Tunisie | Covid-19 : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    42% des jeunes au chômage ont trouvé un emploi par leurs propres moyens (Etude)    BCT : Hausse des billets et monnaies en circulation de 17%, à la date du 21 janvier    Tunisie : La crise de l'ammonitrate et la colère des agriculteurs    La Chambre de commerce et d'Industrie de Sfax exhorte les entreprises intéressées par le projet de la Zone Logistique de Gargour de rejoindre le Consortium Régional    Le bateau transportant des bovins soupçonnés d'avoir la maladie de la langue bleue interdit de débarquer au port de Bizerte (OMMP)    Le PDL va proposer des motions de censure à l'encontre de Mechichi et Ghannouchi    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Tunisie – Education : Les surveillants et surveillants généraux persistent dans leur grève ouverte    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Tunisie – ALERTE METEO : Avis de tempête    Pr. Mohamed Douagi : Allez circulez, il n'y a plus rien à voir    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Covid-19 : Le gouvernorat de Tunis enregistre le bilan quotidien le plus élevé en 24 heures    Mechichi reçoit des membres du bloc parlementaire al-Karama    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, des éleveurs à El Hencha en colère contre la pénurie du fourrage    DECES: Abderrahmane BEN MESSAOUD    EST-ST :2-1 | Revoilà Khénissi !    Ligue 1 — 9e journée L'USM se reprend, la JSK au bout du rouleau !    NEWS: Revoilà Maher Haddad    Mes odyssées en Méditerranée: "Simpaticuni", premier Journal siculophone de Tunisie (1911-1933)    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Rachida Triki, spécialiste en esthétique et philosophie de l'art, à La Presse : « La misère symbolique est une menace pour l'éducation du goût et l'exercice de la pensée »    Prix à la consommation et inflation 2020: Chute évolutive du taux d'inflation    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Mondial de handball 2021 – Maroc vs Chili en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Tunisie – Les nouveaux joujoux de la police tunisienne arrivent à bon port !    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Covid-19 : Une situation sanitaire extrêmement grave    Le FMI appelle la Tunisie à prioriser les dépenses de santé et met en grade contre un déficit de plus de 9%    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Orchestre symphonique de la radio ukrainienne au Festival international de musique symphonique d'El Jem : Symphonies heureuses et hymnes à l'amitié
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 07 - 2019

Après une ouverture italienne flamboyante, vendredi dernier, le festival d'El Jem a offert sa scène à un orchestre ami et familier des lieux, l'orchestre symphonique de la radio ukrainienne. Une soirée placée sous le signe de la grande et belle musique avec pour titre «Grand concert; best of classica».
En quoi consiste le génie d'un chef d'orchestre ou d'une cantatrice exceptionnelle ou d'un soliste virtuose? Certes, la parfaite maîtrise technique pourrait être une réponse, mais elle n'explique en rien cet état d'émerveillement où le lien se crée instantanément entre l'artiste et son public. Un discours qui s'adresse à l'intelligence humaine dans ce qu'elle a de plus universel et de plus singulier. Une certaine virtuosité du cœur. Le festival international de musique symphonique d'El Jem est le lieu de ce genre de miracle. Après une ouverture italienne flamboyante, vendredi dernier, le Festival d'El Jem a offert sa scène, samedi à un orchestre ami et familier des lieux, l'orchestre symphonique de la radio ukrainienne. Une soirée placée sous le signe de la Grande et belle musique avec pour titre «Grand concert; best of classica». En présence d'un public impatient de retrouver ou de découvrir l'orchestre renommé, ses stars solistes Bogdana Pivnenko (violon), Tatiana Anisimova (soprano), Andrei Romanenko (ténor) sous la direction du charismatique Volodymyr Sheiko.
L'enchantement commence à la lecture du programme en deux parties, deux voyages dans des sphères musicales où la beauté est le mot souverain. Une première partie symphonique et une deuxième partie lyrique avec les plus beaux airs d ‘opéra.
L'orchestre s'installe avec les sourires des retrouvailles d'une scène amie et d'un public fidèle.
