En vidéo : Saied préside la cérémonie de commémoration de l'assassinat de Farhat Hached    Foot-Europe: le programme du jour    Affaire Omar Laâbidi: 14 sécuritaires accusés d'homicide involontaire    Distribution de plus de 403 mille litres d'huile subventionnée    CSS – Tusker : Formation probable des sfaxiens    Kasserine : Une femme blessée dans l'explosion d'une mine    NBA : Chicago Bulls fait tomber les Nets, les Warriors surpris par les Spurs    Lutte contre le changement climatique: Les efforts d'atténuation : obligation ou opportunité ?    L'embrasement    Assassinat de Farhat Hached, il y a 69 ans: Le meurtre qui signa l'arrêt de mort de la colonisation    Mes odyssées en Méditerranée: Mariano Stinga, un renégat de Tunis    André Parant, ambassadeur de France: La France, partenaire attentif et bienveillant de la Tunisie    NEWS: Souleymane Coulibaly refait surface    C3 — TOUR DE RECADRAGE — MAtCH RETOUR — CSS-TUSKER FC (18H00) Le CSS dans le costume de favori    Après la desillusion de la Tunisie face à la Syrie (0-2): Jusqu'à quand les leçons non retenues ?    Projet «Promotion du Tourisme Durable»: La Tunisie, notre destination    ils ont dit    La reproduction canine    Pourquoi: Les taximans et leurs caprices…    Kairouan: Le soupir des coupoles    Ville de Tunis: Feelmedina, une initiative pour des week-ends heureux dans la Médina    Cérémonie d'ouverture de la 22e édition des Journées Théâtrales de Carthage: Démarrage sur les chapeaux de roues    Choisir des plantes d'intérieur pour le chien et le chat...    Macron et MBS veulent veiller à la «stabilité» dans le Golfe    Maroc: Interdiction de tous les festivals et manifestations culturelles    Tunisie-Météo : Cellules orageuses et pluies attendues    Tunisie-Covid : Un décès et 219 contaminations    La police turque aurait déjoué un attentat à la bombe visant le cortège d'Erdogan    J04 – Ligue 2 Pro : Résultats et classements après les matches de samedi    Erdogan échappe à une tentative d'assassinat    Turquie [VIDEO] : Démantèlement d'une tentative d'assassinat d'Erdogan lors d'un rassemblement populaire    La startup Tunisienne Lamma accélère sa vision Quick commerce et acquiert Farm Trust    CMF : Visa pour l'admission en Bourse de "Smart Tunisie"    Les recettes douanières ont augmenté de 17,2%, fin novembre    JTC 2021: Une inauguration inédite célébrant plusieurs expressions d'art et transmise à la télé    Tunisie – Japon : Conférence "JICA Chair" et signature d'un mémorandum de coopération à l'ENA de Tunis    Tunisie [EN DIRECT] : Les militants de l'Union affluent à la Kasbah pour commémorer l'assassinat de Farhat Hached    Foot-Europe: le programme du jour    Yasmina Khadra appelle au sauvetage de la librairie El Moez    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée
Publié dans Tunisie Numérique le 15 - 10 - 2021

Prochainement, s'ouvre à Ouagadougou le procès de l'assassinat du président Sankhara, 39 ans après le triste évènement.
Peu de jeunes tunisiens connaissent Thomas Sankara alors qu'ils gagneraient à mieux le connaitre et à s'en inspirer. De son père, ancien combattant mobilisé par la France pour la deuxième guerre mondiale où il fut fait prisonnier, il tient la rigueur militaire. De sa mère, il tient les valeurs de la religion chrétienne. Pourtant, enfant, et tout en continuant à servir la messe, il refuse d'entrer au séminaire, montrant ainsi des signes de rébellion précoce.
Issu d'une famille relativement aisée, il fit pourtant toutes ses études universitaires et sa formation militaire en Afrique (Burkina Faso, Cameroun, Madagascar, Maroc), effectuant le même parcours que son compagnon d'armes, Blaise Compaoré, avec lequel il fonde le Regroupement des officiers communistes. Jeune officier, il lit beaucoup, participe à la formation militaire, mais aussi politique des soldats, et fait preuve d'héroïsme dans la guerre contre le Mali, à 24 ans seulement.
