ADVANS Tunisie clôture en 24 heures la première émission obligataire subordonnée pour une Institution de microfinance    Tunisie: Consultations sur la formation du gouvernement, Hichem Mechichi informe Kaïs Saïed de l'évolution de la situation    La terre tremble une quatrième fois en Algérie    Hichem Mechichi tiendra dans l'après-midi un point de presse après avoir rencontré Noureddine Taboubi et Samir Majoul    La Tunisie prête à accueillir 200 étudiants libanais    Au Liban, la colère de la rue persiste    La colère gronde contre Moscou    La France déploie des équipes et du matériel    Deux protagonistes, dos au mur !    Bâtir sur du solide...    La détermination des Monastiriens !    Alerte phishing : L'ANSI met en garde contre une nouvelle vague de phishing sur Facebook    veulent détrôner Trump    Bruits et chuchotements    Théâtre et musique arts forts au Festival international de Nabeul    L'Université Centrale organise sa Journée Portes Ouvertes    En un mois, plus de quatre mille Tunisiens ont migré vers l'Italie    Change devises en dinar tunisien : Cours du 10 août 2020    Alerte météo : Hausse remarquable des températures à partir de mercredi    Tunisie: Enquête judiciaire contre un infirmier introduisant de fausses données sur les dossiers médicaux des patients à Kébili    Mechichi s'entretient avec Taboubi et Majoul    Tunisie : Abdlekrim Harouni appelle l'opposition à « un peu de modestie »    Tunisie: Le nombre d'infections locales au coronavirus passent à 19 à Sousse    "Non à un gouvernement de compétences nationales"    TOPNET, signe un partenariat Tripartite avec TTN et QWEEBY pour le lancement de la facture électronique    Participez à l'édition 2 de la compétition "Falem fi Darèk"    Impact du COVID-19 sur les entreprises dirigées par des femmes : Des plans de relance pour sortir de l'ornière    MEMOIRE : Youssef GHARBI    REMERCIEMENTS ET FARK : Mahmoud Ben Aleya JERBI    Tunisie – Météo : Température stable lundi 10 août    Tribune | 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ! (suite & fin )    Taoufik Baccar : « Une privatisation bien menée est une « LIGNE VERTE » »    Consommer tunisien : Un état d'esprit    Quels sont les avantages et les inconvénients à être mannequin en Tunisie?    Myriam Soufy, auteure de «Re-Belle», à La Presse : «Je suis dans l'universalité, humaine, née ici»    INDISCRETIONS D'ELYSSA        D'un sport à l'autre    FTHB | Nouveaux règlements : L'aval de l'IHF    Athlétisme | Mahfoudhi et Chehata à Lyon    Kamel Akrout - Tunisie: A trop négliger sa jeunesse on finit par hypothéquer son avenir    Officiel : Moez Boulahia quitte beIN Sports    Coronavirus: 11 nouvelles contaminations locales à Kairouan    Kairouan: Le marché hebdomadaire interdit    ‘'La démarche est fausse''    Tunisie: L'expulsion par l'Italie d'immigrés clandestins tunisiens, viole tous les accords, selon Sami Ben Abdelali    Centenaire Mokhtar Hachicha: La voix, le verbe et la verve    CS Sfaxien : La formation probable contre le CA Bizertin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soutien total de l'Otan à Ankara
Lutte contre Daech
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 07 - 2015

BRUXELLES — Réunie en urgence à Bruxelles à la demande d'Ankara, l'Otan a assuré son allié turc de sa «forte solidarité» face au «terrorisme», contre le groupe Etat islamique avant tout, et contre les rebelles kurdes.
«Tous les alliés ont assuré la Turquie de leur solidarité et de leur ferme soutien», a répété le secrétaire général de l'Otan, le Norvégien Jens Stoltenberg, à l'issue de la réunion des ambassadeurs des 28 pays membres de l'Alliance.