La soirée a commencé avec l'interprétation solennelle des hymnes nationaux des deux pays longtemps applaudis, debout. Dans le public, des Tunisiens, des Ukrainiens, touristes de passage ou résidents, des couples mixtes et une deuxième génération ukraino-tunisienne émotive. Tous émus, tous unis par la musique.
Juste après, les premières notes fusent sous le ciel étoilé d'El Jem. Le concert a débuté en éclatante «Fureur de vivre» avec le 4e mouvement de la neuvième symphonie de Drovak «la symphonie du nouveau monde». Ultime mouvement d'une des plus belles œuvres du compositeur tchèque. Volodymir Sheiku a su enthousiasmer le public donnant le ton de la soirée en entamant le morceau Allegro con fuoco. Violons vertigineux, en ascension rapide, rejoints par des cuivres intenses et contrebasses pleines de mystères et d'allégresse. L'Orchestre symphonique de la radio ukrainienne offre d'emblée une démonstration époustouflante.
Le son est fougueux et plein. L'orchestre suit comme un unique soliste le geste juste et conquérant de Voldymir Sheiko.Interprétation énergique, colorée et généreuse qui fait place à la soliste Bogdana Pivnenko (violon) pour deux parties de concertos pour violon.
La brillante soliste surnommée la Paganini ukrainienne a enflammé le public avec une interprétation flamboyante du concerto pour violon de la 3e partie de l'opus 35 de Tchaïkovsky. Interprétation complexe à la hauteur de l'exigence de l'œuvre, virtuosité brillante du jeu, orchestre très rythmé, et accompagnement juste. Un concerto vivifiant comme une danse de feu de la sublime soliste qui annonce le morceau suivant, la troisième partie de «L'été» extraite des Quatre saisons de Vivaldi et appelée "Tempête". Vigueur, relief, couleurs, éclaboussante colère … La virtuosité de la soliste est à l'œuvre, évoluant dans un mouvement intense entraînant et euphorisant comme un orage d‘été.
Longtemps applaudie, la soliste laisse place à l'ouverture des " Vêpres siciliennes» de Verdi. Une interprétation intense et brillante qui entraîne le public dans la poésie passionnée et dramatique verdienne.
Prélude à la deuxième partie, c'est toujours le même Verdi qui s'annonce. La soprano Tatiana Anisimova chante l'air de "Ritorna vincitor!". Œuvre majeure de l'art lyrique, Aida s'est incarnée sur la scène d'El Jem, le temps de deux airs d'opéra avec la voix et le jeu dramatique exceptionnel de la «soprano dramatique». Voix puissante, agile, corsée, autoritaire et voluptueuse, et timbre à la fois ample, pur et sombre. De Verdi à Puccini, d'Aida à Tosca avec le ténor Andrei Romanenko dont le jeu et la voix ont enchanté le public. Le dernier duo particulièrement pour son interprétation de l'air "Dein ist mien ganzes herz", extrait de «Das Land des Lächelns» de Franz Lehar. Le duo final de Carmen de Bizet et dernière partie du programme du concert à réunir les deux grands interprètes Tetiana Anisimova, Andrei Romanenko dans un moment de grâce.
Le jeu est bien guidé, l'orchestre structure la tragédie autour des deux interprètes qui ont convaincu par leur présence affirmée, la belle musicalité et l'intensité de leur interprétation.
La star absolue du concert reste Volodymyr Sheiko, longtemps acclamé par le public, ce chef reconnu pour sa direction symphonique, d'opéra et de ballet partout dans le monde, dirige l'orchestre symphonique de la radio ukrainienne depuis 2005 où il a su insuffler une ferveur et une virtuosité à chaque représentation. L'orchestre et son chef sont des habitués des plus grandes scènes philharmoniques. Avant de retrouver pour la 3e fois la scène du Colisée d'El Jem, l'orchestre a écumé les plus grands théâtres en tournée de Saint-Pétersbourg, à Vienne, Amsterdam, Anvers, Rome, Palerme, Lisbonne, Nîmes, Alger, Pékin, Dubaï. L'accueil promet des retrouvailles rapides. Le samedi 20 juillet, c'est au tour de l'orchestre de Malaga de faire connaissance avec le public d'El Jem.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.