Justice-Clan Ben Ali: Six ans de prison ferme à l'encontre de Leila Trabelsi et Nessrine Ben Ali    Tunisie-Maroc: Tunisair lance un programme de rapatriement des tunisiens bloqués au Maroc    Tournoi de Charleston 2 : Ons Jabeur se qualifie en finale    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    Les lieux de culte qui ne respecteront pas le protocole sanitaire seront fermés    Covid-19 : Tous les chiffres de la situation sanitaire en Tunisie    Covid -19 : Suspension des cours et autres mesures annoncées    Covid-19 : Interdiction de circulation aux voitures, motos et transport urbain    Athletic Bilbao – FC Barcelone : sur quelle chaîne voir le match ?    Ligue 1 française : Wahbi Khazri égale Pauleta    384.6 millions de dinars d'investissements agricoles déclarés, à fin mars 2021    L'ANSI recommande l'installation de YouTube Kids    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    Groupe QNB : Résultats Financiers du premier trimestre 2021    Coupe du monde Qatar 2022: Qatar veut vacciner tous les visiteurs contre le Covid-19    MEMOIRE : Lilia AOUIJ    L'athlète tunisienne Raouaa Tlili remporte la médaille d'or au tournoi de Jesolo en Italie    CONDOLEANCES : Mohamed Aziz Ben DHAHRI    CONDOLEANCES : Feu Wassila CHARFEDDINE    Hausse des services de la dette extérieure cumulés de 10%    Covid-19 : une conférence, samedi, pour annoncer de nouvelles mesures    La balance commerciale alimentaire déficitaire de 251,7 MD à fin mars 2021    Foot-Europe: le programme du jour    L'UTAP réclame un tirage au sort pour l'octroi de permis de pêche du thon rouge    La Tunisie ne respecte pas les normes internationales de détention, accuse Fathi Jarray    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Clôture des candidatures aux élections municipales partielles de Sakiet Eddaier à Sfax    Covid-19 : 86 nouveaux décès et 2401 nouvelles contaminations enregistrés le 15 avril 2021    Météo : Temps pluvieux et températures en baisse    AMEN BANK 2020 : solidité et résilience    Habib Mellakh - Tunisie : La vaccination contre la covid-19 telle que je l'ai vécue    Othman Kechrid, une école (Album photos)    Tunisie-Enseignement : La Fédération Générale des Surveillants appelle à la suspension immédiate des cours    Tunisie – Les priorités du plan du gouvernement pour une sortie de crise !    FTDES -Immigration clandestine: Augmentation du nombre de cadavres retrouvés après le naufrage d'un bateau    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie – Projets d'attentats terroristes et d'assassinats politiques pendant Ramadan    Tataouine, le nouveau roman de Fawzi Mellah: la description des péripéties d'une randonnée dans le grand sud tunisien sans tomber dans le piège de l'orientalisme    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    Europa League : Les résultats des quarts de finale retour et les qualifiés    Vers l'inscription des sites d'el Magtaa et Sbeïtla au patrimoine mondial de l'UNESCO    Décès d'un citoyen dans l'explosion d'une mine à Kasserine    L'Agora abrite l'expo-vente Ramadan'ART By le collectif des créateurs    Zellige, l'un des piliers de l'artiste Slim Gharbi    400 éditeurs tiendront en septembre 2021 à Tunis les états généraux du livre francophone    Appel à des mesures efficaces en faveur des professionnels des arts dramatiques    L'entreprise autrement | Processus grippé, rêve brisé (*)    Militant des droits de l'homme et farouche critique des états unis, Ramsey Clark est mort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impatience maghrébine de Marzouki bloquée au poste frontière
Publié dans WMC actualités le 04 - 07 - 2012

Les agents de la PAF et des douanes algériennes ont signifié à ceux qui voulaient entrer en Tunisie que les modalités de passage habituels restaient de mise. Sans passeport… pas de passage. De manière officieuse, un responsable algérien des affaires étrangères, cité par El Khabar, a estimé que la mesure était inopportune en raison de la situation sécuritaire qui prévaut dans le triangle commun entre l'Algérie, la Tunisie et la Libye. Cette situation, indique la source, «n'encourage pas, dans les circonstances actuelles, à appliquer une telle décision». En tout cas, indique la source, l'Algérie n'appliquera pas la réciprocité à une mesure prise unilatéralement par la Tunisie.
