FIFAK 2019 : 55 ans de promotion du cinéma amateur Tunisien et d'ailleurs    Cession de Goulette Shipping Cruise (GSC) : Le come-back des croisières à la Goulette après 5 ans d'inactivité    Le Ministère de l'Intérieur s'explique sur l'incident survenu à un poste frontalier avancé « التعمير » à Hezoua    Application Samsung Health: un coach santé dans votre poche    Tunisie: Aïd Al Adha, quantité disponible, prix et préparatifs du ministère de l'Agriculture    Officiel : Aymen Balbouli quitte le Club Africain    Cafouillage et manque de sérieux autour de la loi électorale    Hyundai Tucson gagne du terrain sur le marché tunisien    Tunisie- Perturbations et coupure d'eau dans ces régions à Bizerte    Club Africain : Yassine Chammakhi manquera le début de saison    Nouveauté Instagram : les ‘Like' ou mention ‘J'aime' masqués dans 6 pays    CAN 2019 (Finale) : Entrée gratuite pour les supporters algériens    CAN 2019 : l'arbitre de la finale changé    Tunisie: Baisse des échanges commerciaux au 1er semestre 2019    Al Badil Ettounsi présente les caractéristiques de son programme économique pour le gouvernorat de Mahdia    Faute de place, le blé dépérit en plein air    Métros, le trafic des lignes 3, 4 et 5 sur une seule voie à partir de ce soir    Postulez pour des bourses d'études en Grandes Ecoles françaises au titre de 2019    Eto'o et Drogba deviennent collaborateurs officiels d'Ahmad Ahmad    Avec les « trophées Tounsidumonde », les Tunisiens de l'étranger veulent être mieux compris et donner plus !    Les agents de la poste en grève générale    D'importants prix octroyés aux articles traitant des relations sino-tunisiennes    BILAN de la participation des Aigles de Carthage à la Coupe d'Afrique des Nations 2019 : Parcours !    Ahmed Ahmed veut sortir le siège de la CAF de l'Egypte    MYRATH « Shehili » au Festival International d'Hammamet: Une expérience incroyablement magique!    Pas de crime en cas de légitime défense !    Tunisie-Une séance plénière pour l'élection des membres de l'Instance de la bonne gouvernance et ceux de la cour constitutionnelle    Températures jusqu'à 38°C, aujourd'hui    CAN (finale): Alioum Néant au sifflet    Orange signe un accord Groupe monde sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes avec UNI Global Union    Appel à candidature à l'Ecole Pratique des Métiers de la scène : Section Acteur – Session d'Octobre 2019 à fin Juin 2021    Tunisie: L'Instance de lutte contre la torture empêchée par la police de parler à un détenu    Tunisie – Tabib : La direction des douanes choisie comme meilleure administration dans la lutte contre la corruption    Tunisie: Le Parlement sursoit au vote sur le projet de loi relatif à Halk El Menzel    Le cinéma à vélo du 24 au 26 Juillet avec Vélorution et la Cinémathèque Tunisienne    Festival De Dougga 2019 : Programme de la 43e édition du 24 Juillet au 10 Août    Khémaïes Jhinaoui à New York et Washington à la tête d'une importante délégation de hauts responsables tunisiens    OMS, 1093 morts et 5752 blessés à Tripoli    Youssef Chahed se penche sur le Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l'UE) et ses répercussions possibles sur la Tunisie    Donald Trump s'attire les foudres des internautes    282 interpellations en France après la qualification de l'Algérie    Des armes de guerre saisies chez des néonazis italiens    Bendirman porte plainte contre le parti Ennahdha    Libye : Haftar se prépare à annoncer l'assaut final pour « libérer » Tripoli    Colère aux Etats-Unis après l'arrivée en Turquie de la 1ère livraison de missiles russes S-400    La 29ème Edition du Festival EL MOUROUJ se déroulera du 25 Juillet au 10 Août – Programme    Ouverture de la 55e édition du festival international de Hammamet avec « Messages de liberté »    Le Chef du gouvernement, Youssef Chahed se penche sur la question des « réfugiés » à Médenine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'indémodable enseigne Bourguiba !
Publié dans Business News le 05 - 04 - 2017

La Tunisie célèbrera demain, jeudi 6 avril 2017, le dix-septième anniversaire du décès du leader Habib Bourguiba. Si, du temps de Ben Ali, tout a été fait pour effacer sa mémoire et réduire à néant son mythe, Bourguiba a continué à vivre dans le cœur de ceux qui l'adorent et dans l'esprit de ceux qui l'exècrent.
Aujourd'hui, la mémoire de Bourguiba est plus que jamais vivace. Comme un ingrédient magique, elle relève toutes les sauces et épice les débats. Elle ne laisse indifférent ni ses disciples autoproclamés ni ses détracteurs les plus virulents, l'objectif n'est en aucun cas de perpétuer son œuvre ou de la contester avec objectivité. Il s'agit là de brandir son image et rappeler son souvenir ou de noyer d'une haine viscérale ses discours et ternir à jamais sa mémoire.
Le premier à avoir surfé sur la vague Bourguiba c'est évidemment l'actuel président de la République, Béji Caïd Essebsi. Le look, le ton, le tic de langage, la gestuelle et même les accessoires, tout a été fait pour ressusciter, comme dans un film historique, Bourguiba le bienaimé des Tunisiens. Durant la période électorale de 2014, l'idée était d'ancrer ce message subliminal dans l'inconscient des citoyens nostalgiques, idée qui leur ferait croire qu'en votant BCE, ils votaient Bourguiba.
Plus tard, ce sera au tour d'autres politiciens de prendre le relais. Des destouriens purs et durs, qui ne sont jamais réellement éloignés de la trajectoire bourguibienne, des partis plus récents aux derniers-nés, la pensée et le souvenir de Bourguiba sont omniprésents dans les discours et les messages et son image ostensiblement affichée.

