Poste tunisienne :Distinction du systéme D17 dans le "e-business"    Sahara libyen :20 cadavres repéchés à cause de la désydratation    Le Brief sportif national, continental et international du mercredi 29 juin 2022    Mondial Handball 2023 : Tirage au sort ce samedi à Katowice    VPG Africa : Tirage au sort du 2e tour de la CAF CL et la CAF Cup 2022    Associations et Femmes de droit dénoncent k'annulation du droit à l'avortement aux états unis et appellent à sa protection en Tunisie    Le Mufti de la république :le 9 juillet 2022 ,la fête du sacrifice    Inerte, la bourse de Tunis enchaîne les pertes    La Tunisie appelle au calme entre le Soudan et l'Ethiopie    Détérioration de l'état de santé des magistrats en grève de la faim    Wimbledon : Ons Jabeur s'impose et passe au 3ème tour    Résultat du concours de la 9ème : Inscription au service SMS à partir du 1er juillet    Des associations féministes appellent à protéger le droit à l'avortement en Tunisie    Tunisie: Les horaires de travail de la SONEDE pendant l'été    Hatem Mliki: L'annulation de la Constitution de 2014 mènera le pays vers un état d'instabilité    Deux ministres pour accueillir les visiteurs, puis quatre, combien la prochaine fois?    Monde-Daily brief du 29 juin 2022: L'Ukraine au cœur d'un sommet décisif de l'Otan à Madrid    Amine Mahfoudh salue les sacrifices de Sadok Belaïd    Nabil Hajji s'interroge sur la non participation de l'UTICA et de l'UTAP à la campagne de référendum !    Première médaille d'or pour la Tunisie aux JM Oran 2022 remportée au Pétanque    La Douane annonce des recommandations aux Tunisiens résidant à l'étranger    BILLET | Le tourisme voit le bout du tunnel    20e édition du Forum de l'Investissement | Ferid Belhaj, Vice-président de la Banque mondiale pour la région MENA : «Si vous voulez battre la compétition, il faut aller beaucoup plus vite, plus fort»    20e édition du Forum de l'Investissement | Ils ont dit…    Pour chaque service gagnant de Ons Jabeur, 100 € seront versés pour un lycée à Siliana    Affaires Belaïd et Brahmi : 33 individus, dont Rached Ghannouchi, officiellement accusés    CONDOLEANCES : M. Yassine FRIKHA    NEWS | Chadi Hammami rempile    En marge du tirage au sort des demies de la Coupe de Tunisie | CA-CSS : retour vers le futur !    Grève de la CTN les 17 et 18 juillet    Voici le top 20 de meilleures chansons de l'Histoire de la musique    Imed Hammami: Ma participation à la commission consultative est une phase lumineuse de ma carrière politique    Saif Kebsi : Adel Daâdaâ a présenté des informations inculpant les leaders d'Ennahdha    La Steg appelle ses clients à rationnaliser leur consommation d'électricité durant les pics de chaleur    Tunisie – Météo : légère baisse de la température    USA : Ce témoignage explosif pourrait détruire Trump et requinquer Biden    Reportage sur l'exposition «Abd el-Kader» au MUCEM de Marseille : L'Emir aux multiples dimensions    Mohamed Ibrahim Hsairi: Si j'étais l'Irak!    La Banque mondiale accorde un prêt à la Tunisie pour couvrir les importations de céréales    Le grand acteur Hichem Rostom n'est plus    L'ambassadrice de Tunisie à Washington reçue par Joe Biden    Hichem Rostom n'est plus    La chanteuse Souad Messi sort un nouvel album, la verra-t-on au Festival Carthage 2022?    «Résidences Jiser», du 4 mai au 3 juillet 2022 à Sousse : Créer et réfléchir ensemble    Eminem: Le rap est une excellente thérapie pour la santé mentale    Femme Noire de Léopold Sédar Senghor: Chants d'Ombre    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



UGTT : le dialogue doit être global et le gouvernement cherche à céder les entreprises publiques
Publié dans Business News le 25 - 05 - 2022

L'Union générale tunisienne du travail (UGTT) a réitéré, par le biais de son porte-parole Sami Tahri, son refus de participer à un simulacre de dialogue. Il a rappelé que la centrale syndicale avait présenté, depuis novembre 2020, une initiative de dialogue national portant sur la dégradation de la situation politique, sociale et économique. « Nous avons ressenti une réticence face à cette initiative… Malheureusement, près de deux ans après, il n'y a pas eu de résultat et nous nous sommes retrouvés face aux mesures du 25 juillet 2021. L'appel à un dialogue doit résulter d'un échange et non-pas d'un décret », a-t-il ajouté.
Dans une conférence de presse du 25 mai 2022, Sami Tahir a assuré que l'UGTT n'a pas été consulté au sujet du décret n°30 portant création de la commission consultative nationale pour une nouvelle République et relatif au déroulement du dialogue national tel qu'envisagé par le président de la République. Sami Tahri a expliqué que l'UGTT n'avait pas été surprise par les dispositions du décret en question et par l'approche du président. Il a évoqué les nombreuses déclarations remettant en cause le rôle de la centrale syndicale et le dialogue national entamé en 2013. Ceci a porté, selon lui, atteinte à l'histoire de l'organisation et à la réputation de ses militants. Il a affirmé que l'UGTT a demandé, suite au discours prononcé par le chef de l'Etat Kaïs Saïed à l'occasion de l'Aïd El-Fitr, de s'entretenir avec lui afin de débattre du déroulement du dialogue.
