Affaire Bochra Bel Haj Hamida : la chambre correctionnelle annule la condamnation à six mois de prison    Tunisie-coronavirus : C'est ce que le comité scientifique décidera aujourd'hui    Sfax: En dépit de la grève des médecins, ce centre de vaccination n'a pas fermé ses portes (Vidéo)    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    CAN 2021 – EN : deux nouveaux cas Covid !!    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 25 Janvier 2022 à 11H00    Korchid : ''L'une des erreurs de Kais Saied...c'est Nadia Akacha''    Tunisair suspend ses vols à destination et en provenance du Burkina Faso    Tunisie – météo : Températures en légère baisse et pluies attendues    Béja: 42 nouvelles contaminations en milieu scolaire    "Mes mots pour le dire", nouveau concours vidéo francophone international    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    teste    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Tunisie-coronavirus : Plus de six millions de personnes entièrement vaccinées    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Pourquoi? | Avec de la volonté    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quel impact de Bâle III sur les économies émergentes?
Finances
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 07 - 2012

«Estimation des coûts et des avantages de la mise en œuvre de Bâle III dans les économies émergentes nord-africaines: application à l'Egypte et à la Tunisie», tel est l'intitulé d'une étude récemment publiée par la Banque africaine de développement (BAD).
Le choix d'approfondir cette question a été dicté par un ensemble de facteurs et notamment par la conjoncture politique et économique particulière qui caractérise ces pays. On note, à ce propos, que la transition politique qui s'est opérée dans ces pays ouvrirait la voie à des réformes.
L'étude met en avant les surcoûts liés à la crise financière mondiale et que des pays tels que la Tunisie et l'Egypte devraient supporter. On souligne, ainsi, qu'outre les montants considérables nécessaires au redressement de leurs économies dévastées, ces deux pays devront faire face aux nouvelles normes définies par le comité de Bâle sur le contrôle bancaire.
L'étude rappelle, dans ce même ordre d'idées, que c'est dans le sillage de la débâcle financière que la communauté internationale s'est accordée sur la nécessité de mettre en place des normes pertinentes intitulées «Bâle III» afin de régir la solidité des institutions financières à l'échelle mondiale.
L'étude pose un ensemble de questions dont celles de savoir si un cadre uniforme de règles serait contraignant et coûteux pour les économies émergentes, si ces règles primordiales sont nécessaires pour les pays émergents comme l'Egype et la Tunisie qui ont déjà entrepris des réformes bancaires globales et si ces exigences sont essentielles pour des pays dont l'ensemble du secteur financier est globalement superficiel et non exposé à d'importants risques de marché.
Ainsi l'étude se fixe comme objectif d'établir si les règles de Bâle III sont draconiennes ou indispensables pour les secteurs bancaires égyptien et tunisien, alors que ces deux pays sont engagés dans un processus de redéfinition de leur cadre institutionnel dicté par la transition politique qu'ils ont connue.
Cette analyse est également nécessaire, précise-t-on encore, dans la mesure où la conformité aux normes de Bâle III est l'une des conditions requises pour l'augmentation de la notation de crédit des économies concernées.
L'étude revient ainsi sur les réformes bancaires engagées durant les dernières années par l'Egypte et la Tunisie et sur l'efficacité de ces réformes pour préserver ces économies des effets de la crise financière mondiale. Il ressort de cette analyse que les instances de réglementation de la plupart des marchés émergents dont l'Egypte et la Tunisie ont fait des progrès en matière de réforme de leur secteur bancaire afin de les préparer convenablement à la mise en œuvre en temps voulu des règles de Bâle III.
L'étude rapporte, en outre, que les économies émergentes ont essentiellement reproché au comité de Bâle le fait que les régulateurs mondiaux ont négligé les circonstances qui les caractérisent.
Ainsi la pondération élevée du risque attribuée à la dette bancaire émergente à long terme a favorisé les transactions de capitaux fébriles, ce qui a provoqué une hémorragie de capitaux en devises et placé certains pays au bord de l'effondrement financier. Par ailleurs, la surestimation des risques des crédits commerciaux et souverains pour les économies émergentes a entraîné une revalorisation des coûts d'intermédiation et a nettement réduit le ratio crédits/ dépôts dans les pays émergents.
Le dispositif de Bâle III intègre, lui, des exigences prudentielles de fonds propres. Il couvre, en effet, des aspects micro-prudentiels et macro-prudentiels et détermine des fonds propres de qualité supérieure de même qu'une couverture de risque plus étendue. Ainsi le nouvel accord de Bâle sur les fonds propres repose sur trois piliers, à savoir des exigences de fonds propres minimales, une surveillance prudentielle des risques et une discipline de marché.
Lors de son sommet tenu en novembre 2010, le G20 a recommandé au comité de Bâle d'évaluer l'impact des dispositifs réglementaires notamment pour les pays à faible revenus, d'autant plus que les réglementations, qui doivent être prochainement mises en œuvre pourraient diminuer le rythme d'expansion du PIB.
L'étude qui vise à établir une simulation de l'impact de l'accord de Bâle III sur les économies de la Tunisie et de l'Egypte révèle que l'Egypte sera moins touchée que la Tunisie , ce qui s'explique par un secteur bancaire bien préparé pour respecter l'adéquation des fonds propres, constat qui souligne le fait que les politiques applicables à tous ne sont pas pertinentes et notamment que l'accroissement des fonds propres et le renforcement des agences de surveillance dans le cadre de Bâle II n'ont ni amélioré l'efficacité de l'intermédiation bancaire ni réduit la corruption liée aux activités de prêts.
L'enquête réalisée dans le cadre de cette étude montre, en outre, que les règles de Bâle devraient entraîner trois impacts indésirables: la capacité à lever plus de fonds propres diminuera significativement la rentabilité des banques, la restriction du financement interbancaire qui en découle entraînera des épisodes sporadiques de resserrement des liquidités et la contraction et/ ou la fermeture de certaines activités commerciales pourraient pousser les clients institutionnels et particuliers à reporter leur recherche de risque du marché vers le système financier parallèle non réglementé. L'étude révèle par ailleurs qu'en cas d'incapacité de l'Egypte et de la Tunisie à respecter les exigences coûteuses de cet accord, la notation de leur dette souveraine serait sérieusement menacée de dégradation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.