«Le terrorisme pose une menace directe à la sécurité des membres de l'Otan et à la stabilité et la prospérité internationales», a affirmé M. Stoltenberg, en confirmant que la Turquie n'avait pas réclamé de «présence militaire additionnelle» de l'Alliance.
Mais si tous les participants ont reconnu à la Turquie «le droit à se défendre», certains ont plaidé en faveur d'«une réponse proportionnée» contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) afin de sauvegarder le fragile processus de paix engagé depuis 2012.
«La défense contre les actes terroristes du PKK est justifiée mais la réconciliation doit continuer», a résumé la représentante permanente des Pays-Bas auprès de l'Otan, Marjanne de Kwaasteniet.
Sauver le processus de paix
Une position également défendue par la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, pour qui la lutte contre l'EI est «la priorité absolue».
«J'ai fait valoir avec force qu'il fallait à tout prix garder la mesure, et que le processus de réconciliation avec les Kurdes en Turquie ne devait être ni troublé ni abandonné», a plaidé la ministre, en déplacement hier au Mali, après s'être entretenue au téléphone avec son homologue turc, Ismet Yilmaz. D'autant qu'en Syrie, les Kurdes sont alliés de la coalition internationale contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI).
Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (Osdh), ces derniers ont été chassés mardi par l'armée syrienne et les forces kurdes de la ville syrienne de Hassaké, dans le nord-est du pays, après plus d'un mois de combats.
De Bruxelles aussi, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a souligné «la nécessité de proportionnalité» dans les bombardements turcs lors d'une conversation téléphonique, ce week-end, avec le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a indiqué une porte-parole de la Commission.
Mais le président Erdogan semble faire la sourde oreille aux appels. «Il est impossible de poursuivre (le processus de paix) avec ceux qui s'en prennent à l'unité nationale», a-t-il déclaré hier, en visant les militants du PKK.
Longtemps accusé de complaisance vis-à-vis des organisations radicales en lutte contre le régime de Damas, le gouvernement islamo-conservateur d'Ankara a opéré un virage en s'attaquant à l'EI après l'attentat-suicide meurtrier de Suruç (sud de la Turquie), le 20 juillet, et la mort d'un de ses soldats, tué lors d'une attaque jihadiste à la frontière syrienne.
Presque simultanément, la Turquie a lancé une campagne intensive de frappes aériennes contre les rebelles du PKK dans le nord de l'Irak, alimentant les soupçons selon lesquels la priorité d'Ankara serait la lutte contre les Kurdes plutôt que celle contre l'EI.
«La Turquie ne mène pas la guerre contre Daech (acronyme de l'EI en arabe) mais contre le peuple kurde», a dénoncé un dirigeant du Congrès national kurde (KNK), Zübeyir Aydar, en marge de la réunion de l'Otan.
Hors de question de reculer
Lors d'une manifestation devant le Parlement européen, M. Aydar a exhorté l'Alliance «à jouer un rôle de médiateur entre la Turquie et les Kurdes pour sauvegarder le processus de paix» et à «renforcer les forces kurdes qui luttent sur le terrain» contre l'EI.
Erdogan a réaffirmé, hier, que son pays ne céderait pas à la menace «terroriste» et poursuivrait avec «détermination» sa lutte contre l'EI et le PKK. «Il est hors de question de reculer. C'est un long processus qui se poursuivra avec la même détermination», a-t-il promis.
Lundi, les Etats-Unis et la Turquie avaient décidé de muscler leur coopération militaire pour éradiquer l'EI du nord de la Syrie, le long de la frontière turque.
«Le nettoyage de ces régions et la création d'une zone de sécurité permettront le retour chez eux» des 1,8 million de réfugiés syriens installés en Turquie, a plaidé M. Erdogan. Les détails de l'accord évoqué par Washington — auquel ne participe pas l'Otan — restent toutefois à définir.
Selon le responsable américain, il impliquerait un soutien turc aux «partenaires au sol» des Etats-Unis, à savoir les troupes de l'opposition syrienne modérée. En revanche, il ne s'agit pas d'instaurer la «zone d'exclusion aérienne» réclamée par Ankara.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.