Les revers de la technologie    Météo : Temps passagèrement nuageux sur la plupart des régions    Tunisie [Audio]: Un député constate le déversement des eaux de la station d'épurement dans le barrage de Sidi Salem à Béja    Covid-19 : 24 décès et 713 nouvelles contaminations recensés le 4 mars 2021    Lutte anti-Covid-19 : Avec les nouvelles mesures, l'espoir renaît dans le secteur touristique    Zied ghanney : Il faut légaliser le cannabis    Pourquoi les vaccins contre le Covid font flamber les prix du pétrole?    L'indice des prix de l'immobilier se hisse de 10,9% au terme de 2020    L'Europe renonce à son projet de résolution contre l'Iran    Le prix du carburant flambe et attise la colère populaire    Les manifestants pleurent la jeune Kyal Sin et défient la junte    Tunisie Valeurs présente son portefeuille type dans lequel figure une dizaine de valeurs    Le Comité des droits des parlementaires envoie une correspondance concernant Moussi à l'ARP    Eléments pour une histoire sainte    Semaine Boursière : Le marché affiche une tendance résolument haussière    Les prix de l'immobilier ont augmenté de 11% durant le 4e trimestre de 2020 (INS)    Entretien au Caire entre le chef de la diplomatie tunisienne et le directeur général de l'OADA    Tunisie-Imed Boukhris : La position de Kais Saied par rapport au remaniement ministériel était basée sur des données de l'INLUCC    Coronavirus: Allègement du couvre-feu du 22h à 05h du matin    Loi ESS: le 30 juin, date limite pour publier les textes réglementaires    Tunisie-Ligue 2 : Les arbitres de la 6ème journée    Tunisie : Une conférence de presse sur les nouvelles mesures sanitaire [Vidéo]    Une campagne sans logo, le pari osé de l'opérateur Ooredoo Tunisie (Photos)    L'ANSI appelle les chefs d'entreprises à faire preuve de vigilance face aux menaces cybernétiques    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 05 MARS 2021 à 11H00    Abdellatif Mekki appelle Hichem Mechichi à rendre les vaccins aux Emiratis    Rached Ghannouchi : Il faut protéger Seifeddine Makhlouf    Abir Moussi est un danger pour la Tunisie, selon Samia Abbou    Al Ahly d'Egypte : l'international tunisien Ali Maaloul récupère bien de sa blessure au ischio-jambiers    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    Une autoroute Nord-Sud facilitera à la Tunisie l'accès au marché africain    CONDOLEANCES : M. Tarak Karoui    Ligue 1 | 15e journée – CAB-ST (1-0) : La victoire du cran !    Ce soir au théâtre des jeunes créateurs : «Don Quichotte, céder le passage» de Chedli Arfaoui    Commission mixte 5+5 entre l'Utap et le gouvernement : Un accord sur divers domaines d'activités    Boxe | En marge du tournoi de Bulgarie : Prestation encourageante de Khouloud Halimi    CAN U20 | Match de classement pour la 3e place – Gambie-Tunisie (Ce soir à 21h00) : Sur une note positive !…    La poésie en questions | Le prisme des herméneutes    Vient de paraître | « Les siestes du grand-père, récit d'inceste » de Monia Ben Jémia : La banalité du mal    Appel à projets 2021 du Fonds d'aide à la coproduction cinématographique tuniso-français    Noureddine Taboubi : La démission de Hichem Mechichi est une condition pour le début du dialogue national !    FC Barcelone : touché au genou, Piqué incertain face au PSG en Ligue des champions    Sortie officielle du film documentaire : Je suis ma propre république    Ocres patines du temps fugace    «Om Layoun» un film documentaire tendre et sans compromis        Tunisie: Daily brief du 4 Mars 2021    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Investissement Direct Etranger (IDE) en recul: L'instabilité continue à faire fuir les entreprises
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 01 - 2021

La tendance baissière des IDE en Tunisie est loin d'être conjoncturelle. La continuelle baisse des flux entrants des investissements étrangers (en euro comme en dollar), observée depuis 2011, confirme que le pays peine à attirer les investisseurs étrangers et souffre d'un problème d'attractivité.
