Tunisie – VIDEO : Pourquoi 9alb Tounes a-t-il approuvé le PLF complémentaire ?    Tunisie – VIDEO : Les protestataires d'Al Kamour haussent le ton et menacent    Tunisie – Plus de la moitié des PME vont fermer !    En photos : Le futur chef de la diplomatie américaine un joker pour la Tunisie ?    Tunisie | Covid-19 : 485 nouvelles contaminations et 41 décès recensés en 24 heures    Fitch Rating baisse la perspective de la Tunisie de "stable" à "négative"    Tunizi, le dataset pour comprendre le dialecte tunisien    Tunisie : Historique ! une femme à la tête du Club olympique des Transports    Contre les insultes à l'ARP, Hassouna Nasfi propose une motion    Le marché boursier termine la séance sur une note quasi-stable    Pour Taoufik Hasnaoui, la diplomatie tunisienne vit une crise    Une étude analytique de 86 textes de loi sur l'approche du genre, recommande l'élimination de la discrimination entre les sexes sur les lieux de travail    Le groupe PDL présente un projet de motion pour classant les Frères Musulmans, organisation terroriste    Le médicament de la langue bleue sera disponible l'année prochaine    «J'allais faire une véritable révolution au sein de l'administration pour la moderniser»    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Huit morts dans des tirs de roquettes    Les terribles conditions de vie des réfugiés éthiopiens    Epson désigne des «chasseurs d'idées reçues» pour déconstruire les mythes sur les imprimantes Jet d'Encre    Méchichi va-t-il céder au chantage de « son matelas » ?    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Tunisie : Kais Saïed remet les lettres de créances à quatre nouveaux ambassadeurs tunisiens    Accusations échangées entre deux magistrats : L'ordre judiciaire se réunit mardi    Arwa Mrad hisse le drapeau tunisien au sommet le plus haut d'Afrique    Intempéries : Interruption de la circulation sur certaines routes    Ennahdha réitère son appel à un dialogue économique et social    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 23 Novembre 2020 à 11H00    Ali Abbès nommé chef du contentieux de l'Etat Tunisienne    Dans l'impasse à cause d'un vrai faux problème    FIFA : Ahmad Ahmad suspendu pour 5 ans    A sfax, un sit-in en taxis pour protester contre la pénurie des bouteilles de gaz    La pandémie, une opportunité pour l'e-recrutement !    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Tunisie-Météo : Pluies orageuses sur la plupart des régions    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    Les indiscrétions d'Elyssa    Revues d'effectifs : Le CSS bien affûté    Par Amine Ben Gamra : La Tunisie face à un risque systémique majeur causé par la crise sanitaire    Tunisie : Les journalistes portent les brassards rouges ,à partir d'aujourd'hui, pour défendre leurs droits    D'un sport à l'autre    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Votes d'outre-tombe*, ou, quand les morts comptent triple**    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Souk At-tanmia, des dons pour épauler les entrepreneurs en Tunisie
Publié dans Tuniscope le 30 - 10 - 2020

Dans un communiqué, la Banque africaine de développement (BAD) a annoncé les détails du programme Souk At-tanmia, le projet visant à aider les entrepreneurs.

“connue sous le nom de Cilium sous l'Empire romain, Kasserine est une cité au patrimoine singulier. Une ville située au centre-ouest de la Tunisie où perdure, à travers les générations, un savoir-faire artisanal qui fait sa renommée”.
“Najet Salhi est originaire de Kasserine. Assise, d'un air déterminé, elle tient dans ses mains deux touffes d'alfa. Utilisée depuis le 19ème siècle, cette plante fibreuse doit être manipulée avec soin. Coupée, séchée puis tressée, la matière est transformée en paniers et conteneurs de toutes formes. C'est un labeur qui peut prendre des heures pour arriver au produit fini. ” Avant, nous préparions l'alfa et la vendions en l'état à l'usine de papier “, se souvient Najet.
