CAN 2019 : TUNISIE…malheureusement c'est FINI !    CAN 2019 : Le onze de Tunisie contre le Sénégal    Par Abdelaziz Gatri – ALECA : gouvernement tunisien et U.E, après le main dans la main, le dos à dos    Libye : Haftar se prépare à annoncer l'assaut final pour « libérer » Tripoli    CAN 2019 : où voir Sénégal-Tunisie ?    Mercato : Naim Sliti pisté par plusieurs clubs    Le FTDES dénonce l'enterrement collectif des corps de migrants dans une fosse    CAN 2019 : La TUNISIE, ce soir ça PASSE…ou ça CASSE face au SENEGAL !    L'UTICA condamne fermement les déclarations de l'ambassadeur de l'Union européenne en Tunisie accordées dernièrement au journal Le Monde    Tunisie: Démarrage du vote pour les élections municipales partielles du Bardo    Tunisie: Deux morts et dix blessés dans un accident de la route à Hammamet    Tunisie: Pour un différend il abat un jeune homme avec un fusil de chasse    Météo: Prévisions pour dimanche 14 juillet 2019    Tunisie – BCT : Les réserves en devises s'élèvent à 80 jours d'importation    Le Caire secoué par un séisme    Dialogue national autour de la situation des retraités et des personnes âgées    Quand des restaurants à la Goulette utilisent l'eau des puits pour cuisiner…    Plusieurs arrestations lors d'une campagne sécuritaire    Les ministres de l'Intérieur et du Transport examinent le renforcement des mesures sécuritaires préventives à l'aéroport de Tunis-Carthage    Tunisie: Rafia Naouar candidate au poste de 1e président de la Cour d'appel    Colère aux Etats-Unis après l'arrivée en Turquie de la 1ère livraison de missiles russes S-400    La nouvelle technologie Pop-Up camera du Huawei Y9 prime 2019 est disponible en précommande !!    Demi-finales de la CAN 2019 : 2 Duels Afro-Maghrébins ! Et si la Finale serait « Maghrébine » ?    A la découverte de la nouvelle Série A de Samsung    Météo du Weekend, des températures en hausse    Alerte au virus informatique : 25 millions de smartphones androïd infectés    Tunisie – Nabeul : Saisie de près de 6 tonnes de sucre subventionné    La Tunisie aura son pavillon à l'Exposition Universelle 'Dubai 2020'    Taoufik Rajhi : Le gouvernement prendra en charge 40% des dettes des familles nécessiteuses contractées auprès de la STEG    Fatchata: un projet artistique mobile pour une immersion au cœur des quartiers populaires de Tunis (vidéos)        Youssef Chahed reçoit S.E. l'Ambassadeur d'Egypte, Nabil al-Habachi, dans le cadre du prochain match des Aigles de Carthage    Washington veut une mission internationale après un nouvel incident dans le Golfe    Le Groupe Triki cède à Majda Tunisia sa participation à la Banque Zitouna (20,9%)    Certains acteurs de la société civile ont plus de mérite que le Front Populaire, déclare le vice-président de son bloc    CAN 2019 : Quatre vols de Tunisair pour les supporters des Aigles de Carthage    Présidentielles 2019 : L'ISIE publie les premières listes des électeurs    CAN 2019 (quart de finale) Tunisie/Madagascar 3-0 : les déclarations    La 29ème Edition du Festival EL MOUROUJ se déroulera du 25 Juillet au 10 Août – Programme    La Capitale du Textile vivra sous les projos de la 2ème Edition de son défilé    L'association Alarm Phone dénonce l'indifférence tunisienne face à la situation des migrants    Ouverture de la 55e édition du festival international de Hammamet avec « Messages de liberté »    Festival international de Sfax 2019: Programme du 12 juillet au 06 août    Alfa Romeo célèbre la 34ème édition du Festival International de Musique de Symphonie d'El Jem    Festival International d'Ezzahra 2019: Programme de la 42ème édition    Tunisie-[vidéo] Le programme intégral de la 55ème édition du festival de Carthage    Le Chef du gouvernement, Youssef Chahed se penche sur la question des « réfugiés » à Médenine    L'Ambassade US à Tunis restera fermée ce 1er Juillet 2019 pour des raisons de sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Par Mohamed Salah Ben Ammar : Le péché originel d'un quinquennat raté
Publié dans Tunisie Numérique le 26 - 06 - 2019


Partagez3
Tweetez
+1
Partagez
3 Partages
Par Mohamed Salah Ben Ammar; Médecin et ancien ministre de la Santé
Dans les démocraties le premier responsable du pays, le chef de l'Etat, plus que tout autre doit assumer son bilan en temps réel. Certains diront à juste titre que l'histoire ne peut pas s'écrire au jour le jour. Certes mais la lourdeur de la charge de cette fonction impose une évaluation quasi permanente des actions, il y va de l'intérêt supérieur du pays. Que retiendra l'histoire du quinquennat 2014-2019 ?
