AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les jeux sont faits, rien ne va plus !
Publié dans Business News le 19 - 07 - 2010

Les jeux sont faits, rien ne va plus. Les Tunisiens, amoureux des jeux de casino et n'ayant pas l'opportunité de voyager à l'étranger pour assouvir leur passion, n'entendront pas de sitôt cette célèbre phrase (généralement prononcée en français dans tous les casinos du monde) sur laquelle la roulette se met à tourner.
Et si les Tunisiens n'entendront pas de sitôt cette phrase, c'est parce que la législation tunisienne leur interdit l'accès aux casinos et les jeux de hasard en général.
Ainsi, l'Etat tunisien considère les jeux comme étant mauvais, mais lorsqu'il s'agit de Promosport ou d'hippisme, cela devient bon !
Et pourtant ! Sous un certain angle, ces jeux interdits ne sont pas aussi nocifs que cela puisse paraître. Ou, du moins, comme on voudrait nous le faire paraître.
Pourquoi parler des paris et des jeux en ce moment ? Que s'est-il passé pour justifier un tel sujet dans un site plutôt collé à l'actualité ?
C'est justement l'actualité qui me pousse à parler du sujet. Deux annonces ont eu lieu la semaine dernière. La première (voir notre article à ce sujet) touche le Groupe Partouche qui cherche repreneur de quelques uns de ses casinos et réfléchit à céder ses actifs en Tunisie, parmi lesquels on trouve des casinos.
Or ces casinos là sont interdits aux autochtones et on n'y joue qu'en devises. S'ils étaient accessibles aux parieurs tunisiens, Partouche aurait pourtant eu tendance à les garder puisqu'ils auraient été fortement juteux, à l'instar de la plupart des casinos dans le monde.
Le secteur est tellement juteux qu'une ville entière s'est créée autour aux Etats-Unis (Las Vegas) et a rendu célèbre un pays entier (bien qu'il soit un rocher), Monaco en l'occurrence.
Des milliers d'emplois sont créés dans ces casinos et des milliers d'activités sont nées autour : hôtellerie, restauration, commerces, transports, etc.
La deuxième actualité est celle de la publication des résultats 2009 de la société Promosport (voir notre article à ce sujet). La société a dégagé quelque 3,6 millions de dinars de bénéfices pour des revenus de l'ordre de 43 millions de dinars. En d'autres termes, chaque Tunisien consacre quatre dinars par an pour ses paris sportifs. On ne parlera pas de l'hippisme dont les chiffres seraient bien supérieurs.
Ce chiffre pourrait être bien supérieur dès lors que l'Etat accepte d'abandonner son monopole et de laisser entrer le privé, contre le paiement de droits d'exploitation et de lourdes taxes.
Ce chiffre pourrait être bien supérieur dès lors que l'Etat accepte d'ouvrir le champ à d'autres jeux et ne pas se restreindre uniquement au sport. Tickets de grattage, loto, paris en ligne, etc.
Ce chiffre pourrait être bien supérieur dès lors que l'Etat accepte l'ouverture de casinos 5 étoiles qui seraient ouverts aux publics avertis indépendamment de leur nationalité.
Assurément, cela générera des entrées extraordinaires dans les caisses de l'Etat qui en a bien besoin en cette période de crise internationale.
Assurément aussi, cela créera de l'emploi d'une manière directe et indirecte.
Assurément enfin, cela servira davantage le tourisme. On doute fort que les touristes adorent fréquenter des casinos désemplis et subir les regards des croupiers qui n'ont pas d'autre chose à faire.
Naturellement, on va crier au scandale parce que le jeu et le pari ne sont pas halal.
Naturellement, on va crier au scandale parce que le jeu et le pari créent des dépendances, parfois fâcheuses et dramatiques pour des familles entières.
Naturellement, on va crier au scandale parce qu'on risque de créer de nouvelles habitudes dont le Tunisien s'en passerait volontiers.
Pour le premier point, je dirai que les Tunisiens ont toujours su vivre cote à cote sans s'immiscer longuement dans les croyances intimes et personnelles de chacun. Boire de l'alcool ou ne pas jeuner n'ont jamais heurté personne dès lors que cela se fait dans la discrétion.
Pour le deuxième point, je dirai qu'on n'a jamais arrêté la construction des voitures sous prétexte qu'elles causent des accidents. On commercialise les voitures et on axe sur les dangers du non-respect du code de la route. De même, et comme cela se fait partout, on peut autoriser le jeu et le pari, tout en l'accompagnant des démarches pédagogiques nécessaires (voire les interdictions) pour protéger les plus fragiles d'entre-nous.
Pour le troisième point, enfin, j'estime que le Tunisien a droit à l'amusement comme cela bon lui semble dès lors qu'il ne dérange personne. Il a également droit au rêve et nul ne nie ce que ce type de jeux peut procurer de rêves, d'espérances et d'adrénaline aux parieurs. Demandez-le aux parieurs hebdomadaires du Promosport, ceux qui ont laissé les 43 millions de dinars.
Nul ne peut nier ce que le gain peut aussi procurer comme joie. Demandez-le aux parieurs hebdomadaires du Promosport, ceux qui ont ramassé les 14,42 millions de dinars de gains.
Reste, avec tout ça, un élément indéniablement gravissime véhiculé, justement, par ces gagnants : le risque de la disparition de la valeur travail qui est déjà fortement ébranlée par les salaires mirobolants de quelques footballeurs et traders.
Aucun argument sérieux ne pourra venir justifier le gain facile aux dépens de la sueur du front.
En parallèle, avouons aussi qu'aucun argument sérieux ne pourra venir justifier l'interdiction faite aux Tunisiens de jouer aux tickets de grattage, au loto ou au casino.
Trouver la solution juste pour ce secteur, dans un pays comme le nôtre, revient à chercher la quadrature du cercle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.