” Aujourd'hui, nous la récoltons et réalisons des produits artisanaux que nous vendons. Nos revenus ont augmenté et la préparation semble moins difficile “, explique-t-elle. Cette artisane fait partie des femmes qui ont bénéficié de formations spécialisées. Réalisée dans trois ateliers de la ville, la majeure partie de leur production est vendue dans la capitale, Tunis.
Il y a quelques années, une coopérative artisanale basée à Kasserine a vu le jour : ” Zazia Artisanat “. “Son fondateur, Taoufik Saudi, l'a financée grâce à une subvention du programme Souk At-tanmia. Cette initiative d'appui à l'entrepreneuriat, dotée d'environ 8 millions d'euros (près de 25,7 millions de dinars), a été lancée en 2012, par la BAD, avec une vingtaine de partenaires. Taoufik, lui-même kasserinois, est diplômé d'une école de commerce. Après des études au Japon, il est revenu dans sa région natale. “Je n'avais pas beaucoup d'argent au début, raconte-t-il. J'ai démarré avec un petit projet mais j'ai persévéré. Souk At-tanmia est un bon système car il combine aide financière et accompagnement technique. Cela m'a aidé à démarrer mon projet. La coopérative a fini par créer une vingtaine d'emplois”.
A Nabeul, à plus de 200 kilomètres au nord-est de Kasserine, “Emna Ben Mustapha, la trentaine, s'affaire dans sa ferme aquacole. Son travail relève de l'orfèvrerie : elle prépare, dans un silence absolu, des gélules, de la poudre et des paillettes, le tout à base de spiruline. Cette microalgue est réputée pour ses bienfaits antioxydants, nutritionnels et purifiants. Emna a su saisir l'opportunité de servir une demande grandissante pour les produits bio et ” healthy ” (sains)”. Après un master en biologie marine, elle fonde avec son mari Bilel, une unité de production de spiruline, AquaSpir. “C'est une algue aux mille vertus : fer, magnésium, calcium et vitamines (…) un des aliments les plus riches qui soit”, explique-t-elle.
Dotée d'une douzaine de bassins de culture, “AquaSpir produit 1,2 tonne de spiruline par an et emploie six personnes à temps plein. Pour plus d'efficience et de qualité, Emna a même installé des panneaux photovoltaïques et n'utilise que de l'eau du puits. Ses produits, vendus auparavant par des intermédiaires, sont aujourd'hui commercialisés sous sa propre marque dans les parapharmacies et enseignes spécialisées”. “Nous étions focalisés sur le marché français, précise-t-elle. Grâce au financement et à l'accompagnement de Souk At-tanmia, nous avons pu nous développer à l'international vers d'autres pays comme l'Italie, le Yemen ou encore le Pakistan. Nous envisageons de monter à deux tonnes de production par an, en portant nos effectifs à dix employés”.
Comme une majorité d'entrepreneurs tunisiens, “Emna et Taoufik se trouvent aujourd'hui menacés par les conséquences de la pandémie de Covid-19. Selon une enquête conduite par le programme, les entreprises bénéficiaires accusent, en moyenne, une baisse d'environ 60% de leur chiffre d'affaires, et la moitié de leurs emplois sont menacés. Dans ce contexte, Souk At-tanmia, appuyé par ses partenaires britanniques, américains et danois, a déployé un nouveau dispositif de soutien financier et technique pour préserver ces entreprises et faciliter la reprise ou la poursuite de leurs activités. Il s'agit de protéger les emplois, sécuriser les revenus et engager, en partenariat avec l'initiative ” Africa vs Virus Challenge “, une reconversion par l'innovation. Car chaque crise génère de nouvelles opportunités à saisir”.
Depuis son lancement, le programme Souk At-tanmia a permis l'émergence de 250 nouvelles entreprises et créé plus de 2 000 emplois dans l'industrie, les services, l'agriculture, les énergies renouvelables, l'artisanat et le tourisme. Près des deux tiers des structures sont gérées par des jeunes, plus d'un tiers par des femmes. Plus de 60% des entrepreneurs sont issus des régions prioritaires de la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.