Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Enseignement à distance : Huawei soutient les étudiants tunisiens    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 20 nouveaux décès les dernières 24 heures    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Kasserine : Six personnes en voie de guérison    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Coronavirus : Un décès à Sousse    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    "Allez vers les hauteurs…"    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





développer l'habillement, c'est aussi lancer la mode
Publié dans WMC actualités le 25 - 02 - 2009

Le secret de quelques pays asiatiques dans le domaine du textile et de l'habillement réside dans leur rapidité à répondre à la demande du marché. Ils sont les rois de l'imitation et la contre façon. Tout est possible. N'importe quel model peut être copié avec une telle précision qu'il est difficile de le distinguer la vraie copie de l'originale. Ils sont là partout où il y a les défilés de la mode et avec une grande discrétion ils prennent les photos sans attirer l'intention des organisateurs.
La Chine, Hongkong et l'Inde, ont bien compris l'importance de l'enjeu économique que peut porter cette caractéristique commerciale, d'où on les trouve d'une manière ou d'une autre partout. Malgré que leurs entreprises à première vue ne puissent pas concurrencer celles qui ont de grandes marques internationales, bien implantées et dont leur nom fait ravage partout, puisque elles ont adopté une politique commerciale qui s'appuie sur la promotion et la publicité. Ces produits de mode sont en grande partie conditionnés par la publicité d'où se déroulaient avant chaque saison des exhibitions de collection et défilés de mode dans des capitales connues par la mode telles que Paris, Londres, Network, Berlin, Tokyo et Budapest.
Le facteur vitesse était un grand handicap pour les industriels du textile en Tunisie. Du fait qu'ils ne répondent pas à temps, et ne suivent pas la mode, puisqu'ils mettent leurs produits sur le marché un peu tard, après les produits originaux de la mode et ceux des pays asiatiques dont ces derniers ont déjà pris une bonne position. Cette situation engendre en général une certaine stagnation de la production et ce par manque de demande, sanctionnée à cause des coûts qui sont bien supérieurs aux produits asiatiques qui défient toute concurrence.
En plus de ces capitales de la mode, Shanghai est devenue un lieu attractif pour les grandes marques d'où cette capitale a commencé à se distinguer par sa propre collection surtout la moyenne gamme destinée, essentiellement, à une classe de clients de pouvoir moyen d'achat.
Shanghai n'est pas Paris ou Londres mais elle est devenue au cours de ces dernières années une ville intéressante pour plusieurs habilleurs européens qui la trouvent attractive en raison des coûts de production et de la rapidité dans l'exécution des commandes.
Savoir habiller les gens, leur proposer des modes ayant un style et une coupe qui leur font sentir la liberté et la joie de vivre, est la première condition pour qu'une nouvelle collection ait du succès.
Habiller n'est pas exécuter des modèles, c'est plutôt en créer
Les habilleurs tunisiens doivent revoir leurs points de vues concernant l'objectif de la mode. Ce n'est pas fabriquer une chemise ou un pantalon, mais il faut les imprégner d'une certaine idée où le consommateur trouve une quelconque attraction et un désir intérieur pour l'acheter. Faire de la mode est tout à fait une philosophie qui doit bien tenir compte en premier lieu de la mentalité du pays et en même temps le comportement du client et son éventuelle réaction vis-à-vis du produit. Comprendre la mentalité des jeunes et leur façon d'interpréter les choses font partie intégrante du produit à fabriquer car pour convaincre un client il faut au moins le connaître d'une manière empathique. L'ère actuelle ne permet plus de fabriquer à huit clos. Il est nécessaire avant de fabriquer le produit d'étudier à fond ce qu'il veut le client, quelles sont ses attentes et ses exigences et de quelle manière faut-il le convaincre. La nouvelle orientation dans cette industrie se situe autour des vêtements qui respectent l'environnement. Le textile actuel dans son ensemble utilise les produits chimiques dont certains sont très dangereux tels que les teintures azoïques ou métalliques. De ce fait on a commencé à instaurer quelques restrictions sous formes de normes pour obliger les fabricants de respecter la nature et la santé du consommateur.
Cette obligation était bénéfique pour une bonne partie de fabricants de textiles et ils ont apposé sur leurs produits d un écolabel qui était au fait une bonne tactique commerciale qui a généré une certaine augmentation des ventes puisque les acheteurs sont devenus plus satisfaits au niveau de respect de la nature et de la santé. La mode est une sorte de philosophie de comportement qui reflète une partie de la personnalité d'où il n'est pas à n'importe qui de devenir un modéliste. Il faut bien avoir une large culture générale et être un certain visionnaire qui lit ce que les clients veulent et comment leur présenter le produit pour qu'il accepte volontairement.
Les stratégies utilisées, dans ce domaine, sont multiples et différent d'un fabricant à un autre, et d'un pays à un autre. Chacun croit qu'il détient la clef de la réussite ; ce qui est vrai pour certains et faux pour les autres. Au début où le monde est encore fermé, cette industrie de textile se développe sans casse ou les règles sont connus d'avance et les faits sont bien distingués, où chacun, dans l'ensemble, trouve son compte. L'ouverture des frontières douanières et l'avancée rapide de la mondialisation ont brûlé toutes les étapes et ont mis en écart toutes les règles et les ententes économiques qui autrefois faisaient lois. Cette nouvelle réalité du marché internationale a poussé tout le monde petit et grand, petite marque ou grande, à reculer, et à revoir ses stratégies de production et de commerce. Quelle que soit la grandeur ou la taille de l'industriel, tout est touché par l'invasion concurrentielle des pays asiatiques. Dans cette situation on a vu quelques entreprises adoptent de nouvelles politiques, plus réalistes et tiennent en compte de l'invasion concurrentielle des pays asiatique. De ce fait un industriel comme Benetton a bien compris la nouvelle réalité du secteur de textile habillement. Benetton est industriel européen (italien) de textile connu par son agressivité sur le marché et par sa rapidité de la réponse. C'est un bon anticipateur et il connaît d'avance les goûts et les couleurs qui peuvent avoir du succès. Son deuxième atout est la distribution. Il est là partout dans le monde. Il écoute le client. Il le suit et analyse ses demandes et apportent les corrections nécessaires, en temps réel, selon ce que le client a demandé et a souhaité. Il est bien attentif et il entre beaucoup dans le détail et ce pour éviter toute surprise ou demande non exécutée.
Il est un vendeur de rêves colorés.
La stratégie de Benetton se base sur l'habillement à court cycle de vie et il travaille presque sur la méthode zéro stocks. Sa force est qu'il maîtrise son produit en amont et en aval. C'est lui qui fabrique, distribue et vend. Il a ses propres surfaces plus que tous autres fabricants de grandes ou petites marques. C'est un fonceur munis d'un esprit d'anticipation et de calcul en avance. Il ne laisse rien au hasard. Il rentre dans tous les détails relatifs à la production, la distribution, la commercialisation et toute autre action qui touche le développement du produit de prés et de loin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.