Abdelkrim Harouni : Il y va de l'intérêt de la Tunisie pour que Rached Ghannouchi soit le Chef du Gouvernement    Macron félicite Saied président et veut ‘amplifier' le partenariat    Une délégation américaine rend visite au Groupe TELNET et prend connaissance du projet du premier satellite tunisien Challenge 1    ISIE : La victoire de Kais Saied officialisée    Taboubi met en garde contre la propagation de la pensée takfiriste    Le Président de la République par intérim préside un Conseil des ministres consacré au projet du Budget de l'Etat pour 2020    France –Turquie : un choc sous très haute tension    Nabil Karoui adresse une lettre de félicitations à Kais Saïed vainqueur des élections présidentielles    Tunisie- A partir de demain des pluies sont attendues sur la plupart des régions    Tunisie : Accès gratuits aux monuments et musées mardi 15 octobre 2019    Equipe nationale : Aymen Abdennour commente son retour    Rencontres Internationales du film Anti-Corruption: 2ème édition du 17 au 20 Octobre 2019    114,5 MD de déficit de la balance alimentaire en septembre 2019    Ben Arous- Kais Saïed obtient 74.81 % des voix    Tunisie – Présidentielle : Biographie de Kais Saied, nouveau Président de la République Tunisienne    Tunisie- Identification du tueur du touriste français    La Tunisienne Ons Jabeur gagne 8 places au classement WTA et se hisse à la 53e position    Volley – Mondial 2019 : la Tunisie encaisse sa neuvième défaite    Le bouleversant témoignage de Kenza fille autour de son papa Nabil Karoui    Coup d'envoi réussi de l'édition 2019 de l'Africa Women's Sevens à Monastir    Kaïs Saïed : Laissez les journalistes faire leur travail en toute liberté    Présidentielle, quand seront annoncés les résultats préliminaires?    18 340 sympathisants de Tahya Tounes ont voté pour Karoui    Euro 2020 (Journée 8): le programme de dimanche 13 octobre    Match Amical : le onze national, dominateur, se contente d'un match nul face au Cameroun    Euro-2020 : 168e sélection pour Ramos, nouveau record d'Espagne    Fatwa remporte le Grand Prix Festival de Fameck    Abdellatif Hmam remplace Ryadh Mouakhar à la tête du Secrétariat général du Gouvernement    La pire crise finacière pour l'ONU    Tunisie – Météo : Températures en hausse pendant le Week-End    La croissance ne dépassera pas les 2% en 2019 selon la Banque Mondiale    Forum mondial de l'eau «Dakar 2021» au Sénégal    Ne dites plus SIVP mais plutôt CIVP !    Octobre Musical 2019 à Sousse: 6ème session du 16 au 31 octobre (Programme)    La Diva Emel Mathlouthi «Catalyseur du changement du 21e siècle» le 14 Octobre au Poisson Rouge à New York    Tunisie – Météo : Ciel partiellement voilé    Hippie Tounsi Fest Les 01 et 02 novembre 2019    Rencontres-débats autour du livre « BOURGUIBA », dernière œuvre du Français Bertrand Le Gendre, à Tunis, Bizerte, Sfax et Kairouan    Tunisie Présidentielle 2019 : Débat télévisé vendredi 11 octobre entre Kaïs Saïed et Nabil Karoui    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    Tunisie : Fermeture de la route menant de Menzeh 9 et Manar vers Tunis    Explosion près de l'aéroport de Linz en Autriche    Chawki Mejri n'est plus    Tunisie : les derniers chiffres du commerce extérieur    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'indémodable enseigne Bourguiba !
Publié dans Business News le 05 - 04 - 2017

La Tunisie célèbrera demain, jeudi 6 avril 2017, le dix-septième anniversaire du décès du leader Habib Bourguiba. Si, du temps de Ben Ali, tout a été fait pour effacer sa mémoire et réduire à néant son mythe, Bourguiba a continué à vivre dans le cœur de ceux qui l'adorent et dans l'esprit de ceux qui l'exècrent.
Aujourd'hui, la mémoire de Bourguiba est plus que jamais vivace. Comme un ingrédient magique, elle relève toutes les sauces et épice les débats. Elle ne laisse indifférent ni ses disciples autoproclamés ni ses détracteurs les plus virulents, l'objectif n'est en aucun cas de perpétuer son œuvre ou de la contester avec objectivité. Il s'agit là de brandir son image et rappeler son souvenir ou de noyer d'une haine viscérale ses discours et ternir à jamais sa mémoire.
Le premier à avoir surfé sur la vague Bourguiba c'est évidemment l'actuel président de la République, Béji Caïd Essebsi. Le look, le ton, le tic de langage, la gestuelle et même les accessoires, tout a été fait pour ressusciter, comme dans un film historique, Bourguiba le bienaimé des Tunisiens. Durant la période électorale de 2014, l'idée était d'ancrer ce message subliminal dans l'inconscient des citoyens nostalgiques, idée qui leur ferait croire qu'en votant BCE, ils votaient Bourguiba.
Plus tard, ce sera au tour d'autres politiciens de prendre le relais. Des destouriens purs et durs, qui ne sont jamais réellement éloignés de la trajectoire bourguibienne, des partis plus récents aux derniers-nés, la pensée et le souvenir de Bourguiba sont omniprésents dans les discours et les messages et son image ostensiblement affichée.

