Tunisie – Baisse des dépenses d'infrastructure de 50.5%, fin mars dernier    Championnat d'Italie : deux dates de reprise envisagées en Serie A    Création bientôt d'une agence de gestion des biens confisqués    723 feux déclarés en mai et aucune perte en vie humaine    Kamel Lazaar en hommage à Cheikh Salah Kamel : Un bâtisseur… samaritain    Exclusif : Les tunisiens voulant être rapatriés devraient prendre en charge les frais de leur période de quarantaine dans un hôtel ?    25 Mai, Journée Internationale de l'Afrique: Achref Chargui et Samia Orosemane ce soir au WAN Music Show    Coronavirus : Nouvelle guérison à Gafsa    Nouvel horaire de travail pour la période allant du mardi 26 Mai au 5 Juin    Tunisie: A partir de demain, les restaurants et cafés autorisés à servir des plats à emporter    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 25 mai à 11H00    INTOX : Décès de Roger Lemerre    Météo : beau temps !    Club Africain : Fabrice Ondama refuse les négociations    Les 12 grands foyers épidémiologiques enregistrant le plus de morts et de cas positifs du Coronavirus    Les vœux de l'Aïd en fléchettes de Kais Saïed : De fermes mises en garde, à bon entendeur…    Samir Marzouki - Mort d'Albert Memmi, le Tunisien tourmenté    Arabie Saoudite: 2399 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures    Tunisie : The Orangers Beach Resort et The Orangers Garden Villas certifiés « Site Compliance with WHO guidelines »    Le Chef de l'Etat dans une adresse aux Tunisiens à l'occasion de l'Aïd El Fitr: « Il n'y a qu'un seul et même président à l'intérieur et à l'étranger »    Covid-19: 193 nouveaux cas et 8 décès en Algérie    9 nouveaux cas de guérison au centre Covid-19 de Monastir    10670 infractions économiques au cours du mois de Ramadan    Le Président du CNOT et les Sportifs les plus en vogue du sport national vous transmettent leurs vœux à l'occasion de Aïd El Fitr    Albert Memmi est décédé : la Tunisie perd en lui l'un de ses illustres écrivains    Chronique : Les avantages indéniables du Télétravail    Insolite – [ Images] : L'attachée de presse de la Maison-Blanche dévoile les coordonnées bancaires de Trump    Par Samir Hamza – L'enseignement à distance : un apport majeur pour l'après Covid-19    Covid-19: Un nouveau décès enregistré, et un bilan total de l'ordre de 1048 personnes contaminées    Un mur d'acier contre les Palestiniens    Afrique : la Tunisie, 4e pays le plus performant en matière d'intégration productive    Tunisie – VIDEO : Imed Ben Halima appelle à assigner Rached Ghanouchi à la résidence surveillée    Ce qu'il faut retenir du discours prononcé par Kais Saïed à l'occasion de l'Aid Al Fitr    Football – Espagne | Reprise de la Liga le 8 juin    Lina Ben Mhenni rejoint Samir Kassir dans le panthéon de la liberté d'expression et de la presse !    Boîte d'archives│La révolution 2.0 vs « 3ammar 404 » : la blogosphère m'a « tuer »* !    Faouzi Benzarti n'est plus sélectionneur de la Libye depuis avril dernier    Le PDL lève son sit-in    Tunisie: Repêchage d'un corps et 12 secourus après le naufrage d'un bateau de migrants au large de Sfax    Sfax : Un mort et 6 disparus dans le naufrage d'un bateau d'émigration irrégulière    Le syndicat des radios préoccupé par l'attaque de la coalition d'Al Karama        En vidéo : Rassemblement des partisans du PDL devant le parlement    Festival de Sousse 2020: La 62ème édition aura lieu en Août 2020 avec 15 sepctacles    L'Alecso publie une version en ligne du "Dictionnaire Terminologique Covid-19"    Nouba, le culte du bonheur !    Le grand poète francophone Salah Stétié n'est plus    Tribune | Art, culture et loisirs, le malentendu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Code électoral : une violation au nom de la consécration
Publié dans Business News le 17 - 06 - 2019

Toute la scène politique nationale ne parle que du projet d'amendements du Code électoral. Une vive polémique a éclaté à ce sujet. Propositions sur mesure ou préservation du processus démocratique, chacun y va du sien pour défendre sa position. Retour sur un projet d'amendements qui a fait couler beaucoup d'encre.

