Quelle plateforme pour le salut ?    Kais Saied dit espérer un bond qualitatif dans les relations tuniso-algériennes (Vidéo)    Le Premier ministre renonce à former un nouveau gouvernement    La Russie propose un pacte de non-ingérence avec les USA    Deux nouvelles gardes à vue, neuf au total    N'est-il pas temps pour dépassionner le débat ?    Pour 6 millions d'euros, Luis Suarez signe à l'Atletico Madrid    Fabregas critique à son tour la direction du Barça    Pour que les produits culturels tunisiens aient les mêmes avantages que ceux européens ...    «Résister au corona» par les «Sorties Théâtre»    Rencontres d'information dans les régions    Le voyage en Tunisie est interdit aux ressortissants britanniques    Environ 400 cas au cours du mois de septembre à l'Ariana    Les employés des sociétés pétrolières protesteront contre la fermeture de la vanne    Tunisie: Le nombre des salles de cinéma est passé de 144 à 18    Olfa Terras dénonce l'agression du député Ahmed Mouha    La Carte Privilège d'Afrique Assistance aura désormais des avantages chez Hertz Tunisie    La compétence et l'innovation VS Bureaucratie : Le cas Moez Chakchouk    De nouvelles conditions régissent le prix Zoubeida Bchir des écrits féminins    Tunisie: Un nouveau décès lié au coronavirus à Sidi Bouzid    En vidéo : La fromagerie Meriah dévoile son nouveau logo    Le projet de relance économique ne présente aucune vision, avance Elloumi    G20: Le sommet 2020 sera tenu en ligne les 21 et 22 novembre    La BIAT primée meilleure banque dépositaire en 2020 par Global Finance    CORONAVIRUS NEWS : La Tunisie et la Mauritanie les moins touchés par l'évolution du virus en Afrique du Nord    Tunisie : L'Union des Banques Maghrébines organise un webinaire sur les enjeux et les perspectives de la finance verte au Maghreb    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 28 Septembre à 11H00    Tunisie-Mode-TIC : Et si les garde-robes devenaient numériques pour sauver l'environnement ?    FTDES : Etudes sur les petites exploitations agricoles en Tunisie    Tunisie: 31 nouvelles infections au coronavirus à Sfax    On a un gouvernement sans vision    BTL : Une rentrée scolaire solidaire    Pourquoi la peine de mort n'est pas appliquée en Tunisie ?    Amen Bank lance en avant-première le premier Chatbot bancaire intelligent en Tunisie, « AmenBot »    Tunisie: Tunisair Express annonce la reprise de ses vols sur Tozeur    Liverpool – Arsenal : Sur quelle chaîne le match ?    Amir Ramses, directeur Artistique du Gouna Film Festival, à La Presse : «Je suis autant fier des films de cette année que ceux de l'année dernière »    Rencontre avec Sophie Renaud, directrice de l'Institut français de Tunisie (IFT) : «Au cœur de la ville, au cœur de la vie»    Les indiscrétions d'Elyssa    JCC 2020 : Les journées cinématographiques de Carthage décalées pour le mois de décembre    Espérance de Tunis : Majdi Traoui testé positif au coronavirus    Finale Coupe de Tunisie (2019-2020) | USM-EST 2-0 : Historique...    Météo : Légère augmentation de la température attendue    Foot-Europe: le programme du jour    Libye: Nouveaux affrontements armés entre deux milices rivales à Tripoli    Libye: Des pourparlers politiques prévus début octobre à Genève    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Par Amine Ben Gamra : Lorsque l'Etat néglige son secteur agricole
Publié dans Tunisie Numérique le 09 - 12 - 2019


Partagez1
Tweetez
+1
Partagez
1 Partages
Pendant de nombreuses années, la Tunisie a négligé son secteur agricole. L'attention de l'Etat et celle de la Banque mondiale ont été prodiguées sur le tourisme et l'industrie. Le déficit de la balance alimentaire est passé de 0,6 milliard de DT en 2009 à 1,3 milliard de DT fin octobre 2019, chiffre appelé à s'aggraver d'ici à la fin de l'année. Alors qu'environ 30% de la production agricole en Tunisie est détruite, selon l'expression même de président de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (UTAP).
