Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Monde-Daily brief du 28 septembre 2022: Guerre en Ukraine : les « référendums » d'annexion contestés par plusieurs pays    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Hatem Meziou : la valeur des importations de parfums et de cosmétiques est d'environ 125 millions de dollars    Le populisme appelle le populisme    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mondial 2022 : L'équipementier danois Hummel tacle le Qatar    Tunisie: Le prix du Zgougou en vrac est à 33 dinars le kilo    OoredooEZ CUP : Plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Al Bawsala: La Tunisie connaît des violations du droit d'accès à l'information    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH BANK : Les Start-up, à l'œuvre    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Ligue 2 : Programme de la 1ère journée    Courant populaire: Une manifestation pour appeler à lever le voile sur les assassinats politiques    5.400 tunisiens dont 200 enfants vivaient avec le VIH en 2021    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Pour vivre décemment en Tunisie, une famille de 4 personnes doit gagner 3448 dinars    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Nabil Ayadi : il n'y a pas de pénurie car il n'y a pas de marchandises    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    L'entreprise autrement: L'impasse ?    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Intègre, mais surtout compétent    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Fuite de gaz sous la mer suite au sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Où en est la Tunisie en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux ?
Publié dans WMC actualités le 26 - 08 - 2009

Le dispositif de lutte contre le blanchiment d'argent a été renforcé avec l'adoption récente de nouvelles dispositions par la Chambre des députés. En effet, avant de partir en vacances, les députés ont voté, le 23 juillet 2009, une loi amendant la loi 2003-75 en vue d'adapter la législation nationale aux dispositions onusiennes en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.
On saura dans quelques mois ce qu'en pense la Banque mondiale qui procède périodiquement à l'évaluation de l'état des dispositifs nationaux de lutte anti-blanchiment de capitaux et contre le financement du terrorisme, dans le cadre du «Groupe d'Action Financière pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord» (GAFIMOAN).
Alors que la prochaine évaluation de la Tunisie est prévue en 2010, la dernière en date a eu lieu en 2006 et a donné lieu à un rapport rendu public en 2008- et qui brosse de la situation tunisienne dans ce domaine un tableau positif. Il ressort de ce document un débat assez animé et contradictoire, puisque les Etats concernés ont le droit de commenter et même de contester- le bien fondé de certaines remarques et recommandations du GAFIMOAN.
La mobilisation internationale contre ces phénomènes ne datant que de 2004 année de la création du GAFIMOAN-, il est tout à fait naturel que la mise en place des outils y afférents dans bon nombre de pays, dont la Tunisie- n'ait pas encore été totalement achevée.
Ayant signé et ratifié la Convention des Nations unies sur la criminalité transnationale organisée (Convention de Palerme) et signé la Convention des Nations-unies contre la corruption (Convention de Mérida) en cours de ratification-, la Tunisie, constate le rapport, «a mis en place un système de principes et de réglementations claires en matière de transparence et de bonne gouvernance, s'inspirant à cet égard des bonnes pratiques internationales et des modèles européens». Cela s'est traduit notamment par la promulgation en 1994 de la loi portant organisation du marché financier, et plus tard, en 2005, de celle sur le renforcement de la sécurité des relations financières, visant à élargir les obligations des entreprises celles faisant appel public à l'épargne ainsi que celles d'une taille minimale- en matière de bonne gouvernance de transparence et de qualité et de régularité des informations comptables et financières.
Toutefois, «malgré les contrôles existants, des abus et dérapages peuvent naturellement intervenir, comme l'a rappelé l'affaire Batam (qui reste isolée à ce jour)», observent les experts de la Banque mondiale. Et ce risque est d'autant plus réel qu'«une part importante du tissu économique tunisien est (…) organisée sur une base familiale, sous forme de groupes relativement fermés et souvent peu enclins à une grande transparence».
La Tunisie se distingue également, aux yeux de la Banque mondiale, par le contrôle des changes. Et même s'il admet que ce contrôle «est un facteur réducteur de risques du point de vue de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme», le rapport avertit que ce dispositif «ne doit pas agir comme une source excessive de confort notamment parce que son contournement n'est pas impossible».
Selon la Banque mondiale, les autorités tunisiennes considèrent que «le risque de blanchiment est faible en Tunisie» et il pourrait provenir des activités criminelles identifiées que sont l'immigration clandestine, et la contrefaçon notamment.
Néanmoins, les autorités «ont clairement réaffirmé à la mission (du GAFIMOAN, ndlr) leur entière détermination à lutter activement contre le financement du terrorisme et le blanchiment des capitaux, tant au niveau domestique que dans le contexte des efforts internationaux contre ces crimes».
Procédant à la notation de la conformité des dispositions légales prises par la Tunisie avec les recommandations du GAFI quarante au total, plus neuf recommandations spéciales-, la Banque mondiale relève certaines lacunes et propose des actions pour les combler.
Face à ce constat, la partie tunisienne fait remarquer que «le marché bancaire tunisien est de taille relativement faible», que «l'indentification du client habituel et occasionnel est satisfaisante» et que «toutes les informations sur les groupes et les sociétés y appartenant, notamment les informations sur les dirigeants desdits groupes et sociétés, sont enregistrées dans la centrale d'informations de la Banque centrale (centrale très développée et dont la réalisation a nécessité un investissement et des moyens logistiques considérables)» et que les établissements de crédit établis en Tunisie sont autorisés à accéder à ces informations «parmi lesquelles on trouve les données relatives à la personne physique qui, in fine, s'approprie ou contrôle le groupe ou la société y appartenant (bénéficiaire effectif)».
Ceci n'empêche pas la Tunisie d'annoncer vouloir se conformer davantage aux recommandations du GAFI, à un moment où elle se prépare à se positionner comme place financière régionale.
M. Mohamed Rachid Kechiche, ministre des Finances, l'a confirmé lors du dernier débat à la Chambre des députés à l'occasion de la discussion et de l'adoption des nouvelles dispositions en matière de lutte contre le blanchiment d'argent. Selon lui, si la nouvelle loi est concomitante avec le Code sur les services financiers aux non-résidents, «c'est parce qu'il est nécessaire de rassurer la scène financière internationale en prenant des dispositions plus précises en matière de lutte contre le blanchiment» et «d'envoyer un signal clair à tous les investisseurs étrangers et organismes internationaux que notre ambition de faire de Tunis une place financière régionale que nous voulons transparente- ne signifie pas que nous allons être laxistes en matière de lutte contre le blanchiment».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.