Enseignement à distance: Huawei soutient les étudiants tunisiens    DERNIERE MINUTE : un nouveau décès et 22 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Enregistrement de 27 nouveaux cas portant le nombre total actuel à 623 cas confirmés du Coronavirus + 23 morts et 5 guérisons    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Sousse : 1er cas de décès à Msaken    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    Coronavirus : A partir d'aujourd'hui, rapatriement de tunisiens coincés dans certains pays    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    "Allez vers les hauteurs…"    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Coronavirus : Le premier ministre du Royaume-Uni en soins intensifs    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'IRMC de Tunis vit et témoigne de la libération de la parole au sein de la société tunisienne
Publié dans TAP le 10 - 02 - 2011

TUNIS, 10 fév 2011 (TAP)- Interpellée par "l'immense mouvement populaire tunisien à la fois inattendu et en gestation depuis longtemps et qui a engagé le pays dans un vaste débat démocratique", l'équipe des chercheurs de l'Institut de recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC-Tunis) souligne dans un communiqué diffusé sur le site de l'Institut, que "cette onde de choc devrait avoir un impact fort sur l'autonomie professionnelle de la recherche, sur la transmission et la diffusion des savoirs ainsi que sur les dynamiques d'évolution des institutions d'enseignement universitaire et de recherche scientifique".
Créé à Tunis en 1992 en vue de contribuer au développement de la recherche en sciences humaines et sociales sur le Maghreb, l'IRMC de Tunis, l'un des 27 instituts français de recherche à l'étranger a prévu de "placer ces événements au coeur de ses prochaines actions scientifiques au Maghreb et initier des débats et actions (séminaires, écriture d'articles, publication d'ouvrages) sur les thématiques du changement social et politique, de la communication numérique, de la contribution des sciences sociales à l'analyse des crises et de l'écriture de l'histoire".
Censure levée sur les sites des éditions et des travaux récents "pour comprendre la situation en Tunisie" en ligne
Concrètement, lit-on encore dans l'éditorial de la lettre de l'IRMC "c'est d'abord une censure (voire une autocensure) qui va disparaître sur les sites des éditions puis dans les commandes de la Bibliothèque ainsi que lors des surveillances exercées sur les conférences et activités scientifiques". Dans cet esprit, les internautes pourront désormais consulter sur le site de l'IRMC la bibliographie des travaux récents pour comprendre la situation en Tunisie. Parmi les ouvrages déjà en ligne, citons à titre d'exemple "la Tunisie entre la révolte du bassin minier de Gafsa et l'échéance électorale de 2009" (mis en ligne le 18 janvier 2011) signé des deux auteurs Larbi Chouikha (politologue IPSI) et Eric Gaube (Chercheur et politologue français).
Le bulletin trimestriel de l'IRMC consacre un Dossier Spécial à la Tunisie
Par ailleurs, un groupe de réflexion est en cours de constitution sur "la révolution numérique en Tunisie". Dans son bulletin trimestriel janvier-Mars 2011, l'IRMC informe par ailleurs qu'un séminaire sera organisé sur le thème de "La révolution tunisienne : dénonciation, célébration, reconstruction avec des témoignages et questions aux sciences sociales".
Dans un dossier "Spécial Tunisie" de 11 pages, l'équipe de l'Institut a rassemblé des témoignages "à chaud" sur les événements prouvant "la richesse et la densité de cette belle libération de la parole que vit actuellement la société tunisienne" écrit Pierre-Noel Denieuil, directeur de l'IRMC dans l'édito.
Urbanistes, sociologues, historiens, universitaires, juristes, géographes, économistes etc, livrent leurs témoignages sur les trente jours qui ont changé la Tunisie, leurs lectures de la force de l'insoumission, leurs analyses "pour un renouveau politique du lien social", leurs réflexions au sujet de la révolte du peuple à l'heure des TIC et leurs visions de l'au delà de la douleur, et pour que d'autres Bouazizi soient épargnés, par miracle de la liberté, et pour asseoir un véritable système démocratique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.