Révocation des juges: Le président de l'ATJM dénonce le silence du Conseil provisoire de la magistrature    Inauguration de la première centrale solaire flottante d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient    Le nouvel Opel Mokka disponible en Tunisie chez Stafim à partir de 98.900 dinars    Wimbledon : un succès aisé pour Ons Jabeur contre Bjorklund    « Yalla Jaw », le concert inédit organisé par Orange Tunisie, fait vibrer de joie l'avenue Habib Bourguiba    Lancement de la collection de parfums REPLICA de la marque Maison Margiela en Tunisie    35e édition du festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Laârayedh: Hamadi Jebali doit être hospitalisé à l'hôpital militaire pour une chirurgie urgente    Classement WTA Live : Ons Jabeur retrouve le Top 5 mondial    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    UGTT : grève générale au sein de la fonction et du secteur publics    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Pages éclairées de l'histoire du mouvement national tunisien (6) : Aux origines historiques d'un malaise endémique : une indépendance qui divise    Tunisie: L'Agence de sécurité informatique met en garde...    Yazid Safir, Directeur de l'agence française de développement en Tunisie à La Presse : «La Tunisie est un partenaire privilégié du groupe AFD»    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    JM Oran 2022: 1ère médaille à la Tunisie remportée par la karatéka Wafa Mahjoub    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    INPT : il faut garantir un traitement humain à toutes les personnes privées de leur liberté    L'avocat et la famille de Hamadi Jebali sollicitent le soutien des Tunisiens    Mabrouk Korchid tacle le Club de Madrid pour avoir appelé à la libération de Hamadi Jebali    Tunisie: La date de l'Aid El-Idha selon l'Institut de la météorologie    « Espace El Mdina » à Hammamet : Une exposition de peintures géantes et un spectacle scout pour clôturer l'atelier artistique sur la lutte contre les violences économiques faites aux femmes    Zakaria Bouguerra: La vague du Covid-19 va se poursuivre jusqu'au mois d'août    Quid de la campagne référendaire ?    Mondher Lakhal : la digitalisation pour des services bancaires 24h/24 et 7j/7    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    Ayachi Zammel présente son mouvement politique « Azimoun »    À l'occasion du sommet du G7 en Allemagne : D'un monde mieux reconstruit à un monde menacé de la pire crise de famine    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    Météo: Températures en hausse, ce lundi    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    JM – Volley (F) : la Tunisie s'incline face à la Grèce    Le Club de Madrid appelle Kais Saïed à libérer Hammadi Jebali    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faire son cinéma avec Zara
Publié dans Business News le 07 - 12 - 2009

C'est une grande marque internationale de fringues. Ceux qui suivent les tendances de la mode (et ils sont nombreux) ne ratent aucune de ses collections et connaissent sur le bout du fil ses modèles et ses prix. La marque s'appelle Zara et, en Tunisie, elle gagne beaucoup de terrain.
Avant, il y a quelques années, les adeptes du m'as-tu-vu prenaient l'avion pour Rome, Paris ou Barcelone pour faire leurs emplettes en fringues Zara.
Ce temps là est révolu. Maintenant, on ne va plus voir Zara, c'est Zara qui vient nous voir puisque la marque a ouvert son échoppe en Tunisie.
Elle a logé à Tunis City, le centre commercial de Géant, et ceux qui possèdent une voiture, mais n'ont pas les moyens de prendre l'avion peuvent désormais s'offrir du Zara.
Après un franc, et très prévisible succès, la marque s'apprête à ouvrir ses portes à l'avenue Habib Bourguiba en plein cœur de Tunis.
C'est magnifique, c'est extra, les nouveaux adeptes du m'as-tu-vu, ceux qui n'ont pas les moyens de s'offrir une voiture, n'auront désormais qu'à attendre le bus ou le métro pour aller faire leurs emplettes en fringues griffées Zara. La marque est en plein cœur de la ville et a choisi un grand espace pour s'installer, celui qu'occupait, par le passé, une salle de cinéma portant le nom du Capitole.
A Tunis, aujourd'hui, les magasins de fringues remplacent les salles de cinéma. C'est du pareil au même, direz-vous, on n'a pas changé grand-chose.
