembre, l'EST joue son match contre l'Olympique de Safi    Communiqué de presse : Signature accord TOPNET-UGTT    Tunisie-Ligue 2 : Programme de la quatrième journée    Jumelage entre le Colisée de Rome et l'Amphithéâtre d'El Jem    Clarification de l'ARP autour d'une affaire de suspicion d'escroquerie dévoilée dans الحقائق الأربع sur Al Hiwar Ettounsi impliquant l'un de ses agents    Ciné-Théâtre Le Rio à Tunis entame une nouvelle saison culturelle et lance Le Rio Studio    ‘'Echaab'' propose ‘' le gouvernement du président''    Incendie de la coupole d'El Menzah, les détails de l'Intérieur    Habib Essid quittera son poste de Conseiller au Palais de Carthage le 1er Novembre    Zied Ladhari: Je ne suis pas encore chef du gouvernement    Tunisie – Tourisme : Un million 700 mille Tunisiens ont visité l'Algérie en 2019    L'écran LG 27GL850 pour gamers : immersion avec de vraies couleurs    U-Impact : Unies pour une Tunisie meilleure    Rached Ghannouchi rencontre le Président turc Recep Tayyip Erdoğan à Istanbul lors du Forum mondial TRT    Ballon d'Or 2019 : Le Croate Luka Modric et le Brésilien Neymar grands absents de la liste des 30 finalistes    Un médecin tunisien fait don de trois ambulances à l'hôpital de Tozeur    Vidéo, Younssi : J'ai perdu mes biens à cause du CAB    Ligue des Champions (3è Journée): programme TV des matches du mardi    Vidéo, Saidani : J'ai perdu mes biens à cause du CAB    Ligue 1 : le match CAB-CSS fixé à sa date initiale    Mission Visite au Salon BATIMAT 2019 du 03 au 08 Novembre 2019 à Paris    Ghazi Chaouachi : pas d'accord pour me confier la présidence de l'ARP    Démarrage du projet d'inclusion économique des jeunes "Moubadiroun" dans 7 gouvernorats    Les psychotropes de la Tunisie inquiètent les Algériens    Conférence de presse du FTDES : La justice environnementale, un combat continu    Retour sur les récentes tentatives de saisies d'avions à Djerba    Etoile du Sahel : la démission de Ridha Charfeddine rejetée    Tunisie- Anis Jarboui “Les documents des élections ne sont plus à la coupole d'El Menzah”    Tunisie- Riadh Mouakher déclare son patrimoine    Anis Jarboui (ISIE) : Tous les documents des opérations électorales sont sous la garde de l'Armée nationale, dans un autre lieu sûr    Tunisie – Météo : Températures en hausse dans le Sud-Ouest    Numeryx : Le signal fort et “SMART”    Interview de Vladimir Poutine à l'occasion du sommet Russie- Afrique    Au Liban, le premier ministre Hariri prêt à la tenue d'élections anticipées    Quand France Tv se pose la question sur l'avenir de l'édition et de la langue française ?    JMC 2019 : Palmarès de la 6ème édition    Sfax, une autre étape du Festival National du Théâtre Tunisien    En vidéo : L'Ile Maurice en 48 heures vue par un tunisien    Tunisie – Le terroriste tué à Kasserine était le frère de Lokmane Abou Sakhr    La rayonnante Randa Driss s'éteint    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Par Mohamed Salah Ben Ammar : Le péché originel d'un quinquennat raté
Publié dans Tunisie Numérique le 26 - 06 - 2019


Partagez3
Tweetez
+1
Partagez
3 Partages
Par Mohamed Salah Ben Ammar; Médecin et ancien ministre de la Santé
Dans les démocraties le premier responsable du pays, le chef de l'Etat, plus que tout autre doit assumer son bilan en temps réel. Certains diront à juste titre que l'histoire ne peut pas s'écrire au jour le jour. Certes mais la lourdeur de la charge de cette fonction impose une évaluation quasi permanente des actions, il y va de l'intérêt supérieur du pays. Que retiendra l'histoire du quinquennat 2014-2019 ?
Nul ne contestera le fait que la situation du pays aujourd'hui est moins bonne qu'il y a trois ou cinq ans. Quel que soit la limite qu'on s'impose les dernières années ont jeté une chape de plomb sur l'économie, la vie politique et sociale du pays.
On perçoit chez nos concitoyens une profonde colère intériorisée qui ne demande qu'à s'exprimer à la moindre occasion. La déception et le dégoût même envers la classe politique se sont bien exprimés durant les dernières élections municipales par un vote de contestation. Ouvrier ou professeur d'université les mots utilisés sont toujours les mêmes pour évaluer le rendement de ceux qui dirigent le pays depuis cinq ans: l'avenir de nos enfants n'est plus assuré, on n'y arrive plus, les fins de mois sont difficiles, le kilo de viande à 27 dinars…
Le fait est que le quotidien de nos concitoyens s'est dégradé de manière considérable ces dernières années. Les mêmes mots reviennent, pourquoi aller voter ? Ils combinent ensemble là-haut pour leurs intérêts. Voilà pour ce qui est du constat.
Au lendemain des élections de 2014 et malgré la conscience du risque du vote utile un réel espoir était né. La situation était difficile mais des élections exemplaires avaient dégagée une majorité, certes étriquée, mais une majorité tout de même. Tous les espoirs étaient permis la situation économique s'était améliorée en 2014 et nous avions un espoir de stabilité avec un président élu garant de la constitution.
Que s'est-il passé par la suite ? Qu'avons-nous vécu en tant que simples citoyens? Une chute aux enfers.