Côté investissement, le constat est sans appel et les conséquences ne sont guère surprenantes: la pandémie a ralenti les flux des IDE dans le monde. Selon la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced), les IDE ont dévissé de 49% au cours du premier semestre 2020 par rapport à la même période de l'année 2019. Les pays développés ont été les plus touchés par cette fulgurante baisse avec un taux qui dépasse les 75%. «Les confinements décrétés à travers le monde ont ralenti les projets d'investissement existants et les perspectives d'une profonde récession ont incité les entreprises multinationales à réévaluer leurs projets», lit-on dans le communiqué publié par l'organisation onusienne au mois d'octobre 2020.
Les répercussions de la crise sur les flux des investissements à destination des économies en développement sont beaucoup moins importantes. La baisse était seulement de 16% au cours du premier trimestre. «La baisse de 16 % des flux d'IDE vers les économies en développement a été moins importante que prévu, principalement en raison de la résistance des investissements en Chine. Les flux n'ont diminué que de 12 % en Asie, mais étaient inférieurs à 28 % en Afrique et à 25 % en Amérique latine et dans les Caraïbes», indique le même communiqué.
Evolution du classement de la Tunisie
C'est dire que le ralentissement des flux des investissements étrangers dans le monde, dans un contexte de crise sanitaire, est une conséquence prévisible. Et cela va sans dire que la Tunisie est également touchée par la baisse des IDE. En effet, selon le bilan de l'investissement étranger des neuf premiers mois de l'année 2020 de l'Agence de promotion de l'investissement extérieur Fipa, les investissements directs étrangers, qui ont atteint 1 458,9 millions de dinars au cours du premier semestre, ont accusé une chute de 23,2% par rapport à la même période de 2019.
Mais la tendance baissière des IDE en Tunisie est loin d'être conjoncturelle. L'évolution des flux entrants des investissements étrangers, en euro comme en dollar, — en 2019, les flux entrants d'IDE en dollars ont affiché une baisse de 44% par rapport à 2010 et de 33,9% pour les flux d'IDE en euros — confirme que le pays peine à attirer les investisseurs étrangers et souffre d'un problème d'attractivité. Une tendance confirmée, également, par l'évolution du classement de la Tunisie selon l'indice Doing Business, où elle a perdu 33 rangs en 9 ans passant de la 45e place en 2010 à la 78e en 2019. La non-attractivité du pays est, désormais, un problème qui est en passe de devenir structurel. Et pour cause, la crise de confiance qui s'est installée entre l'investisseur et l'Etat. "Le problème de fond dont souffre le pays est un problème de confiance. A ce sujet, la Conect a toujours tenu le même discours. Il faut rétablir la confiance entre l'entreprise et l'Etat tunisien. Après, il y a, bien entendu, les mesures d'incitation et les avantages, notamment fiscaux. Mais lorsqu'on a affaire à une administration inexistante, à des employés qui n'accomplissent pas leurs tâches convenablement, à des relèvements d'impôt imprévisibles, à une douane qui envenime la vie aux entreprises à chaque opération d'export ou d'import, c'est qu'on est en train de parler d'une crise de confiance qui est, désormais, installée", a souligné, dans le même contexte, M.Luigi Valenti, membre du bureau exécutif de la Conect, chargé des IDE, dans une déclaration accordée à La Presse.
Et c'est dans cette conjoncture difficile où les entreprises, notamment industrielles, sont mises au tapis en raison de la baisse drastique de leurs activités, que le relèvement de l'IS pour les entreprises offshores de 13,5% à 15% a été perçu comme un mauvais signal pour les sociétés étrangères. A cet égard, le membre du bureau exécutif de la Conect explique: «Nous ne sommes pas contre le fait que les entreprises exportatrices contribuent de manière égale au système fiscal du pays. Mais ce que nous contestons, c'est le timing. Avant, avec la loi 72, les entreprises totalement exportatrices bénéficiaient des avantages, et ce, dans un contexte général stable. Or, aujourd'hui le contexte a changé. Les atouts, dont disposaient avant les entreprises en Tunisie, n'existent plus. S'ajoute à cela le climat général d'instabilité qui règne dans le pays. Et au moment où l'environnement des affaires en Tunisie est en déclin, on vient d'introduire de nouvelles dispositions fiscales. L'exonération fiscale était le dernier avantage auquel s'accrochaient les entreprises. Ce qu'il faut comprendre, c'est que les investisseurs ne cherchent pas des avantages fiscaux ni des primes, ils cherchent, avant tout, un environnement d'affaires propice et stable et qui malheureusement ne cesse de se dégrader».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.