Par Jawhar Chatty : Le 25 juillet, les Tunisiens vont devoir « trancher »...    Sghaier Zakraoui commente le décret présidentiel paru dans le JORT (Audio)    Tunisie-FMI: Il faut qu'un accord soit conclu, selon l'ambassadeur de l'UE    Démarrage des travaux de FITA 2022 : L'Afrique à l'épreuve des incertitudes    Un message qui compte : "l'UE restera un ami de la Tunisie et de son peuple"    Pourquoi | Encore une...    Jeunes dans les quartiers populaires : Gare à la marginalisation !    Emna Kefi, experte en digital à La Presse : «Voir la RSE adoptée par toutes les entreprises est un rêve»    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    Ligue 1 | 7e journée – Play-off – CSS-ESS (1-0) : Harzi, l'instinct du buteur !    Sousse: La récolte céréalière en deçà des attentes    Express    Le délégué de Boumhel s'explique sur sa sortie nocturne en tricot de peau    Fête des mères: Les bureaux de Poste seront ouverts ce dimanche pour la livraison des bouquets de fleurs    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    Un nouveau spectacle de Walid Gharbi : Nouvelle cadence, nouveau pont    4e édition des Journées chorégraphiques de Carthage : Un acquis qui se consolide    USBG : Sans illusions !    CA : Le regard vers l'avenir    Jendouba: Opérations blanches de la Protection civile (Vidéo)    Safouane Ben Aïssa : les négociations avec le FMI s'achèveront après l'été    Ridha Chkoundali: Les 300 M€ débloqués par l'UE ne résout pas les problèmes financiers de la Tunisie (Vidéo)    Le Fonds de Fonds ANAVA souscrit 6 millions d'euros dans son premier fonds sous-jacent, 216 Capital Fund I    BAL 2022 : Les stats qui font de Radhouane Slimane un joueur plus que spécial    Crise de déchets: L'UGTT évoque une prochaine grève générale à Sfax (Vidéo)    Italie : Ibrahimovic absent 7 à 8 mois    Je reste à Liverpool, assure Salah    Réactions à la publication du décret présidentiel portant convocation des électeurs pour le référendum du 25 juillet    Météo : Baisse relative des températures    Tunisie...14 élèves hospitalisés : les détails    Tunisie-officiel : Tout sur le référendum    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Mercato : Ellyes Skhiri sur les tablettes de Benfica !    Finales Conférence Est NBA : Boston mène 3-2 cotre Miami    Officiel - Kais Saïed convoque les électeurs en référendum le 25 juillet, le projet de la nouvelle constitution sera publié le 30 juin    Tunisie-Hatem Mliki [VIDEO] : « Le président de la République n'est pas porteur de projet et de pensée »    Tunisie : La star internationale Claudia Cardinale en Tunisie !    Claudia Cardinale en visite en Tunisie    Dr Spiro Ampélas: Mémoires d'un Grec de Sfax    5ème exposition de l'Association Club Photo de Tunis: "Intelligence manuelle" du 04 au 30 juin 2022    France-Affaire Abad : Matignon avoue qu'il savait pour le viol puis rétropédale, ça fait tache    Concessions à Poutine : ça se confirme à Paris et au Forum de Davos, Macron avait raison…    Neji Jalloul: Il existe une opportunité historique pour la Russie de diriger le monde islamique    LTDH : d'anciens dirigeants appellent à ne pas participer au dialogue national dans sa forme actuelle    La ministre des Affaires culturelles désigne Mariem Boukadida pour la promotion de l'habit traditionnel à l'étranger    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    Officiel : Variole du singe : 3 cas dans un pays très proche    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'indémodable enseigne Bourguiba !
Publié dans Business News le 05 - 04 - 2017

La Tunisie célèbrera demain, jeudi 6 avril 2017, le dix-septième anniversaire du décès du leader Habib Bourguiba. Si, du temps de Ben Ali, tout a été fait pour effacer sa mémoire et réduire à néant son mythe, Bourguiba a continué à vivre dans le cœur de ceux qui l'adorent et dans l'esprit de ceux qui l'exècrent.
Aujourd'hui, la mémoire de Bourguiba est plus que jamais vivace. Comme un ingrédient magique, elle relève toutes les sauces et épice les débats. Elle ne laisse indifférent ni ses disciples autoproclamés ni ses détracteurs les plus virulents, l'objectif n'est en aucun cas de perpétuer son œuvre ou de la contester avec objectivité. Il s'agit là de brandir son image et rappeler son souvenir ou de noyer d'une haine viscérale ses discours et ternir à jamais sa mémoire.
Le premier à avoir surfé sur la vague Bourguiba c'est évidemment l'actuel président de la République, Béji Caïd Essebsi. Le look, le ton, le tic de langage, la gestuelle et même les accessoires, tout a été fait pour ressusciter, comme dans un film historique, Bourguiba le bienaimé des Tunisiens. Durant la période électorale de 2014, l'idée était d'ancrer ce message subliminal dans l'inconscient des citoyens nostalgiques, idée qui leur ferait croire qu'en votant BCE, ils votaient Bourguiba.
Plus tard, ce sera au tour d'autres politiciens de prendre le relais. Des destouriens purs et durs, qui ne sont jamais réellement éloignés de la trajectoire bourguibienne, des partis plus récents aux derniers-nés, la pensée et le souvenir de Bourguiba sont omniprésents dans les discours et les messages et son image ostensiblement affichée.