Je ne peux pas imaginer qu'un président, quasiment sûr d'être élu ait attendu la dernière minute pour penser aux potentiels chefs de gouvernements. Certes des noms ont circulé, certains d'entre eux auraient refusé d'assumer cette charge. Ils l'ont dit par la suite, les raisons de leurs refus sont celles qui ont conduit aux échecs actuels. Ils avaient compris avant les autres.
Le président élu ne pensait qu'à contourner la constitution pour installer à la présidence du gouvernement un fidèle obéissant et loyal sans la légitimité des urnes. Dès lors comment pouvait-il assurer son rôle de chef de la majorité ? La suite le prouvera, c'était une faute. L'opinion publique a vécu les semaines de tractation avec un certain scepticisme, pour enfin nous annoncer un premier puis un second et enfin un troisième gouvernement pléthorique. Les 100 jours de réformes sont devenus 100 jours de cafouillage. Sans programme, ni vision, ni majorité réelle les remaniements se succéderont pour finir sur un procès sur la place publique de Monsieur Habib Essid et sa destitution par le comité des 13 présidé par son futur successeur Monsieur Youssef Chahed. Ce n'était pas une fatwa mais presque. En fait les intrigues et les manœuvres n'avaient jamais cessé depuis le premier jour de sa prise de fonction.
En procédant ainsi quelles étaient les intentions du président et de ses proches collaborateurs? A priori ils avaient pour devise « Le pouvoir souverain exclut tout partage ».
Garder la main sur le pouvoir quitte à s'allier initialement avec le parti islamiste, alors qu'il avait été élu parce qu'il était perçu comme un rempart contre l'islamisme. La réalité à mon avis est qu'ils n'ont jamais fait leur deuil du régime présidentiel. Résultat des courses, une cohabitation prématurée, une instabilité gouvernementale, un parlement caméléon et une gestion des affaires du pays au jour le jour, donc une impossibilité d'entreprendre les réformes nécessaires.
La suite sera encore pire. Toujours suivant le même modus operandi, un des ovnis en politique est désigné comme chef d'un gouvernement d'union nationale. Lui aussi jamais élu, pas même au sein de son parti, sans programme, il va multiplier les remaniements et les recompositions pour in fine dévoiler ses vraies intentions, fonder un mouvement de l'intérieur du gouvernement avec des ministres issus des partis du GUN. Son opposition à son parti d'origine est à inscrire dans les annales de la vie politique. Ses bouderies médiatisées vis-à-vis du président de la république se sont multipliées avec l'approche des élections. Il avait le choix entre durer ou réformer. Il a choisi de durer en s'alliant aux islamistes et de ne pas réformer. C'est ce que voulaient les islamistes qui dirigent le pays en coulisse ? Ils espèrent que le pouvoir leur tombe un jour entre les mains comme un fruit mûr. Les deux parties savaient pertinemment qu'elles ne pouvaient être d'accord sur rien, mais elles ont préféré le pouvoir aux intérêts supérieurs du pays. La fameuse stabilité a généré une instabilité chronique. Le fait est qu'en trois ans aucune réforme de fond n'a été entreprise. Faut-il revenir sur les 63 points de Carthage 2 ? Balayés du revers de la main pour sauver le point 64. Voilà à quoi tient notre avenir. La faute du président ? Celle d'avoir mal évalué la situation. Il a mal manœuvré dans une période cruciale de notre histoire. Il voulait rééquilibrer les pouvoirs institutionnels, on peut l'admettre, mais dans ces conditions il avait une obligation de résultat. Tous savaient qu'il n'avait pas les moyens de mener à bien cette réforme. Quoiqu'il dise les ovnis qu'il a soutenus et en particulier son fils ont joué un rôle destructeur dans une vie politique encore fragile dans une démocratie naissante. Ils ont échoué et ont fait perdre au pays cinq précieuses années. Nous n'étions pas prêts pour une cohabitation par définition toujours problématique. Un parti islamiste qui gouverne en sous-main, un président du gouvernement non élu entouré de stagiaire assoiffés de pouvoir, des partis politiques implosés de l'intérieur, un parlement totalement incohérent et un président de la république qui essaye de se remettre au centre de l'échiquier politique, voilà où nous en sommes aujourd'hui. Dès lors pourquoi s'étonner devant la situation catastrophique que vit le pays ?
Aujourd'hui on attaque une étape cruciale. Les ingrédients qui ont conduit à la situation actuelle sont toujours là. Trop d'attention est accordée aux présidentielles par rapport aux législatives. L'effet d'image et l'affect prennent le dessus sur les programmes. Le populisme prolifère. Tous parlent de programmes, tous promettent de le divulguer durant la campagne électorale mais aucun projet réel de réforme courageuse n'est mis sur la table et sauf miracle les élections législatives ne dégagerons pas de majorité absolue au parlement. Le prochain président sera issu d'un parti minoritaire, il devra négocier et s'allier. Dans cette configuration tôt ou tard l'affrontement entre les pouvoirs parait inéluctable. Il sera autrement plus violent que l'actuel. Sachons retenir les leçons du passé.
Neuf ans d'errements c'est trop. Nous sommes dans un régime parlementaire et le chef du gouvernement doit être le chef de la majorité et il doit être un politique élu et non un simple exécutant. Cela doit ainsi jusqu'à nouvel ordre sinon nous allons droit vers la chaos.
Mohamed Salah Ben Ammar; Médecin et ancien ministre de la Santé
Partagez3
Tweetez
+1
Partagez
3 Partages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.