AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé et bien-être : Lupus : quand l'organisme se retourne contre lui-même !
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 01 - 2020

Parmi les maladies auto-immunes, qui surviennent pour des causes jusque-là méconnues, figure le lupus érythémateux systémique ou disséminé. Il s'agit d'une maladie chronique qui apparaît surtout chez les femmes en âge de procréation et qui consiste à convertir les anticorps, censés défendre l'organisme contre les menaces comme les infections, les virus et les bactéries, en une menace redoutable, s'attaquant aussi bien aux organes, aux tissus qu'aux cellules, ce qui risque, à défaut d'un traitement symptomatique approprié et d'une bonne hygiène de vie, de détruire l'organisme.
Si 90% des malades du lupus sont des femmes âgées entre 15 et 40 ans, cela laisse à présumer que les hormones féminines jouent un rôle important dans la prédisposition à la maladie. Le facteur héréditaire, lui aussi, est loin d'être écarté puisqu'il augmente sensiblement le risque d'avoir un lupus.
Dans le cas d'une personne atteinte du lupus, l'activité anormale des anticorps engendre des réactions inflammatoires de taille, d'où le repérage des symptômes. Ces derniers se manifestent dans le cadre de périodes de poussées, ce qui est caractéristique à la maladie. En effet, le lupus représente une alternance incessante entre des périodes de poussées et autres, de répit. Durant la première période, les symptômes sont à leur paroxysme. Les bilans montrent, bel et bien, la présence d'anticorps anormaux dans le sang. Quant aux périodes de rémission, elles se caractérisent par l'absence — ou l'amoindrissement—des symptômes. Elles peuvent d'ailleurs perdurer des semaines, des mois, voire des années.
Des symptômes tous azimuts !
Les symptômes trahissant le lupus touchent à toutes les parties du corps et de l'organisme, et ce, en raison de l'attaque impitoyable des anticorps anormaux contre les cellules, les tissus et les organes. Il y a souvent lieu de symptômes non spécifiques qui pourraient être des signes avant-coureurs de la maladie. L'on note la fatigue, une perte de poids brutale ou continue, une prise de poids due à une rétention d'eau, des poussées de fièvres ainsi que le gonflement des ganglions.
Cela dit, la maladie présente une liste exhaustive de symptômes qui lui sont spécifiques. Des symptômes gênants et handicapants comme les douleurs, les raideurs et le gonflement des articulations. L'apparition d'une plaque rouge sur le haut de la joue ou au niveau de la racine du nez peut trahir la maladie. Les malades atteints de lupus présentent, généralement, une hypersensibilité au soleil, laquelle se manifeste par des éruptions cutanées, notamment des plaques crouteuses sur le visage, sur la poitrine et sur le cuir chevelu. Ces éruptions reviennent essentiellement au lupus cutané dit « discoïde ». D'un autre côté, de petites plaies indolores, au niveau de la bouche et des narines semblables à des aphtes, peuvent avertir sur la présence d'un lupus. Si la maladie atteint les poumons, le malade endurerait alors des douleurs et une difficulté à respirer. La présence d'une arythmie ou d'une insuffisance cardiaque prouve que la maladie a altéré le cœur. Certains malades présentent des œdèmes au niveau des jambes. Autres symptômes à citer : la perte des cheveux, la sécheresse oculaire et les troubles de la vision ; le bleuissement sinon la pâleur des doigts et des orteils pendant la saison froide, les urticaires, les céphalées, les convulsions, l'éventuelle formation de caillots de sang, des problèmes rénaux, l'anémie ainsi qu'une déficience immunitaire qui représente un terrain favorable aux infections.
Encore faut-il souligner que les malades atteints du lupus se sentent mal dans leur peau. Angoissés à l'idée de devoir subir les sévices de cette maladie chronique, ils succombent généralement à la dépression sinon à la déprime.
Les éventuels facteurs à risque
Certes, les causes directes au lupus demeurent, jusque-là, indéfinies. Néanmoins, des facteurs hypothétiquement déclencheurs sont à connaître comme le stress, le surmenage, l'exposition prolongée au soleil, la grossesse, l'accouchement ainsi que la prise de certains médicaments. Il semble même que l'atteinte par le virus Epstein-Barr, lequel est pourtant largement répandu et touche pas moins de 95% de la population adulte, peut, lui aussi, s'aligner parmi les facteurs à risque du lupus, surtout chez les personnes qui y sont prédisposées. Le tabagisme ainsi que l'exposition à certaines substances chimiques, dont les pesticides, le mercure et la silice, peuvent aussi déclencher la maladie.
Anticiper sur les symptômes : prévenir les complications
Pour prévenir le lupus, il est recommandé d'éviter les facteurs à risque qui sont hypothétiquement établis par les médecins. Mieux vaut adopter, par conséquent, une pratique de relaxation, veiller à bien dormir, à opter pour une alimentation équilibrée et protéger, au mieux, ses articulations en perpétuant l'application de crèmes antidouleur. Pour les femmes qui désirent enfanter, il convient de bien planifier les grossesses tout en se faisant suivre régulièrement par le médecin. Notons, par ailleurs, que les analyses sanguines et urinaires sont vivement recommandées d'une manière périodique afin d'anticiper sur d'éventuelles atteintes des reins et du cœur.
Préserver l'espérance de vie
Certes, la science n'a toujours pas inventé un traitement spécifique au lupus. Toutefois, les traitements symptomatiques connaissent un perpétuel progrès et permettent, ainsi, d'atténuer l'intensité des périodes de poussées, de prévenir les complications et de préserver la santé des organes et donc l'espérance de vie. Les traitements symptomatiques les plus utilisés contre le lupus sont les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les corticoïdes qui, en dépit de leur efficacité, risquent, à la longue, de provoquer d'autres problèmes de santé comme la cataracte, l'ostéoporose, l'œdème, etc. Les traitements anti-malariques sont aussi utilisés pour traiter les grandes poussées de lupus ou encore pour les prévenir. Quant aux immunosuppresseurs, ils sont à prescrire dans le cas où les anti-inflammatoires non stéroïdiens s'avèrent être inefficaces. Cependant, ils risquent d'avoir des répercussions sévères puisqu'ils peuvent présenter un facteur cancérigène.
* Source : www.passeportsante.net


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.