Tunisie-Rafik Abdessalam : " Voilà ce qu'il faut faire maintenant »    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    Football : Où regarder les matches de vendredi ?    Ennahdha hausse le ton et tire à boulets rouges sur Kaïs Saïed    Infos Bourse – La STIP fait accroitre fortement ses bénéfices    Le Mondial des Clubs exclusivement sur cette chaîne …    Examen en conseil des ministres de projets de décrets à caractère économique    France : Nouvelles conditions d'accès depuis la Tunisie    Tunisie – Saïed : Bientôt l'annonce des mesures qu'attend le peuple    Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi rattrapés par la réalité socioéconomique du pays    La Tunisie présente une plateforme géospatiale pour une évaluation des informations alimentaires    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    FIFA Arab Cup – EN : Deux formations probables contre la Syrie !    CTN | Report de la desserte Tunis-Gênes du vendredi 3 décembre au samedi 4 décembre 2021    Les OGM : un ancien débat toujours d'actualité    Libye-Présidentielle : Seïf al-Islam Kadhafi revient dans la course électorale    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    Noureddine Ben Ticha : La situation actuelle nécessite une certaine rapidité    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Tunisie : Najla Bouden rencontre Arnaud Peral    Productivité : Une centaine d'entreprises tunisiennes ont bénéficié du projet Kaizen    IACE : Tayeb Bayahi demande à la chef du gouvernement de soutenir les entreprises    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Ligue 2 : désignation des arbitres de la 4e journée    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Tébourba submergée par les ordures : Appel à la dissolution du conseil municipal    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    Riadh Daghfous: La vaccination des enfants dans la balance    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Coronavirus Amine Slim : Pas de restrictions de déplacement pour le moment    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chronique, le mot pour le dire : Croque mort !
Publié dans Tunivisions le 28 - 03 - 2014

« Être objectif, c'est traiter l'autre comme on traite un objet, un macchabée, c'est se comporter à son égard en croque-mort ». Cioran, De l'inconvénient d'être né
Pour le président de la confrérie, baptisée par ses adeptes Ennahdha, la « révolution », qui lui est tombée du ciel au moment où il s'y attendait le moins, est devenue, à la faveur des élections du 23 octobre 2011, une affaire de famille et, pour ainsi dire, une aubaine qu'il s'ingénie de fructifier par tous les moyens. En termes plus clairs, la « révolution d'un peuple » est devenue, grâce au tour de magie du 23 octobre 2011, le privilège d'une caste ou d'un clan, en l'occurrence les islamistes de tous poils, dominés par la secte nahdhaouie et son chef, charismatique aux yeux des siens, Rached Gannouchi.
Pour faire prospérer son affaire juteuse, ce dernier ne recule devant rien et s'ingénie de tirer profit de tout, y compris de la mort. La preuve nous a été fournie dernièrement, lors de la visite éclair que sa gracieuse sainteté a effectuée à Hammam-Sousse sous prétexte de présenter ses condoléances, de vive voix, à l'un des militants de sa confrérie, dont la mère venait de décéder. Nous sommes donc en droit de supposer qu'il ne s'agit pas là d'une mesure spéciale, mais d'une tradition établie, ce qui reviendrait à dire que R. Gannouchi, qui a du temps à en revendre, se dérange personnellement chaque fois que l'un des membres de sa secte perd un parent ou un proche !
Nous ne croyons pas que R. Gannouchi soit à ce point disponible, mais nous estimons que, pour des raisons évidentes, il ne se serait jamais abstenu de fouler de son pied le sol d'Hammam-Sousse, la terre natale du dictateur déchu. Il ne serait pas excessif de parler à ce propos d'expédition. La chose est d'autant plus évidente que le chef de file des frères musulmans tunisiens s'est comporté en conquérant et non en « invité ». C'est pourquoi il s'est substitué à l'imam en exercice pour présider la prière du mort. Est-il besoin de rappeler que, pour R. Gannouchi, la prière est un acte d'autorité et non un acte de piété dans la mesure où elle le consacre en tant qu'Imam, c'est-à-dire en tant que chef spirituel suprême des musulmans de Tunisie. Et rien que des musulmans. C'est dans ce sens que nous avons parlé plus haut de clan. Est-il besoin de rappeler également qu'en agissant de la sorte, R. Gannouchi transgresse la loi devant consacrer l'immunité politique des mosquées ?!
Les habitants d'Hammam-Sousse ont été intrigués de voir R. Gannouchi et ses acolytes (Lotfi Zitoun et Ajmi Lourimi) se mettre avec les membres de la famille de la défunte pour la cérémonie rituelle des condoléances publique au cimetière. Car il est de règle, à Hammam-Sousse et partout ailleurs en Tunisie, que seuls les parents du mort et ses proches sont habilités à prendre part à cette cérémonie. Ce que les hammamiens n'auraient pas réalisé, c'est que les islamistes ont un sens particulier de la famille et des relations familiales. Il suffit que quelqu'un soit nahdhaoui pour faire partie de la jama'a, autrement dit la grande famille islamiste. C'est en raison de cela que R. Gannouchi se considère comme directement concerné par le malheur qui a frappé son « frère » dans la foi.
Mais là n'est pas l'unique motivation du président d'Ennahdha. Il semble en effet que R. Gannouchi ait cédé à l'envie, tout à fait normale chez un politicien de son rang, de goûter aux charmes irrésistibles d'un véritable bain de foule. D'après certaines rumeurs, le chef islamiste a toléré que ceux qui ont eu l'insigne honneur de lui serrer la main, comme l'exige le rituel, lui « baise la main ou le front », en signe d'allégeance. Qui pourrait résister à une pareille tentation ? Pour un homme qui estime que la révolution est « son métier », il ne serait pas juste de le frustrer de jouir de la gratitude de ceux pour lesquels il se serait généreusement sacrifié !
Nous avons mis l'accent, dans l'article en langue arabe que nous avons consacré à cet événement, sur les mesures sécuritaires exceptionnelles dont s'entoure R. Gannouchi et en avons suffisamment souligné le caractère incongru. Mais il est un fait, encore plus intrigant, qui n'a pas manqué de susciter d'innombrables interrogations. Des témoins oculaires assurent que la cérémonie rituelle des condoléances a été entièrement filmée par des cameramen qui, semble-t-il, font partie du cortège du « sheikh » ! Jamais, de mémoire d'homme, on n'aurait assisté à une pareille chose dans le cimetière d'Hammam-Sousse.
Il semble donc que tout soit permis pour le chef de file des islamistes tunisiens parce qu'il serait un être singulier, aussi bien pour ses adeptes que pour le pays. Et encore plus pour l'Islam dont il s'est fait le chantre. Si, par malheur, on attentait à sa précieuse vie, l'Islam serait, en l'absence de son protecteur providentiel, exposé un danger imminent. Des gens malintentionnés ne manqueraient pas de taxer le saint homme de mégalomanie et de dénoncer, chez lui, cette tendance de se mesurer au fondateur de l'Islam en personne ! Les langues malveillantes diraient, quant à elles, qu'il n'est pas dans les habitudes des « héros civilisateurs », de l'envergure de R. Gannouchi, de jouer au croque-mort !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.