Tunisie : Le ministre de l'Intérieur reçoit l'ambassadeur de Chine en Tunisie    Le taux directeur de la Banque Centrale de Tunisie rehaussé à 7%    Tunisie – Arrestation d'un jeune faussaire    TOPNET remporte le Trophée Tunisia RSE Awards 2022    La police israélienne arrête le protecteur du cercueil de Shirine Abou Akleh    Tunisie – L'ISIE a adressé ses recommandations par un courrier adressé à la présidence    Play-offs Ligue 1 Pro : L'USMo bat le CSS et redistribue les cartes    Poutine exulte : Le front européen se fissure, l'Italie paye son gaz en roubles    Abdellatif Mekki : Kaïs Saïed commence à se rendre compte qu'il s'agit d'un putsch    La bonne nouvelle du jour : La Tunisie est de nouveau exportatrice de phosphates    Trois jeunes arrêtés à Gabès pour avoir dessiné une fresque de Omar Laâbidi    Béja: Un quadragénaire s'immole par le feu    Bilan Covid-19 : 592 nouveaux cas et 5 décès en une semaine    Circuit 404 HERITAGE NOT FOUND : Visitez la médina de Tunis autrement avec Africvs    Tunisie Telecom fait son cinéma à Gabès    Référendum constitutionnel : Et si l'alternative existait ?    Présidée par Ayachi Hammami : l'Instance nationale pour les libertés et la démocratie voit le jour    Ooredoo remporte le prix du meilleur programme RSE Tounes T3ich    La BNA, Sponsor Officiel de la 13ème Edition du SMA MED FOOD    Des peines de six à trois mois de prison dans l'affaire dite de l'«aéroport»    Italie : Chiellini fait ses adieux aux tifosi de la Juventus    Libye : 3ème assaut contre la capitale, les USA et l'UE craignent le pire    Mondial 2022 : L'amicale Sénégal – Brésil annulée !!    NBA 2022 : Programme des finales des Conférences Est et Ouest    Ligue 1 | 5e journée (USM-CSS 16h00) – CSS : Un virage important    Express    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Hechmi Miliani, président de la Chambre Syndicale des Promoteurs immobiliers de l'Utica Sousse à La Presse : La promotion immobilière souffre de plusieurs maux...    50e anniversaire de l'APTBEF : Le Conseil bancaire et financier est né    Informations sur la démission de Bouden-Ghazi Chaouachi: Je porterai plainte contre la ministre de la Justice    Pourquoi | Les Tunisiens et la conduite automobile    Zarzis : Une tempête dans un verre d'eau    Le Tunisien Ali Baklouti, primé meilleur mathématicien en Afrique    L'EST s'installe en tête du classement : Sans éclat !    Sheikh Zayed Book Award 2022 : L'auteur tunisien Mohamed Al-Maztouri, primé    On nous écrit | À propos du cinéma de Ghassen Salhab : Entre réalité et illusion    1ère édition du Master International Film Festival (MIFF), du 4 au 11 juin 2022 : Un nouveau-né à double vocation    Explosion au domicile du ministre de l'Intérieur : Une fuite de gaz serait à l'origine de l'incident    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Coupe de Tunisie : le tirage au sort des premiers tours    "Nuit des musées tunisiens": 15 musées ouvrent leurs portes gratuitement pour des visites nocturnes    Espérance de Tunis : Le marocain Sabir Bougrine indisponible 3 à 4 semaines    Météo de ce mardi    Tunisie : L'UGTT rend hommage à l'artiste Marcel Khalifé    Festival du film de Yasmine Hammamet-Laajimi : "La projection des films n'est pas commerciale"    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    Ukraine: Trois hommes d'affaires tunisiens face à la guerre    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Céréales La Tunisie au bord de la crise
Publié dans Business News le 08 - 12 - 2021

Le besoin annuel de la Tunisie en céréales est d'environ 30 millions de quintaux, ce qui équivaut à 3 millions de quintaux par mois, répartis à peu près comme suit : 1,07 million de quintaux de blé dur, 1 million de quintaux de blé tendre et 0,95 million de quintaux d'orge. Le pays produit environ 10 millions de quintaux seulement par an et importe donc 70% de ses besoins en céréales.

En Tunisie, la valeur des importations de céréales - blé tendre, de blé dur et d'orge - a doublé au cours des dix dernières années, alors qu'en 2011 elle s'élevait à 756.301.210 dinars et 1.536.342.301 dinars en 2019, la valeur des importations de céréales a atteint 1.942.090.898 dinars en 2020.
Il n'est pas surprenant que la valeur des importations de céréales ait augmenté en 2020, compte tenu de la crise qu'a connue le marché mondial en raison de la pandémie du Covid-19. Crise qui a impacté les prix mais aussi l'offre et la demande.
La quantité de céréales importées en 2011 s'élevait à 1.570.556 tonnes et à 2.119.474 tonnes en 2019. Une légère augmentation a été enregistrée en 2020 où les importations se sont élevées 2.783.853 tonnes.

