Tunisie – L'Union Européenne appelle Kaïs Saïed à établir un calendrier pour un retour à l'ordre constitutionnel    Coronavirus : 5 décès et 131 nouvelles contaminations, Bilan du 14 octobre    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    Affaire Mosquée El Fath : Le ministère des Affaires religieuses explique    Najla Bouden préside son premier conseil ministériel    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    INLUCC : Les ministres du gouvernement Bouden déclarent leurs biens    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bac 2020 | Tentatives de fraude et triche : Des sujets mis en ligne dès les premières minutes !
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 07 - 2020

Bien que cette année la surveillance des candidats au baccalauréat soit plus facile, en raison de la limitation du nombre de bachoteurs à douze et de la nouvelle disposition des tables dans les salles séparées par une distance d'un mètre, il semblerait que les mesures dissuasives du ministère de l'Education n'ont pas découragé les tricheurs débordant d'ingéniosité
La crise du Covid-19 a placé le ministère de l'Education face à un enjeu délicat pour cette année scolaire 2019/2020, celui de garantir coûte que coûte la réussite des concours et des examens nationaux dans une conjoncture, le moins qu'on puisse dire, exceptionnelle. Dès la fin du confinement et peut-être même bien avant, le ministère de l'Education s'est lancé dans les préparatifs des concours nationaux, en s'attelant à mettre en place toutes les mesures nécessaires pour l'aménagement des centres d'examen et des centres de dépôt, en plus de la réquisition des enseignants chargés de la surveillance des candidats tout au long de la période du baccalauréat. Ces mesures incluent également l'ensemble des dispositions à respecter afin de veiller à garantir des conditions optimales pour les élèves à besoins spécifiques ainsi que les candidats incarcérés qui passent le baccalauréat en prison. Rien n'a été laissé au hasard par le ministère de l'Education, dès lors qu'il s'agit de pallier tout ce qui serait susceptible d'entacher la crédibilité de l'examen national du baccalauréat.
A la démarche classique mise en œuvre chaque année pour assurer le bon déroulement des épreuves, sont venues s'ajouter, cette année, les nouvelles mesures relatives au respect du protocole sanitaire dans l'ensemble des centres d'examen. Depuis le démarrage des épreuves, trois candidats originaires de Monastir et de Mahdia et suspectés d'être porteurs du virus ont été affectés dans des centres spécialement aménagés dans tous les gouvernorats et ce dans l'objectif de ne priver aucun candidat de son droit de passer l'examen national, à l'exception de ceux pris en flagrant délit de fraude et qui ont été interdits, par conséquent, de repasser l'examen national.
Sept réseaux impliqués dans des tentatives de fuite des sujets du bac ont été démantelés
Mais c'est surtout la lutte contre les tentatives de triche et de fraude qui figure aujourd'hui parmi les principaux objectifs du ministère de l'Education. Ce dernier veille, chaque année, à mettre en place, en effet, des dispositifs de surveillance de plus en plus sophistiqués afin d'améliorer la traçabilité du système pour pouvoir confondre efficacement les tricheurs. Cette année, une cellule de veille et d'alerte opérant en étroite collaboration avec le ministère de l'Intérieur a été mise en place au sein du ministère de l'Education pour assurer le suivi des tentatives de fraudes jusqu'à la fin des épreuves afin de contrecarrer rapidement les fraudeurs et leurs acolytes et prendre les sanctions nécessaires à leur encontre. Bien que cette année, la surveillance des candidats au baccalauréat soit plus facile, en raison de la limitation du nombre de bachoteurs à douze et de la nouvelle disposition des tables dans les salles séparées par une distance d'un mètre, il semblerait que les mesures dissuasives du ministère de l'Education n'ont pas découragé les tricheurs toujours plus inventifs. Alors que l'usage du téléphone portable est strictement interdit à l'intérieur des salles d'examen — les candidats doivent obligatoirement laisser leurs appareils à l'extérieur de la salle d'examen, dans un vestiaire prévu à cet effet —, le sujet de l'épreuve de philosophie a pourtant été mis en ligne sur les réseaux sociaux quelques minutes après avoir été distribué, et ce, le premier jour du démarrage des épreuves du baccalauréat. Idem pour le deuxième jour : cette fois-ci, c'est le sujet de l'épreuve de technologie qui a été, rapidement, diffusé cinq minutes après le démarrage de l'examen pour les candidats de la section sciences techniques. Grâce à l'activation, dès les premières heures, de la cellule de veille du ministère de l'Education, sept réseaux répartis sur tout le territoire et impliqués dans des tentatives de « fuite » de sujets du baccalauréat ont été démantelés. « Les personnes impliquées dans ces réseaux et qui ont été arrêtées étaient en contact avec des candidats qui leur avaient photographié le sujet de l'épreuve afin que les réponses leur soient transmises par le biais d'un kit oreillette », explique une source autorisée au sein du ministère de l'Education.
Un sms envoyé la veille aux candidats pour leur rappeler l'interdiction d'utiliser le téléphone portable
Par ailleurs, alors qu'une dizaine de candidats sont suspectés de tentative de fraude depuis le démarrage du baccalauréat et devront faire l'objet d'une enquête, sept tricheurs pris, par contre, en flagrant délit de fraude ont été sommés d'interrompre leur participation à la première épreuve du baccalauréat. L'un d'eux est une candidate de Bouhajla (gouvernorat de Kairouan) chez qui on a découvert un kit oreillette placé dans son oreille et avec lequel elle communiquait avec des personnes se trouvant à proximité du centre d'examen, alors qu'elle passait l'épreuve de philosophie. « Le ministère de l'Education a envoyé, la veille des examens, un sms à tous les candidats afin de leur rappeler qu'il est interdit d'utiliser les téléphones portables, les montres intelligentes et tout équipement ou accessoire électronique et numérique hormis certaines calculatrices autorisées », note une source du ministère de l'Education. Cet avertissement et la sévérité des autres mesures du ministère de l'Education ne semblent pas décourager les candidats frondeurs qui redoublent, chaque année, d'ingéniosité pour passer entre les mailles du système de surveillance des épreuves du baccalauréat.
Il faut dire que cette session 2020 ne présage rien de bon au vu du nombre élevé de tentatives de fraude qui a été enregistré en un intervalle de temps aussi court, alors que seulement deux jours de l'épreuve du baccalauréat se sont déroulés. Faudrait-il imputer ce nombre élevé de tentatives de fraude à l'absence du système de brouillage des signaux des téléphones portables qui a été abandonné depuis 2018 par le ministère de l'Education, faute d'efficacité ?En effet, malgré le recours à ce système pour brouiller les ondes émises par les téléphones portables, un candidat avait été pris en flagrant délit de fraude au centre d'examen du lycée Ennasr en 2015.
Alors, afin de limiter les tentatives de triche, le ministère se montrera plus dissuasif en durcissant la loi en 2018 par la publication au Jort d'un arrêté interdisant à tout candidat ayant fraudé la possibilité de repasser l'épreuve du baccalauréat pendant une période de cinq ans. Mais rien n'y fait. Chaque session apporte sa moisson de candidats kamikazes prêts à contourner la loi pour décrocher le fameux sésame.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.