Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Marseille – PSG : Liens streaming pour regarder le match    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Foot-Europe: le programme du jour    NBA : les Bulls toujours invaincus, Cleveland enfin vainqueur    Man United – Liverpool : les compos probables    Deux décès à cause des pluies à Kasserine    Tunisie – METEO : Appel à la vigilance !    Tunisie – Suspension de la circulation du métro léger et prolongement des trajets des bus de correspondance    Tunisie – Intempéries : Décès de deux personnes à Thala    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Des policiers agressent le président de l'ESS La FTF dénonce    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    L'Office des œuvres scolaires se digitalise    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Tunisie – France : Entretien téléphonique Charfeddine-Darmanin    Cour de cassation : I Watch appelle l'exécutif à entériner la nomination de Moncef Kchaou    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Etats-Unis: Donald Blome proposé pour le poste d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire au Pakistan    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kaïs Saïed fusille six décennies de diplomatie
Publié dans Business News le 25 - 12 - 2019

L'info surprise du jour. Le président turc Erdogan débarque en Tunisie pour s'entretenir avec le chef de l'Etat Kaïs Saïed. Personne n'a communiqué sur cette visite de travail ni les thèmes qui devaient être discutés. Mais dans la situation géopolitique explosive de la région et la lutte d'influence, le lien avec le dossier libyen est vite établi. Le timing de cette visite et les égarements diplomatiques du nouveau président de la République, interrogent sur la direction que prendra, justement, la politique étrangère tunisienne. De plus que les journalistes étaient même exclus de la conférence de presse et de la couverture de la visite. Seulement quelques médias ont été conviés à y assister.

On ne peut s'inventer diplomate du jour au lendemain. Kaïs Saïed, propulsé à la tête de l'Etat tunisien après une carrière universitaire, est le moins qu'on puisse dire néophyte en la matière. La visite inopinée du président turc a fait grand bruit et à juste titre. Le danger étant pour la Tunisie qu'elle soit impliquée dans une guerre fratricide qui aura des répercussions désastreuses sur sa stabilité et ses liens avec les puissances qui s'opposent aux velléités hégémoniques d'Erdogan.
La lutte entre le Gouvernement libyen d'union nationale (GNA) représenté par Fayez El Sarraj à l'Ouest libyen et l'Armée nationale libyenne (ANL) représentée par le maréchal Khalifa Haftar à l'Est, entre dans une phase critique. Le fait est qu'Ankara manœuvre via un accord signé avec le GNA à un déploiement militaire en Libye. Une opportunité pour Erdogan d'assouvir ses rêves d'expansionnisme ottoman dans la région.

Les agissements du président de la République Kais Saïed laissent entendre un parti pris pour le camp de l'Ouest au détriment de celui de l'Est, rompant avec les traditions diplomatiques tunisiennes de non-alignement. Début décembre, il reçoit Fayez El Sarraj et lui a assuré que la question libyenne est aussi une affaire tunisienne. Cette semaine, il reçoit des représentants du conseil suprême des tribus libyennes qui le chargent d'intervenir en urgence pour calmer la situation entre les parties belligérantes. De cette entrevue émanera la Déclaration de Tunis pour la paix en Libye dont l'un des points évoque la nécessité de faire primer la légitimité pour une résolution de la crise. Ce mercredi, les Tunisiens apprenaient l'arrivée d'Erdogan via les agences de presse libyennes. Aucune communication, aucune explication du côté de la présidence tunisienne. Pour sa visite surprise, Erdogan est accompagné de ses ministres de la Défense et des Affaires étrangères et de son chef des services de renseignement. Autant dire qu'il ne s'agit pas d'une visite à portée économique comme l'ont laissé entendre les fans du président, à moins que le chef des renseignements turcs se soit converti au commerce international.

Cet alignement de la présidence tunisienne sur l'axe GNA-Turquie laisse craindre une situation explosive pour la Tunisie. Cela dénote aussi d'une volonté de saper une tradition diplomatique tunisienne bien ancrée depuis plus de six décennies. Faudra-t-il le rappeler, depuis l'indépendance, la diplomatie tunisienne s'est toujours attachée au principe de la neutralité positive, maintenant des relations à équidistance des conflits internes aux autres nations. La non-ingérence a été érigé en principe qui a contribué au rayonnement de la diplomatie tunisienne. Il est vrai qu'arrivée la révolution, le travail de sape a été entamé par la Troïka et Moncef Marzouki. Aujourd'hui, le chef de l'Etat semble, de par son inexpérience ou de par ses convictions, ou les deux à la fois, déterminé à balayer plus de 60 ans de politique étrangère basée sur cette neutralité positive. Kaïs Saïed dit que l'accord entre la Turquie et le GNA ne concerne pas la Tunisie, pourtant il accueille volontiers les acteurs de ce camp en oubliant, malencontreusement, de s'entretenir avec celui de l'Est. En matière de politique étrangère cela envoie un message assez clair : la Tunisie se range du côté de l'un des belligérants du conflit libyen. A-t-il pensé aux conséquences sur le plan géostratégique ? C'est à se demander.
Cela s'appelle jouer avec le feu ou plutôt jouer avec la sécurité et la souveraineté du pays. Le président turc ne cache pas ses ambitions dans la région. Sa visite en Tunisie à ce moment précis veut dire qu'il vient renforcer sa position et chercher à impliquer la Tunisie dans son champ d'influence. On se retrouverait ainsi engagé dans un conflit qu'on aurait pu éviter, d'autant que plusieurs pays européens, l'Egypte et des pays du Golfe dont l'Arabie saoudite s'opposent clairement aux desseins d'Erdogan. Par ailleurs, sur le plan interne Kais Saïed ne semble pas avoir pensé aux répercussions du soutien d'un camp au détriment d'un autre, alors que la Tunisie accueille sur son sol plus d'un million de ressortissants libyens.
Lors d'un entretien confidentiel entre Business News et feu Béji Caïd Essebsi, l'ancien président de la République avait tenu à rappeler la tradition de neutralité diplomatique que la Tunisie avait toujours adoptée. Béji Caïd Essebsi nous avait assuré qu'on ne peut définir à quel camp ou tribu appartiennent les ressortissants libyens résidant en Tunisie (près de 1,5 million à l'époque). De ce fait selon le défunt président, reconnu pour être un diplomate chevronné, la Tunisie ne peut en aucun cas prendre le risque que ces ressortissants se retournent contre l'Etat tunisien de l'intérieur à cause de son positionnement politique.

La démarche de Kaïs Saïed pourrait signifier pour la Tunisie une entrée de plain-pied dans une guerre dont elle n'a nullement besoin. La constitution dispose que le chef de l'Etat détermine les politiques générales dans les domaines de la Défense, des relations étrangères et de sécurité nationale relative à la protection de l'Etat, après consultation du chef du gouvernement. Aujourd'hui, face au président turc et à ses ministres de la Défense et des Affaires étrangères, il n'y avait ni chef du gouvernement ni ministres homologues tunisiens... En mettant le pays en danger de guerre, le chef de l'Etat n'a consulté personne, hormis bien évidemment ses conseillers qui agissent en vase clos. Entre temps Recep Tayyip Erdoğan, dans un geste totalement désintéressé, a tenu à remercier Kaïs Saïed pour ses efforts déployés auprès des chefs de tribus islamistes et son ami El Sarraj. Une période de fortes turbulences est à redouter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.