Nul ne contestera le fait que la situation du pays aujourd'hui est moins bonne qu'il y a trois ou cinq ans. Quel que soit la limite qu'on s'impose les dernières années ont jeté une chape de plomb sur l'économie, la vie politique et sociale du pays.
On perçoit chez nos concitoyens une profonde colère intériorisée qui ne demande qu'à s'exprimer à la moindre occasion. La déception et le dégoût même envers la classe politique se sont bien exprimés durant les dernières élections municipales par un vote de contestation. Ouvrier ou professeur d'université les mots utilisés sont toujours les mêmes pour évaluer le rendement de ceux qui dirigent le pays depuis cinq ans: l'avenir de nos enfants n'est plus assuré, on n'y arrive plus, les fins de mois sont difficiles, le kilo de viande à 27 dinars…
Le fait est que le quotidien de nos concitoyens s'est dégradé de manière considérable ces dernières années. Les mêmes mots reviennent, pourquoi aller voter ? Ils combinent ensemble là-haut pour leurs intérêts. Voilà pour ce qui est du constat.
Au lendemain des élections de 2014 et malgré la conscience du risque du vote utile un réel espoir était né. La situation était difficile mais des élections exemplaires avaient dégagée une majorité, certes étriquée, mais une majorité tout de même. Tous les espoirs étaient permis la situation économique s'était améliorée en 2014 et nous avions un espoir de stabilité avec un président élu garant de la constitution.
Que s'est-il passé par la suite ? Qu'avons-nous vécu en tant que simples citoyens? Une chute aux enfers.
Je ne peux pas imaginer qu'un président, quasiment sûr d'être élu ait attendu la dernière minute pour penser aux potentiels chefs de gouvernements. Certes des noms ont circulé, certains d'entre eux auraient refusé d'assumer cette charge. Ils l'ont dit par la suite, les raisons de leurs refus sont celles qui ont conduit aux échecs actuels. Ils avaient compris avant les autres.
Le président élu ne pensait qu'à contourner la constitution pour installer à la présidence du gouvernement un fidèle obéissant et loyal sans la légitimité des urnes. Dès lors comment pouvait-il assurer son rôle de chef de la majorité ? La suite le prouvera, c'était une faute. L'opinion publique a vécu les semaines de tractation avec un certain scepticisme, pour enfin nous annoncer un premier puis un second et enfin un troisième gouvernement pléthorique. Les 100 jours de réformes sont devenus 100 jours de cafouillage. Sans programme, ni vision, ni majorité réelle les remaniements se succéderont pour finir sur un procès sur la place publique de Monsieur Habib Essid et sa destitution par le comité des 13 présidé par son futur successeur Monsieur Youssef Chahed. Ce n'était pas une fatwa mais presque. En fait les intrigues et les manœuvres n'avaient jamais cessé depuis le premier jour de sa prise de fonction.
En procédant ainsi quelles étaient les intentions du président et de ses proches collaborateurs? A priori ils avaient pour devise « Le pouvoir souverain exclut tout partage ».