« Il a limité le dialogue à un rôle consultatif. Or, un dialogue doit aboutir à des accords permettant de sortir le pays de la crise… Il a fixé au préalable la composition des comités ! Nous estimons que nous sommes concernés par l'ensemble des domaines… Le dialogue doit être global et non-pas fragmenté… Il est possible de prendre en considération les résultats de la consultation électronique même si nous n'avons toujours pas eu accès à ces données. Pourquoi donc ne pas adopter une nouvelle approche ? Qui nous garantit le déroulement de la consultation dans le cadre de la transparence ? », a-t-il poursuivi.
Sami Tahri a assuré que la décision de l'instance administrative de l'UGTT de refuser de participer au dialogue national dans sa forme actuelle, résultait d'un consensus de toutes les structures de l'organisation. Il a assuré le refus de la centrale syndicale d'un retour en arrière. Il a, également, exprimé l'attachement de l'UGTT à la poursuite en justice des responsables de la dégradation de la situation. L'UGTT considère, selon lui, que le 25 juillet 2021 était une chance historique devant être transformé en un processus historique pour la Tunisie. Sami Tahri a critiqué le retard dans la prise de mesures permettant une amélioration de la situation et une stabilité politique
Le porte-parole de l'UGTT a estimé que les opposants aux 25 juillet et les acteurs politiques responsables d'agressions et d'actes de violence au sein de l'Assemblée des représentants du peuple étaient opposés au dialogue et avaient choisi l'exclusion. Toutefois, il a critiqué le calendrier imposé par le chef de l'Etat et les courtes durées tout en évoquant un possible changement de la date de la tenue du référendum.
Sami Tahri a expliqué que l'UGTT n'a pas appelé au boycott du dialogue national, mais à la révision de sa forme. Il a, également, affirmé que l'UGTT comptait tenir une série de réunions avec d'autres organisations nationales proches de la centrale syndicale afin d'échanger sur certaines questions concernées par le dialogue.
Par la suite, Sami Tahri a insisté sur la nécessité de dissocier la position de l'instance administrative par rapport au dialogue national et l'annonce d'une possible grève générale par les fédérations générales de la fonction publique et du secteur public. Il a précisé qu'un accord entre l'UGTT et le gouvernement pourrait conduire à une annulation de la grève sans pour autant apporter une modification au niveau de la position de l'organisation quant au dialogue national.
A ce sujet, Anouar Ben Kaddour, secrétaire général-adjoint chargé des études et de la documentation, a évoqué l'absence de réformes visant à améliorer la situation économique et sociale des Tunisiens. Il a critiqué l'absence d'une évaluation de la situation économique actuelle. Il a appelé à la clarification de la vision économique du pays. Il a affirmé l'existence de divergence entre le gouvernement et la présidence de la République au niveau de la vision économique. Il a, également, insisté sur l'importance d'apporter les éclaircissements nécessaires quant à la situation des finances publiques. Il s'est interrogé sur les réformes envisagées par le chef de l'Etat et celles évoquées par le gouvernement.
« L'UGTT est favorable à la mise en place de réformes. Nous voulons réformer les entreprises publiques. Nous voulons étudier les dossiers de ces structures au cas par cas. Nous en avons parlé à l'occasion des rencontres avec le gouvernement… Nous devons, également, procéder à une réforme de l'enseignement de base, secondaire et supérieur, de la formation professionnelle, de la santé et de l'agriculture afin de garantir la sécurité alimentaire de la Tunisie… La Tunisie est menacée par le flou… Personne ne parle de l'employabilité… Le gouvernement limite les mesures sociales à l'aide aux familles défavorisées. Or, nous voulons trouver des solutions aux chômeurs et leur donner espoir… L'UGTT a l'habitude d'échanger avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international… Nous sommes conscients des conditions de déroulement des négociations et des remarques présentées par ces institutions… La question de la masse salariale est une question de pourcentage par rapport à la productivité… Personne ne peut limiter le champ d'action de l'union ! », a-t-il ajouté.
D'un autre côté, le secrétaire général adjoint chargé des affaires juridiques, Hfaiedh Hfaiedh, a insisté sur l'importance de dissocier la position de l'instance administrative par rapport au dialogue national et l'annonce d'une possible grève générale par les fédérations générales de la fonction publique et du secteur privé. Il a affirmé que le décret n°20 était illégal, s'opposait aux dispositions de la Constitution et empêchait la tenue de négociations sociales. Il a assuré que la centrale syndicale s'était montrée souple face à l'application des accords précédents et que l'entame de négociations sociales avait été fixée en avril 2021 depuis 2015. Il a précisé que l'UGTT avait choisi de ne pas entamer les négociations à cette date-là en raison de la situation économique et de la crise provoquée par la propagation du Coronavirus.
Hfaidh Hfaiedh a exprimé l'attachement de la centrale syndicale à la révision du salaire minimal et à la formation d'une commission chargée de l'étude de la situation des entreprises publiques en difficulté tel que convenu dans un accord de 2018.
« Le gouvernement ne cherche pas à sauver les entreprises publiques, mais à causer leurs faillites afin de les céder… Le gouvernement ne cherche pas à trouver de solution pour les éléments que nous venons d'évoquer… Il n'est pas prêt à entamer des négociations sociales… Nous sommes prêts à interagir avec toutes propositions garantissant les droits des employés et des travailleurs », a-t-il affirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.