Chris Murphy : Kaïs Saïed ne tient pas ses engagements    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Abir Moussi : La définition de Kaïs Saïed de l'Etat civil se croise avec celle d'Al-Qaradhawi    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Flat6Labs, une levée de fonds de 30 MDT pour l'Anava Seed Fund et accueil d'un nouvel investisseur    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Il y'a 23 ans, naissait Google, rappelle le Google Doodle du jour    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Infrastructures : Doublement de la route reliant Zarzis à Djerba    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    ONU-Habitat : Les cinq lauréats tunisiens recevront leur prix le 29 septembre    Tunisie – météo: Cellules orageuses et températures seront en légère baisse    Abdellatif Mekki appelle les députés à agir pour réclamer le retour du Parlement    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    CJD Business Awards 2021 - Le prix du Meilleur Jeune Dirigeant décerné à Marouan Ariane    Dernière minute-Coronavirus: 11 décès et 381 nouvelles contaminations, Bilan du 25 septembre 2021    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les 3/4 des impôts directs, prélevés des salaires (IDEES)
Publié dans TAP le 17 - 12 - 2011

TUNIS (TAP) - « Aujourd'hui, les 3/4 des impôts directs, sont prélevés par le système de la retenue à la source, qui frappe essentiellement, les salaires », a constaté M. Moez El Elj, enseignant à l'ISG et chercheur au Laboratoire d'Economie et de gestion industrielle (Ecole polytechnique de Tunisie).
« En somme, ce sont les salariés dont le revenu est soumis à la retenue à la source, ainsi que les entreprises soumises au régime réel qui supportent l'essentiel de la charge fiscale au titre des impôts directs», a t-il conclu
M.El Elj est l'auteur d'une note de synthèse, traitant du thème «Concurrence déloyale et fiscalité : des freins à l'investissement et à la compétitivité de l'entreprise tunisienne», élaborée dans le cadre d'un projet de livre blanc, devant être publié par un cercle de chercheurs et d'universitaires tunisiens, qui ont lancé l'initiative 'IDEES'.
Le chercheur a relevé qu'en Tunisie, « l'économie repose principalement, sur une nébuleuse de micro-entreprises implantées essentiellement, sur le Littoral Est », en ajoutant que « près de 98% de ces entreprises comptent moins de 10 employés et seules 0,3% des entreprises comptent plus de 100 employés ».De même, « près de 87% des entreprises sont des entreprises unipersonnelles ».
Selon lui, cette explosion du nombre d'entreprises de très petite taille, s'explique, en partie, par la législation fiscale qui encourage la constitution d'entreprises de type «personne physique», éligibles aux avantages fiscaux (régime forfaitaire).
Concurrence déloyale, contrefaçon
Se penchant sur les principales contraintes au développement des PME et TPE (très petite entreprises), M. El Elj a fait cinq constats, dont le premier concerne la concurrence déloyale exercée par le marché parallèle, l'évasion fiscale, la non contribution à la sécurité sociale, la contrefaçon et les pratiques anticoncurrentielles.
Pour ce qui est du secteur informel, résultant des flux migratoires internes, il englobe toutes les activités non organisées, à emploi précaire, et qui échappent au contrôle des administrations fiscales, commerciales et sociales. Ce dernier s'est propagé, au cours des vingt dernières années, dans les circuits de distribution, jusqu'au consommateur final. L'informel a même, touché les circuits qui s'approvisionnent en produits importés, favorisant, ainsi, la fraude fiscale.
D'ailleurs, a-t-il ajouté, pour se maintenir sur le marché et éviter la faillite, "un certain nombre d'entreprises se trouvent dans l'obligation soit de migrer vers l'informel, soit de se convertir simplement en clientèle des entreprises du secteur informel », relevant que « l'ampleur du phénomène a conduit l'Etat à la tolérance voire à la résignation».
Injustice, complexité et lourdeur du système fiscal
Le deuxième constat avancé par M. El Elj, consiste en "l'injustice, la complexité et la lourdeur du système fiscal", lesquelles représentent une contrainte sérieuse à la compétitivité de l'entreprise. Dès lors, il a mentionné que "les entreprises soumises au régime forfaitaire d'imposition qui ne contribuent que très faiblement à l'effort fiscal du pays, ne supportent pratiquement pas de charges sociales, ne sont pas assujetties à la TVA et sont dispensées de la tenue d'une comptabilité".
Etant une véritable « échappatoire à la fiscalité réelle », ce régime forfaitaire a attiré, selon l'universitaire, de façon spectaculaire « un nombre de plus en plus important de
contribuables », comprenant « un grand pourcentage de faux forfaitaires (ceux qui devraient être soumis au régime réel »
A noter que ces distorsions ont engendré une explosion du nombre des forfaitaires, passant de 140 mille en 1989, à plus de 375 mille en 2010 (61% des contribuables). Ceux-ci présentent une contribution dérisoire au titre de l'impôt sur le revenu.