Le secrétaire général du parti Al Machrouû, Mohsen Marzouk, a dernièrement appelé à célébrer massivement la commémoration du décès du leader Habib Bourguiba. « Alors que, même dans sa tombe, il est la cible d'une campagne haineuse, j'invite tous ceux qui l'aiment et qui aiment la Tunisie et défendent l'Etat national moderne à se déplacer en masse le 6 avril au mausolée de Bourguiba à Monastir», écrit-il sur les réseaux sociaux. « Que ce soit la meilleure réponse aux tentatives haineuses d'emprise idéologique et un message au passé, au présent et à l'avenir», ajoute-t-il.
Il a aussi annoncé, à l'occasion de la commémoration de la 83ème du congrès du 2 mars 1934, que son parti vient de créer le « Prix Bourguiba pour l'excellence nationale ». Un prix qui sera attribué chaque année à une femme ou un jeune Tunisien qui aura excellé dans n'importe quel domaine.

Si de coutume, les politiques se rappellent de Habib Bourguiba en avril ou en août, à l'occasion de l'anniversaire de son décès ou celui de sa naissance, Hafedh Caïd Essebsi, a, pour sa part, ajouté une nouvelle date au calendrier. Le 19 mars il se rendait à Monastir pour se recueillir sur le tombeau du leader suprême. Accompagné d'Anis Ghedira, ministre du Transport et dirigeant de Nidaa, et de nombreux photographes, Hafedh Caïd Essebsi adoptait pour son « nouveau Nidaa » les bonnes vieilles recettes de son paternel.
Avant lui, c'était l'ancien chef du gouvernement, Mehdi Jomâa, en déplacement le 5 février dans la ville de Monastir pour y tenir un meeting populaire, qui se rendait sur la tombe de Habib Bourguiba et sur celle de Hédi Nouira, « ceux qui ont consacré leurs vies au service de la nation ».
Des messages qui ne sont pas du goût des éternels détracteurs de Bourguiba, qui se sont eux aussi, bien déchainés ces derniers jours sur les plateaux télé et sur les réseaux sociaux.
Répondant à une question sur les pendaisons qu'aurait ordonnées Habib Bourguiba contre des proches de Salah Ben Youssef, Moncef Marzouki, ancien président de la République, a estimé leur nombre à 3000, « un vrai massacre », a-t-il insisté. Or, le chiffre est évidemment erroné. En tout cas, il n'est étayé par aucun historien crédible ou référence officielle ou officieuse.

La présidente de l'Instance vérité et dignité (IVD), Sihem Ben Sedrine a décidé, quant à elle, de revenir sur le rôle, pourtant incontestable et incontesté, du leader Habib Bourguiba dans l'émancipation de la femme tunisienne.
Invitée de la chaîne El Qalam, Mme Ben Sedrine a estimé que Bourguiba n'a pas réalisé grand-chose et n'a fait que légaliser des pratiques déjà existantes avant 1956. Ne citant que Tahar Haddad, elle a affirmé que plusieurs avant Bourguiba ont participé à cette émancipation.
L'environnement tunisien respectait déjà la femme, ne l'agressait pas physiquement, ne pratiquait pas vraiment la polygamie, a déclaré Sihem Ben Sedrine, imposant de fait sa vision au sein de l'IVD.
L'instance a d'ailleurs été fortement accusée de vouloir réécrire l'histoire de la période qui a précédé l'indépendance de la Tunisie, réveillant au passage d'anciens démons qui ont alors divisé les Tunisiens. En déterrant le conflit Youssefiste-Bourguibiste, l'IVD a, encore une fois, tenté de modeler l'histoire pour briser un équilibre post révolutionnaire précaire et diviser un pays qui tente depuis des années de recoller ses morceaux.
C'est donc plus vivant que jamais que Bourguiba verra fouler demain le sol de son mausolée, ceux qui tiennent un flambeau creux, ceux qui ont tenté de l'imiter sans jamais l'égaler, ceux qui se servent de lui par pur clientélisme électoral, ceux qui ne sont là que pour la photo, et ceux qui le pleurent encore avec sincérité.

Une chose est cependant certaine, jamais il n'aurait voulu être assimilé à un fond de commerce ni instrumentalisé pour attiser la haine entre les Tunisiens. Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, qu'on l'admire ou qu'on le haïsse, Bourguiba ne laisse pas indifférent et rien qu'en cela, il est indéniable qu'il marquera encore pour très longtemps l'histoire de ce petit pays qu'il aimait tant…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.