Il n'y a pas que les responsables algériens à s'agacer du volontarisme des responsables tunisiens. Ainsi, au nom de l'Association Tunisienne pour la Transparence Financière (ATTF), Sami Remadi a qualifié les mesures annoncées par Abdalah Triki, secrétaire d'Etat tunisien aux Affaires arabes et africaines de «menace» pour la Tunisie. Que ce soit pour la «sécurité», pour l'emploi, l'identité, la cohésion nationale et last but not least pour la souveraineté de la Tunisie. Et dans un pays où l'ouverture politique se traduit par de fortes polarisations idéologiques, c'est au nom du rejet du «panarabisme» qu'incarnerait Moncef Marzouki qu'une pétition hostile aux mesures circule sur le net. Parfois avec des arguments contre le «vote des étrangers» aux accents qui rappellent le discours anti-immigrés de la droite et de l'extrême droite française. Il est vrai et pas seulement pas idéalisme les responsables tunisiens tentent de bousculer les lignes et de vaincre l'immense force d'inertie qui entrave le démarrage de l'UMA.
Frapper les imaginations à la veille du sommet de l'UMA
«J'ai une bonne et mauvaise nouvelle: la mauvaise est que la Tunisie n'a aucun avenir en Tunisie, la bonne nouvelle est que la Tunisie est en train de bâtir un espace maghrébin pour s'épanouir». La boutade de Moncef Marzouki, président provisoire de la République tunisienne faisant référence aux «cinq libertés» est tout à fait réaliste. L'argumentaire avancé par Sami Remadi selon lequel la libre circulation menacerait les emplois en Tunisie est, selon de nombreux experts, un non-sens économique… sauf si cette liberté restait totalement unilatérale. Or, ce n'est pas sa vocation. La décision tunisienne qui frappe les imaginations des Maghrébins a pour vocation de centrer le débat sur les mesures concrètes à prendre à l'approche du sommet de l'Union du Maghreb (UMA) qui devrait avoir lieu le 10 octobre prochain, à Tabarka.
Le président Moncef Marzouki certains lui reprochent injustement son côté «militant» qui fait pourtant sa grande qualité dans le concert des responsables maghrébins fait preuve d'une «impatience maghrébine» que d'aucuns espèrent «contagieuse». En décidant sans attendre de mettre en application les «cinq libertés» (circulation, résidence, travail, investissement et élections des conseils municipaux), il tente de bousculer les choses. L'ambition maghrébine du président tunisien, Moncef Marzouki, est marquée du sceau du réalisme, car l'avenir de l'économie du son pays est dans le Maghreb. Cette ambition ne semble pas affectée par les vicissitudes de la vie politique interne et la montée des tensions au sein du pouvoir après la décision du chef du gouvernement islamiste, Hamadi Jebaïli, d'extrader l'ancien Premier libyen vers Tripoli. La volonté de donner une impulsion au projet maghrébin reste forte.
L'appel de Carthage
Début juin, un séminaire sur les «cinq libertés dans l'UMA: vision d'intégration» était organisé au Palais de Carthage. Le séminaire s'est terminé par «l'Appel de Carthage» où les participants, ont estimé qu'il ne suffit pas d'annoncer ce projet des cinq libertés dans les discours, «il est impératif de le concrétiser sur le terrain». Et les arguments économiques « réalistes» n'ont pas manqué au cours du séminaire des « cinq libertés». Cathrine Baumot-Kaitea, experte économique à la BAD, a relevé que le Maghreb est «l'une des régions les moins intégrées parmi les groupements qui existent dans le monde», en dépit des relations historiques qui les lient, ce qui coûte aux pays maghrébins de 2 à 3% de leur PIB.
Ce chiffre du coût du non-Maghreb fait parfois l'objet de discussions byzantines mais il est admis que plus d'intégration intermaghrébine est une source de croissance. Et qu'en tout état de cause, les «4 millions de chômeurs» qui existent dans le Maghreb poussent à aller vers plus d'intégration économique.
L'expert Boujemaâ Remili a relevé que le nombre de consommateurs maghrébins atteindra les 120 millions en 2020. Manifestement, la volonté de Moncef Marzouki de bousculer les lignes maghrébines ne relève pas du pur sentimentalisme. Les premières réactions montrent que l'inertie est bien le problème maghrébin majeur..
Source : http://www.maghrebemergent.info


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.