Le secrétaire général du parti Al Machrouû, Mohsen Marzouk, a dernièrement appelé à célébrer massivement la commémoration du décès du leader Habib Bourguiba. « Alors que, même dans sa tombe, il est la cible d'une campagne haineuse, j'invite tous ceux qui l'aiment et qui aiment la Tunisie et défendent l'Etat national moderne à se déplacer en masse le 6 avril au mausolée de Bourguiba à Monastir», écrit-il sur les réseaux sociaux. « Que ce soit la meilleure réponse aux tentatives haineuses d'emprise idéologique et un message au passé, au présent et à l'avenir», ajoute-t-il.
Il a aussi annoncé, à l'occasion de la commémoration de la 83ème du congrès du 2 mars 1934, que son parti vient de créer le « Prix Bourguiba pour l'excellence nationale ». Un prix qui sera attribué chaque année à une femme ou un jeune Tunisien qui aura excellé dans n'importe quel domaine.

Si de coutume, les politiques se rappellent de Habib Bourguiba en avril ou en août, à l'occasion de l'anniversaire de son décès ou celui de sa naissance, Hafedh Caïd Essebsi, a, pour sa part, ajouté une nouvelle date au calendrier. Le 19 mars il se rendait à Monastir pour se recueillir sur le tombeau du leader suprême. Accompagné d'Anis Ghedira, ministre du Transport et dirigeant de Nidaa, et de nombreux photographes, Hafedh Caïd Essebsi adoptait pour son « nouveau Nidaa » les bonnes vieilles recettes de son paternel.
Avant lui, c'était l'ancien chef du gouvernement, Mehdi Jomâa, en déplacement le 5 février dans la ville de Monastir pour y tenir un meeting populaire, qui se rendait sur la tombe de Habib Bourguiba et sur celle de Hédi Nouira, « ceux qui ont consacré leurs vies au service de la nation ».
Des messages qui ne sont pas du goût des éternels détracteurs de Bourguiba, qui se sont eux aussi, bien déchainés ces derniers jours sur les plateaux télé et sur les réseaux sociaux.
Répondant à une question sur les pendaisons qu'aurait ordonnées Habib Bourguiba contre des proches de Salah Ben Youssef, Moncef Marzouki, ancien président de la République, a estimé leur nombre à 3000, « un vrai massacre », a-t-il insisté. Or, le chiffre est évidemment erroné. En tout cas, il n'est étayé par aucun historien crédible ou référence officielle ou officieuse.

La présidente de l'Instance vérité et dignité (IVD), Sihem Ben Sedrine a décidé, quant à elle, de revenir sur le rôle, pourtant incontestable et incontesté, du leader Habib Bourguiba dans l'émancipation de la femme tunisienne.
Invitée de la chaîne El Qalam, Mme Ben Sedrine a estimé que Bourguiba n'a pas réalisé grand-chose et n'a fait que légaliser des pratiques déjà existantes avant 1956. Ne citant que Tahar Haddad, elle a affirmé que plusieurs avant Bourguiba ont participé à cette émancipation.
L'environnement tunisien respectait déjà la femme, ne l'agressait pas physiquement, ne pratiquait pas vraiment la polygamie, a déclaré Sihem Ben Sedrine, imposant de fait sa vision au sein de l'IVD.
L'instance a d'ailleurs été fortement accusée de vouloir réécrire l'histoire de la période qui a précédé l'indépendance de la Tunisie, réveillant au passage d'anciens démons qui ont alors divisé les Tunisiens. En déterrant le conflit Youssefiste-Bourguibiste, l'IVD a, encore une fois, tenté de modeler l'histoire pour briser un équilibre post révolutionnaire précaire et diviser un pays qui tente depuis des années de recoller ses morceaux.
C'est donc plus vivant que jamais que Bourguiba verra fouler demain le sol de son mausolée, ceux qui tiennent un flambeau creux, ceux qui ont tenté de l'imiter sans jamais l'égaler, ceux qui se servent de lui par pur clientélisme électoral, ceux qui ne sont là que pour la photo, et ceux qui le pleurent encore avec sincérité.

Une chose est cependant certaine, jamais il n'aurait voulu être assimilé à un fond de commerce ni instrumentalisé pour attiser la haine entre les Tunisiens. Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, qu'on l'admire ou qu'on le haïsse, Bourguiba ne laisse pas indifférent et rien qu'en cela, il est indéniable qu'il marquera encore pour très longtemps l'histoire de ce petit pays qu'il aimait tant…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.