D'après le document, « en 2004, les forfaitaires qui représentent près de 80% des contribuables, ne participent qu'à hauteur de 2% à l'impôt sur le revenu. »
L'impôt ponctionné au niveau du régime forfaitaire est de loin très faible, par rapport à l'impôt moyen prélevé sur les salaires. Cette différence de contribution entre les deux régimes, trouve son explication dans le recours à la pratique de la fraude systématique, grâce à des ventes sans factures.
L'analyse de la structure des recettes fiscales en Tunisie, montre "un accroissement de la part des impôts directs, au détriment de l'impôt indirect qui s'explique en partie? par la baisse de la part des droits de douane due aux démantèlements tarifaires".
Cette baisse de la part des impôts indirects pourrait s'expliquer, aussi, par la contribution relativement faible des assujettis à la TVA, dont la part est restée relativement stable en Tunisie, ces dix dernières années. Ceci s'explique en partie, par le développement spectaculaire du secteur informel, des activités des forfaitaires (non assujettis à la TVA) ainsi que de certaines activités spécifiques exonérées de la TVA, comme l'agriculture, la pêche, le commerce de détail...
Taux de l'IS contraignant pour la PME
Le 3ème constat qui ressort de ce document, concerne le taux de l'impôt sur les sociétés -IS-(30%) qui demeure assez élevé et peu compétitif par rapport aux taux de l'IS adoptés dans la majorité des systèmes fiscaux, notamment, par nos concurrents de l'Europe centrale et de l'Est. En France, au Royaume Uni et au Portugal, les taux institués au profit des PME, sont respectivement de 15%, 10% et 20%.
M. El Elj a noté, en tant que 4ème constat, que les ponctions fiscales étouffent la trésorerie de l'entreprise, et par conséquent, sa compétitivité, en expliquant qu' « outre les divers prélèvements fiscaux et parafiscaux estimés à 30% du PIB, l'entreprise est soumise à un certain nombre d'obligations fiscales (TVA, retenue à la source, acomptes provisionnels et avances, outre la restitution du crédit d'impôt) qui affectent considérablement, sa trésorerie».
Pour ce qui est du 5ème constat, il a fait état "d'allégements fiscaux discriminants sans aucune évaluation et aucune étude d'impact". D'après le chercheur « la nouvelle politique fiscale devrait mettre en place un système de suivi et d'évaluation périodique des privilèges fiscaux et de leur impact sur la croissance, la compétitivité et l'emploi». Et d'expliquer que, dans un contexte de climat d'affaires contraignant, les incitations fiscales pourraient« être neutralisées par les anticipations méfiantes de l'entrepreneur », et elles peuvent attirer « certains investisseurs opportunistes, sans pour autant réussir à développer efficacement, l'activité en question ».
Recommandations et pistes de réformes
M. El Elj a proposé, dans ce document de lancer une série de réformes dont l'organisation d'une consultation nationale sur la mise en place d'un 'Small Business Act' à la Tunisienne, qui vise à créer un environnement dans lequel l'esprit d'entreprise est récompensé, à instaurer un régime fiscal à taux réduit pour les PME/TPE, ainsi qu'à assurer la réactivité de l'administration aux besoins des PME et TPE.
Le Small Business Act s'attellera, aussi, à faciliter la participation des PME/TPE à la commande publique ainsi que leur accès à des financements appropriés. Il ciblera, également, la promotion des qualifications au sein des PME et des PMI, l'encouragement de l'offshoring en réduisant les contraintes à l'internationalisation et l'impulsion de l'innovation.
Lee chercheur a suggéré de réduire les distorsions fiscales causées par le régime forfaitaire et le secteur informel, à travers la limitation, à l'extrême, du régime forfaitaire aux seuls petits exploitants exerçant dans certaines zones et quartiers populaires, la mise en place d'un dispositif bien rodé pour traquer les faux forfaitaires, et l'encadrement du secteur informel, via la création d'un Régime de Forfait Fiscal Symbolique (FFS) et la prise en charge par l'Etat d'une partie des dépenses d'aménagement des zones destinées à accueillir les commerçants exerçant dans l'informel.
« Ces réformes permettront d'augmenter les recettes de l'Etat (IS et TVA), de créer des emplois dans le secteur de services juridiques et de comptabilité, ainsi que dans l'administration fiscale » , a-t-il indiqué.
Il a relevé qu'actuellement, le nombre de forfaitaires s'élève à 375 476 contribuables, qui payent moins de 50 dinars par an au titre de l'impôt sur le revenu. "Si on passe de 50 à 150 dinars/an de contribution par forfaitaire, nous aurons dans les caisses de l'Etat, 37,546 Millions de dinars supplémentaires".
Finalement, il a proposé de mettre en place un régime fiscal propre aux PME et TPE et d'alléger les autres ponctions fiscales qui étouffent la trésorerie de l'entreprise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.