En 1981, il est nommé à 32 ans secrétaire d'Etat à l'Information, mais il ne tarde pas à démissionner quelques mois plus tard suite à la suppression par le gouvernement du droit de grève. Dégradé et chassé de la capitale, on fait pourtant appel à lui deux ans plus tard pour le poste de premier ministre, poste qu'il n'occupera que 4 mois. La main invisible de la France y est, déjà, pour quelque chose. N'a-t-il pas scandé haut et fort « Lorsque le peuple se met debout, l'impérialisme tremble... L'impérialisme tremble. Il tremble parce qu'ici à Ouagadougou, nous allons l'enterrer ».
Mis en résidence surveillée, il est remis à la tête de l'Etat suite à une insurrection de l'armée.
C'est le début d'un règne court (4 ans), mais plein de succès contre la famine, la pauvreté, les épidémies, les incendies de forêt, le gaspillage dans l'administration, l'excision, la polygamie..., mais aussi de bavures et d'abus, notamment avec les procès expéditifs d'opposants et leur exécution immédiate. En l'absence de mécanismes et d'institutions de contre-pouvoir, rien n'est en mesure de contrôler la puissance dévastatrice du pouvoir et les tentations d'en abuser.
Il change l'ancien nom colonial du pays, Haute Volta, qui devient Burkina Faso « Pays des Hommes intègres », et met en place un pouvoir basé sur des Comités de défense de la révolution (tiens, tiens!, ça ne vous rappelle pas les LPR de Dghij et les Majalis de Saïed ?), ce qui favorise les excès et les exactions. Agissant en milice au service du pouvoir central, ces comités font régner la terreur, diabolisent les syndicats, font taire l'opposition. J'ai comme une impression de déjà-vu.
Les déclarations tonitruantes de Sankara à l'envers des organisations financières internationales, des puissances occidentales, et notamment la France, ancienne puissance coloniale, lui attirent les foudres de leurs dirigeants.
Et voici les dernières paroles de Thomas Sankhara au sommet de l'OUA d'Addis Abeba en 1987, quelques semaines avant son assassinat.
Au sujet de la dette, anticipant la réaction des pays occidentaux, il insiste sur la nécessité d'un refus collectif des pays africains de son paiement : « Si le Burkina Faso tout seul refuse de payer la dette, je ne serai pas là à la prochaine conférence ».
Et il ne fut pas là, à la prochaine conférence.
Car auparavant, Mitterrand en visite au Burkina Faso en 1985, avait lancé à Thomas Sankhara, lors du fameux échange de Ouagadougou:
« C'est un homme un peu dérangeant, le président Sankara. C'est vrai! Il vous titille, il pose des questions… Avec lui, il n'est pas facile de dormir en paix, il ne vous laisse pas la conscience tranquille ! », dans un sourire à son homologue. C'était un arrêt de mort.
Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara était assassiné par un commando et son compagnon Compaoré s'est emapré de la présidence. Et Mitterrand a dormi en paix, ce soir-là, la conscience tranquille.
Il y a 4 ans, Macron, en visite en Afrique, en pleine réunion avec des étudiants burkinabés, ne s'était pas contenté d'émettre un avis sur son homologue burkinabé, mais l'humilia sans ménagement. Suite à une panne de la climatisation, il l'accusa de négligence. Et quand il a voulu sortir pour un besoin, il lui lança : "Du coup il s'en va. Reste là".
En humiliant un président africain, en le tutoyant et en lui lançant l'injonction de rester dans la salle, Macron a humilié toute l'Afrique.
Le 25 octobre courant s'ouvre le procès des bourreaux de Thomas Sankara. Mitterrand ne sera pas là pour répondre de son verdict fatal, mais j'espère voir les juges conduire ce procès à son terme, avec toute l'impartialité requise, loin des tensions et des passions, pour dévoiler tout un pan obscur de l'histoire de notre continent en rapport avec le système corrompu mis en place par l'ancienne puissance coloniale qui continue à sévir en toute arrogance et impunité.
Quand la France aura déclassifié TOUS les documents hautement confidentiels sur les coups d'Etat et les assassinats des présidents africains, dont le dernier en date est Kadhafi, on pourra alors parler preuve à l'appui.
Les assassins, les voleurs et les menteurs ne s'embarrassent pas de l'indécence, elle leur sied comme un gant.
Abdelaziz GATRI,
activiste politique, Alliance patriotique pour l'ordre et la souveraineté (A.P.O.S).

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.