A peine 40 jours nous séparent du dépôt des candidatures pour les prochaines élections. Et voilà que l'Assemblée des représentants du peuple discute de propositions d'amendements du Code électoral. Des amendements déposés par des députés et d'autres propositions gouvernementales ont suscité une vive polémique parmi les observateurs de la scène nationale, mais aussi des hommes politiques de manière générale.
Pour cause, le contenu de ces amendements est considéré comme étant établi sur mesure afin de barrer la route à certains candidats potentiels. C'est dire que les articles proposés par le gouvernement stipulent qu'il est interdit de se présenter aux élections législatives pour toute personne ayant profité, durant les 12 mois ayant précédé les élections, de la publicité politique. Il faut, également présenter un bulletin n°3 prouvant que le candidat n'a pas d'antécédent juridique, ainsi qu'une déclaration des biens et une déclaration des impôts. Un autre article exclut de l'élection présidentielle toute personne ayant tenu un discours ne respectant pas le régime démocratique et les principes constitutionnels, incitant à la violence et à la haine, outre le discours faisant l'éloge des dictatures et des violations des droits de l'Homme, l'apologie du terrorisme ou encore menaçant le régime républicain et les piliers de l'Etat de droit. Il est à noter, dans ce contexte, que le pouvoir d'appréciation et la décision revient à l'Instance supérieure indépendante des élections (Isie).

De ce fait, il en ressort que les dispositions de ces propositions ont été élaborées afin de s'opposer aux candidats ayant affiché une ascension fulgurante dans les derniers sondages d'opinion, en l'occurrence, le patron de Nessma, Nabil Karoui, l'universitaire Kais Saied, la présidente du PDL Abir Moussi et l'association 3ich Tounsi.

Cependant, lors de la plénière consacrée à l'examen et au vote des amendements, aucune proposition n'a été retenue et tous les amendements ont été rejetés, dans la mesure où ils n'ont pas réussi à récolter les 109 voix requises à leur passage. A l'issue de cette plénière, le chef du bloc parlementaire de Machrouû Tounes, Hassouna Nasfi a indiqué que « le nom du projet de loi a été rejeté pour absence du nombre de voix » précisant que le « rejet de la proposition d'amendement relative à la diminution du seuil nécessaire pour l'obtention du financement public de la campagne électorale de 5% à 3%, ainsi que le rejet de la proposition pour faire passer le seuil électoral de 5% à 3% ».

Le chef du bloc parlementaire précise qu'il s'agit de propositions présentées depuis des mois. « Il était prévu de passer l'examen de la proposition d'annuler l'exclusion des rcdistes des bureaux de vote. Une proposition présentée depuis le mois de février 2018. Aujourd'hui, nous avons défendu nos propositions avec conviction, sans hésitation et sans crainte. Nous maintenons nos positions et nous ne reculerons pas ».

Il a ajouté que c'était les uniques points abordés lors de la plénière, « de plus on n'a rien annoncé d'autre. On n'a besoin de recevoir de leçon de quiconque et on n'acceptera aucune forme de dénigrement ». Il a, également, ajouté que les propositions gouvernementales relayées par les médias n'ont pas été examinées par la commission des consensus et que la version déjà étudiée est différente de celle présentée.

Toutefois, Ghazi Chaouachi, chef du bloc démocratique a assuré que le projet d'amendement de la loi électorale a été rejeté puisque le nom même du projet n'a pas obtenu les 109 voix requises. « Après vérification, le projet d'amendement de la loi électorale est rejeté dans son intégralité dans la mesure où le nom du projet d'amendement n'a pas été adopté, alors qu'il s'agit d'une loi organique. Il est donc inutile de poursuivre le vote du reste des articles et il n'est plus possible de voter à nouveau le nom du projet, conformément aux dispositions de l'article 123 du régelement intérieur de l'ARP. Ainsi, toute programmation d'une nouvelle plénière pour la poursuite de l'examen dudit projet d'amendement est nulle », assure Ghazi Chaouachi. Il a ajouté : « Toutefois, la partie initiatrice du projet a la possibilité de le soumettre une nouvelle fois au parlement dans un délai de trois mois ».
Toujours dans le même ordre d'idées, d'autres juristes estiment que le projet d'amendement n'est pas rejeté dans son intégralité et qu'il est possible de poursuivre l'examen du reste des propositions d'amendement.

En tout état de cause, si les propositions d'amendement sont compréhensibles sur le fond, il demeure inadmissible de vouloir faire un forcing afin de les passer à quelques jours du dépôt des candidatures. Vouloir s'opposer à des adversaires politiques, qui n'ont fait que profiter du laxisme du pouvoir en place et des failles juridiques, est une violation flagrante des règles de la démocratie et de toute éthique et morale. Des valeurs qu'on défend en temps normal, mais qu'on renie lorsqu'il s'agit d'un intérêt à réaliser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.