La quantité de céréales collectées a connu une baisse entre 2019 et 2021 en raison de la crise économique et sanitaire qui négativement impacté le secteur. Selon l'Office national des céréales, la quantité de céréales collectées en 2019 s'élevait à 12. 856.436 quintaux, et a diminué en 2020 et n'a enregistré que 7.106.423 quintaux. En 2021, elle est estimée selon l'Office des céréales à 8.097.969 quintaux.
Avec la crise économique exacerbée par la crise sanitaire, l'Office des céréales, qui a cumulé les dettes envers les banques, peine à honorer ses engagements envers les exportateurs. Selon Adel Marzouk, secrétaire général du syndicat de l'Office des céréales à Sfax, la cargaison de blé et d'orge de trois navires n'a pas été déchargée dans le port de Kerkennah depuis novembre en raison de l'incapacité de l'Office à payer les fournisseurs.
Pour éviter les pénuries et inciter les agriculteurs à cultiver des céréales, le ministère de l'Agriculture, a relevé les prix de production des céréales en 2021 comme suit : blé dur : de 87 dinars à 100 dinars le quintal, blé tendre : de 67 dinars à 80 dinars le quintal, orge et triticale de 56 dinars à 69 dinars le quintal. Des décisions qui devraient avoir un effet positif sur la productivité locale mais ne répondront pas aux besoins croissants du pays en céréales.

Par ailleurs, l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a indiqué dans un rapport publié en novembre que la tendance à la hausse des prix internationaux du blé s'est poursuivie pour le quatrième mois consécutif en octobre 2021, sous l'effet d'un resserrement mondial de l'offre et de la vigueur de la demande qui ont fait grimper les prix à l'exportation dans les principaux pays exportateurs.

Elle a précisé que l'offre réduite de blé de qualité supérieure à l'échelle mondiale a exacerbé les pressions haussières ; les prix des blés de première qualité ont affiché les hausses les plus marquées, notamment une augmentation de 8% des cours du blé canadien et une hausse de 7% des prix du blé en provenance de l'Union européenne. De même, aux Etats-Unis d'Amérique, les prix à l'exportation du blé de référence ont augmenté de 5% et se sont établis à des valeurs 31% plus élevées qu'il y a un an. Les prix à l'exportation en Fédération de Russie et en Argentine ont également augmenté de 4%, mais les hausses des prix ont été atténuées par un relèvement de la taxe à l'exportation en Fédération de Russie et par l'arrivée imminente des récoltes saisonnières en Argentine.
Parmi les principales céréales secondaires, ajoute la FAO, les prix à l'exportation de l'orge sont ceux qui ont le plus augmenté en octobre, soutenus par la vigueur de la demande mondiale, des perspectives de production réduite et les effets d'entrainement liés à la hausse des prix sur d'autres marchés. Les cours internationaux du maïs se sont également raffermis par rapport au mois précédent. Des retards dans les récoltes et une demande vigoureuse ont soutenu les prix en Ukraine qui ont augmenté de 4% en octobre, alors que la forte progression des ventes et des préoccupations quant à l'impact de la hausse des coûts des engrais sur les semis en Argentine ont fait grimper de 3% les prix du maïs dans ce pays. Aux Etats-Unis d'Amérique, la valeur du maïs de référence a également augmenté, quoique dans une moindre mesure, les nouvelles récoltes et la diminution des perturbations des opérations portuaires ayant atténué les pressions haussières.
L'indice FAO des prix du riz (2014-2016=100) s'est établi en moyenne à 99,9 points en octobre 2021, en hausse de 1,2% par rapport à septembre, mais toujours en recul de 7,9% par rapport à un an plus tôt. Les prix à l'exportation ont affiché des tendances contrastées parmi les différents fournisseurs en octobre. Au Vietnam, les cours ont augmenté pour le deuxième mois consécutif, soutenus par l'amélioration des activités commerciales suite à l'assouplissement des mesures de confinement associées à la covid-19.

Aux Etats-Unis d'Amérique, souligne l'organisation, la qualité des cultures fraîchement récoltées s'est avérée décevante, ce qui a soutenu les prix. En revanche, les prix ont fléchi à leur plus bas niveau depuis onze mois en Inde, la roupie indienne s'étant affaiblie vis-à-vis du dollar américain et les cultures de la campagne «Kharif» ayant atteint le stade de la récolte. En Thaïlande, la faiblesse de la demande et la dépréciation du baht vis-à-vis du dollar américain ont eu tendance à neutraliser les pressions haussières exercées par les préoccupations relatives aux dégâts causés aux cultures par les inondations ; les prix sont ainsi restés relativement stables par rapport au mois précédent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.