Les générations d'avant allaient au même endroit pour voir du cinéma, les générations d'aujourd'hui y vont pour faire du cinéma. Il semblerait, en effet, qu'en portant les fringues Zara, on peut faire beaucoup de cinéma. Qu'on peut jouer pleinement la comédie. Montrer qu'on est « in », qu'on a du goût, qu'on a du fric.
Dans l'inconscient collectif, bien entretenu par les pros du marketing, l'idée étant que celui qui porte du Zara est quelqu'un de bien fringué et bien friqué.
Avant, dans l'inconscient collectif, l'idée était que celui qui allait au cinéma donnait l'image de quelqu'un de bien cultivé, de bien pensant. Autres temps, autres mœurs.
De nos jours, on aime faire du cinéma tous les jours et on ne va au cinéma qu'une fois tous les deux ans, à l'occasion des JCC. C'est l'époque et c'est désormais la culture du pays dans lequel on vit.
On ne peut en vouloir ni à Zara de vouloir coller à cette culture et faire son business, ni aux Goubantini (anciens proprios du Capitole) d'avoir cédé leur salle qui ne rameute plus les foules depuis des lustres à l'exception d'une dizaine de jours tous les deux ans, à l'occasion des JCC.
Mais, il y a un mais. Et que les spécialistes des lois, décrets et arrêtés pondus par le ministère de la Culture me corrigent. Il est interdit en Tunisie de fermer une salle de cinéma et d'ouvrir, à la place, un commerce. Les promoteurs du centre commercial Zéphyr à la Marsa en savent quelque chose. Sauf qu'il se trouve qu'on a appliqué cette loi sur les uns, mais on a omis de l'appliquer sur les autres. C'est le cas du Capitole (remplacé par Zara), c'est le cas du Studio 38 (remplacé par un centre commercial), c'est le cas du Cinémonde à la rue de Marseille (remplacé par un Meublatex) et aussi le cas du Palmarium où l'on a cherché à contourner la loi en aménageant quelques mètres d'espace soi-disant culturel pour remplacer la salle de cinéma.
On pourrait arguer que le cinéma ne rapporte plus d'argent, concurrencé violemment hier par la vidéo et aujourd'hui par les DVD (piratés).
Ceci est vrai, mais ne faudrait-il pas limiter la casse et ouvrir des lieux servant à hausser le niveau culturel et intellectuel des Tunisiens, même s'il ne s'agit pas de salle de cinéma ? Peut-on nier que le niveau général est en chute libre et que le Tunisien ne parle aujourd'hui que de foot, n'investit que dans son apparat (GSM, vêtements, voiture et logement) et ne connaît pour son loisir que les cafés et les salons de thé (toujours bondés).
Un jour, on est venu voir le leader défunt Bourguiba pour lui dire que l'Education coûte cher. Sa réponse a été : « essayez donc l'ignorance !»
Conscient de l'importance de la culture et de l'éducation, Ben Ali n'a pas dérogé à la règle et la part du budget PIB consacré à ces deux secteurs a toujours été croissante en valeur absolue et en pourcentage par rapport au budget global de l'Etat.
Où va et comment va cet argent ? L'Etat ne peut pas tout faire, c'est clair et nous en sommes convaincus, mais partout dans le monde, l'Etat intervient et subventionne. C'est à lui de créer ou d'imposer la création d'espaces culturels dans nos nouvelles cités champignons qui en sont totalement dépourvus. Ce même Etat prévoit bien la création d'une mosquée et d'un poste de police lors de l'aménagement de nouvelles zones urbaines. Pourquoi n'élargit-il pas ses prérogatives pour inclure les espaces culturels ?
Pour les centaines de milliers de personnes vivant aux Mourouj, Ennasr, les Berges du Lac, Ain Zaghouan il y a ZERO espace culturel digne de ce nom ! ZERO !
La construction de la Tunisie de demain relève de la responsabilité des dix millions de Tunisiens d'aujourd'hui.
Cette Tunisie de demain (celle à laquelle on aspire, du moins) ne saurait se construire uniquement avec des Zara, des derbys EST-CA et des heures de chicha.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.