Garder la main sur le pouvoir quitte à s'allier initialement avec le parti islamiste, alors qu'il avait été élu parce qu'il était perçu comme un rempart contre l'islamisme. La réalité à mon avis est qu'ils n'ont jamais fait leur deuil du régime présidentiel. Résultat des courses, une cohabitation prématurée, une instabilité gouvernementale, un parlement caméléon et une gestion des affaires du pays au jour le jour, donc une impossibilité d'entreprendre les réformes nécessaires.
La suite sera encore pire. Toujours suivant le même modus operandi, un des ovnis en politique est désigné comme chef d'un gouvernement d'union nationale. Lui aussi jamais élu, pas même au sein de son parti, sans programme, il va multiplier les remaniements et les recompositions pour in fine dévoiler ses vraies intentions, fonder un mouvement de l'intérieur du gouvernement avec des ministres issus des partis du GUN. Son opposition à son parti d'origine est à inscrire dans les annales de la vie politique. Ses bouderies médiatisées vis-à-vis du président de la république se sont multipliées avec l'approche des élections. Il avait le choix entre durer ou réformer. Il a choisi de durer en s'alliant aux islamistes et de ne pas réformer. C'est ce que voulaient les islamistes qui dirigent le pays en coulisse ? Ils espèrent que le pouvoir leur tombe un jour entre les mains comme un fruit mûr. Les deux parties savaient pertinemment qu'elles ne pouvaient être d'accord sur rien, mais elles ont préféré le pouvoir aux intérêts supérieurs du pays. La fameuse stabilité a généré une instabilité chronique. Le fait est qu'en trois ans aucune réforme de fond n'a été entreprise. Faut-il revenir sur les 63 points de Carthage 2 ? Balayés du revers de la main pour sauver le point 64. Voilà à quoi tient notre avenir. La faute du président ? Celle d'avoir mal évalué la situation. Il a mal manœuvré dans une période cruciale de notre histoire. Il voulait rééquilibrer les pouvoirs institutionnels, on peut l'admettre, mais dans ces conditions il avait une obligation de résultat. Tous savaient qu'il n'avait pas les moyens de mener à bien cette réforme. Quoiqu'il dise les ovnis qu'il a soutenus et en particulier son fils ont joué un rôle destructeur dans une vie politique encore fragile dans une démocratie naissante. Ils ont échoué et ont fait perdre au pays cinq précieuses années. Nous n'étions pas prêts pour une cohabitation par définition toujours problématique. Un parti islamiste qui gouverne en sous-main, un président du gouvernement non élu entouré de stagiaire assoiffés de pouvoir, des partis politiques implosés de l'intérieur, un parlement totalement incohérent et un président de la république qui essaye de se remettre au centre de l'échiquier politique, voilà où nous en sommes aujourd'hui. Dès lors pourquoi s'étonner devant la situation catastrophique que vit le pays ?
Aujourd'hui on attaque une étape cruciale. Les ingrédients qui ont conduit à la situation actuelle sont toujours là. Trop d'attention est accordée aux présidentielles par rapport aux législatives. L'effet d'image et l'affect prennent le dessus sur les programmes. Le populisme prolifère. Tous parlent de programmes, tous promettent de le divulguer durant la campagne électorale mais aucun projet réel de réforme courageuse n'est mis sur la table et sauf miracle les élections législatives ne dégagerons pas de majorité absolue au parlement. Le prochain président sera issu d'un parti minoritaire, il devra négocier et s'allier. Dans cette configuration tôt ou tard l'affrontement entre les pouvoirs parait inéluctable. Il sera autrement plus violent que l'actuel. Sachons retenir les leçons du passé.
Neuf ans d'errements c'est trop. Nous sommes dans un régime parlementaire et le chef du gouvernement doit être le chef de la majorité et il doit être un politique élu et non un simple exécutant. Cela doit ainsi jusqu'à nouvel ordre sinon nous allons droit vers la chaos.
Mohamed Salah Ben Ammar; Médecin et ancien ministre de la Santé
Partagez3
Tweetez
+1
Partagez
3 Partages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.