Le secrétaire général du parti Al Machrouû, Mohsen Marzouk, a dernièrement appelé à célébrer massivement la commémoration du décès du leader Habib Bourguiba. « Alors que, même dans sa tombe, il est la cible d'une campagne haineuse, j'invite tous ceux qui l'aiment et qui aiment la Tunisie et défendent l'Etat national moderne à se déplacer en masse le 6 avril au mausolée de Bourguiba à Monastir», écrit-il sur les réseaux sociaux. « Que ce soit la meilleure réponse aux tentatives haineuses d'emprise idéologique et un message au passé, au présent et à l'avenir», ajoute-t-il.
Il a aussi annoncé, à l'occasion de la commémoration de la 83ème du congrès du 2 mars 1934, que son parti vient de créer le « Prix Bourguiba pour l'excellence nationale ». Un prix qui sera attribué chaque année à une femme ou un jeune Tunisien qui aura excellé dans n'importe quel domaine.

Si de coutume, les politiques se rappellent de Habib Bourguiba en avril ou en août, à l'occasion de l'anniversaire de son décès ou celui de sa naissance, Hafedh Caïd Essebsi, a, pour sa part, ajouté une nouvelle date au calendrier. Le 19 mars il se rendait à Monastir pour se recueillir sur le tombeau du leader suprême. Accompagné d'Anis Ghedira, ministre du Transport et dirigeant de Nidaa, et de nombreux photographes, Hafedh Caïd Essebsi adoptait pour son « nouveau Nidaa » les bonnes vieilles recettes de son paternel.
Avant lui, c'était l'ancien chef du gouvernement, Mehdi Jomâa, en déplacement le 5 février dans la ville de Monastir pour y tenir un meeting populaire, qui se rendait sur la tombe de Habib Bourguiba et sur celle de Hédi Nouira, « ceux qui ont consacré leurs vies au service de la nation ».
Des messages qui ne sont pas du goût des éternels détracteurs de Bourguiba, qui se sont eux aussi, bien déchainés ces derniers jours sur les plateaux télé et sur les réseaux sociaux.
Répondant à une question sur les pendaisons qu'aurait ordonnées Habib Bourguiba contre des proches de Salah Ben Youssef, Moncef Marzouki, ancien président de la République, a estimé leur nombre à 3000, « un vrai massacre », a-t-il insisté. Or, le chiffre est évidemment erroné. En tout cas, il n'est étayé par aucun historien crédible ou référence officielle ou officieuse.

La présidente de l'Instance vérité et dignité (IVD), Sihem Ben Sedrine a décidé, quant à elle, de revenir sur le rôle, pourtant incontestable et incontesté, du leader Habib Bourguiba dans l'émancipation de la femme tunisienne.
Invitée de la chaîne El Qalam, Mme Ben Sedrine a estimé que Bourguiba n'a pas réalisé grand-chose et n'a fait que légaliser des pratiques déjà existantes avant 1956. Ne citant que Tahar Haddad, elle a affirmé que plusieurs avant Bourguiba ont participé à cette émancipation.
L'environnement tunisien respectait déjà la femme, ne l'agressait pas physiquement, ne pratiquait pas vraiment la polygamie, a déclaré Sihem Ben Sedrine, imposant de fait sa vision au sein de l'IVD.
L'instance a d'ailleurs été fortement accusée de vouloir réécrire l'histoire de la période qui a précédé l'indépendance de la Tunisie, réveillant au passage d'anciens démons qui ont alors divisé les Tunisiens. En déterrant le conflit Youssefiste-Bourguibiste, l'IVD a, encore une fois, tenté de modeler l'histoire pour briser un équilibre post révolutionnaire précaire et diviser un pays qui tente depuis des années de recoller ses morceaux.
C'est donc plus vivant que jamais que Bourguiba verra fouler demain le sol de son mausolée, ceux qui tiennent un flambeau creux, ceux qui ont tenté de l'imiter sans jamais l'égaler, ceux qui se servent de lui par pur clientélisme électoral, ceux qui ne sont là que pour la photo, et ceux qui le pleurent encore avec sincérité.

Une chose est cependant certaine, jamais il n'aurait voulu être assimilé à un fond de commerce ni instrumentalisé pour attiser la haine entre les Tunisiens. Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, qu'on l'admire ou qu'on le haïsse, Bourguiba ne laisse pas indifférent et rien qu'en cela, il est indéniable qu'il marquera encore pour très longtemps l'histoire de ce petit pays qu'il aimait tant…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.