Un jour difficile    Malgré la pression de la rue et les griefs de Kaïs Saïed, l'ARP accorde le vote de confiance à l'ensemble des nouveaux ministres : Une nouvelle crise institutionnelle en vue ?    Remaniement ministériel — Séance de vote de confiance aux nouveaux ministres proposés à l'ARP: Une plénière sous haute tension    Tunisie: Le FMI juge que les autorités tunisiennes ont su répondre aux enjeux de la pandémie    Huile végétale subventionnée: Introuvable dans les points de vente    Le marché boursier perd 0,53% à la fin de la séance    L'ITCEQ lance son portail sur la compétitivité de l'économie tunisienne    LIGUE 1 — 10E JOURNEE | CA-USM : sortir de l'ombre    Ligue 1 – Matches avancés de la 10e journée: L'EST survole l'OB, le CSS revient de loin !    JSK: Ne plus traîner en chemin    Météo | Vents forts et pluies éparses en fin de journée    Des malversations dans un centre postal spécialisé, selon l'INLUCC    Retour au calme à Sbeïtla    Les parents d'élèves appelés à inciter leurs enfants à assister aux cours    Covid-19 et vaccin : Quel est l'état de la vaccination en Afrique ?    Théâtre| « Martyr » de Fadhel Jaïbi: Explosion nihiliste dans une structure morte    18e édition du Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt (Fcapa) — Table ronde «Circulation immatérielle des films»: L'expérience collective du grand écran avant tout    Démarrage du cycle euro-tunisien destiné aux professionnels de la culture    Conflit d'intérêts au sein de la Caisse des dépôts et consignations    Tunisie- Yassine Ayari rappelle les mesures prises par le gouvernement au profit des classes aisées    Tunisie [Vidéo]: Des conducteurs de taxis manifestent pour réclamer des licences à Béja    Tunisie: Hichem Ajbouni: Maintenant vous pouvez être certains que le renversement du gouvernement Fakhfakh n'avait rien à voir avec le conflit d'intérêt    Tunisie : Le gouvernement Mechichi II franchit l'écueil du Parlement !    Atalanta – Lazio : sur quelle chaîne voir le match ?    Tunisie [Audio +Photos]: Déclarations après match Espérance Sportive de Tunis contre Olympique de Béja    Tunisie- Une guerre où tout le monde a tort et tout le monde sera perdant !    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis s'amuse avant le derby    La réponse de Mechichi à Saïed : "Le populisme clivant, contre l'action bénéfique"    Amine Mahfoudh évoque le flou constitutionnel qui entoure les remaniements ministériels    Le patronat libyen sollicite les compétences et la main-d'œuvre tunisiennes    Le FLAGSHIP KILLER MI 10T Pro-5G de XIAOMI débarque enfin en Tunisie    Espérance de Tunis : le Ghanéen Khaled Abdelbasset espérantiste jusqu'en 2023    Mobilisation tous azimuts en faveur de l'adaptation au changement climatique en Tunisie    Débats houleux à l'ARP, levée de la séance plénière    Le premier ministre italien présente sa démission    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Contrepoint | Culture... et interrogations    Tunisie-Ligue 1 (J10): les matches de ce mardi et programme TV    Ramadan 2021: Nouvelle série "Kan Ya Makanesh" d'Abdelhamid Bouchnak avec Hatem Belhaj    Exposition collective "Géographie de l'intime" à la station d'art B7L9 du 29 janvier au 7 mars    [TRIBUNE] #Jeunesse #Espoir !    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vient de paraitre | « Grabuge » de Hichem Ben Ammar : L'écume des mots
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 12 - 2020

Des textes et fragments datant des années 1990 composent le dernier recueil de poèmes de Hichem Ben Ammar. L'auteur y déploie son art de démonter le langage pour mieux le réinventer et provoquer à la fois l'étonnement et le plaisir du lecteur.
On le savait talentueux cinéaste, spécialiste du documentaire et directeur de la Cinémathèque tunisienne jusqu'au début de l'été 2020. Or, Hichem Ben Ammar est aussi poète, ayant déjà publié deux recueils : en 1988 (L'idéal atteint) et en 1990 (La négociation). Les cinéphiles, qui suivent son œuvre cinématographique, ont dû intercepter la touche de poésie et de sensibilité à fleur de peau et de mots qui marquent ses films dominés pourtant par une démarche anthropologique. De « Cafichanta » (2000), à « O capitaine des mers » (2002), à « J'en ai vu des étoiles » (2006), à plus loin « Un conte de faits » (2010) et à « Bourguiba de retour » (2017)...le rythme des images, la tension des situations et la délicatesse des répliques répondent tous au besoin de poésie de l'ancien directeur de la Cinémathèque.
Hichem Ben Ammar vient de publier un nouvel ouvrage, toujours dans la langue de Molière, consacré à ce genre littéraire, « Grabuge » (Contraste Editions, septembre 2020, 95 pages). Si la rime court sur les titres des six parties du livre : Déluge, Subterfuge, Vermifuge, Centrifuge, Refuge, Transfuge, elle n'est pas toujours de mise dans les textes. Selon les codes de la poésie contemporaine, il fonde ses poèmes sur un système d'écho entre les rimes intérieures, les assonances, les répétitions et les allitérations.
On entre dans le recueil lentement, à pas de loup, en suivant presque le souffle du poète et en se laissant envahir par sa liberté, ses fantasmes, son délire. Dans « Grabuge », coexistent des récits en prose, des poèmes-chansons, des haïkus. Hichem Ben Ammar multiplie les genres, se joue et réinvente la réalité à souhait. Picasso ne répétait-il pas : « L'art est un mensonge, qui permet d'approcher la vérité » ?
Dans « Fragment 1 », l'auteur de « Grabuge » clame :
« Le raisin se résigne à devenir vin. Comme si la vigne pouvait changer son destin. Comme si le vinaigre était sa disgrâce »
Il s'amuse, rit et chante dans « Bestiaire 11 » :
« L'âne chante au lieu de braire. La vache refuse de se laisser traire. Le cheval veut choisir son itinéraire. Le coq exige des congés et des honoraires. Le mouton devient contestataire. Le chien ne quitte plus la chaumière. Car il a des prétentions littéraires ».
Le corps, l'amour, le départ, la mort, le mal de vivre, les mots, la langue, la poésie, l'art, la bêtise humaine, la violence, le rêve, la folie, la liberté de parole...le livre est dense de par ses thèmes. Le traitement va du plus dramatique au plus léger et aérien. Et lorsque le poète se réfugie dans la simplicité des mots, le jeu des sonorités et l'humour et la saveur des images, on pense à Prévert et à ses « Paroles ». Comme l'immense poète français, Hichem Ben Ammar maîtrise l'art de démonter le langage pour mieux le réinventer et provoquer à la fois l'étonnement et le plaisir du lecteur.
Dans « Centre de gravité », il dit entre autres: « Il y a dans gravir quelque chose de grave. Comme un drame subit...Dans contempler il y a temple. Ferveur et mystère. Dans comprendre il y a prendre. Et violence secrète. Dans apprentissage il y a sage et tissage. Et tout un métissage de circonstances. Dans équilibre il y a libre. De rester ou de partir ».
Ecrit entre 1990 et 2000, « Grabuge » date déjà de vingt ans. On serait curieux de lire aujourd'hui la poésie du sexagénaire Hichem Ben Ammar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.