Le Bureau de l'UNESCO pour le Maghreb célèbre la Journée internationale de l'éducation    La Tunisie et le Maroc, champions de la digitalisation à des fins économiques en Afrique du Nord    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Tunisie-Photos du jour: Les mesures sanitaires annoncées VS la réalité    Tunisie: kais Saied préside le Conseil de sécurité nationale    Pour l'établissement d'une alliance enfreignant la loi : «Marsad Raqaba» porte plainte contre les banques tunisiennes    Coronavirus-Monde: Le virus creuse davantage le fossé entre les plus riches et les plus pauvres selon le rapport d'Oxfam    Informations générales sur le programme de coopération UK - OCDE - BFPME, orienté à l'accompagnement post-création dans le contexte de la crise du COVID-19    Hatem Zaara :L'évaluation du FMI aurait pu être pire    DECES : Zeineb MEDDEB    Foot : Ali Maaloul entre un peu plus dans l'histoire    DECES : Ghaya BENINA    MEMOIRE : Ali Ben Sadok BEN YEDDER    Investissement direct étranger : L'avantage fiscal n'est pas la priorité des investisseurs    Utap | Campagnes agricoles : Résoudre les problématiques en suspens    Connectivité Internet : Les freins qui persistent    Des pressions sur l'approvisionnement en différents produits agricoles provoquent une hausse des prix (Ministère du Commerce)    Utilisation d'excédents supplémentaires par les banques dénoncée par Raqabah    30% des personnes arrêtées sont des mineurs    Malgré une injustice arbitrale : Des Cabistes conquérants !    D'un sport à l'autre    L'invité du lundi | Anis Lounifi ( ex-champion du monde et sélectionneur dames de judo ) : « Le judo est devenu un sport à traditions en Tunisie... »    Coronavirus : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    Tunisie [Vidéo]: Le Programme "Azima" veille sur le protocole sanitaire à la reprise scolaire à Médenine    Météo | Températures en légère baisse et pluies éparses en fin journée    Tunisie-ARP: Décès du Directeur administratif et financier, Hatem Beyaoui    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Foot-Europe: le programme du jour    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bac français : Une marotte contemporaine ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 11 - 2020

Si les élèves des établissements publics prennent le risque de passer le Bac français, c'est soit par influence ou tout simplement pour le « prestige ».
Le bac français connaît de nos jours une ascension fulgurante au sein de la société moderne. Nombreux sont ceux qui s'intéressent à cette épreuve anticipée du baccalauréat dite « EAB » et travaillent avec acharnement en vue de relever le défi. Néanmoins, la question que l'on pose est justement la suivante : « Pourquoi tant d'intérêt accordé au bac français : est-ce par passion, obligation, ou constitue-t-il justement une marotte de jeunes adolescents ?
Indépendamment des volontés ou du niveau scolaire, loin de chercher à assouvir un besoin particulier, le jeune lycéen cherche à imiter son camarade, ayant décroché, avant lui, son bac français. Cherchant à faire plaisir à leurs enfants, les parents de ces derniers répondent à leur demande et les font inscrire dans cet univers «labyrinthique » duquel ils s'en sortent péniblement.
Le bac français n'est guère une épreuve facile à la portée de tous : sérieux, persévérance et compétence sont les critères définitoires d'un tel examen, basé sur la rigueur et la rigidité. De grandes sommes d'argent sont dès lors mises à la disposition des candidats, désireux de poursuivre des cours de soutien dans toutes les matières ; de la première et de la seconde parties. Ces derniers, s'ils optent pour un tel concours, s'ils prennent le risque de le passer, c'est par influence et « prestige » et rien de plus. Pourquoi donc, sacrifier son argent, son temps et son effort au profit d'une épreuve dont la réussite n'est pas garantie ? La concurrence envahit les esprits de ces petits lycéens, inondés par un bourrage de crâne infernal et fait d'eux de simples récepteurs d'information, totalement ineptes et soumis aux ordres des chiffres, des lettres et des règles à appliquer. Pourquoi tant de tourment à l'égard de ceux qui ne sont pas capables de rentrer dans les méandres d'un cercle dédaléen et maléfique pareil ? Les parents, quant à eux, s'ils manifestent, au début du chemin, un plaisir à mener à bien cette expérience, lâchent assez fréquemment l'affaire au bout de la deuxième partie.
Prix exorbitant
des cours particuliers
Pourquoi ? Cela revient aux prix exorbitants fixés pour les cours particuliers, devenus purement commerciaux. Les professeurs spécialistes, de toutes matières confondues, exigent, au préalable, des frais de cours démesuré, profitant le maximum possible de ce désir obsessionnel qui ronge aussi bien les élèves que les parents. Ces derniers recourent, parfois, à des prêts bancaires, à la vente de leurs voitures ou objets précieux afin de parvenir à payer la totalité des sommes demandées.
Cela semble injuste et illégitime : « Former les hommes, dit Aristophane, ce n'est pas remplir un vase, c'est allumer un feu ». Incitons donc ces apprenants à acquérir les valeurs humaines nobles basées sur la tolérance, le respect et l'altruisme, aiguillonnons le sens de la créativité et de l'innovation chez ces esprits, surchargés de théories et de lassitude, façonnons des êtres équilibrés et enthousiastes et non des robots assoiffés de liberté. Cette marotte est bénéfique dans la mesure où elle représente une excellente formation pour ces derniers, mais consommons-la avec modération : réfléchissons, soyons maîtres de nous-mêmes et non esclaves d'une machine infernale qui brise nos rêves les plus subtils, libérons-nous de cet univers carcéral et machinal ; c'est ainsi que nous bâtissons des piliers balisés de force, d'intelligence et d'originalité ! « Méprisons cette sorte de sagesse à laquelle on ne parvient que par refroidissement ou lassitude », exit André Gide.
Zeineb Golli


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.