Problèmes structurels
L'agriculture souffre d'une population vieillissante (43% des agriculteurs ont plus de 60 ans), une population moins scolarisée et où la moitié de ceux qui cultivent la terre ont un emploi saisonnier.
Les lois sur l'héritage continuent de diviser la propriété foncière, réduisant ainsi la surface de terre que chaque famille peut exploiter.
À mesure que le climat s'assèche et que les ressources en eau deviennent plus coûteuses à exploiter, la nécessité de soutenir une agriculture à grande échelle augmente.
Une grande partie des terres de l'Etat sont en friche, dans les régions du nord et du centre. Par ailleurs, les services de la direction régionale des domaines de l'Etat à Béja ont récupéré jeudi 05 décembre 2019 une ferme domaniale agricole dénommée « Saidiya » d'une superficie d'environ 548 hectares, située dans la délégation de Gbollat du gouvernorat de Béja. La ferme agricole comprenant des terrains labourés (378 ha), des plantations d'amandes (100 ha) des terrains non labourés ainsi que des espaces destinés aux constructions. A noter qu'environ 14.443 hectares de terrains domaniaux ont été restitués jusqu'à ce jour dans le gouvernorat de Béja.
A cela s'ajoute l'absence d'une vision stratégique, rappelons à titre indicatif, le record enregistré en Tunisie cette saison dans le domaine de la culture céréalière et la déclaration du ministre de l'Agriculture que la récolte céréalière, au titre de la saison 2018/2019, permettra de réduire les importations des denrées alimentaires et d'économiser près de 350 MDT mais devant l'incapacité du gouvernement de protéger et de stocker les récoltes de blé du pays, la Tunisie a importé jusqu'à fin octobre 2019 près de 514 mille tonnes de blé dur (442 millions de dinars MDT), 462 mille tonnes d'orge (322 MDT) et 1081 mille tonnes de blé tendre (734 MDT)
Par ailleurs, l'Etat n'est pas en train de jouer son rôle de réguler le marché. Par exemple, la Tunisie s'attend, cette saison, à une récolte record d'huile d'olive alors que les prix de vente des olives connaissent, ces derniers jours, une forte baisse, ce qui met l'agriculteur dans l'incapacité de couvrir les dépenses de la production.
D'autre part, il y a lieu de signaler que ce secteur manque de financement. En effet, la Banque Nationale de l'Agriculture ne détient que 35% de son portefeuille de prêts aux agriculteurs. Sachant que les prêts à l'agriculture représentent un maigre 4% de l'ensemble des prêts.
Le mépris de l'ancienne élite tunisienne à l'égard de l'agriculture prévaut encore, alors que de nombreux jeunes semblent se contenter de vivre maigre dans les villes plutôt que de gagner un meilleur revenu sur leurs terres.
Solution potentielle
L'agriculture peut contribuer à créer des emplois dans le pays et participer significativement à la relance économique mais il faut inaugurer une nouvelle ère de prise de décision rationnelle surtout au niveau des grandes exploitations pour encourager la production à grande échelle.
La Tunisie doit développer la production et l'exportation d'huile de qualité et de dattes ce qui apporte des recettes en devises précieuses.
Le secteur agricole contribue infiniment plus au développement du pays que quelques milliers de touristes qui achètent des séjours à des prix bradés. Par ailleurs, l'exportation des dattes cette année continue sa tendance haussière, avec une croissance respective de 9% sur la quantité exportée et d'environ 25% sur le volume des exports des dattes en dinar, et ce, par rapport à la même période de la saison précédente.
La Tunisie pourrait aussi développer de nombreuses productions de niche, telles que les amandes. En effet, la Californie fournit 80% de toutes les amandes consommées dans le monde et l'UE importe 70% de sa consommation de ce produit. Pourquoi l'Etat n'encourage-t-il pas la plantation d'amandiers et de pistachiers: un produit de grande valeur et sur lequel l'UE n'impose aucun quota?
Amine BEN GAMRA
Expert Comptable
Commissaire Aux Comptes
Membre de l'Ordre des Experts Comptable de Tunisie

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!
Partagez1
Tweetez
+1
Partagez
1 Partages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.